chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Asphyx - Deathhammer

Chronique

Asphyx Deathhammer
Comment ça?! Pas de chronique d'Asphyx sur Thrashocore?! Et ça se dit spécialiste de death!? Une honte, un scandale ma bonne dame! À ma décharge, je dois dire que je n'ai jamais été ultra fan du combo néerlandais, lui préférant la brutalité d'un Sinister. Je possède bien The Rack et Last One On Earth et, si j'apprécie ces albums, ils ne font toutefois pas partie de mes classiques. Mais depuis le retour de la formation en 2007 avec l'arrivée du guitariste Paul Baayens (Thanatos, Hail Of Bullets, Cremation) à la place d'Eric Daniels et un Death...The Brutal Way qui porte très bien son nom, j'accroche beaucoup plus. Deathhammer, et sa pochette superbe, est venu confirmer ce nouvel intérêt.

Pourtant, on ne peut pas dire qu'Asphyx a révolutionné son style. Le groupe a une vision à l'ancienne du death metal et n'a pas l'intention de se moderniser en quoi que ce soit. Personnellement, ça me va très bien. La seule différence est à trouver au niveau des riffs que je trouve désormais plus marquants. Deathhammer, sorti en début d'année sur Century Media, fait donc suite à Death...The Brutal Way, plébiscité à juste titre par les médias. Pas de surprise, Asphyx fait du Asphyx mais ce nouvel album, le huitième, se montre moins frontal que son prédécesseur et old-school de chez old-school, avec une production crue et sans artifice pour coller à l'esprit. Pour schématiser, Deathhammer est un opus dichotomique qui alterne deux types de morceau même si certains comme "Of Days When Blades Turned Blunt" ou "As The Magma Mammoth Rises" peuvent mélanger les caractéristiques des deux parties.

D'abord les morceaux courts et rapides, à l'image du title-track "Deathhammer" qu'on avait pu découvrir en avant-première. Le death metal vient du thrash qui doit lui même beaucoup au punk et Asphyx tient à nous le rappeler. Ici, c'est vraiment un retour aux valeurs d'origine. Riffing sombre et minimaliste sur rythmique entraînante entre punk et thrash. Ajoutez à la liste la piste d'ouverture "Into The Timewastes", "Of Days When Blades Turned Blunt", "Reign Of The Brute", "The Flood" (quoique plus mid-tempo) et "Vespa Crabro". C'est très rudimentaire, parfois trop répétitif car les riffs et les tempos n'évoluent que très peu et se ressemblent tous mais c'est foutrement efficace. Je n'ose imaginer le bordel dans le pit en live!

Ensuite, les morceaux plus longs et lents, à l'ambiance travaillée. Bref, les morceaux death/doom. Là aussi peu de riffs et de variation rythmique. Tout se concentre sur l'atmosphère dégagée par la puissance et la pesanteur de quelques riffs simples mais savamment composés. À l'instar du riff principal de la poignante "We Doom You To Death" dont la mélodie mélancolique colle des frissons. Des frissons, on en a aussi sur la dantesque "Minefield" aux atours également mélancoliques mais qui se fait davantage froide, tendue et menaçante, nous envoyant directement sur le champ de bataille où la mort guette à chaque pas. Un titre dantesque d'une lourdeur jouissive, très prenant, qui fait partie de ce que les Bataves ont composé de plus "heavy". Tout comme la terrifiante "Der Landser" dont l'ambiance oppressante me foutrait presque les chocottes. La lead sombre à 4'48 sortie des ténèbres puis le tempo d'une lourdeur abyssale finit toujours par m'achever. Deathhammer se termine sur le dernier morceaux doomy, "As The Magma Mammoth Rises". Près de 8 minutes d'un death préhistorique dont le riff mid-tempo bathorien hypnotise et nous fait bien ressentir cette éruption volcanique libérant le géant endormi qui mettra fin à l'humanité. Puis l'accélération à 4'13 et ce riff plus rapide, boueux et noir. Monstrueux!

D'autant que sur ces riffs puissants et cette ambiance sombre et suffocante vient se poser la voix du génial Martin van Drunen dont les rugissements, maintes fois copiés mais jamais égalés, en font l'un des tout meilleurs chanteurs de death. Ce mec dégage un putain de truc, c'est quelque chose et l'effet, s'il est jubilatoire sur les titres expéditifs qui sont d'excellents exutoires, est carrément saisissant sur les morceaux écrasants, en particulier "Der Landser". Rendons donc hommage à cette légende que j'ai eu le plaisir de voir en live avec Hail Of Bullets au Neurotic Deathfest 2011. C'est sûr, ce n'est pas ce genre de groupes qu'on pourra voir en France... à noter aussi que vous pourrez retrouver le grand Néerlandais grisonnant sur le premier full-length de Grand Supreme Blood Court qui n'est autre qu'Asphyx réuni avec son ancien guitariste Eric Daniels.

Mais revenons à notre Deathhammer. Certaines versions dont la mienne contiennent deux titres bonus issus du single Death The Brutal Way sorti en 2008 sur Iron Pegasus et contenant le morceau-titre et une reprise de Celtic Frost, "Os Abysmi Vel Daath". Là encore une piste bourrine et l'autre doomy. Une version pas indispensable, surtout qu'elle rallonge une durée déjà conséquente de près de 50 minutes mais on ne va pas non plus cracher dans la soupe. Bon alors juste un ou deux petits glaviots alors. C'est vrai, ce nouveau Asphyx est simpliste, limité, très peu varié et pourrait sembler mou, répétitif et rétrograde chez certains. Je ne partagerais cette opinion que pour l'aspect un peu trop répétitif, notamment des morceaux à la "Deathhammer". Et encore, ils me foutent quand même une sacrée patate! Quant aux compositions "fucking heavy" à la "Minefield", l'ambiance dark, menaçante, oppressante voire mélancolique qu'elles dégagent rend carrément accroc. Et finalement, il n'y a que "The Flood" qui me fasse moins d'effet. Deathhammer, c'est en fait une certaine idée du death metal, un retour aux vraies valeurs, un gros fuck off à la scène moderne sans âme. Et Asphyx, c'est un peu les garants de l'esprit death metal originel. Les talibans, les Mitt Romney du death metal. Des ultra conservateurs, des intégristes qui rejettent toute évolution. Mais eux, on les en remercie!

DEATH TO FALSE METAL!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

ElGdlMuerte citer
ElGdlMuerte
29/09/2019 13:33
note: 7/10
Je viens de récupérer le digibook, je l'avais jamais écouté et je dois dire que je suis déçu, pas par le son, les grattes, l'ambiance ou le chant mais par le batteur trop souvent à l'ouest dès que ça s'énerve. Sa grosse caisse est à la ramasse et je comprend pas comment on valide ça à l'écoute en studio ... Et curieusement, j'ai le même souci avec l'album de Siege Of Power qui a le même batteur... J'ai pas le souvenir que ça merdait autant dans les précédents albums d'Asphyx avec le même gars derrière les fûts ... Bizarre !
citer
(ancien membre)
15/11/2012 20:49
note: 8.5/10
Merci Keyser, de reconnaître enfin que le Punk est à la base de tous vos groupes de baltringues !!
Keyser citer
Keyser
15/11/2012 18:15
note: 8/10
The Shining a écrit : Oui.

Mais qu'est-ce que le «false Metal»?


Faut leur demander, c'est écrit dans le livret!
gulo gulo citer
gulo gulo
15/11/2012 18:04
note: 8/10
l'édition digibook comporte aussi une version en allemand de Der Ländser
Momos citer
Momos
15/11/2012 15:36
Oui.

Mais qu'est-ce que le «false Metal»?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Asphyx
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  7.81/10
Webzines : (38)  8.22/10

plus d'infos sur
Asphyx
Asphyx
Death metal - 1987 - Pays-Bas
  

vidéos
Deathhammer
Deathhammer
Asphyx

Extrait de "Deathhammer"
  

tracklist
01.   Into The Timewastes
02.   Deathhammer
03.   Minefield
04.   Of Days When Blades Turned Blunt
05.   Der Landser
06.   Reign Of The Brute
07.   The Flood
08.   We Doom You To Death
09.   Vespa Crabro
10.   As The Magma Mammoth Rises

Durée : 47'18

line up
parution
27 Février 2012

voir aussi
Asphyx
Asphyx
Incoming Death

2016 - Century Media Records
  
Asphyx
Asphyx
Embrace The Death

1996 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Insision
Insision
Revealed And Worshipped

2004 - Wicked World Records
  
Faceless Burial
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)

2018 - Blood Harvest Records
  
Antediluvian
Antediluvian
λόγος

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Entrails
Entrails
Raging Death

2013 - Metal Blade Records
  
Bloodsoaked
Bloodsoaked
Religious Apocalypse (EP)

2014 - Comatose Music
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique