chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Born Of Osiris - The Discovery

Chronique

Born Of Osiris The Discovery
2010 aura été signe d'amertume pour les partisans des grosses cylindrées (comme moi) de l'écurie Sumerian Records (rayon « deathcore mélodique technique » : Veil Of Maya, Conducting From The Grave et After The Burial), seule une n'avait pas encore effectué son retour : Born Of Osiris. Le deuxième album A Higher Place avait su confirmer l'engouement autour de ces jeunots têtes à claques de Chicago (tout juste la vingtaine). Même si ce dernier n'avait rien d'exceptionnel, la galette était fichtrement efficace et avait accompagné une grande partie de mon été 2009 (de bons souvenirs en somme). Curieux donc d'entendre la suite ! Les revoilà déjà un an et demi plus tard, armés d'un nouveau guitariste et désireux de convertir d'avantage d'auditeurs à leur deathcore assez original dans le milieu (suffisamment rare pour le signaler) et des plus ravageurs sur scène (les vidéos live sont très alléchantes). Place à leur troisième opus The Discovery (à l'artwork « majestueux » qui capte de suite l'attention).

Inutile de vous tartiner trois pages, Born Of Osiris met cette fois les bouchées doubles… Plus de 50 minutes dans la besace (soit deux fois la durée de The New Reign) ! Une heure de deathcore ?! Vous voulez me tuer ? Pas vraiment. Born Of Osiris réussit à encore mieux marier ses aspects progressifs, mélodiques et rentre dedans. Préparez bien l'ibuprofène en suppositoire (dès les premières secondes de « Follow The Signs »), la rythmique ultra syncopée monte sérieusement d'un cran et ira faire passer les camarades de Sumerian Records pour de la polyrythmie bon enfant (même face à After The Burial qui avait clairement accentué la chose sur In Dreams). Le niveau du batteur est tout autre, exposant ses plans tordus et sa vélocité (la double pédale musclée et la frappe lourde d'un « Devastate » ou d'un « Dissimulation ») de manière frontale. La production rudement synthétique et imposante n'y est pas étrangère mais elle sied parfaitement à ce deathcore « moderne ». Car effectivement, le claviériste (et hurleur) n'est plus qu'un simple « soutient » et devient désormais l'un des piliers de la bande. Le bonhomme placera moult effets et nappes planantes sur chaque titre de ce The Discovery, comme en témoignent les interludes électro rafraîchissants (« The Omniscient » est splendide). Evidemment selon les goûts de chacun, certains feront la moue sur quelques passages (« Singularity » et « Two Worlds Of Design » personnellement).

The Discovery est un album plutôt paradoxal par rapport à ses prédécesseurs car il est certainement le plus direct mais en même temps le plus subtil. On retrouve toujours ces titres condensés dans un format de poche (2 minutes et quelques) mais aussi d'autres nettement plus longs et expérimentaux. Sur un même morceau vous aurez ainsi droit à un déluge de riffs/frappes saccadés et d'hurlements encore plus graves de Ronnie (toujours appuyé de son claviériste pour le criard) suivis par un solo complexe ou une mélodie éthérée (riff/nappe). Ce contraste était déjà présent sur A Higher Place mais l'écart sur The Discovery est encore plus flagrant. La tête pensante Lee Mckinney toujours accompagnée de sa sept cordes osera d'avantage, avec en ligne de mire la conclusion bluffante « Behold » (une préquelle pour la suite des évènements ?). Born Of Osiris n'avait jamais poussé sa technicité aussi loin. La présence du monstrueux Tosin Abasi (Animals As Leaders) en tant que guitariste live ou les concerts avec de gros calibres techniques ont peut être influencé leur tournure musicale.

Le potentiel des ces mioches est étonnant et on sent qu'ils peuvent faire encore beaucoup mieux, The Discovery laisse sur la faim… Difficile après un nombre d'écoutes important de bien différencier chaque titre, les Américains utilisant quasiment toujours le même pattern pour l'introduction de leurs morceaux (gros riffs et rythmique saccadée) ou les passages plus virils. Le fossé entre ce deathcore « basique » passéiste et cet autre deathcore « progressif » passe laborieusement dans mes oreilles. Oreilles d'ailleurs habituées à un Born Of Osiris plus mémorable, les mélodies ravageuses et les breaks crucificateurs étant malheureusement bien trop rares ici… Mais ouf ! Contrairement à Conducting From The Grave, After The Burial ou la nouvelle recrue Periphery, Born Of Osiris ne tente pas (encore ?) de refrains immondes au chant clair à s'arracher les cheveux malgré une frayeur sur l'interlude « A Solution » (Linkin Park ?) et une timide percée sur « Regenerate »…

Born Of Osiris a mûri et distance ses collègues en demi-teintes de Sumerian Records. En un an et demi à peine, les jeunes Américains font un pas conséquent vers une musique plus progressive et technique. Le groupe n'en efface pas pour autant son deathcore moins raffiné pour titiller la nuque. Dommage que ces passages soient encore trop basiques et bien peu homogènes avec le reste. On regrettera aussi les mélodies ou les breaks indécrottables de leurs précédents efforts. En tout cas si Born Of Osiris continue en ce sens (sans tomber dans la facilité et le FM), la suite s'annonce des plus prometteuses (ah « Behold » !). Rendez vous en mai pour un concert en compagnie de Gorod, The Faceless et Veil Of Maya.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Rotting citer
Rotting
17/04/2011 00:00
@BOB

Ha bon, c'est une pochette typique de deathcore ça? Je ne savais pas et pourtant c'est un style que j'écoute énormément (Et oui ça arrive). Moi, je trouve au contraire la pochette magnifique et fortement travaillée. Bien plus belle que la majorité, d'ailleurs. Enfin, là n'est pas le centre du groupe.

Surproduit, produit dans l'air du temps je dirais. Il y a pas besoin de regarder dans le deathcore pour ça. Regarde mais dans le death, les parts de batterie de behemoth sont triggées, idem pour des groupes plus underground que le dernier Wormed... Enfin par surproduit c'est triggé que je comprend.

Niveau ambiance, le metal n'a pas à se limiter au sombre, au morbide, à la mort et ... Il n'y a pas que le black ni le death, hin. Si tu veux des ambiances ushaia nature comme tu dis, il y a des groupes de doom qui le font aussi. Ecoute Estatic Fear, par exemple. Je trouve au contraire que c'est bien que le metal s'ouvre vers d'autres horizons. Plus il y aura d'ambiances dans le metal et mieux ce sera.

Sinon, la guitare, tu veux qu'elle sonne comment sur ce genre de musique, raw, graisseusse? ...

Et puis enfin le mieux dans ce que tu as dit c'est le stériotype du style.
Je vais dans ta position en critiquant aussi alors... T'écoute du black metal, je déduis donc que tu as un corps pain, que tu crois en satan et en plus tu brûles des églises... Tu vois un peu l'incohérence de ce que tu dis?
Je suis un grand fan de deathcore c'est pas pour autant que j'ai une mêche, des piercings, un slim et la compagnie...

Enfin, sinon profite bien de ton écoute de Dissection car c'est vrai que c'est un album mythique.
Invité citer
Bob
16/04/2011 22:54
Comme tous les groupes de ce style possédant un minimum de renom, Born of Osiris nous sert un album surproduit, dont le mauvais goût n'a d'égal que la pochette typique des mouflets qui peuplent le deathcore. Surproduit, c'est à dire avec une batterie retapée de part en part, avec des "ambiances" miteuses façon "ushaia nature", des guitares dont il ne reste rien de leur son "naturel"... Bref, ils font ce qu'il faut pour éviter qu'on entende leurs instruments ne pas sonner et pour appâter un public déjà acquis à leur cause, c'est à dire les hordes de tocards aux cheveux raides, frange "vivelle dop" qui cache la moitié de la tête, et piercings en plastique "pour faire torturé".

Si c'est à ce genre de choses qu'on fait les honneurs, alors c'est vraiment que la musique est en crise. Allez, je vais me refaire un bon vieux Storm of the light's bane, pour de la vraie musique, créative, pleine de relief, avec une "technicité" non-assistée-par-ordinateur...

Invité citer
le gritche
28/03/2011 17:11
Bon, il y a peu j'ai fait le plein de groupes étiquetés metal techniques histoire d'éviter la disette, et Born of Osirirs me semble être un des plus agréables. Mais il manque quelque peu à tous ces groupes une optique prog associée à leur technique, pour éviter de se copier leurs gimmicks.
2nd° Decapitation citer
2nd° Decapitation
25/03/2011 12:12
note: 8/10
Bien d'accord avec la chronique (sauf pour le dernier VoM que je réécoute toujours avec autant de plaisir)!!!
Le groupe nous sort encore un album très travaillé et accentue de plus en plus la présence du synthé sans se cassé les dents.
Après j'ai un peu de mal avec leurs interludes (surtout avec l'affreuse "A Solution", ou je me suis fait la même réflexion que Mitch!) que je zappe la plupart du temps.
Bon après il me faut encore pas mal d'écoutes je pense, mais il est claire deja que c'est très bon dans le style!

En tout cas, Il faut absolument que je me bouge à paris pour voir cette date de taré!
donvar citer
donvar
24/03/2011 18:31
note: 8/10
4 écoutes seulement et déjà conquis!
La technique est encore présente, le clavier s'incorpore mieux et on tient les nouvelles "Now Arise" avec "Behold" et "Singularity, qui butent des enfants!
Petit plus par rapport aux précédents albums: des solos "éthérés" (ca correspond parfaitement ce mot!) et une production encore meilleure!
Bref chapeau! Je le noterai plus tard !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Born Of Osiris
Deathcore mélodique progressif
2011 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (12)  7.83/10
Webzines : (14)  8.27/10

plus d'infos sur
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Deathcore mélodique - Etats-Unis
  

vidéos
Follow the Signs
Follow the Signs
Born Of Osiris

Extrait de "The Discovery"
  
Recreate
Recreate
Born Of Osiris

Extrait de "The Discovery"
  

tracklist
01.   Follow the Signs
02.   Singularity
03.   Ascension
04.   Devastate
05.   Recreate
06.   Two Worlds of Design
07.   A Solution
08.   Shaping the Masterpiece
09.   Dissimulation
10.   Automatic Motion
11.   The Omniscient
12.   Last Straw
13.   Regenerate
14.   XIV
15.   Behold

line up
parution
22 Mars 2011

voir aussi
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Soul Sphere

2015 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Tomorrow We Die ∆live

2013 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
The Simulation

2019 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
The New Reign

2007 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
A Higher Place

2009 - Sumerian Records
  

Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique