chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
156 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opeth - Heritage

Chronique

Opeth Heritage
Et vous pensiez que "Watershed" était mauvais...



Ça, c'est la tête que vous avez sûrement fait après avoir lu cette phrase. Comme si quelqu'un ayant la prétention de chroniquer du OPETH pouvait se permettre de balancer un truc pareil. Sans aller jusqu'à le considérer comme un ratage, il restait pour moi la moins bonne production des suédois à ce jour. Malgré une qualité toujours constante, leur style plus froid et plus austère délaissant les paysages hivernaux et brumeux pour des greniers poussiéreux, véhiculait moins d'émotions notamment comparé au sous-estimé "Ghost Reveries". Mais Mikael s'en fout. C'est même sûr qu'il s'en fout. Mikael est un Artiste, un Artiste avec un grand "A", un grand "A" comme Åkerfeldt. Et comme tout artiste qui se respecte, Mikael est libre et ne se fie qu'à son instinct. D'ailleurs OPETH n'est plus un groupe depuis longtemps, s'apparentant depuis des années à une sorte d'entité changeant au gré des envies de son leader, imperturbable face au turnover grandissant de son équipe. Après Lopez et Lindgren, 2011 voit le départ du sympathique et isolé petit Per (Wiberg) pour lequel on avait un peu pitié dans les bonus du précédent DVD, aussitôt remplacé par Joakim Svalberg (ex-YNGWIE MALMSTEEN). Un beau jour, Mikael en a eu marre du metal traditionnel et s'est dit qu'OPETH deviendrait autre chose, quelque chose de différent. Quelques mois plus tard, ce dixième album sobrement intitulé "Heritage" vient briser les codes qu'OPETH avait soigneusement instaurés durant ces 15 dernières années, délaissant ce qu'il y avait de plus "metal" dans sa musique pour se tourner pleinement vers son côté progressif. En tous cas, c'était gentil de nous prévenir.

Du coup, ce qu'on avait pris pour une simple vanne lors du superbe show en clôture du Hellfest ("Notre nouvel album sort en septembre mais on ne jouera aucun extrait, sinon personne n'ira l'acheter!") prend aujourd'hui tout son sens, quand bien même on aurait anticipé sur le changement de cap d'un OPETH en rupture avec le metal traditionnel, que ce soit en terme de style ou de sonorités. Une démarche louable qu'on aura accompagné au gré d'interviews martelant la mise à l'écart du death metal au profit d'un genre plus en adéquation avec les envies de son leader ; folk suédoise, rock progressif et chant clair, la note d'intention évoque forcément la grâce d'un "Damnation" qu'on espère retrouver sous des oripeaux plus nerveux, plus rock, Steven Wilson assurant une prod au petits oignons qui fait un bien fou à l'heure où bon nombre d'albums sonnent tous de la même manière. Pour être clair, ça fonctionne très bien sur deux titres, le problème étant que le premier est quasiment conçu comme une incongruité dans la carrière des Suédois et que le second ... n'est qu'un bonus track présent sur l'édition limitée de la scandaleuse, et même pas encodable qui plus est! "Slither" donc, et sa rythmique punchy qui sonne comme le YNGWIE MALMSTEEN de "Inspiration" en moins léché, morceau hommage au regretté Ronnie James Dio qui électrise un "Heritage" faisant le va et vient entre That Seventies Show et ambiances horrifiques à la "Watershed", pour un résultat correct mais à des années lumières des standards de qualité érigés par le groupe. La très agréable "Pyre" ensuite, co-écrite par Åkesson, vraisemblablement écartée de la tracklist pour excès de classicisme mais qu'on aurait bien vu en fer de lance d'un "Damnation" II, le retour de la dark folk qui frappe droit au coeur.

A côté de ça, on nage entre le correct et le très moyen. Le problème lorsque l'on expérimente, c'est que l'on passe parfois à côté du plaisir et c'est un peu ce que je ressens en écoutant "Heritage". En plus d'un "Slither" que je trouve également très bon, chaque titre nous gratifie néanmoins de quelques moments de grâce tels que le final de "The Devil's Orchard", les superbes arpèges de "Häxprocess" (à 2'20) et "Folklore" (première partie), l'intro vrombissante de "The Lines In My Hand"... La mise en avant de la partie rythmique n'y est pas pour rien, Mendez et Axe tenant l'album à bout de bras pendant que les autres s'évertuent à brasser de l'air. D'une manière générale, l'ensemble laisse un goût amer et ce pour plusieurs raisons. La première pour moi est directement liée aux choix artistiques et à la composition en elle-même. Je n'arrive toujours pas à comprendre comment Mikael a pu laisser des riffs tels que celui de l'ouverture de "Famine" (à 2'40), le final série-américaine-genre-cote-ouest de "Folklore" ou la guitare toute guillerette du *refrain* de "The Lines in My Hand", sans parler de l'insipide "Nepenthe" ou de l'intégration de la flûte de pan sur la fin de "Famine". Et le problème avec ces expérimentations et cette nouvelle recherche d'identité, c'est la mise à l'écart des émotions. Le cul entre deux chaises, OPETH n'évoque plus grand chose, ni tristesse, ni désespoir, ni colère. Comparé souvent au mielleux "Damnation", "Heritage" ne l'atteint pas à la cheville en terme de ressenti, moins gracieux, trop approximatif et trop inégal pour vous transporter comme le penchant doux de "Deliverance". Toutefois, ce qui m'attriste le plus, c'est le manque de personnalité du résultat. J'avoue être un peu déçu de l'abandon de leur côté *métal* mais en fin de compte, c'est de voir un groupe aussi talentueux et unique se noyer dans ce que faisaient de nombreuses formations il y a déjà 35 ans qui ne passe pas. Etrange de réaliser comment une formation qui a toujours su se démarquer des autres peuT se faire grignoter par ses influences et évoluer dans leur ombre... Heureusement que le passé ressurgit de temps à autre à travers quelques passage, histoire de nous sortir de notre torpeur.

Où l’on retrouve avec plaisir quelques réminiscences de « Ghost Reveries » (par bribes sur « The Lines In My Hand » et "I Feel The Dark"), oasis rafraichissants entre deux jams pénibles aux allures de desert sessions brisant net toute progression dramatique. C’est flagrant à compter de « Häxprocess », même si l’on commence déjà à piquer du nez sur une « Nepenthe » sauvée par quelques fulgurances lead de Fredrik Åkesson. Pour le reste, si l’on excepte la première composition au piano du successeur de Per Wiberg, Joakim Svalberg, (l’envoûtante opening track « Heritage ») et une outro acoustique assez oubliable (« Marrow Of The Earth »), le désir de Mikael de renouer avec des racines hard rock plus nobles que la scène metal actuelle se traduit par certains choix franchement malheureux, comme le caméo du percussionniste Alex Acuña sur « Famine ». Ok, le gars a bossé avec ELVIS PRESLEY, ce qui suffit à le doter d’une aura de légende mais pour quel résultat sinon de plonger les auditeurs dans un abîme de perplexité ? Åkerfeldt le reconnait à demi-mots dans le documentaire présent sur l’édition limitée, ce nouveau départ pour OPETH pourrait donner de grandes choses à l'avenir, comme s'il était conscient qu'en délaissant certains automatismes de composition, son groupe ne tournait désormais plus à plein régime. Mais on ne balaye pas quinze ans de travail d’orfèvre doom death sans le payer à court ou moyen terme et malheureusement pour OPETH et ses nombreux sympathisants, l’addition, c’est pour maintenant.

Ajoutez à cela que les Suédois envisagent de jouer « Heritage » en entier pour la tournée qui va suivre (ça ne vous rappelle rien ? IRON MAIDEN et son « A Matter Of Life And Death » peut être ? Play the classics!!!) en délaissant complètement l’aspect death de son répertoire et on comprendra que pas mal d’entre nous trouvent matière à tirer une gueule de trois mètres, même si l’on conviendra du fait qu’avec un « Watershed » bis, OPETH ne serait pas non plus sorti grandi de l’aventure. Deux remarques plus positives pour en finir avec « Heritage », album atypique ni flamboyant ni honteux, mais loin de tenir toutes ses promesses : la marge de progression dans ce nouveau registre rock prog restant assez grande, il n’est pas interdit de penser que cette régression soudaine sur le plan qualitatif permette à OPETH d’accoucher d’un chef d’œuvre d’un genre nouveau dans les années qui viennent, Mikäel Åkerfeldt s’étant du même coup débarrassé de l’étiquette de groupe parfait qui n’a sorti que des perles collant au groupe depuis des lustres. C’est tout le mal qu’on leur souhaite et en attendant mieux, tous les déçus sont cordialement invités à se replonger dans des albums parfois underrated comme « Deliverance » ou « Ghost Reveries ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

GorSicA citer
GorSicA
04/02/2012 20:18
Je pense qu'Opeth regresse depuis un certain temps déja... "Black Market" de Weather Report, "In a silent way" du génialissime Miles Davis ou encore "Klaatu" de... Klaatu bien sûr, beaucoup plus jouissifs dans l'inventivité lyrique.
Invité citer
Dean27
09/11/2011 14:19
Moi j'adore cet album. Je trouve le cote minimaliste de certains morceaux tres prenant, et je suis d'accord avec mysweetshadow pour dire que c'est un chef d'oeuvre.
Les morceaux "Heritage" et "Nepenthe" sont pour moi excellents, et l'ambiance me rappelle parfois celle de Damnation.

Akerfeldt a raison de suivre son instinct et de faire la musique qu'il veut. Il evitera ainsi de faire ce que beaucoup de groupes se cassent la gueule a essayer de faire: reproduire un chef d'oeuvre du meme style (Blackwater Park) en s'acharnant a reprendre les memes ingredients (metal, ambiance morbide, etc.)
Invité citer
Marmite
24/10/2011 01:30
Autant je trouve que cet album est musicalement bien autant je ne peux m'empêcher d'être déçu de la tournure qu'a pris Opeth...
Où est passé ce coté "métal" qui rend leurs chansons juste magnifiques ? Pourquoi avoir adopté un tel style ?
Perso j'adhère vraiment pas, et je n'apprécie pas "Héritage"...
Invité citer
Le_Greco
21/10/2011 15:57
J'apprécie cet album malgré le fait que je ne m'attendais pas à cette tournure. On sent un grand travail très bien construit et je pense qu'il faut mettre au clair notre pensé sur le fait que Opeth ne joue pas du métal mais du rock.
Yz citer
Yz
20/10/2011 23:53
note: 7.5/10
C'est marrant je trouve que c'est certainement sur cet album qu'on trouve le plus beau jeu de batterie de la discographie d'Opeth, Axenrot me fous sur le cul... comme quoi...
gulo gulo citer
gulo gulo
20/10/2011 16:38
note: 7.5/10
je le trouve de mieux en mieux ; mais j'ai adoré Watershed et je vomis Blackwater Park Gros sourire
Dead citer
Dead
19/10/2011 20:15
J'en ai pas parlé dans la chronique mais je suis tout a fait d'accord avec toi sur le jeu de Axe. C'est ce que je soulignais dans la chronique de Watershed d'ailleurs. On peut lire à droite à gauche que c'est un putain de batteur, aussi à l'aise en death que sur des plans plus calmes mais j'ai toujours trouvé son coup de baguette totalement inadapté à Opeth. Trop froid, trop sec, aucune émotion, aucun feeling. Certes il est carré, mais ça manque de subtilité.

Concernant Lindgren, je ne suis pas sûr que son absence joue tant que ça sur le rendu. Reste l'aura du bonhomme qui fait cruellement défaut et que son remplaçant ne remplacera jamais, malgré ses qualité indéniables de soliste. Et puis physiquement aussi ça le fait moins Mr Green
NightSoul citer
NightSoul
19/10/2011 19:35
note: 7/10
Un peu dur mais il est vrai que je me retrouve un peu dans cette chronique.
Difficile de rentrer dans cet album et d'y trouver des choses qui permettent de ne pas délaisser l'album au bout de quelques écoutes.
Seule Häxprocess est véritablement empreinte de cette identité "Opeth", le reste est plus confus voire anecdotique comme souligné dans la chronique.
Vous vouliez des plans jazz/rock ? Comme dit, retournez écouter le très sous-côté Deliverance où Lopez nous délivre sa meilleure performance derrière les fûts en matières de plans bourrés de feeling jazzy appuyé par son compaire Mendez notamment sur le fabuleux passage jazzy de By The pain I See In Others ou encore le morceau éponyme

Lopez.... Je ne peux m'empêcher de me dire que Opeth a grandement perdu au change avec Axenrot et son jeu et ce son lourdeau/lourdingue qui faisait déjà vraiment tâche sur Watershed à la limite du supportable.
Un autre grand Monsieur manque cruellement et il s'agit de Peter Lindgren et je me dis que sa part dans la richesse émotionnelle des morceaux de Opeth ne devait pas être si restreinte. Sa classe et son charisme sont autre chose que le côté flashy "guitar hero" sans feeling du nouveau guitariste.

Vraiment, je pense qu'avec la paire Lopez/Lindgren, le résultat aurait été tout autre et Damnation fait véritablement office de chef d'oeuvre à côté de pârt sa richesse musicale et le voyage qu'il propose bourré d'émotions.
Emotion, c'est ce qui manque à ce nouvel album...

Bref, malgré tout, un bon album mais pour du Opeth, décevant surtout après un Watershed qui l'était tout autant... Je serai indulgent pour cette fois en attendant la suite.
Je continue d'espérer un retour à des sonorités plus metal même si le côté "Troll des forêts" est définitivement enterré....


P.S : Pour les fans de Lopez, vous retrouvez plus loin le lien myspace vers le nouveau groupe du bonhomme, du black mélo avec cette touche si caractéristique de ce très grand Monsieur de la batterie. En attendant le premier album Sourire
http://www.myspace.com/fifthtoinfinity


Un autre projet du bonhomme : Soen
http://www.myspace.com/Soenmusic

"Drums Done" apparemment au 1er Septembre.
intéressant !
Invité citer
Jeje-29
18/10/2011 16:59
Je suis un grand fan de Opeth. Mais désolé, cet album est d'un mortel ennui ! Il commence plutôt bien avec ce son très vintage. Et puis le soufflet retombe. Arrivé à la chanson n°6, c'est tellement vide que je ne suis pas allé jusqu'au bout et j'ai stoppé là mon écoute.

Pour autant ce son très seventies est excellant, j'adore même. Il y a quelques bons riffs très jazz / Rock progressif mais le manque de contenu des titres m'ont fortement déçu.

J'attends le prochain, peut être reviendront ils à quelque chose de plus accrocheur. Mikael a toujours l'art de surprendre son auditoire.

Ant'oïn citer
Ant'oïn
17/10/2011 11:57
note: 7.5/10
Moi j'ai bien aimé, mais je comprend la frustration. N'étant pas fan d'Opeth et encore moins des derniers album en date ça aide.
La_girondelle citer
La_girondelle
16/10/2011 18:22
Akerfledt devrait changer le nom de son groupe avant de commencer à faire n'importe quoi
gulo gulo citer
gulo gulo
16/10/2011 18:12
note: 7.5/10
il fait partie des quelques Opeth que j'aime, quant à moi
mysweetshadow citer
mysweetshadow
16/10/2011 09:56
note: 10/10
Vous êtes durs quand même les gars. Perso cet album je le trouve vraiment très très bon pour ne pas dire excellent. J'ai été le premier a tiré la tronche à l'annonce d'un album sans parties death (même si la foi a rapidement pris le dessus) mais une fois le disque dans ma platine j'ai été très agréablement surpris. Après libre à chacun d'adhérer ou non

Cela dit dans la chronique quand vous parlez d'ambiances horrifiques à la Watershed vous y allez peut être quand même un peu fort. Horrifique n'est en aucun cas un mot associable à Watershed et ça même si on accroche pas ou moins au trip seventies, cet album reste malgré tout un chef d'oeuvre comme peu savent en sortir Clin d'oeil



AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opeth
Metal progressif
2011 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (24)  6.58/10
Webzines : (50)  7.52/10

plus d'infos sur
Opeth
Opeth
Metal progressif - 1990 - Suède
  

vidéos
The Devil's Orchard
The Devil's Orchard
Opeth

Extrait de "Heritage"
  

tracklist
01.   Heritage
02.   The Devil's Orchard
03.   I Feel the Dark
04.   Slither
05.   Nepenthe
06.   Häxprocess
07.   Famine
08.   The Lines in My Hand
09.   Folklore
10.   Marrow of the Earth

Special edition :
11.   Pyre
12.   Face In The Snow
+ Mix 5.1 de l'album
+ Making of

Durée : 57 min.

line up
parution
16 Septembre 2011

voir aussi
Opeth
Opeth
In Live Concert At The Royal Albert Hall (DVD)

2010 - Roadrunner Records
  
Opeth
Opeth
Sorceress

2016 - Nuclear Blast Records
  
Opeth
Opeth
My Arms, Your Hearse

1998 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
Morningrise

1996 - Candlelight Records
  
Opeth
Opeth
Lamentations (DVD)

2003 - Music For Nations
  

Essayez plutôt
Witherscape
Witherscape
The Inheritance

2013 - Century Media Records
  
Oceans of Slumber
Oceans of Slumber
The Banished Heart

2018 - Century Media Records
  
Tool
Tool
Undertow

1993 - Volcano Entertainment
  
Deadsoul Tribe
Deadsoul Tribe
The January Tree

2004 - InsideOut Music
  
TesseracT
TesseracT
Polaris

2015 - Kscope Music
  

Déception de l'année
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique