chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acid Bath - When The Kite String Pops

Chronique

Acid Bath When The Kite String Pops
Il est de ces albums auxquels on porte une affection toute particulière. Des albums marquants, au moins d'un point de vue personnel. Il y a plusieurs raisons à cela. Certains nous ont accompagnés dans notre apprentissage musical, faisant ainsi une partie de ce que nous sommes. D'autres nous ont ouverts des horizons alors inimaginables, nous propulsant dans des univers complètement nouveaux. D'autres encore renvoient tout simplement à des souvenirs agréables mais aussi douloureux qui ont marqué notre existence et souvent notre passage dans l'adolescence. Bref, des albums clefs qui même s'ils ne passent pas tous l'épreuve du temps avec succès constituent les édifices de notre culture musicale et oserais-je dire d'une certaine construction personnelle.

Ce premier album d'Acid Bath fait définitivement partie pour moi de ces albums qui ont marqué mon adolescence. Comme c'est le cas pour tous ceux qui m'ont marqué, je me souviens encore de la fois où j'ai découvert ce groupe pour la première fois. C'était un jeudi soir (probablement durant les vacances scolaires), j'avais le cul vissé sur mon fauteuil en attendant avec impatience que débute l'émission Best Of Trash (Oui, oui, sans le "h") sur M6. Une émission qui a fait le bonheur d'un nombre incalculable de metalheads en culotte courtes aujourd'hui trentenaires. Au milieu de tous ces clips est alors apparu une bande d'énergumènes à l'allure négligée donnant le change en plein milieu des marais de la Louisiane. Ce clip de "Toubamo Koomi" fût une révélation. Le lendemain j'allais passer commande de cet album incroyable chez mon défunt disquaire.

Une fois en main, l'album ne paye vraiment pas de mine. Il faut dire que l'artwork qui est plutôt de mauvais goût n'aide pas vraiment. On comprend un peu mieux ce choix quand on sait que cette pochette est l'œuvre de John "Wayne" Gacy, l'un des plus furieux serial killer qu'a connu les Etats-Unis ces dernières années. Ce citoyen modèle qui aimait endosser le costume de clown pour faire rire les enfants dans les hôpitaux est responsable de plus de trente meurtres sanglants. Trente jeunes adolescents/adultes séquestrés, violés, tués, passés à la chaux et enterrés sous la maison familiale. Bref, un gars sympa quoi. Et ce n'est pas un hasard si Acid Bath a choisi cette œuvre pour illustrer son album. Car à travers sa musique et ses paroles, le groupe explore les plus sombres pensées et fantasmes de l'homme. Une musique noire, étouffante, vicieuse, malade, éreintante...Une musique qui s'inspire autant de la moiteur des bayous de Louisiane que de l'atmosphère pesante des rues infestées de crackheads de la Nouvelle-Orléans.

When The Kite String Pops célèbre la rencontre entre plusieurs genres. Punk, sludge, doom, death metal... Autant de styles qui se donnent la réplique durant presque soixante dix minutes. Un album long qui prend la forme d'un voyage intense et exigeant mais qui paradoxalement passe aussi très vite. Et si ces soixante dix minutes ne se font pas sentir, c'est en grande partie grâce à la diversité des titres proposés par Acid Bath. On y trouve un peu de tout, du sludge ("The Blue", "Dr. Seuss Is Dead", "Dope Fiend"), des hymnes punk/metal ("Cheap Vodka", "What Color Is Death?"), des ballades obscures ("Scream Of The Butterfly", "The Bones Of Baby Dolls") etc... Le champ d'action d'Acid Bath est large mais conserve une certaine homogénéité. Le groupe construit ainsi son univers, changeant les rythmes à sa guise (le break de "Tranquilized" à 1:52, les blasts suivi du mid-tempo sur "Jezebel", l'intro menaçante de "Dr. Seuss Is Dead" etc...), offrant des titres aux constructions plutôt originales ("Toubabo Koomi"), posant sur chacun de ses morceaux ses riffs crasseux aux mélodies insidieuses ("The Blue", "Dope Fiend" et son court solo en intro, "Toubabo Koomi", "Cassie Eats Cockroaches"). Acid Bath n'est pas un simple groupe de sludge. Non, Daxx Riggs et sa bande vont bien au delà de cette étiquette proposant à l'auditeur un véritable joyau de noirceur et de crasse qui racle le fond de l'âme humaine.
Et comment ne pas évoquer le chant possédé et envoutant de M. Riggs? Car si la musique est d'une grande richesse pour le genre pratiqué, la voix est toute aussi étonnante et variée. Le bonhomme, et il l'a montré de par ses divers projets, n'est pas qu'un chanteur de metal. Dax va bien au delà passant du chant plaintif façon chanteur folk en plein spleen, aux cris primaires effrayants pour finir par quelques envolées beaucoup plus mélodiques rappelant un certain Layne Staley. Il est probablement l'élément majeur d'Acid Bath, un chanteur incroyable, portant en grande partie sur ses épaules l'atmosphère sale et désabusée qui règne à l'écoute de When The Kite String Pops.

Dix sept ans plus tard (putain!), ce disque est encore ce qui se fait de mieux dans le genre. Un album marquant sur le plan personnel mais aussi sur le plan artistique. Un album qui, quoi qu'il arrive, sera toujours cité unanimement en référence. Un album célébrant les premiers balbutiements d'une scène unique connue sous le nom de NOLA. Bref, un album majeur que vous vous devez absolument de connaitre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

20 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
09/09/2016 12:38
note: 10/10
Chef d’œuvre et ovni intemporel.
J'ai encore et toujours des frissons à l'écoute de "Scream of the butterfly" Mr Green
Impressionnant de par sa capacité à aborder tant de styles différents en évitant l'écueil du mauvais patchwork... au contraire tout est digéré, et ils nous chient une perfection. En 94.
Hail
Ander citer
Ander
28/10/2011 20:05
AxGxB a écrit : Enenra a écrit : Je viens de poster ma chro du second pour NiME. Si t'as aimé le côté super crade et malsain du premier, je te préviens que le second est peut-être un peu plus propre sur lui. Plus court aussi. M'enfin le premier est pour moi un excellent album et une référence. Le suivant et très bon mais pas aussi monumentale et possède 2 tracks spoken word inutiles et 2 ballades moins convaincantes que celles sur "The Kite..."

NiME?
Sinon assez d'accord avec ce commentaire.


Nightfall In Metal Earth.
AxGxB citer
AxGxB
28/10/2011 19:32
note: 10/10
Enenra a écrit : Je viens de poster ma chro du second pour NiME. Si t'as aimé le côté super crade et malsain du premier, je te préviens que le second est peut-être un peu plus propre sur lui. Plus court aussi. M'enfin le premier est pour moi un excellent album et une référence. Le suivant et très bon mais pas aussi monumentale et possède 2 tracks spoken word inutiles et 2 ballades moins convaincantes que celles sur "The Kite..."

NiME?
Sinon assez d'accord avec ce commentaire.
Invité citer
Enenra
28/10/2011 15:00
Je viens de poster ma chro du second pour NiME. Si t'as aimé le côté super crade et malsain du premier, je te préviens que le second est peut-être un peu plus propre sur lui. Plus court aussi. M'enfin le premier est pour moi un excellent album et une référence. Le suivant et très bon mais pas aussi monumentale et possède 2 tracks spoken word inutiles et 2 ballades moins convaincantes que celles sur "The Kite..."
AxGxB citer
AxGxB
23/10/2011 23:22
note: 10/10
La_girondelle a écrit : Superbe découverte !
Est-ce que vous me conseillez l'album qui suit?


Bien sur.
Il est également très bon mais c'est vrai que j'ai une préférence pour celui-ci.
La_girondelle citer
La_girondelle
23/10/2011 23:16
Superbe découverte !
Est-ce que vous me conseillez l'album qui suit?
BbrBlastard citer
BbrBlastard
06/10/2011 23:51
Me rappelle des souvenirs tout ça! Mes premiers pas dans la découverte du Metal!
Il faut que je me repenche sincérement là-dessus!
Invité citer
Enenra
06/10/2011 22:31
Ouais album énorme s'il en est. Totalement d'accord au sujet de la voix qui apporte énormément à l'ambiance du disque déjà assez riche. Bref j'ai écrit un papier moi même en complément de la chro de NiME : http://metal.nightfall.fr/index.php?idchoix=6103&krox=2283 Un disque énorme et addictif. Comme toi je le préfère au suivant bien que le 2nd opus passe plus facilement sur la chaine car moins torturé et plus facile d'accès je trouve.
AxGxB citer
AxGxB
06/10/2011 18:14
note: 10/10
gulo gulo a écrit : par contre, je ne peux pas laisser dire que le divin Dax est l'élément majeur d'Acid Bath, qui comme Soilent Green (ou Life of Agony) ne serait rien sans la prodigieuse utilisation de la boîte de vitesses par les gaziers derrière, proprement sexuelle

C'est évidemment un tout. Mais sa voix apporte beaucoup à Acid Bath.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/10/2011 17:20
note: 10/10
par contre, je ne peux pas laisser dire que le divin Dax est l'élément majeur d'Acid Bath, qui comme Soilent Green (ou Life of Agony) ne serait rien sans la prodigieuse utilisation de la boîte de vitesses par les gaziers derrière, proprement sexuelle
gulo gulo citer
gulo gulo
06/10/2011 17:14
note: 10/10
devrait être remboursé par la sécu
ça y est, il FAUT que j'entende Tranquilized
LostSon citer
LostSon
06/10/2011 11:26
note: 8.5/10
Un très bon disque aussi pour ma part.
Avec des paroles pleines d'amour !
Le suivant est plus posé mais aussi sympa, quoiqu'un peu court.
AxGxB citer
AxGxB
06/10/2011 10:53
note: 10/10
daminoux a écrit : ca donne enivie. je ne connais pas du tout

Je t'invite alors à écouter très rapidement cet album Clin d'oeil
Invité citer
daminoux
06/10/2011 10:49
ca donne enivie. je ne connais pas du tout
AxGxB citer
AxGxB
06/10/2011 09:47
note: 10/10
Mitch a écrit : Ah ouais, il chôme pas le père AxGxB ! Mr Green

Dernière semaine dans mon taf, je suis absolument pas motivé du coup je fais des chroniques. Le rythme va malheureusement baissé dès demain Mr Green
Mitch citer
Mitch
06/10/2011 09:44
Ah ouais, il chôme pas le père AxGxB ! Mr Green
AxGxB citer
AxGxB
06/10/2011 09:36
note: 10/10
Ikea a écrit : je n'aurais certainement pas fait meilleure chronique que la tienne Clin d'oeil

Merci mais tu es trop humble Clin d'oeil
lkea citer
lkea
06/10/2011 09:25
note: 9.5/10
AxGxB a écrit : Ikea a écrit : Merde, t'aurais pu prévenir (je l'avais réservé) ! Mr Green

Excuse moi... J'avais pourtant checké le topic en question mais j'étais sincèrement passé à côté.
Je te laisse le suivant alors, d'autant que moi je préfère celui-ci Clin d'oeil


Ok ! Et aucun soucis, je n'aurais certainement pas fait meilleure chronique que la tienne Clin d'oeil
AxGxB citer
AxGxB
06/10/2011 09:17
note: 10/10
Ikea a écrit : Merde, t'aurais pu prévenir (je l'avais réservé) ! Mr Green

Excuse moi... J'avais pourtant checké le topic en question mais j'étais sincèrement passé à côté.
Je te laisse le suivant alors, d'autant que moi je préfère celui-ci Clin d'oeil
lkea citer
lkea
06/10/2011 09:14
note: 9.5/10
Merde, t'aurais pu prévenir (je l'avais réservé) ! Mr Green

Bon, la chronique est excellente donc ça passe Moqueur

Un classique qui encore aujourd'hui est un véritable ovni. J'ai cependant une préférence pour le suivant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acid Bath
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (17)  9.29/10
Webzines : (8)  8.42/10

plus d'infos sur
Acid Bath
Acid Bath
Sludge - 1991 † 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Blue  (06:13)
02.   Tranquilized  (04:13)
03.   Cheap Vodka  (02:14)
04.   Finger Paintings Of The Insane  (06:04)
05.   Jezebel  (04:53)
06.   Scream Of The Butterfly  (06:14)
07.   Dr. Seuss Is Dead  (06:04)
08.   Dope Fiend  (05:19)
09.   Toubabo Koomi  (05:01)
10.   God Machine  (05:00)
11.   The Mortician's Flame  (04:05)
12.   What Color Is Death?  (03:19)
13.   The Bones Of Baby Dolls  (06:00)
14.   Cassie Eats Cockroaches  (04:24)

Durée : 69:03

line up
parution
8 Août 1994

voir aussi
Acid Bath
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics

1996 - Rotten Records
  

Essayez aussi
Eyehategod
Eyehategod
New Orleans Is The New Vietnam (Single)

2012 - A389 Records
  
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  
Eyehategod
Eyehategod
Eyehategod

2014 - Housecore Records
  
Facedowninshit
Facedowninshit
NPON
(Nothing Positive, Only Negative)

2006 - Relapse Records
  
Grime
Grime
Deteriorate

2013 - Forcefield Records / Mordgrimm Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast