chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bastard Priest - Under The Hammer Of Destruction

Chronique

Bastard Priest Under The Hammer Of Destruction
Dans un souci de professionnalisme et afin de compléter la courte discographie de Bastard Priest, intéressons-nous aujourd'hui au premier album de ce groupe Suédois formé en 2001. Je ne vais pas vous refaire ici l'historique de ce duo formé par Matt Mendoza et Inventor. Pour cela, je vous renverrai vers la chronique de leur deuxième album sorti l'année dernière, le très bon Ghouls Of The Endless Night. Sachez juste que ce premier album a vu le jour en 2010 sur le label Pulverized et qu'il est en grande partie constitué de titres figurant sur les deux précédentes démos de Bastard Priest dont Merciless Insane Death sortie dans la plus grande confidentialité en 2007. La première véritable démo n'étant pas officiellement reconnue par le groupe de part sa piètre qualité (c'est eux qui le dise).

Ainsi, sur les onze titres qui composent cet album, huit sont tirés des deux premières démos de Bastard Priest. Ce qui nous fait donc un total de trois nouveaux morceaux seulement. Ceci dit, dans la mesure ou personne ou presque a déjà posé ses oreilles sur ces dites démos, cela ne devrait pas constituer un problème majeur. D'autant que ces titres ont été en partie réinterprété et réenregistré afin de mieux correspondre à l'idée que s'en faisait le groupe lui même. Pas de simple copier/coller ici mais une vraie cohérence dans ce patchwork de titres récents et plus anciens.

En matière de contenu, pas de surprise, surtout si vous avez déjà posé vos oreilles sur la musique de ce duo Suédois. Bastard Priest rend, comme beaucoup de ses confrères, hommage à la scène Death Metal Suédoise de la fin des années 80 grâce à une recette maintes fois utilisées mais toujours aussi efficace si tant est que le dosage soit respecté. En cela, cette superbe pochette à l'ancienne ne trompe pas sur la marchandise et les premières notes de "Blasphemy From Hell" suffisent à donner la pleine mesure du potentiel de Bastard Priest. A la manière d'un Death Breath avec qui le groupe partage tout de même pas mal de point commun, Bastard Priest se fend d'un Death Metal poussiéreux et fétide dont les influences sont à rechercher autant dans la scène Death Metal des années 80/90 (Possessed, Autopsy, Nihilist...) que dans la scène Punk/Hardcore de ces mêmes décennies (Discharge, Exploited...). Pas de lourdeur ni de riffs diaboliques mais un esprit rock'n'roll foutrement intense qui charge ainsi ce premier album d'un fort sentiment d'urgence en plus d'un côté délicieusement rétro. Et si l'exécution peut sembler bancale, il n'en est rien. Bastard Priest cultive son hommage grâce à une production volontairement datée que le duo reproduira d'ailleurs sur Ghouls Of The Endless Night. Réverb sur la voix, batterie en avant dans le mixage, craquement et souffle sur les morceaux... Bref, autant de moyens utilisés pour recréer l'ambiance de ces années passées où le MP3 n'existait pas.
Du haut de ses trente trois minutes, l'album va donc à l'essentiel. Et s'il ne surprend pas, il réussit cependant à procurer suffisamment de plaisir pour en oublier le manque certain d'originalité. Ainsi, n'importe quel amateur de Death Metal à l'ancienne devrait voir son cœur s'emballer et ses poils se hérisser à l'écoute de ces titres aussi rudimentaires que jouissifs pourris par une quantité de soli aussi dissonants qu'irrévérencieux. Comment ne pas succomber aux charmes désuets et poussiéreux de titres tels que "Blasphemy From Hell", "Visions Of Doom", "Power Of Death" ou encore "Merciless Insane Death"? Les riffs, d'une simplicité déconcertante sont pourtant d'une efficacité exemplaire. Le rythme, mené pied au planché, ne nous laisse pas le temps de tergiverser et l'ambiance nauséabonde qui règne tout au long de ce Under The Hammer Of Destruction nous transporte directement dans un bon film de zombies de série B.

Seul différence notable entre cet album et son successeur, le chant de Matt Mendoza. L'intonation utilisé par le bonhomme sur ces deux albums n'est pas tout à fait la même et aujourd'hui, comme avant, ma préférence va tout de même à ce chant légèrement plus guttural utilisé sur Under The Hammer Of Destruction qu'à ces vocalises plus Punk de Ghouls Of The Endless Night. La différence ne saute pas forcément aux yeux mais mérite malgré tout d'être notée.

Un premier album surprenant de fraîcheur et d'énergie malgré son caractère obsolète qui sent la poussière et la naphtaline à plein nez. Si Bastard Priest ne surprend pas, il a au moins le mérite de proposer une mixture honnête entre Death Metal et Punk/Hardcore à la sauce 80's. Terriblement efficace et surtout pas aussi anecdotique qu'il n'y paraît, ce disque se destine cependant aux nostalgiques d'une certaine époque qui continue aujourd'hui de vivre dans les bas fonds de l'underground.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bastard Priest
Death Metal
2010 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (8)  7.86/10

plus d'infos sur
Bastard Priest
Bastard Priest
Death Metal - 2002 - Suède
  

tracklist
01.   Blasphemy From Hell
02.   Visions Of Doom
03.   Evil Pain
04.   Total Mutilation
05.   Power Of Death
06.   Chock
07.   Under The Hammer Of Destruction
08.   From Beyond
09.   Merciless Insane Death
10.   Graveyard Sacrifice
11.   En Hälsning Från Helvetet (Bombanfall Cover)

Durée : 33:35

line up
parution
7 Janvier 2011

voir aussi
Bastard Priest
Bastard Priest
Ghouls Of The Endless Night

2011 - Pulverised Records
  

Essayez aussi
Ravenous Death
Ravenous Death
Chapters Of An Evil Transition

2019 - Memento Mori
  
Anata
Anata
Dreams of Death and Dismay

2001 - Season Of Mist
  
Krisiun
Krisiun
AssassiNation

2006 - Century Media Records
  
Asphyx
Asphyx
Incoming Death

2016 - Century Media Records
  
Sinister
Sinister
Afterburner

2006 - Nuclear Blast Records
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique