chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devin Townsend Project / Devin Townsend - Epicloud

Chronique

Devin Townsend Project / Devin Townsend Epicloud
L’avantage avec ce stakhanoviste de DEVIN TOWNSEND, c’est qu’on se remet d’autant plus facilement d’une déception récente - un « Ghost » soporifique à réserver aux sophrologues en exercice, le bordel pas si joyeux de « Deconstruction » - que l’on sait l’ex-savant fou de STRAPPING YOUNG LAD véritable bourreau de travail, rarement à court d’idées et de projets explosant volontiers les limites du raisonnable. Raisonnable ? Voilà bien un adjectif qu’on aura du mal à accoler au génie Canadien, qui revient ici en galante compagnie (ANNEKE VAN GIESBERGEN, pour vous ravir) sur ce qui apparaît très vite comme une enhanced version du volet le plus réussi de la dernière quadrilogie : « Addicted » 2 le retour, on prend les mêmes et on recommence ?

L’histoire se répète mais il n’est pas interdit de faire mieux que précédemment, quand bien même "Addicted" frôlait déjà l'excellence. Car si l’apparente austérité de « Ki » débouchait sur pas mal de bons titres, on aura tout de même plus facilement intégré les quelques bijoux de superpower pop metal (et une étiquette à la con supplémentaire, une !) que sont « Universe In A Ball ! », « Bend It Like Bender ! » et « Hyperdrive ! », « Addicted » souffrant seulement à mon sens d’une seconde partie de programme un bon cran en dessous (les errances de « Ih Ah ! », entre autres) de ce fulgurant démarrage. La bonne surprise ici, c’est que l’autre divin chauve a enfin réglé ses problèmes de tracklisting et que l’électrique frontman marche enfin en courant continu, bien aidé ici par le formidable abattage d'Anneke : en effet, si aucune surprise de taille n’est à attendre en termes de contenu, vous serez enchantés d’apprendre que sur « Epicloud », la machine à hits tourne à plein régime ! Mais surtout, surtout, gardez bien en mémoire que les contours popisants dont se parent les treize bombes qui le composent n’interdisent en rien d’en prendre plein la gueule. Preuve s’il en est qu’il n’est nul besoin d’agir sous le couvert du pavillon SYL pour tout exploser sur son passage, « Epicloud » fera tourner de l’œil aux égarés pour qui MUSE représente le summum de la puissance rock dès les premières mesures de « True North », pourtant débutée sous des auspices gospel bien traîtres (l’opener « Effervescent »). Et si c’est à un DEVIN TOWNSEND en mode positive attitude auquel nous avons affaire, le bougre ne suspend la dérouillée (la « Bad Devil » équivalence « Lucky Animals », la délicieusement speedée « Liberation ») que le temps d’une « Where We Belong » faisant office d’aimable passe plat, à l’image de « Divine » et « Grace ». C’est ainsi, en jouant à intervalles réguliers la carte de l’apaisement, que Devin met le mieux en valeur une merveille du calibre de « Save Our Now », meilleure pioche de l’album avec son refrain magique et ses rythmiques bondissantes ; un chant subjuguant et des guitares diaphanes qui évoquent un lointain PROJECT EKO (le bonus CD sur « Accelerated Evolution »), en bien plus abouti et accrocheur. Un sublime jeu de ping pong vocal entre un maître du jeu de démolition et sa troublante partenaire, qui en a vu d’autres (son caméo chez NAPALM DEATH sur deux titres de « Smear Campaign »). Une puissance brute couplée au meilleur de la mélodie pour une décharge émotionnelle rare, faisant craindre une cruelle baisse de régime après pareil miracle. Qu’à cela ne tienne, DEVIN TOWNSEND nous fait à nouveau le coup de la reprise en puisant dans son back catalogue, ressuscitant illico le caviar « Kingdom » du déjà lointain « Physicist ». Et bing !

Une fois terrassé par ce duo infernal, on n’aura pas trop de deux exquises caresses pour se préparer au choc frontal de « More! », grosse mandale aux accents thrash forts prononcés, notamment dans un hommage riffesque final à EXODUS absolument génial. L’occasion de se souvenir qu’avant de se rabattre sur Steve Souza au début des années 2000, Gary Holt avait sondé l’animal pour rallier les rangs de la légende Bay Area thrash. EXODUS meets STRAPPING YOUNG LAD, franchement, on aurait aimé voir ça ! Quant à la suite plus progressive qui conclue ce brillant retour aux affaires, elle mettra du baume au cœur de ceux qui considèrent toujours « Terria » comme l’œuvre la plus aboutie d’un artiste désormais accompli, dans le sens où l’homme parvient enfin à concilier déferlement de violence et légèreté aérienne sur le même skeud. S’il ne surprendra certes pas les aficionados du père Townsend en termes stylistiques, il n’est vraiment pas interdit de considérer « Epicloud » comme sa meilleure sortie depuis des lustres, même si le second CD de l'édition limitée relève plus de l'anecdote qu'autre chose (rien d'anormal, Devin aimant bien faire partager à ses fans ce qui traîne sur son disque dur). Réussite quasi totale !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
09/12/2012 09:24
note: 8.5/10
John a écrit : Bonne chronique qui m'a convaincu d'écouter l'album. Et il s'avère très bon !

Merci bien John! L'album de l'année en ce qui me concerne.
John citer
John
08/12/2012 21:40
Bonne chronique qui m'a convaincu d'écouter l'album. Et il s'avère très bon !
Chri$ citer
Chri$
06/12/2012 12:07
note: 8.5/10
Je suis à l'inverse de Darkmorue: j'ai volontairement zappé la tétralogie (merci, je cherchais le mot Moqueur) évoquée car rien ne m'y accrochait l'oreille...alors que je rejoins ici TJ sur "Epicloud", qui est l'album que j'attendais: facile d'accès, accrocheur, tout en gardant une réelle consistance et une pêche constante. Il y a de tout dans cet album: de l'émotion triste qui fait couler de l'eau des yeux jusqu'à la joie lumineuse qui fait se dire que c'est pas mal la vie. En bref un melting pot Ocean Machine / Terria / Physicist, qui sont les 3 projets (SYL à part) que je retiens de la carrière de Devin. Et c'est tellement rare un groupe de métal qui dégage des vibes positives que quand c'est bien fait, j'apprécie!! Sourire
Invité citer
Darkmorue
05/12/2012 21:26
Dans l'idée c'est parfait oui, surtout que Addicted 2 dans l'espace c'est ce qu'on peut rêver de mieux vu que c'est le meilleur du DTP.
Sauf que... Sans temps morts... Luck Animals et son Manson sous ecsta c'est assez ridicule, Divine me pousse à zapper et Angel ne vaut que pour les premiers mots prononcés par Anneke qui mettent une ambiance de fou avant de sombrer dans la platitude totale.
M'bref, tfaçon j'ai déjà pas mal détaillé sur NIME et ça m'empêchera pas de le revoir sur scène lundi prochain Moqueur
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
05/12/2012 07:54
note: 8.5/10
Je peux comprendre qu'on soit déçu par la relative simplicité des compos mais pour ma part, c'est exactement ce que j'attendais de sa part : un album béton, accessible et qui ne souffre aucun temps mort. Je préfère largement cette approche à un nouveau skeud inutilement alambiqué qui part dans tous les sens ...
cglaume citer
cglaume
04/12/2012 20:05
note: 9/10
Darkmorue a écrit : ...Mais euh... Ma toute première déception chez Townsend après une tétralogie touchant les cieux... Addicted l'éclate en long, en large et en travers et le CD Bonus Epiclouder est plus intéressant. Après ça reste du bon album mais décevant venant du maestro Canadien...

J'ai lu bcp de réactions de ce type. J'avoue que je ne comprends pas... Et putain, merci mon dieu ! Sourire
Invité citer
Darkmorue
04/12/2012 18:33
...Mais euh... Ma toute première déception chez Townsend après une tétralogie touchant les cieux... Addicted l'éclate en long, en large et en travers et le CD Bonus Epiclouder est plus intéressant. Après ça reste du bon album mais décevant venant du maestro Canadien...
cglaume citer
cglaume
04/12/2012 16:27
note: 9/10
Je vais de ce pas modifier mon TOP 5 2012 ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devin Townsend Project / Devin Townsend
Superpower pop metal
2012 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  7.69/10
Webzines : (23)  8.11/10

plus d'infos sur
Devin Townsend
Devin Townsend
Metal progressif - 1997 - Canada
  
Devin Townsend Project
Devin Townsend Project
Superpower pop metal - 2008 † 2018 - Canada
  

écoutez
  • More! / Devin Townsend Project

tracklist
01.  Effervescent!
02.  True North
03.  Lucky Animals
04.  Liberation
05.  Where We Belong
06.  Save Our Now
07.  Kingdom
08.  Divine
09.  Grace
10.  More!
11.  Lessons
12.  Hold On
13.  Angel

Durée : 55:59

line up
parution
24 Septembre 2012

Album de l'année
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique