chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Admiral Angry - Buster

Chronique

Admiral Angry Buster
La légende raconte qu’Admiral Angry naquit lors d’une escapade des membres de Will Haven moins leur chanteur en avion. Par un hasard (mal)heureux, ils rencontrèrent Alan Dubin de Khanate et, pour fêter ces retrouvailles inopinées, abusèrent avec lui des commodités mises à disposition pendant le transport. L’ennui est qu’ils voyageaient en low-cost au sein d’un ailé d’une compagnie indienne. Destin irrévocable ! Après ingurgitation de mets aussi épicés qu’avariés, tous furent pris d’une immense remontée gastrique pour se retrouver face contre la même chiotte, coincés dans deux mètre carré de blanc clinique à évacuer ce qui pouvait l’être. Comme inscrit dans la prophétie, de la flaque gerbée sortit un enfant, l’amiral, et il était pas content. Fin.

Des conneries bien sur, Admiral Angry étant un défouloir composé d’une partie du personnel de Black Sheep Wall (le batteur Chris Stites), ceux-là même qui nous avaient démontés la tronche avec I Am God Songs. Mais comme chaque histoire, elle possède son fond de vérité : Buster peut s’assimiler à un Carpe Diem en plein malaise vagal, comme si les potes à Deftones décidaient de ne garder que les breakdowns de leurs compositions. Et on peut dire que tu te prends non pas une pelle sur le coin du nez mais la totalité d’un Brico Dépôt ! On connaît la capacité du mouton noir à balancer la purée, l’amiral la démultiplie par un feeling quasi-industriel avec batterie appuyant sèchement sur ses toms et basse néo-néo-metal jouée au niveau des chevilles. Pas de structure, pas de compromis, à un riff mettant à genoux succède un riff mettant à plat ventre avec une rigidité dénuée de groove ou sentimentalité (pour les geeks, les guitares du groupe ont été créées à partir de basses à cinq cordes transformées en grattes à sept cordes afin de jouer le plus parpaing possible). Buster n’est pas « catchy », il n’accroche pas mais arrache sans arrêt, variété, début ou fin. Il assomme d’un enchainement de conclusions ne s’embêtant pas à chercher de méthode dans sa destruction, à aller de A jusqu’à Z puisque dès le départ il t’y emmène dans cet étau, tête bien calée, où il ne reste qu’à mouliner puis serrer, mouliner puis serrer, mouliner puis serrer telle une usine à démembrer, inhumaine comme elle, dominatrice itou.

En effet, aucune raison à cet écrasement ! De la production compressée à la voix décharnée, Admiral Angry hait tellement qu’il en devient sans fondement, le seul plaisir apporté étant celui du masochiste. Le même dont The Abominable Iron Sloth ou le dernier Indian ont fait leur fond de commerce, à ceci près que la bande de Californie possède une petite longueur d’avance sur les susnommés, un poil de cul la rendant à-part : le Donald Duck atteint de Creutzfeld-Jacob lui servant de frontman. Jouissif et oppressant à la fois, il est l’élément le plus vicieux parmi tous, illuminant l’album de sa folie. Bizarrement, si un état d’âme se trouve là-dedans, c’est dans ce chant flinguant ses cordes vocales sous tes yeux, rageur à en paraitre (presque) fragile bien que (complètement) cinglé.

Évidemment, son extrémisme dans le mongoloïde rend Buster occasionnel dans ta playlist, du genre à pas tourner souvent mais toujours avec la puissance de la première fois. Il défonce constamment et ne lasse jamais, ce qui en fait une sorte d’aboutissement de ce courant moderne excessif à tous niveaux et souvent les plus bas. Et si tu te demandes comment un truc aussi méchant peut se cacher derrière une pochette si mignonne, alors t’as pas compris l’essentiel : ce disque n’est pas de la musique. Il est un coup de pute.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Worthless citer
Worthless
10/08/2011 10:34
note: 9.5/10
Je pense aussi que je préfère cet album au I am God songs de BSW.
Nahik citer
Nahik
31/07/2011 14:04
Après avoir flashé sur la cover tout en apprenant qu''un membre de BSW était dans Admiral Angry, j'ai tout de suite voulu tenter l'expérience, expérience qui s'est malheureusement soldée par un échec, la faute à un chant qui faisait tiquer mes oreilles si mes souvenirs sont bons...
Mais je dois avouer que cette très bonne chronique dithyrambique m'a donné envie d'accorder une seconde chance à ce skeud Sourire
Affaire à suivre...
gulo gulo citer
gulo gulo
29/07/2011 17:11
note: 10/10
il est surtout une volée de coups de club de golf
chouette texte
bien mieux que BSW, à mon goût
et la gratuité, je vois en partie, mais en même temps, je vois aussi surtout l'odeur tout sauf gratuite de Khanate ... ça sent le sm cette histoire, en effet

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Admiral Angry
Sludge / Hardcore
2008 - Sentient Recordings / Shelsmusic
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8.69/10
Webzines : (9)  8.83/10

plus d'infos sur
Admiral Angry
Admiral Angry
Sludge / Hardcore - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Sex With A Stranger
02.   Circling The Drain
03.   Kill Yourself
04.   Plastic Bath
05.   Blowdown
06.   Android
07.   Specimen On
08.   Bug Vomit
09.   Illusion Of Strength

Durée : 45 Mns

line up
parution
6 Juillet 2009

voir aussi
Admiral Angry
Admiral Angry
A Fire To Burn Down The World (EP)

2010 - Shelsmusic
  

Essayez aussi
Kruger
Kruger
Adam And Steve

2014 - Listenable Records
  
Palehorse
Palehorse
Harm Starts Here

2013 - Candlelight Records
  
Freehowling
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)

2017 - Autoproduction
  
Nightslug
Nightslug
Loathe

2015 - Lost Pilgrims / Dry Cough Records / Broken Limbs Recordings
  
Od Vratot Nadolu
Od Vratot Nadolu
Mercury (EP)

2011 - Superfi Records / Fuck Yoga Records / Insulin Addicted Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique