chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Machine Head - Unto The Locust

Chronique

Machine Head Unto The Locust
Après Metallica, c'est sur un autre de mes groupes cultes que je vais m'étendre: Machine Head. Mais pas de bond de 30 ans en arrière ici, simplement un petit saut de 3 mois quand le gang de Oakland a enfin sorti son septième album, Unto The Locust. Non contents d'avoir à leur actif deux albums cultes des années 1990, Burn My Eyes et The More Things Change..., les Californiens avaient livré en 2007 un nouveau chef-d'œuvre du nom de The Blackening. Rien de moins qu'un des plus grands albums de la dernière décennie. Dire que la bande de Flynn était attendue relève dès lors de l'euphémisme. Une attente de 4 ans et demi enfin terminée grâce à ce nouvel opus débarqué sur Roadrunner Records, le label de Machine Head depuis ses débuts. Mais déjà une première déception avec cette pochette des plus laides représentant un insecte ailé humanoïde, sorte de La Mouche version sauterelle ("Locust" en anglais). On est loin de la classe de l'artwork noir et blanc de The Blackening! Une déception visuelle qui augure du pire musicalement?

Heureusement non, quoique ce Unto The Locust s'avère, avouons le tout de suite, en dessous de son illustre prédécesseur et même du très bon Through The Ashes Of Empires. Notamment en raison d'un manque de surprise et de risque. Machine Head poursuit donc logiquement sur la voix tracée par The Blackening, en gardant une longueur de morceaux conséquente (7 minutes en moyenne, excusez du peu!) et en forçant encore davantage le trait sur l'aspect mélodique. Unto The Locust est en effet l'opus le plus mélodique de la formation qui n'a de toute façon jamais caché son amour pour le heavy metal. Si vous êtes allergique au chant clair de Robb Flynn, vous pouvez donc d'ores et déjà passer votre chemin car le frontman ne l'a jamais autant utilisé, que ce soit sur les refrains ou les couplets. Personnellement, j'aime beaucoup sa voix claire mais si elle passe souvent très bien (le beau refrain de "Be Still And Know", la magnifique power ballade "Darkness Within" ou encore la puissante et poignante "Who We Are" dont l'intro est chantée par... les enfants de Flynn et Demmel!), elle connaît aussi quelques ratés comme sur "Locust" (qui nous renvoie par certains côtés à Supercharger, pas vraiment une bonne chose!), "This Is The End" et "Pearls Before The Swine" (trop mielleux). La performance globale de l'Américain demeure toutefois plus qu'honorable, surtout grâce à sa voix hurlée puissante et fédératrice qui n'a rien perdu de sa verve et qui reste par chance majoritaire. On appréciera également les lyrics puisque Robb a toujours fait partie des meilleurs paroliers de la scène metal, sachant tout aussi bien véhiculer la rage qu'apporter plus de sensibilité. À écouter en premier les paroles émouvantes de "Darkness Within", l'un des plus beaux titres composés par le quatuor.

Il n'y a pas qu'au chant que Unto The Locust se fait plus mélodique. Les guitares sont également à la fête. Ce sont même elles qui portent l'opus, comme tout bon album de metal devrait le faire de toute façon. Et là on sent qu'il y a du travail derrière tant Unto The Locust se retrouve gavé de riffs à mélodies facilement mémorisables, de belles leads et de solos enthousiastes. Si les solos sont tous excellents comme d'habitude chez Machine Head, l'ex-paire de Vio-Lence Flynn/Demmel faisant à nouveau des merveilles ("Be Still And Know" à 3'14, la partie de ping-pong de "Locust" vers 4'30, "This Is The End" à 4'50, "Darkness Within" à 3'20 ou encore "Who We Are" à 3'46), j'aurais cependant préféré des riffs moins portés sur la chose et plus rentre-dedans malgré leurs qualités indéniables.

Heureusement tout de même, du frontal, il y en a encore. MH reste du power/thrash après tout, même plus nuancé. Et à ce niveau, le morceau d'ouverture, "I Am Hell (Sonata In C#)", divisé en trois parties, nous remplit de joie. Après une longue introduction sur laquelle des "Sangre Sani" sont chantés à répétition, remplacés à la première minute par un gros riff plombé, le rythme s'emballe surprenamment, et Dave McClain d'envoyer du tchouka-tchouka thrashy avec une ferveur qui fait plaisir à entendre. Bien sûr, le titre reste comme les autres très mélodique mais il y avait longtemps qu'on n'avait pas entendu Machine Head bourrer de la sorte et jouer aussi vite! McClain est d'ailleurs à créditer d'une très bonne prestation, peut-être même bien la meilleure et la plus variée de l'ex-Sacred Reich. J'aime notamment beaucoup son jeu dynamique sur "This Is The End". Dommage néanmoins qu'il ne blaste pas après le tremolo rapide et mélodique à 0'52, ça l'aurait fait grave! Un vrai reproche par contre, le son de la batterie, un peu trop plastique, en particulier les toms. Rien à redire toutefois sur le reste de la production (prise en main par Robb Flynn épaulé de Juan Urteaga), claire et puissante, parfaite pour le style. Le mix permet en plus de distinguer clairement la basse de Adam Duce qui, si elle n'entreprend rien d'extraordinaire, fait quand même du bon boulot (l'intro de "Locust" entre autres).

Voyez donc que Unto The Locust est bourré de qualités. Ça, je ne dirai pas le contraire. Malgré cela, il y a plusieurs choses qui me chiffonnent, bien plus que les quelques petites critiques émises plus haut. Pour la première fois, on sent que Machine Head se répète. "I Am Hell" est un excellent titre d'ouverture, bien punchy, mais le riff à 2'08 qui démarre vraiment le morceau ressemble fortement au riff principal d'"Aesthetics Of Hate", un riff que le groupe reprend d'ailleurs à d'autres endroits avec quelques modifications légères. Alors on sait qu'il est bon ce riff mais pas la peine de le coller partout! Dans le même ordre d'idée, les Américains ont souvent tendance à lâcher (en fin de morceau en général) les gros riffs bien lourds qui ont fait leur succès. C'est cool, surtout en live, mais ça devient un peu rasoir et surtout, ils n'atteignent pas le niveau d'un "Davidian" ou d'un "Imperium". Autre déception, le morceau "Pearls Before The Swine", plutôt banal. Mis à part un solo bien branlé et un jeu de batterie savoureux (j'adore pendant le solo justement!), pas grand chose à se mettre dans l'oreille. Il reste correct mais on a connu le groupe plus inspiré. Et l'inspiration, malgré le travail certain accompli, est dans l'ensemble moindre. Je terminerai sur les trois bonus tracks de l'édition digipak dont le premier m'avait poussé à la prendre. Une reprise de "The Sentinel", morceau tiré de mon album préféré de Judas Priest, Defenders Of The Faith. Résultat clairement en-dessous de mes attentes puisque MH se contente de reprendre le morceau note pour note (en plus boosté bien sûr) et que Robb Flynn, malgré un "b" de plus et de réels efforts, fait pâle figure face à la performance originelle de Rob Halford, surtout sur le refrain. La cover de Rush ("Witch Hunt"), elle, est molle et chiante comme l'originale (je sens que je vais me faire des amis là!) avec un Flynn qui singe le chant de Geddy Lee pour un résultat plutôt bancal. Le dernier bonus s'avère bien plus sympathique puisqu'il s'agit d'une version acoustique de "Darkness Within", le meilleur morceau de Unto The Locust avec "I Am Hell", ce qui le rend encore plus touchant.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, Unto The Locust est un bon album. Très bon même la plupart du temps. S'il s'agissait du premier jet d'un nouveau groupe, je me serais prosterné devant lui. Mais c'est écrit Machine Head dessus, avec une police pas terrible d'ailleurs (on dirait un vulgaire groupe de néo)! Et en comparaison avec les deux dernières offrandes des Californiens, surtout l'immense The Blackening, il se fait un peu léger le petit nouveau. Mais un MH même en baisse de régime, ça reste bien au-dessus de la moyenne et il ne faudrait pas non plus bouder notre plaisir. Après tout, peu de groupes sont capables de composer de tels titres bourrés de mélodies mémorables, de solos lumineux, d'accélérations entraînantes et de chants à la fois puissants et émouvants. Et il n'y a pas non plus beaucoup de formations pour lesquelles un 7.5/10 est une note décevante. Comme quoi même dans la déception, Machine Head s'en tire à bon compte. Il sont quand même forts, ces cons!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Ant1 citer
Ant1
12/12/2011 19:01
note: 8/10
Le coup du DVD, je pense que c'est un coup de Roadrunner, ils ont fait exactement la même chose avec le dernier Trivium.
Chri$ citer
Chri$
12/12/2011 11:58
note: 5.5/10
Album que j'attendai avec impatience, et qui aura tourné 4 fois grand max..."Be Still and Know" est très bonne, j'aime bien le titre éponyme, le reste est passable voire horripilant (le trip avec les chants d'enfants au début, BOF!!). Bref, rien à voir avec "The Blackening" qui était exceptionnel. Cet album sent le réchauffé et un cruel manque d'inspiration...et le DVD sur l'édition limitée n'a absolument aucun intérêt (de la pure branlette américanisante). Déçu..
Seb57 citer
Seb57
12/12/2011 01:26
note: 6.5/10
Rien que pour le live, les anciens titres sont terribles !! Une moyenne de 4/5mn pour une set list un peu plus fournie !!! Les morceaux à rallonge deviennent lassant à mon gout et comme ils sont récents, ils préfèrent les jouer aux détriments des vieux ....

Je les ai vu a Paris et il me sembles qu'ils ont joué que trois morceaux de BME et TMTC, ca fait vraiment peu sachant que pour beaucoup, ce sont les meilleurs !!
Høsty citer
Høsty
11/12/2011 22:30
note: 4/10
Keyser a écrit : Je ne comprends pas non plus pourquoi l'album est encensé à ce point dans la presse mais je comprends encore moins comment on peut le trouver mauvais quand on aime le groupe...moins bien que les 2 d'avant et les 2 classiques des 90s mais il y a quand même plein de bonnes choses! Il y a vraiment un fossé entre les notes des lecteurs et celles de la presse!

Personnellement j'aime beaucoup MH, sauf le chant clair de Robb, que je trouve vraiment immonde sur cet opus.
Ajouté à ça le fait que j'ai l'impression d'avoir déjà entendue la majeur partie des Riff qui composent ce Unto The Locust, je ne pouvait être que très déçu...

Comme le souligne Thomas et Seb, j'aimerait bien que MH recommence à être un peu plus rentre-dedans.
Seb57 citer
Seb57
12/12/2011 01:22
note: 6.5/10
Pareil, semi déception avec cet album !!
Les 5 premiers titres sont plutôt bon mais comme pour "The Blackening", ça traine un peu trop en longueur , des passages qui sont inutiles à mon gout.
C'est encore plus pénible quand c'est en live ...

Sinon les deux derniers morceaux c'est le vide total !! Zero inspiration , je sais pas ce qu'ils ont branlés mais je les ecoute jamais ....

M'enfin ca reste un album correct mais qui est déjà placardé compte tenu des dernières sorties qui me bottent bien plus que cet Unto the Locust !!

Tout comme Thomas, je pense qu'un retour aux sources à une musique plus simpliste et direct leur ferait un bien fou !!!
Ant1 citer
Ant1
11/12/2011 19:02
note: 8/10
C'est album est très bon.
Clairement en dessous de Blackening ou TTAOE, mais franchement, il reste très bon, taillé pour la scène et merde, quoi ! Machine Head est une machine de guerre.
MH rules, et pis c'est tout.
Keyser citer
Keyser
11/12/2011 18:37
note: 7.5/10
Je ne comprends pas non plus pourquoi l'album est encensé à ce point dans la presse mais je comprends encore moins comment on peut le trouver mauvais quand on aime le groupe...moins bien que les 2 d'avant et les 2 classiques des 90s mais il y a quand même plein de bonnes choses! Il y a vraiment un fossé entre les notes des lecteurs et celles de la presse!
Høsty citer
Høsty
11/12/2011 18:21
note: 4/10
Je trouve cet album particulièrement mauvais, je ne comprend vraiment pas pourquoi la presse metal l'encense de cette manière...
Riffing ennuyeux et déjà entendu sur d'autre galette du groupe, chant abominable sur certain refrain, etc....
Je retourne m'écouté "Through The Ashes of Empire" pour la peine...
Encore une déception pour 2011...
Invité citer
Crom -Cruach
11/12/2011 18:12
Parfaitement d'accord avec toi Thomas mais le hardcore ne rapporte pas beaucoup de pognon !!!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/12/2011 18:09
note: 6/10
Album peu inspiré que j'ai vite placardisé malgré deux ou trois bonnes choses ("This Is The End", le démarrage de "Pearls"). Multiplier les références à Metallica et Maiden ne suffit pas à rendre tout ça bien passionnant! D'accord pour dire que l'inégal "Through The Ashes" est bien meilleur, sans parler de "Blackening" bien sûr. Peut être qu'un retour aux sources power/hardcore façon "The More Things Change" leur ferait du bien finalement.
Niktareum citer
Niktareum
11/12/2011 18:09
note: 5/10
Quelle déception cet album! A la limite du foutage de gueule aux premières écoutes. Sorti de 2-3 titres ("I am hell" qui ok est pas mal mais sent quand même très fort la resucée de "Aesthetics of hate", et "This is the end") bah franchement c'est vide, mou et chiant. Les grands ne cessent de me décevoir cette année, mis à part Megadeth.
Invité citer
Crom-Cruach
11/12/2011 18:07
Encensé par la presse Metal, je trouve Unto the Locust long, pénible et prétentieux. Je me cogne de savoir que Flynn a pris des courts de chant et que l'album compte trois cent douze mille riffs...
Je pensais à une blague en écoutant l'intro du premier morceau: et bien c'est pas drôle ou alors aux dépends des zicos !! Je ne suis pas fan comme Keyser pour décortiquer chaque morceau et y trouver une bonne idée de temps en temps...
von_yaourt citer
von_yaourt
11/12/2011 18:24
J'ai écouté un extrait de l'album, j'ai encore plus rigolé que pour leurs précédentes oeuvres. Enfin, sauf quand ils faisaient du néo metal, là  c'était vraiment le top.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Machine Head
Power/Thrash Mélodique
2011 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (22)  6.8/10
Webzines : (48)  8.31/10

plus d'infos sur
Machine Head
Machine Head
Melodic Groove/Thrash/Néo Metal - 1991 - Etats-Unis
  

vidéos
Locust
Locust
Machine Head

Extrait de "Unto The Locust"
  

tracklist
01.   I Am Hell (Sonata In C#)
I) Sangre Sani
II) I Am Hell
III) Ashes To The Sky
02.   Be Still And Know
03.   Locust
04.   This Is The End
05.   Darkness Within
06.   Pearls Before The Swine
07.   Who We Are

Durée : 48'52

line up
parution
23 Septembre 2011

voir aussi
Machine Head
Machine Head
Elegies (DVD)

2005 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Catharsis

2018 - Nuclear Blast Records
  
Machine Head
Machine Head
Burn My Eyes

1994 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Supercharger

2001 - Roadrunner Records
  
Machine Head
Machine Head
Bloodstone & Diamonds

2014 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Byzantine
Byzantine
Oblivion Beckons

2008 - Prosthetic Records
  
Susperia
Susperia
Attitude

2009 - Candlelight Records
  
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Demonica
Demonica
Demonstrous

2010 - Massacre Records
  
Stonegard
Stonegard
From Dusk Till Doom

2008 - Indie Recordings
  

Déception de l'année
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique