chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sa Meute - 50 contre 1

Chronique

Sa Meute 50 contre 1
L'éternelle récurrence du manque d'inspiration chez moi ces derniers temps prend fin avec ce SA MEUTE. Ça fait quelques semaines que je cherche la clef pour en sortir et je viens de la trouver dans un 50 contre 1 sorti en novembre 2006 chez Stronghold Diaphora au format vinyl, objet merveilleusement bien chiadé et convenant parfaitement à l'aura que déverse ce groupe français sur les sept morceaux que constitue ce second album sorti deux ans après son prédécesseur Hyperborée (2004). Un premier opus qui était déjà très réussi et prometteur, à l'image des phares du Pirée que sont « Werwolf Cry », « Le Bouclier et la Lance » ou encore « La loi de Poséidon », ces deux derniers étant ré-enregistrés ici avec un son plus à la hauteur de la classe qu'ils diffusent. Non pas que le son du précédent opus soit mauvais, loin de là, mais il est en tous points inférieur à celui qui martèle l'inconscient de l'auditeur dans ce nouveau sacrifice aux dieux. Ce son cristallin et soigné fait ressortir à merveille l'obscurité et le côté très mystique de ces athéniens du Sud de la France, région définitivement fort riche en opus de qualité, dans les années 1990 comme dans les années 2000 !

C'est d'ici qu'est sorti ce Black Metal dionysiaque, tout en largesse et en classe, inondant orgasmiquement chacun des pores de la peau de celui qui le prend pour argent comptant. Que ce soit par ses blasts beats ravageurs ou par ses interludes au tambour très ritualiste, le tempo change en permanence et ne rabat jamais l'intensité de la foudre du disque, pour peu que l'on prenne le temps de s'exposer à son châtiment. La première chose qui frappera le quidam écoutant cet opus, c'est cette voix des plus atypiques qui le porte tel un sophiste au sommet de sa forme, déversant des diatribes on ne peut plus intelligibles pour les oreilles ouvertes ! Cependant, c'est également cette voix si étrange qui constituera la première barrière à la musique des Français. Sans l'apprécier pleinement, on ne pourra pas réellement aimer ce groupe... authentique prise de risque que d'avoir choisi cette façon d'éructer de la sorte ces récits épiques et guerriers !

Passé cette étape délicate (avec laquelle j'ai moi-même eu beaucoup de mal à la découverte du groupe il y a quelques temps), la nébuleuse 6 cordes prend immédiatement possession de son trône. Ô mes aïeux, cette guitare au grain si juste fouette les pauvres êtres que nous sommes comme les bacchantes fouettent les femmes infécondes, déversant un torrent de riffs puissants, stimulants et rageurs ! Dès les premiers assauts de cet opus, commencé avec un « Croisade Invisible » des plus efficaces, la recette fonctionne à merveille, à l'image de cette alternance quasi constante entre passages rapides et ralentissements profonds. Que dire de la ravageuse montée en puissance sur « Zoolatrie », morceau résolument Doom ? Une preuve de plus que le groupe manie à la perfection les moments où le tempo s’affaisse pour laisser passer une intensité cérémoniale unique. Ikea va certes vouloir ma peau et me traquer jusqu'à ma mort, mais l'insupportable adjectif « pachydermique » s'applique particulièrement bien à ce morceau ; je gage que vous comprendrez mon trait d'esprit si vous prenez la peine de l'écouter jusqu'au bout. Arpèges alambiqués mais affolants de facilité, tremolos contemplatifs et glacialement mélancoliques, la composition est ici à se damner !

La section rythmique n'est pas en reste, à l'image de la batterie qui arrose de son fiel les riffs tragiques et poignants de cet album via une caisse claire ultra claquante et qui instaure tyranniquement des coups de boutoirs martiaux avec l'usage salvateur du tambour, imprimant sa marque à chacune de ses interventions et transcendant cette foi recherchée par tant de groupe et atteinte avec génie ici. De même, une basse ronde et ultra léchée se laisse entendre à chaque instant de 50 contre 1 comme on peut l'entendre à merveille sur le début de « Blondes Valkyries » où sa pesanteur terrible accompagne avec grandeur une guitare ultra inspirée ou encore sur « La Loi de Poséidon » dans lequel ces scansions asservissantes portent ce morceau vers la dimension divine qu'il recherche. Elle transporte d'ailleurs régulièrement un riff vers un autre et introduit à merveille des morceaux comme « Croisade Invisible » ou « 50 contre 1 » : l'instrument est donc très bien mis en valeur, et ce en permanence à bon escient avec un équilibre plus que louable. De même, sur les passages plus lents (Doom ? ouais on s'en branle), il lui arrive de conduire pleinement la rythmique, comme sur « Zoolatrie » ou sur les passages centraux et final de « L'Éternelle Récurrence » où ses longues notes fascineront l'amoureux des sonorités graves.

« Que le souvenir de l'âge d'or nous tourmente encore.... ». Comme vous l'aurez remarqué dès le début de la chronique si vous connaissiez déjà un peu le groupe avant de la lire, les paroles en français sont tout autant obsédantes, jouissives et classieuses que ces riffs bien français eux aussi pour le beumeux francophile que je suis... d'autant plus qu'elles sont parfaitement intelligibles ! 50 contre 1 comporte, et c'est une de ses innombrables qualités, de nombreuses références à l'histoire et la mythologie grecques, notamment athénienne (avec la forte présence d'Athéna ou de Poséidon par exemple, s'étant disputé la cité lors de sa fondation) comme le morceau éponyme m'évoquant par exemple une bataille navale antique, avec tout ce côté tragique et cette noblesse guerrière que ces événements permettent de diffuser... que c'est pertinent ! Si peu cliché et tellement rare... Ce morceau chante ce qui ressemble au désastre de Syracuse, qui a vu toute la flotte athénienne partir en fumée durant une défaite sur les côtes de Sicile qui marque la fin de leur hégémonie méditerranéenne environ 400 ans avant la naissance de la Peste. On verra aussi une belle référence aux hoplites (infanterie athénienne) dans « Le Bouclier et la lance », morceau très médiéval dans son approche musicale mais très panhellénique dans ses paroles (« cette guerre intestine aura-t-elle une trève ? ») : encore une référence à la guerre du Péloponnèse ?)... on frise vraiment l'excellence une fois de plus, même si ce morceau comporte quelques longueurs et que son final est un poil décevant par rapport à son ensemble toutefois très réussi (faut bien que je trouve de quoi le critiquer ce disque bordel de merde! Mais je ronge mon os comme le rat ronge les ongle de pieds des galériens).

SA MEUTE l'a compris, il y a autant d'émotions à chercher dans L'Iliade, Hérodote et Thucydide que dans les sources habituelles inspirant les suppôts du Black Metal. Toutes ces références historiques et mythologiques sculptent un sanctuaire païen épuré, ravagé, habité de toutes parts par cette voix fantomatique et dérangeante augmentant encore cette ambiance occute planant au-dessus de ces chants olympiens. Bien sûr, elle pourra gâcher l'écoute du disque à certains réfractaires qui seront purement et simplement choqués par cette voix d'orateur instable, changeante, très proche de la folie, réalisant le coup de force d'être interrogative lorsque c'est nécessaire (« A-t-on du sang de géant dans les veines ? »), ou encore affirmative et véhémente lorsqu'il le faut (« Je crois en Odin dans le sang que je porte ! » ; « Je porte le bouclier et la lance ! ») mais surtout n'obéissant jamais aux codes traditionnels qui fondent le style et c'est ce qui constitue, à mon sens, une partie de la réussite de SA MEUTE. Cette voix incomparable a tellement de nuances et de cordes à son arc, bon sang de bois ! « Personne ne peut avoir de prise sur nous qui n’obéissons pas même à nos dieux ! » : au milieu du morceau éponyme, le vocaliste se fait ici colporteur de tragédie et on y croit à fond ! Quelques instants plus tard, son organe se retrouve, encore changée, sur un passage efficace au possible... Bon, tout de même, si j'étais réellement professionnel et intègre, je m'attarderais davantage sur les quelques longueurs que compte cet opus ayant gagné sa place dans les meilleurs albums de Black Metal français pour moi... mais il n'en sera rien : cette pute de clef s'est transformée en boue avant que je change de niveau, j'ai perdu la partie, je suis la risée des corbeaux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
forgetrocco
13/12/2012 23:44
Je sais de source sûre que l'artiste aime aussi le poisson pané. Je ne pense pas que sa meute fasse partie d'aucune scène et qu'ils se fichent pas mal de l'avis des gens
Invité citer
Loddfafnir
05/12/2012 23:05
Une bonne claque, merci pour cette découverte.
citer
(ancien membre)
05/12/2012 21:50
D'accord avec Janko, c'est sans doute une de tes meilleurs kro je pense.
Du coup comment ne pas s'intéresser à ce groupe de Panda même si la voix est vraiment particulière en effet.
Invité citer
Aguirre
05/12/2012 14:53
Avec le recul du temps, je réalise qu'effectivement ils est globalement très bien accueilli; mais tu sais comment son les artistes: toujours à fleur de peau!
C'est dans les coms de la chro sur Nightfall qui remonte à cette époque que le gars avait pu lire des opinions très négatives, je penses que ça a suffit pour l'achever. En tous cas, c'est à cette chronique qu'il faisait explicitement référence (aux coms, pas à la chro qui est élogieuse):

http://metal.nightfall.fr/index.php?idgrp=2526&idchoix=6538&rubchoix=3&nbcomm=15
Geisterber citer
Geisterber
05/12/2012 13:41
Merci Janko! C'est clair que j'ai eu du mal à rentrer pleinement dans le disque au début mais ça fait quand même un bon moment que j'en pense autant de bien que toi.
Aguirre : ouais, ça s'entend pour le Doom mais comme je ne maîtrise absolument pas le genre, je prends des pincettes pour en parler! Quant à la réception du disque, le peu de chroniques que j'ai pu lire n'en parlent qu'en bien! Après c'est peut-être limité à la France, je ne sais pas... quand on voit les notes de Webzines sur ma chronique (en haut à gauche), on voit quand même qu'il fait consensus je trouve!
Invité citer
Aguirre
05/12/2012 10:38
Je me demandais hier justement, avoir de découvrir cette chro et alors que j'écoutais Hyperborée, ce qu'il était advenu de ce groupe.
Je me souviens, en 2007, quand je suis entré en contact avec l'artiste pour lui acheter le dit-cd, il était très décu de la réception de "50 Contre 1" par l'ensemble de la scène Black.
J'espère que ça ne l'a pas refroidi pour une suite possible....
Ps: Il me disait aussi qu'il était très fan de Doom!
Invité citer
Jankowitch
05/12/2012 09:23
Terrible chronique comme d'habitude! On sent que tu aimes l'album et c'est totalement à raison bien entendu. Belles références foireuses au début de ton texte soit dit en passant. En tout cas je suis content que tu aimes cet album autant que moi, surtout qu'au début je crois que tu étais un peu mitigé!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sa Meute
Black Metal
2006 - Stronghold Diaphora
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  9.33/10
Webzines : (3)  9.39/10

plus d'infos sur
Sa Meute
Sa Meute
Black Metal - 2002 - France
  

tracklist
01.   Croisade Invisible
02.   La Loi De Poséidon
03.   Blondes Valkyries
04.   L'Éternelle Récurrence
05.   Le Bouclier Et La Lance
06.   Zoolatrie
07.   50 Contre 1

Durée : 50:45

line up
voir aussi
Sa Meute
Sa Meute
Hyperborée

2004 - Stronghold Diaphora
  

Essayez aussi
Regarde Les Hommes Tomber
Regarde Les Hommes Tomber
Exile

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Thy Mighty Contract

1993 - Osmose Productions
  
Black Majesty
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)

2009 - Death Rituals
  
Leere
Leere
Bleak

2015 - Gravity Entertainment
  
Mütiilation
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)

2018 - Osmose Productions
  

Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique
Ancient Necromancy
Diabolical Forest Alchemy (...
Lire la chronique
Ancient Wisdom
A Celebration in Honor of D...
Lire la chronique