chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aborted - Global Flatline

Chronique

Aborted Global Flatline
Aborted est de retour d’entre les morts. J’aurais pu utiliser l’image du Phénix, mais ce n’a jamais été mon chevalier du zodiaque favori, et puis les zombies s’imposent un peu d’eux-mêmes vu l’artwork de « Global Flatline ». Quiconque a suivi même de loin la discographie d’Aborted sait que le groupe s’est perdu pendant 2 albums (« Slaughter & Apparatus » et « Strychnine.213») dans des circonvolutions mélodiques manquant singulièrement d’efficacité ; et bien que loin d’être inécoutables ces albums n’ont pas le charme plein de délicatesse d’un « Goremaggeddon ».

C’est donc avec un line-up une nouvelle fois remis à neuf que la bande à Sven tire à boulets rouges dans nos esgourdes en ce début d’année. Un line-up qui, j’ai pu le constater lors de la récente tournée avec Decapitated, a un certain panache et une réelle maitrise scénique qui promet pour la suite, si le groupe se maintient avec l’effectif présent. On a tous encore en tête l’EP « Coronary Reconstruction », qui montrait déjà un retour volontaire et assumé à ce qui a fait le succès d’estime du groupe, un Gore / Death bien Brutal et sans excès de fioritures… mais avec une pointe de mélodie (solis) héritée de l’époque « The Archaic Abbatoir » et une production qui t’éclate la face (jeu concours Thrashocore : compte le nombre de fois où le groupe use du méga coup d’infrabasse sur un break pendant l’album. Premier indice sur « The Origin of Disease » à 0mn59). Bref, back to the basics et tant mieux, on n’attendait au final rien d’autre d’eux.

L’essai est-il convaincant ? Pour ma part oui. Les premières écoutes m’ont laissé un peu perplexe, car on est vite débordé de toutes parts par l’enchainement ultra rapide des titres et l’extrême brutalité de l’ensemble. Un brin monolithique dans un premier temps, j’ai mis 5 ou 6 écoutes à saisir les grandes tendances de l’album, et à prendre mes premiers points de repère. On retrouve avec plaisir dans la tracklist les titres de l’EP ; « From A Tepid Whiff » et « Coronary Reconstruction » ne font pas grise mine à côté des nouvelles compositions, qui sont majoritairement blastées à l’extrême…mais pas que. Aux côtés des fulgurantes « Fecal Forgery », « Vermicular, Obscene, Obese » et « Our Father, Who Art of Feces » se nichent en effet quelques compositions plus « originales » : de la groovy-esque « Of Scabs And Boils » (réminiscence des rythmiques Carcassiennes de « The Archaic Abbatoir) à la lourdissime « Expurgation Euphoria », l’album se colore quelque peu entre deux expéditives salves de mitrailleuse. Dans sa version standard, « Global Flatline » se clôt même sur un excellent quasi-instrumental « Endstille », qui fait la part belle aux deux guitaristes faisant glisser leurs doigts boudinés sur la partie aigue de leurs manches : Aborted est bourrin, mais pas que. Dans sa version collector digipak, l’album repart à fond les BPMs avec deux titres réenregistrés de « Engineering the Dead » pour un surplus de brutalité limite indigeste tant la cinquantaine de minutes ayant précédé fût déjà douloureuse pour nos oreilles.

Comme je l’exprimais, « Global Flatline » est à mon sens un retour appréciable et apprécié d’Aborted à ses origines. Quand j’écoute « Grime » et sa rythmique marteau pilon (soutenu par la présence malheureusement trop discrète aux vocaux de Jason Netherton de Misery Index), « Fecal Forgery » et sa furtive plage de temps réservée exclusivement à la basse, ou « Our Father, Who Art of Feces » et sa mélodie limite entrainante de fond de refrain, je me dis qu’Aborted n’a pas dit son dernier mot même après 10 ans de matraquage auditif. OK, je ne met pas au même niveau cette cuvée 2012 et celles d’antan, car « Goremaggeddon » et « Engineering the Dead » ont trop de classiques et de prestance pour qu’on joue au jeu de la comparaison, et « The Archaic Abbatoir » avait des compos sacrément plus travaillés encore, même si tout le monde n’aura pas accroché à ce bébé né avec le syndrome Carcass beaucoup trop prononcé. Passé ces 3 albums, « Global Flatline » se tient en tant que digne successeur de… « The Archaic Abbatoir », et ferme la boucle un peu déshonorante de l’époque 2007 – 2010. Grind ON !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
16/02/2012 13:51
note: 8/10
Paf dans les dents!
Dead citer
Dead
16/02/2012 12:47
_ a écrit : prochaine étape : apprendre la différence entre le futur et le conditionnel

Ouch attaque frontale.
Invité citer
_
16/02/2012 12:22
prochaine étape : apprendre la différence entre le futur et le conditionnel
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/02/2012 12:05
note: 8/10
Très bon retour pour ma part, exactement ce que j'attendais de leur part en ... 2008! Dommage que les guests (et les riffs) soient parfois un peu noyés dans la masse mais ça rosse!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aborted
Brutal Death
2012 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (20)  7.6/10
Webzines : (41)  8.07/10

plus d'infos sur
Aborted
Aborted
Death Brutal Moderne - 1995 - Belgique
  

vidéos
The Origin Of Disease
The Origin Of Disease
Aborted

Extrait de "Global Flatline"
  

tracklist
01.   Omega Mortis
02.   Global Flatline
03.   The Origin Of Disease
04.   Coronary Reconstruction
05.   Fecal Forgery
06.   Of Scabs And Boils
07.   Vermicular, Obscene, Obese
08.   Expurgation Euphoria
09.   From A Tepid Whiff
10.   The Kallinger Theory
11.   Our Father, Who Art Of Feces
12.   Grime
13.   Endstille

line up
parution
23 Janvier 2012

voir aussi
Aborted
Aborted
The Auricular Chronicles (DVD)

2006 - Listenable Records
  
Aborted
Aborted
Slaughter & Apparatus
(A Methodical Overture)

2007 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
The Necrotic Manifesto

2014 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
Termination Redux (EP)

2016 - Century Media Records
  
Aborted
Aborted
Engineering The Dead

2001 - Listenable Records
  

Essayez aussi
Sanatorium
Sanatorium
Celebration Of Exhumation

2004 - Forensick Music
  
Heaving Earth
Heaving Earth
Diabolic Prophecies

2010 - Redrum 666
  
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Death Atlas

2019 - Metal Blade Records
  
Inveracity
Inveracity
Extermination Of Millions

2007 - Unique Leader Records
  
Cystic Dysentery
Cystic Dysentery
Culture Of Death

2012 - Deathgasm Records
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique