chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wintersun - Time I

Chronique

Wintersun Time I
Raaaaah WINTERSUN... Enfin le nouvel album ! L’occasion avant de l’écouter de réécouter le premier album, sorti en 2004, soit il y a 8 ans ! Alors, où est-il ce bougre de CD qui a tourné des dizaines et des dizaines de fois ? Ah, le voilà, à sa place dans un de mes tiroirs de rangement alphabétique, coincé entre WINTERGEWITTER et WINTERWITCH. Viens par là mon chaton, ça fait bien trop longtemps que papa ne t’a pas fait tourner. Ah, mais tu es bien fourni dis-moi, 3 titres bonus qui sont des versions demo de « Winter Madness », « Beyond the Dark Sun » et « Death And the Healing ». Et tu es aussi accompagné de magnifiques autocollants ! Ah mais oui, j’avais acheté ta version japonaise, c’est vrai. Bon hop, dans la platine et ooooooh, les souvenirs qui déboulent d’un coup dès les premières notes ! Je serai presque tenté de dire « le bon vieux temps ! » si 2004 ne correspondait pas également à la mort de Valfar (WINDIR). Pour le reste, c’est quand même une époque qui a marqué, celle où le folk et le pagan s’invitaient de plus en plus dans tous les styles et qui a vu le succès de MOONSORROW, ENSIFERUM et FINNTROLL. WINTERSUN était tout aussi finlandais qu’eux mais appuyait plus sur la touche melodeath. On pensait sans grand effort à ses autres compatriotes de CHILDREN OF BODOM dès « Beyond the Dark Sun », titre pour lequel un clip avait été tourné et qui nous faisait découvrir la plus grande ouverture de mâchoire du metal. Comme pour confirmer les influences un bassiste venu de NORTHER était engagé mais il fallut bien de la patience pour avoir droit à une suite.

Car 8 ans ont bien passé, 8 ans à attendre ce retour qui fut repoussé à maintes reprises et qui est enfin réalisé avec ce Time I, titre annonciateur d’un II. Le découpage aurait en fait été imposé par le label, Nuclear Blast, bien que le groupe semblait souhaiter un long album unique. C’est que même si l’on trouve 5 pistes, elles sont reliées entre elles comme s’il s’agissait d’une longue fresque, d’un seul et unique long morceau. Et c’est effectivement une aventure qui nous est contée pendant 40 minutes, bien différente de celle de l’album précédent, avec une nouvelle quête qui a nécessité des changements primordiaux et voient le groupe s’attirer les foudres de la critique et des vieux fans... Ces critiques étaient prévisibles, quoi que le groupe fasse, étant donné qu’elles sont obligatoires lorsqu’un groupe après un long silence. Il fallait être particulièrement optimiste pour penser retrouver les mêmes sensations, ou alors ne pas avoir connu de déception lors des reformations de LIMBONIC ART, IMMORTAL ou LUNAR AURORA. Soit les musiciens ont évolué et n’ont plus les mêmes envies que dans le passé et officient alors dans un autre style qui ne satisfera pas les attentes, soit ils proposent quelque chose dans la continuité mais qui ne correspond plus à l’époque et sonne dépassé. Les goûts des fans changent aussi et ce qui les touchait en 2004 peut leur glisser dessus en 2012 comme cela avait été le cas avec le deuxième NYDVIND par exemple.

Dans le cas de WINTERSUN, c’est l’évolution de la musique qui pose problème. Nous avions tous rêvé de nouveaux titres dans la veine des anciens et espérions bien entendu les mêmes hurlements déchainés accompagnés de riffs ultra mélodiques. Finalement ils ont été dilués et la touche CHILDREN OF BODOM s’est pratiquement envolée. Elle a été remplacée par beucoup de parties instrumentales cosmiques et un power metal influencée par les italiens de RHAPSODY ! C’est flagrant dans les ambiances épiques, dans la plupart des riffs, dans quelques apports de guitare acoustique, mais aussi et même surtout dans les vocaux clairs, devenus presque omniprésents et lorgnant parfois vers les pires essais de MANOWAR. C’est assez troublant car très difficile de reconnaître le groupe que nous vénérions. C’est tout de même le cas par moments, rares et courts, comme entre la 45ème seconde et la 3ème minute de « Sons of Winter And Stars », morceau le plus long avec ses 13 minutes 30.

Une autre similitude est aussi à signaler, ce sont des ambiances spatiales amenées par les claviers, mais même celles-ci paraissent la majeure partie du temps trop surfaites. Et le reproche principal à Time est de sentir le too much. On a l’impression que Jari, le leader a voulu en faire trop sur tous les plans. Mêler tous les genres, donner le maximum, sortir des vocaux différents, marquer l’auditeur avec un projet ambitieux, quitte à perdre son identité (comme MANOWAR là aussi) ! Alors c’est vrai que l’artiste doit être libre et ne pas composer en fonction de ses auditeurs, mais si c’est pour devenir fade !!! C’est simple, j’ai le même sentiment que lorsque j’ai demandé à mon fournisseur habituel une call girl ressemblant à Zahia. En plus de m’avoir fait patienter 3 heures, c’est finalement le sosie d’Elton John qui a sonné à ma porte. Ça peut être très bien aussi le Roi Lion, mais quand on s’attend à une nuit de folie et que finalement on finit embroché, on reste sur sa faim. Je ne voulais pas de Power Epique Metal, quoi...

Certains feront les malins et rappelleront qu’il y avait déjà sur le premier album des parties plus sages, comme « Death and the Healing », mais soyons francs, est-ce le morceau préféré de beaucoup de monde et le style qu’on espérait voir privilégier ? Le résultat de ces 40 premières minutes est donc bien dommage parce que le compositeur est respectable et que Time a quelques bonnes idées, comme les ambiances orientales en introduction et conclusion qui laissent croire que les Taïwanais de CHTHONIC vont débouler, mais la déception est presque inévitable. Et vu que la partie II est déjà prête, il ne risque pas d’y avoir d’améliorations dans le futur proche. Après, peut-être qu’un nouveau public y trouvera de l’intérêt ? Peut-être aussi qu’il faudrait se forcer à oublier le premier disque pour apprécier celui-là ? Peut-être qu’il faut du temps ? En attendant, on n’a pas vraiment envie de l’aimer et j’imagine que certains ont déjà prévu d’aller manifester leur mécontentement en allant voter pour cet album dans les « déceptions de l’année »...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Gothenburg citer
Gothenburg
21/03/2015 00:41
note: 9/10
tellement pas d'accord mais je respect l'avis.

Déjà l'album est assez exceptionnel dans l'harmonisation, chaque morceaux comportent plus de 70 pistes, le travail d'équilibrage est énorme et le résultat impose le respect. Si le son à l'air assez artificiel de prime abord avec le temps on l'apprécie aisément d'autant plus si on en comprend l'enjeu de base (donner de la place à tout ce beau monde dans le mixage). Si on cherche la raison de toutes ces années de reports, la raison est donc issue de cette problématique.

Ensuite la composition, désolé mais difficile de trouver plus épique dans le death mélo (prog) actuel, les voix sont belles et soignées, les structures en ont toujours sous le coude mais sont à la fois mémorisables, la qualité technique est aussi exceptionnel que chez un Dream Theater, on apprécie la maîtrise tout au long de la démonstration. Et enfin, le tout donne un patchwork bien épique avec un champ lexical hivernal qui donne une vraie touche de fraîcheur à notre scène scandinave comme peu en son encore capable de la retranscrire.

Pour moi, c'est un album marquant pour lequel j'ai passé de vrais bons moments lors de son écoute. Y'a pas mal de personnes qui me disent l'avoir écouté en jouant à Skyrim, une expérience à tenter lml
Invité citer
Rillettes
01/04/2013 20:11
Aurait mérité le label "Déception de l'année" pour ma part. Beau mais à des années lumières de l'éponyme, grandiose, merveilleux Wintersun.
Dark Nico citer
Dark Nico
22/12/2012 15:45
note: 8/10
J'ai bien failli ne pas l'acheter avec tous ces commentaires mitigés.
Et j'aurais eu bien tord, cet album est grandiose pourtant les orchestrations d'habitude c'est pas mon truc. OK il faut s'habituer un peu l'oreille avant de profiter vraiment mais bon le métal n'est pas fait pour être d'accès immédiat.
Invité citer
Moonshield
18/11/2012 14:13
Cet album est tout bonnement impressionnant.
On est aspiré du début à la fin, pas le temps de s'ennuyer c'est un véritable voyage. Ça fait tellement plaisir un album pareil, vivement la suite!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/11/2012 12:18
note: 5.5/10
Antoin,
Tiens, c'est etonnant, parce que je ressens beaucoup Rhapsody, voire les titres de Manowar qui se veulent epiques sur les recents albums. Ceci dit, il y a peut-etre des groupes qui sont plus proches, mais ceux-la m'ont semble "parlants", et finalement proches des sentiments voulus par la musique... Les vocaux aussi.
Merci pour ton avis, interessant de comparer les ressentis !
Ant'oïn citer
Ant'oïn
18/11/2012 00:57
note: 4/10
Franchement il n'y aurait pas eu le premier album, Wintersun serait tombé dans l'oublis avec ce Time. Il n'y a rien d'original et la production ne sert juste qu'à tromper l'auditeur sur le fait qu'il n'y a aucun travail de composition mais bien de "recherche de son", pour foutre tout et n'importe quoi sur des centaines de pistes audio. Trés grosse déception pour moi.

Le DVD fournis avec le Digipack est quand même sympa et les morceaux passe beaucoup mieux dans la version "live studio". Cela dit après toutes ses années il y'a eu de sacrées révélation qui surpasse la notoriété de Wintersun, dont celle ci d'ailleurs ne s'est formé qu'a travers un seul premier album ultra efficace.

Pour parler de la chronique je trouve les éléments de comparaison assez bizarre. Je n'ais rien sentis de Raphsody perso (je connais pas bien cela dit...). Sinon tout d'accord, c'est juste que je pense que sans l'évolution de style ça reste un album chiant à mourir ou on entend absolument rien des instruments.
valdre citer
valdre
17/11/2012 20:27
note: 9/10
Très bon album pour ma part.

Lorsque j'ai entendu dire que ce nouvel opus serait gerbé sous un angle ''orchestral'', j'avoue que je m'attendais avec frayeur à un de ces albums superflu. Mais au final je trouve que ces éléments apportent vraiment une puissance aux morceaux sans pour autant être de trop.

C'est clair qu'il y a une oreille différente à se faire par rapport au premier album. Pourtant celui-ci comportait déjà des minis orchestrations certes moins dominantes mais qui appuyaient déjà cet ambiance que j'apprécie dans le groupe.

C'est pour moi un album peut-être différent de son prédécesseur sur un niveau instrumental mais qui dans leurs formes s'y rejoignent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wintersun
Melo Epic Power Metal
2012 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (16)  7.22/10
Webzines : (36)  7.77/10

plus d'infos sur
Wintersun
Wintersun
Black Power Epique - 2003 - Finlande
  

tracklist
01.   When Time Fades Away
02.   Sons of Winter and Stars
03.   Land of Snow and Sorrow
04.   Darkness and Frost
05.   Time

Durée : 40mn

line up
parution
19 Octobre 2012

voir aussi
Wintersun
Wintersun
The Forest Seasons

2017 - Nuclear Blast Records
  
Wintersun
Wintersun
Wintersun

2004 - Nuclear Blast Records
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique