chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Seth - Les Blessures de l'Âme

Chronique

Seth Les Blessures de l'Âme
En mai 1998 le petit von_yaourt est très jeune, et il ne s'est toujours pas remis de l'arrêt du Club Dorothée fin août 1997. Devant la suppression de sa dose de violence cathartique récurrente, le petit yaourt s'est reporté sur une autre forme d'art qui pourrait faire office d'exutoire à sa volonté farouche de lapider Ségolène Royal avec du chabichou pas frais : le black metal, dans lequel il se plongera avec passion pendant quelques années. Il découvre alors au détour de la presse spécialisée les titres « Hymne au Vampire : Acte II » et « À la mémoire de nos frères », et c'est un coup de cœur immédiat qui le poussera à s'intéresser de plus près à une scène black metal française qui n'en était qu'à ses balbutiements. Car il faut le dire, si la France a toujours eu du retard en matière de metal sur les autres grandes scènes mondiales, côté black metal en 1998 c'est même un grand désert qui fait bien triste figure à côté du foisonnement Scandinave qui envahit nos platines. Certes la plupart des groupes qui allaient se faire connaître au début des années 2000 existaient déjà, et les Légions Noires s'amusaient à faire leur tambouille dans leur coin depuis le milieu des années 90, mais aucun album de black metal français ou presque ne s'était fait remarquer jusqu'alors, à l'exception notable des deux premiers Blut Aus Nord, groupe pionnier à l'influence non négligeable sur le reste de l'Hexagone. Vous pouvez chercher chez-vous (un indice s'affiche en bas de votre écran), car même en incluant le premier album de Lord – groupe dont on ne se souvient plus guère que pour avoir participé à un reportage de Zone Interdite – sorti quelques mois avant Les Blessures de l'Âme, je ne crois pas que plus d'une dizaine de véritables albums de black metal français soient sortis auparavant, ce premier essai de Seth faisant office de précurseur du black metal français. Et celui qui répond Exile de Anorexia Nervosa a perdu. Originaire du sud de la France, où il tissera des liens avec Season Of Mist, Heimoth rejoint Bordeaux et forme Seth avec Asvild un peu avant que les Toulonnais ne défrayent la chronique (du Midi) en se mettant à nourrir leurs compagnons canins avec des os de vieux. Le groupe sort donc son premier album après une démo et un EP qui les feront connaître dans le milieu, à une époque où le black metal commence à faire peur à la ménagère ; et le fait surtout sur le jeune mais néanmoins actif label Season Of Mist, dont la promotion sera très efficace.

Si l'actualité du label marseillais était particulièrement chargée avec les albums Bethzaida, Anata et ...And Oceans tous sortis à la même période, il était pourtant difficile de passer à côté de Seth, dont le visuel travaillé a marqué les lecteurs d'alors, comme l'a montré la photo mystère récemment consacrée à la célèbre moue de Vicomte Arkames, vocaliste des débuts du groupe. Nul doute toutefois que les Bordelais seraient tombés dans l'oubli malgré leur effort esthétique et l'ésotérisme omniprésent dans ses paroles et visuels si la qualité musicale n'avait pas été au rendez-vous. Outre la thématique du vampire – traitée de manière adulte, vous aurez du mal à faire croire à votre petite sœur que c'est un concept album sur Twilight – Les Blessures de l'Âme marquera par son ambiance prenante, à mi-chemin entre l'émerveillement et la suffocation, portée par un black metal riche, plutôt complexe même au regard des canons de l'époque, qui se rapproche nettement de l'école suédoise, avec en sus quelques teintes de Immortal et Satyricon. D'un tempo majoritairement moyen, le style de Seth demeure plutôt classique, avec quelques touches de clavier, comme c'était la mode à l'époque, pour contrebalancer l’âpreté des guitares au trémolo soutenu et appuyer les harmonisations de rigueur, et créer ainsi une intensité mélodique quasi-permanente. Seth se démarquait pourtant de la concurrence grâce aux fréquentes incursions d'une superbe guitare acoustique qui contrastaient à merveille avec les pointes de vitesse qu'elles appelaient invariablement, où le talent des Bordelais s'exprimait pleinement notamment grâce à la remarquable prestation d'Asvild, batteur reconnu officiant aujourd'hui entre autres pour Ad Patres. On s'émerveillera d'ailleurs devant les subtilités de son jeu sur la fin de « Hymne au Vampire : Acte I » et sa frénésie sur l'accélération de la deuxième minute de « l'Acte II », qui portent littéralement ces deux classiques du black metal français. Les excellents riffs de guitare de Heimoth, la voix si particulière de Vicomte Arkames qui donnait un cachet particulier à l'ambiance de ce premier album, et donc le jeu d'Asvild auront tous participé à faire de Les Blessures de l'Âme un des albums cultes de l'histoire du black metal français.

Malgré l'aura nostalgique et ce statut culte qui l'honorent, ce premier essai de Seth n'est pourtant pas exempt de défauts, qui sont surtout le manque de variété et l'absence de folie de la deuxième moitié de l'album. Hormis un « ...À la Mémoire de nos Frères » étonnant avec son intro black/thrash et son riff clôturant à merveille l'album, les titres « Le Cercle de la Renaissance », « Les Silences d'Outre-Tombe » et surtout l'instrumental « Dans Les Yeux Du Serpent » pâtissent de la comparaison avec les trois coups de génie qui ouvrent l'album, les deux « Hymne au Vampire », dont le thème est imparable, en particulier. Sans vraiment détonner, ces trois titres un peu faibles versent plus dans le black symphonique, plus posé et jouant nettement moins sur la montée en intensité qui caractérise l'admirable « Acte II ». Si, à mes yeux d'éternel nostalgique, ce titre demeure l'un des meilleurs de l'histoire du black metal tout en entier, je ne peux m'empêcher de penser qu'il aurait été encore meilleur sans ce clavier bien trop propre sur son final. Bien que l'on sente nettement que cet album fût écrit sans trop se soucier des modes et avec une authenticité indéniable, l'influence du black symphonique ne colle pas vraiment à l'ambiance de certains moments, pour qu'au final on se souvienne principalement des passages sans claviers qui sont de loin les plus mémorables, tels le refrain de « La Quintessence du Mal » ou la mélodie principale des deux actes de « Hymne Au Vampire ». Un sentiment parfaitement personnel, venant de la part de quelqu'un qui n'a jamais pu apprécier Nemesis Divina ou In The Nightside Eclipse à cause justement dudit instrument, et qui ne fût heureusement pas partagée par de nombreux amateurs de black sympho, qui continuèrent à suivre la carrière de Seth avec un intérêt croissant, alors que de mon côté sans perdre les Bordelais de vue je n'ai jamais retrouvé la magie des premiers instants dans leurs trois albums ultérieurs.

Et puisque Seth reviendra bientôt avec un quatrième album, quoi de mieux que de rééditer Les Blessures de l'Âme en révisant son principal défaut : la production ? Plutôt ratée d'un point de vue technique, cette production dessert surtout les guitares électriques et la basse, au son extrêmement sec, sans épargner une batterie claquante et manquant d'espacement, en prenant le soin d'envelopper le tout dans une gestion des volumes douteuse qui met la voix et la caisse claire sensiblement trop en avant. Si je ne peux m'empêcher de penser que la production originelle a contribué à l'atmosphère de l'album, force est de constater que le remaster de Stéphane Buriez effectué à l'occasion de sa récente réédition, toujours chez Season Of Mist, a quelque peu remis les choses en place. Offrant une meilleure spatialisation, des basses bien mieux mises en avant – à tel point que l'on distingue désormais très nettement la basse au début de « Le Cercle de la Renaissance » – et proposant un rééquilibrage global de bon aloi, qui rend hommage au travail des musiciens sans toutefois dénaturer l'ambiance qui fait tout l'intérêt de cet album, ce remaster, justifié (c'est assez rare pour être souligné) aura pour une fois mes faveurs sur la version originale. Si l'on peut regretter un nouvel artwork qui n'a pas les charmes du précédent (et que j'utiliserai pour ma chronique, car le rose et les squelettes se marient fort bien), on saluera là encore l’initiative de proposer les deux inédits du split avec Cultus Sanguine, sorti en 2000, tout en ne s'offusquant pas de l'absence des dispensables reprises du groupe partageant le split et de Depeche Mode. C'est l'occasion de découvrir le très bon « Les Sévices de la Peste », alternant la brutalité de son refrain avec une très belle plage atmosphérique, bien plus dans l'esprit de Les Blessures de l'Âme que « Corpus et Anima » que l'on retrouvera sur leur second album, L'Excellence qu'à titre personnel j'apprécie nettement moins, car beaucoup trop symphonique et plus influencé par Emperor.

Premier album de black metal français à sortir sur un label important – la France ayant à l'époque plus de labels reconnus que de groupes reconnus – Les Blessures de l'Âme fût un très bon mètre étalon pour la scène française, qui ne lui emboitera que partiellement le pas, Seth demeurant un des rares groupes à proposer un black mélodique de qualité, la grande majorité de la scène qui allait exploser deux à trois ans plus tard étant plus emprunte de classicisme, et s'affranchissant des codes du black symphonique. Malgré de jeunes musiciens et quelques fautes de goût, ce premier album transpire la passion et l'authenticité et marquera à toute une génération par la qualité de son riffing, sa hargne et son ambiance. Seth correspondait à son époque avec un black mélodique, rempli d'arpèges, de claviers et de blasts, mais son tournant vers un black metal plus avant-gardiste, parfois teinté d'électro, se fera à contre courant de la mouvance générale de la scène, qui privilégiera le retour à une musique plus primaire. Si les trois albums suivants n'ont jamais eu l'impact de Les Blessures de l'Âme et ont quelque peu précipité Seth dans l'oubli auprès des jeunes générations, sa côté d'amour parmi la frange plus âgée du public demeure forte, grâce surtout à l'authenticité et la grande qualité de ce premier album. Une réédition pour une fois justifiée et améliorant le son de l'original aura le mérite de faire découvrir ce bijou à ceux qui seraient passés à côté à l'époque (on se demande bien comment), mais surtout à ceux pour lesquels ces temps révolus sont demeurés inconnus, et où le black metal foisonnait d'originalité et d'idées. Une époque révolue, disais-je...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
07/10/2019 21:12
Quel album ... Les ambiances me font penser à Evilfeast. Les riffs sont foutrement bons, et putain ce batteur !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/10/2012 17:46
note: 10/10
Je n'aurai pas osé ! Mais j'ai eu une hésitation avec PURITAS VIRGINUM par contre, mais vu que je n'ai pas leurs démos sorties avant 97, j'ai préféré m'abstenir ^^
von_yaourt citer
von_yaourt
18/10/2012 16:28
note: 8.5/10
Et Eros Necropsique, non ? Mr Green
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/10/2012 15:37
note: 10/10
Von On peut jouer le jeu tiens ! Je pensais a YOUR SHAPELESS BEAUTY mais certains affirment qu'ils ne sont pas black... ^^
Pareil qvec ELEND et son Lecons de Tenebres, pas assez typé black, mais lié à la scène tout de même (1994)
Ensuite AZERLATH, le groupe de Stefan avant qu'il se consacre a MYSTIC FOREST, mais c'est de la meme annee que SETH ^^
Sinon, d'autres sortaient des demos ou des EP qui ne furent pas faciles à trouver comme SETH style THE EYE (Supremacy - 1997) ou THE CHILDREN OF MAANI. C'était des projets d'un membre de BaN.
J'adore la scène française, donc merci de refaire plonger dans les vieilleries ! Je tiens à jour une liste des albums francais que je possède, donc si vous voulez partager ma passion : http://rateyourmusic.com/lists/list_view?list_id=296428&show=150&start=0
von_yaourt citer
von_yaourt
18/10/2012 14:34
note: 8.5/10
Merci, même si je sais que tu es trop newbie pour avoir écouté cet album. Mr Green

Sakri : tiens oui, tu as parfaitement raison pour Asyndess. Va t-on arriver à la fameuse dizaine d'albums en cherchant bien ?
Momos citer
Momos
18/10/2012 13:13
Très belle chronique.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
17/10/2012 20:12
note: 7.5/10
J'ai justement acheté la ré-édition, je ne connaissais que de réputation, et j'ai été plutôt surpris (d'une manière positive). Je rechignais un peu sur ce groupe, je ne sais pas trop pourquoi.

Les claviers sont assez discrets, le riffing est globalement accrocheur et la technique du batteur est plutôt remarquable. Par contre une fois passée la première écoute plutôt galvanisante, il y a quand même des moments ou je m'ennuie, je trouve les titres trop longs et certains riffs plutôt endormants.

Reste que pour l'époque, je comprend effectivement l'engouement pour ce disque définitivement marqué par un esprit 90's et rempli d'une sincérité palpable qui me pousse à retourner écouter cet opus à l'occasion, même si à mon sens, le Dor-nu-Faughlith d'Osculum Infame, le Vampires of Black Imperial Blood de Mütii ou même l'excellente démo 1996 de Bekhira font mieux que Seth, même si ce n'est pas exactement le même registre.

tasserholf citer
tasserholf
17/10/2012 18:44
note: 9/10
Raaah quel album ! Le premier de BM français que j'ai eu oui en effet.
A jamais gravé dans ma mémoire.
von_yaourt citer
von_yaourt
17/10/2012 18:31
note: 8.5/10
Oui, je me souviens de cette histoire, tout ça parce que la démo et l'EP sont sortis chez Drakkar et AMSG, en compagnie de groupes qui se revendiquaient d'extrême droite. Enfin bon, on a vu d'autres conneries de ce genre à l'époque !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
17/10/2012 18:28
note: 10/10
Je dirai juste que c'est le 5ème album qui devrait bientôt sortir, et j'ajouterai que cet album avait été censuré et boycotté par la FNAC à l'époque. le groupe était considéré comme affilié au FN, et donc simplement et purement interdit. Ce premier album est culte et ce fut rageant de voir partir le chanteur: Il a fait un bon album avec AD INFERNA, le premier, mais quelle déchéance depuis leur reprise d'activité !
Nastivity est aussi à conseiller... Un des albums qui m'a convaincu que la langue française pouvait convenir au black, ce qui sera confirmé par ANNO, MYSTIC FOREST, BELENOS et le deuxième album d'ASYNDESS, l'autre groupe de Loïc (BELENOS bien entendu). Le premier est d'ailleurs sorti en 1996, mais il n'a pas marqué grand monde... GORGON aussi avait fait parler de lui en 1995, mais à un niveau bien inférieur à SETH.
Merci pour cette chro.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Seth
Black metal mélodique
1998 - Season Of Mist
2012 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (11)  8.82/10
Webzines : (5)  7.73/10

plus d'infos sur
Seth
Seth
Black Metal - 1995 - France
  

tracklist
01.   La Quintessence du Mal
02.   Hymne au Vampire (Acte I)
03.   Hymne au Vampire (Acte II) ...Vers une Nouvelle Ère
04.   Le Cercle de la Renaissance
05.   Les Silences d'Outre-Tombe
06.   Dans les Yeux du Serpent
07.   ...À la Mémoire de Nos Frères

Bonus tracks (2012)

08.   Les Sévices de la Peste
09.   Corpus et Anima

Durée : 46:46

line up
voir aussi
Seth
Seth
The Howling Spirit

2013 - Season Of Mist
  
Seth
Seth
l'Excellence

2000 - Osmose Productions
  

Essayez aussi
Artefact
Artefact
Ruins

2008 - Rupture Music
  
King Of Asgard
King Of Asgard
Fi'mbulvintr

2010 - Metal Blade Records
  
Niedergang
Niedergang
Átszellemülés

2016 - Werewolf Promotion
  
Catacombes
Catacombes
Le démoniaque

2017 - Hass Weg Productions
  
Astrophobos
Astrophobos
Remnants of Forgotten Horrors

2014 - Triumvirate Records
  

Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique