chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Funeral - Oratorium

Chronique

Funeral Oratorium
Regard maussade vers la fenêtre. Les arbres dégarnis, l’épais brouillard et le froid glacial du mois de novembre installent le décor austère pour une fin d’automne aux effluves de mélancolie. Place aux notes dépressives. Deux sorties importantes du genre se suivront à une semaine d’intervalle. Le retour espéré des Danois de Saturnus (chroniqué par maître Dead) mais aussi celui des Norvégiens de Funeral. Les Scandinaves avaient malgré tout refait parler d’eux l’année dernière en ressortant une compilation (To Mourn Is A Virtue) d’enregistrements inédits (de 1996 à 2004) remasterisés, sorte d’éloge funèbre aux défunts membres Christian Loos et Einar André Fredriksen. Quatre ans après As The Light Does The Shadow, Funeral n’est plus le même. Le frontman Frode Forsmo quitte le groupe, remplacé à la basse par Rune Gandrud (ex-Mistur) et au chant par Sindre Nedland (In Vain). Comme à son habitude, les soucis de labels retarderont la sortie de leur cinquième album et finalement ce seront les Teutons spécialisés dans le doom, Grau Records (Pantheist, Mourning Beloveth, Fall Of Empyrean…), chargés de présenter l’édifice religieux de Funeral, Oratorium.

Mené par son batteur et fondateur Anders Eek depuis 1991, Funeral n’aura pas réussi à supporter le poids du suicide de son guitariste pilier Christian Loos ainsi que le départ de Kjetil Ottersen (guitare, claviers et production). As The Light Does The Shadow possédait incontestablement des passages et idées frissonnants mais embourbés dans des compositions trop brouillonnes, surchargées de riffs et d’arrangements perdus sans la moindre cohésion. Et que dire du chant insupportable de Frode (quid de ses vers divins ? Une expérimentation hasardeuse ?) ? Incompréhensible après le splendide From These Wounds. Un gâchis… Oratorium reprend les bases de son aîné mais corrigera ses tares. Les structures luxuriantes des morceaux sont toujours présentes à la différence majeure que le groupe laissera enfin « respirer » ses morceaux, des silences qui permettent à chaque riff ou nappe de clavier de pleinement dévoiler leur force mélodique et émotionnelle. Quant à l’orchestration d’As The Light Does The Shadow, elle prend ici une part tout autre : « Hate », « Song Of The Knell », l’occulte « From The Orchestral Grave » et « Will You Have Me ? » (aux introductions fortement imprégnées d’un Shape Of Despair)… Funeral a vu les choses en grand, portée par une production puissante, il expose une musique quasi-symphonique « imposante » et cela sans tomber dans le grand guignolesque hermétique. Une sobriété toujours constante. Les riffs « power chord » d’Anders sont désormais utilisées avec d’avantage de subtilité, le contraste avec l’ « innocence » des passages tristes reste plutôt savoureuse et une certaine dynamique se crée malgré une longueur de titres peu accessible (une moyenne de plus de 10 minutes).

Le remplaçant de Frode reste certainement l’atout principal du Funeral de 2012. Impossible pour l’auditeur de ne pas succomber aux lamentations lyriques éthérées du frontman (soutenu par le guitariste Mats Lerberg) dès l’ouverture « Burning With Regret » (le break fatal à 5:40). En adéquation parfaite avec la thématique « religieuse » d’Oratorium. Son spectre vocal étendu (bien plus grand que celui de son prédécesseur) marque aussi le retour du chant death. Timide certes (voire anecdotique, se comptant sur quelques minutes) et peu guttural, mais qui prouve que Funeral n’oublie pas ses premiers disciples. Au-delà de ça, les riffs mélodiques poignants typiques de Funeral (aux forts relents d’un Katatonia première génération) refont leur apparition, Anders Eek avouera même avoir repris certains riffs de Christian Loos pour lui rendre un dernier hommage (initialement prévus pour leur side-project Fallen). Le bouleversant « Break Me » (le passage à 3:17 ne laisse pas indemne) et « Making The World My Tomb » (2:36) en font vraisemblablement partie. L’empathie antérieure se libère, comme si l’aura de From These Wounds planait… A moitié. Funeral jongle encore entre riffs du « pauvre » (l’ouverture de « Making The World My Tomb ») et transitions hésitantes mal amenées. L’album demeure trop irrégulier pour crucifier l’auditeur au bout de son 1h15. Oui vous avez bien lu. Une durée trop ambitieuse, certains morceaux auraient pu aisément être raccourcis (« Hate » et « Will You Have Me ? » en tête). En résulte ainsi des sensations atténuées… Frustrant.

Une musique inégale et peu facile d’accès (des longueurs aisément amputables), Oratorium arrive pourtant à capter notre attention. Ecouté, réécouté depuis trois semaines, les émotions procurées semblent perdurer. Quelques frissons intenses qui ne virent jamais dans le mielleux facile et opportuniste. La faute au timbre touchant du nouveau frontman et à des compositions plus « épurées ». Le chagrin est sincère et bien palpable, comme pour chaque œuvre des Norvégiens. Les défauts d’As The Light Does The Shadow ne sont donc pas entièrement effacés mais si Funeral continue en ce sens, la renommée du groupe datant de 1995 ne sera plus autant décriée. L’heure est désormais au recueillement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
19/11/2012 14:00
note: 7.5/10
Dommage que l'on ne puisse écouter que 30 secondes pour chacun des titres, c'est frustrant....Mais entre la chronique et le peu entendu ça m'a l'air d'être du tout bon.
Mitch citer
Mitch
15/11/2012 00:02
note: 8/10
Des extraits par ici.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funeral
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (9)  8.03/10

plus d'infos sur
Funeral
Funeral
Doom - 1991 - Norvège
  

tracklist
01.   Burning with Regret
02.   Hate
03.   Break Me
04.   Song of the Knell
05.   From the Orchestral Grave
06.   Making the World My Tomb
07.   Will You Have Me?

Durée : 01:12:26

line up
parution
23 Novembre 2012

voir aussi
Funeral
Funeral
From These Wounds

2006 - Tabu Recordings
  
Funeral
Funeral
In Fields Of Pestilent Grief

2002 - Nocturnal Music
  

Essayez aussi
Caronte
Caronte
Yoni

2017 - Ván Records
  
Presumption
Presumption
Presumption

2017 - Sleeping Church Records
  
Green Carnation
Green Carnation
A Blessing In Disguise

2003 - Season Of Mist
  
Mourning Beloveth
Mourning Beloveth
Formless

2013 - Grau Records
  
Godgory
Godgory
Way Beyond

2001 - Nuclear Blast Records
  

Helloween
Helloween (EP)
Lire la chronique
Deathspell Omega
The Furnaces of Palingenesia
Lire la chronique
Krallice
Krallice
Lire la chronique
Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast