chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Gates Of Slumber - The Wretch

Chronique

The Gates Of Slumber The Wretch
Aaaah, le plaisir de se prendre une fessée… inattendue ? Pas vraiment, The Gates Of Slumber étant devenu un de mes groupes à suivre depuis Conqueror, de ceux qui offrent exactement ce que tu pars y chercher à savoir du heavy/doom/club de la loose tellement jouissif que t'en oublies la balle dans le pied Sanford Parker. Mais, ô joie, ce dernier s'en est allé produire d'autres plus adaptés à son travail (les excellents Bloodiest et Indian par exemple). O surprise, le trio de l'Indiana a tourné sa veste sur The Wretch en effectuant un retour aux sources ! Un choix étrange au regard de la réussite de Hymns Of Blood And Thunder et sa musique délaissant un peu plus la lourdeur pour l'épique Manowarien, qui s'explique par une volonté assumée (cf. le discours à la fin du livret de l'album et les divers messages sur facebook agrémentés de vidéo de trad doom façon « le bon vieux temps ») et une succession de merdes arrivées en 2010 (départ du batteur Iron Bob Fouts au profit de J. Clyde Paradis, déprime générale après leur tournée). En résumé, ça va mal et tu vas l'apprendre ! The Wretch est doom, deal with it, LE doom expliqué en huit leçons pour autant de baffes.

Alors, le doom, c'est quoi ? En premier lieu, des références assumées. The Gates Of Slumber laisse les armes, vaincu, pour l'église sabbathienne qu'il n'a jamais vraiment quittée, celle gardée par le Reverend Bizarre, vénérant le Saint Vitus. Le meilleur endroit pour avoir une Revelation comme chacun sait, qui s'inscrit en nous dès les premières secondes de « Bastards Born » où les cartes tombent sur la table : groove et alcool triste pendant près d'une heure. Si l'on remarque une certaine menace rappelant les guerres d'autrefois (située principalement en introduction à l'image de l'avthentiqve « The Scovrge Ov Drvnkeness » et sa batterie rampante), les musiciens finissent toujours accoudés au bar, leurs gros doigts d'ouvrier quadra sur le visage, prouvant à qui en doutait que…

… le doom est du hardcore moins les muscles, plus la bedaine. Minimaliste, The Wretch joue ténu et en longueur, l'élévation de tempo sur « Coven Of Cain » étant une incartade dont les vrombissements empêchent la baisse d'attention au milieu de long-formats recueillis. Les instruments sont parfaitement maitrisés, signe que ce qu'on nomme communément le savoir-faire conduit l'œuvre. Karl Simon susurre, piaule, hausse le ton avec une sincérité désarmante (ce ricanement sur l'éponyme... deux secondes dont l'amertume marque au fer). C'est globalement le jeu dans son entier qui a atteint un niveau que Hymns Of Blood And Thunder ne laissait que présager. The Gates Of Slumber arrive à allier feeling et justesse à l'aide de rythmiques de plain-pied, soli pertinents bien que multiples et symbiose entre guitare et basse (interprétation superbe de Jason McCash sur « The Scovrge Ov Drvnkeness » et « Castle Of The Devil » notamment). Raison pour laquelle il ne paye pas de mine au départ, sa domination utilisant l'aisance au lieu du catchy pour s'imposer. Les critiques se révèlent progressivement vaines face à ce disque qui accumule les titres grandiloquents les uns sur les autres sans se vautrer (et toujours véridique dans leur grandeur, il n'y a qu'à écouter l'esseulé « Castle Of The Devil » ou lire les paroles de l'éponyme pour s'en rendre compte).

Mais surtout, le doom, c'est beau, beau comme du Oxbow. The Wretch n'est pas une nostalgie ironique, il est naïf dans sa ferveur. D'une grâce constante jusqu'au terme d'un « Iron And Fire » impressionnant par sa durée et son final en feu d'artifice, il se pose en frère de ces maîtres qui ont chanté avant lui l'abandon avec cette sensualité rêche si touchante dans sa ringardise, généreuse dans son émotion. La production confiée à Jaime Arellano (Ghost, Angel Witch) est enfin à la hauteur des aspirations du groupe : chaude, limpide tout en érodant les riffs, donnant un son vinylique aux compositions où le vieux ne délaissent pas la puissance. Une dernière qualité asseyant The Gates Of Slumber sur le trône du traditionnel, seule alcôve encore capable de transmettre ce frisson que procure l'émerveillement. Car le doom, c'est du metal, du rock et surtout du blues et de la soul, qui depuis des dizaines d'années paraissant des siècles fait dadadudoom et continuera à faire dadadudoom sans rien y changer, toujours avec le même sentiment d'éternité et ce même cœur qui bat lentement, fort.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Worthless citer
Worthless
04/07/2011 19:58
Un des albums de l'année je pense.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/07/2011 19:47
note: 9.5/10
soul, tout à fait - Suffer no Gult l'est énormément aussi, sais-tu
lkea citer
lkea
04/07/2011 19:16
note: 9/10
"Bastard Borns" et "To The Rack With Them" en écoute sur leur myspace :

http://www.myspace.com/thegatesofslumber

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Gates Of Slumber
Traditional Doom Metal
2011 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  8.33/10
Webzines : (20)  7.62/10

plus d'infos sur
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
Traditional Doom Metal - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Bastards Born
02.   The Scovrge Ov Drvnkenness
03.   To the Rack With Them
04.   Day Of Farewell
05.   Castle Of The Devil
06.   Coven Of Cain
07.   The Wretch
08.   Iron And Fire

Durée : 56 Mns

line up
parution
4 Avril 2011

Essayez aussi
Pilgrim
Pilgrim
II: Void Worship

2014 - Metal Blade Records
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Infernal Wizardry

2008 - Rusty Axe Records
  
Pilgrim
Pilgrim
Misery Wizard

2012 - Metal Blade Records
  

Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique