chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ulver - Bergtatt

Chronique

Ulver Bergtatt
(Et Eeventyr I 5 Capitler)

Un jour viendra où Thrashocore pourra se targuer de posséder les discographies complètes des groupes metal « incontournables ». Cette quête perpétuelle de l’encyclopédie qui anime chaque chroniqueur... Certains l’auront peut-être remarqué, mais une manque cruellement à notre webzine. Celle d’Ulver. « Metal » ? Formé en 1993 à Oslo par le charismatique et complexe Kristoffer Rygg (Garm), Ulver (« loups » en norvégien) suit la récente vague black metal affectant la Norvège, une époque où des adolescents acnéiques sortiront quelques pierres angulaires du genre. Ulver en fait partie. Le groupe entamera une trilogie qui marquera sa courte (et parfois méconnue) mais cultissime ère black metal (1993-1997) avant d’effectuer un virage vers une musique tout autre, tournée vers l’ambient et l’électronique. La discographie et ce triptyque débutent par Bergtatt - Et Eventyr I 5 Capitler, littéralement « Prise par les montagnes – Un conte en 5 chapitres », l’histoire d’une jeune fille perdue dans une forêt entre les montagnes d’Europe du Nord, entourée de trolls et d’autres créatures fantaisistes.

Difficile à cerner, Ulver n’aura jamais suivi quelconque schéma facile, dès sa formation il souhaitera offrir une musique « novatrice » et alambiquée. Le groupe reprend les ingrédients typiques de la scène émergeante (image sataniste comprise) mais ira marier ce black metal corrosif à une musique folk atmosphérique. Certes, déjà de nombreuses formations voisines (Enslaved, Aeternus, Windir…) avaient tenté ce rapprochement à leur début mais contrairement à la thématique guerrière (viking) virulente pleinement inspirée de Bathory, Ulver se base lui sur un univers féérique planant et propose sans équivoque le black/folk le plus abouti du début des années 90. Leur fameuse démo Vargnatt annonçait dès lors cet amour partagé (le magnifique « Trollskogen ») où s’entremêlent metal extrême, guitares acoustiques, flûte enchanteresse et chant clair (masculin et féminin). Beaucoup comme moi auront découvert le chant clair de Garm via Arcturus (dont on retrouve ici le bassiste ainsi que le claviériste) voire Borknagar. Son timbre est radicalement différent sur Bergtatt, il est méconnaissable. Point de tournures « théâtrales » cette fois, un chant sobre, « innocent », presque divinatoire. A peine l’album lancé (dès l’introduction de « Capitel I »), l’auditeur subira ses premiers émois. Quelque chose d’indescriptible s’y dégage (les vers à 2:21 de « Capitel II » sont juste bouleversants)… Troublant.

Suivant les péripéties de cette fille prisonnière de la montagne, Ulver plonge l’auditeur dans ce paysage nordique entourant le personnage (les bruits de marche assez étonnants sur « Capitel III »). Une symbiose avec la nature captivante (reprise par Thy Serpent) portée par les vocaux mélancoliques de Garm mais aussi par les douces notes de guitare acoustique d’Haavard sur chaque morceau. « Capitel I » (5:41), l’introduction de « Capitel II » couplée à la flûte (faux airs d’un King Crimson), « Capitel IV » titre purement acoustique (accompagné d’un chant féminin interprétant la protagoniste) ou encore le final inattendu de « Capitel V » (7:04). Un talent pleinement démontré et confirmé sur la suite Kveldssanger . Dire que ce musicien (qui a pondu Nattens madrigal) fait désormais du pop/rock à tendance « dance » (InPublik) et passe au X Factor norvégien… Bref. Les sentiments de peur dans cet univers hostile (kidnappée par les trolls) seront quant à eux traduits par le penchant black metal d’Ulver. Un metal glacial très « accessible » à vrai dire et sous une production cristalline (assez surprenant pour l’époque), à mille lieux de Vargnatt et Nattens madrigal (hémorragie auditive la première fois). Les riffs intenses restent sur une dominante mélodique (la conclusion épique de « Capitel I », le tremolo leitmotiv fatal du dernier chapitre) matraquée en fond par le jeu de batterie soutenu d’AiwarikiaR (ex-code) (riche et sans aucun artifice, rappelant le défunt Grim) quant aux hurlements black manquant certes de souffle, Garm demeure tout aussi touchant.

Balance quasi-parfaite entre black metal et folk atmosphérique, Bergtatt est considéré comme l’un des piliers du genre, source d’inspiration pour de nombreuses formations (Agalloch, Empyrium, October Falls, Drudkh…). Ce premier opus pourrait être perçu comme une sorte de compromis entre le pur folk Kveldssanger et l’éprouvant « true raw black metal » Nattens madrigal. Une musique ne nécessitant presque aucun effort, il suffit de lancer Bergtatt et de se laisser emporter par les vers angéliques de Garm ou les riffs (acoustiques) poignants pour un voyage imaginaire sans retour à travers les forêts enneigées scandinaves. Un « compromis » ou « ébauche » pour certains, car effectivement les compositions seront nettement plus abouties dans les deux styles pratiqués dans la suite de la trilogie. Mais je ne sais pas… La saveur de Bergtatt reste unique. C’est surtout la durée de l’album qui posera problème : 34 minutes seulement… Beaucoup trop court pour le style. Deux morceaux supplémentaires auraient certainement pu gratifier ce premier album de la note maximale. Bergtatt n’en reste pas moins un chef d’œuvre du black/folk, un « must have » pour les adeptes de musique atmosphérique sombre et poétique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
17/09/2016 09:57
Je reprendrai presque mot pour mot le commentaire de Dantefever.
Cet ULVER est un compagnon indispensable pour traverser l'hiver...
Dantefever citer
Dantefever
29/08/2016 20:03
note: 9.5/10
Aussi hors du temps et Beau que le ITNE d'Emperor. Album purement magique, enchanteur et intimiste là ou ITNE est majestueux et superbe. Un voyage féerique dans les montagnes mystiques et habitées de Norvège. Une définition absolu du Black Metal.
korbendallas citer
korbendallas
12/12/2012 18:18
Mitch a écrit : korbendallas a écrit : Rhaaa "Bergtatt ..." et son fameux roulement de batterie !

"Frisé" caisse claire, tom medium puis tom basse plutôt. Clin d'oeil


Haha oui si tu joues sur les mots Sourire mais bon à l'époque j'étais trop jeune pour parler frisés ... niveau batterie Sourire
Mitch citer
Mitch
12/12/2012 09:37
note: 9.5/10
korbendallas a écrit : Rhaaa "Bergtatt ..." et son fameux roulement de batterie !

"Frisé" caisse claire, tom medium puis tom basse plutôt. Clin d'oeil
korbendallas citer
korbendallas
11/12/2012 19:56
Rhaaa "Bergtatt ..." et son fameux roulement de batterie ! Quel album ! Un des meilleurs album de "black" de l'époque, épique, mélodique, violent ... bref du tout bon !
Et cette ambiance purement nordique ... du bonheur !
Invité citer
Saen_Ko
09/12/2012 01:35
Un de mes albums de métal préféré, voir mon meilleur album de black métal. Une perle, tout est parfait dedans.

Quand je pense qu'a l'époque je suis tombé dessus au hasard en fouinant chez un disquaire.

Mangez en, c'est du tout bon.
AxGxB citer
AxGxB
06/12/2012 15:45
Un groupe sur lequel il faudrait que je me décide à me pencher. Je n'ai écouté que Shadows Of The Sun qui n'a à priori, rien à voir avec le début de leur discographie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulver
Black / Folk atmosphérique
1995 - Head Not Found
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (23)  9.02/10
Webzines : (11)  9.22/10

plus d'infos sur
Ulver
Ulver
Synth Pop - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Capitel I: I Troldskog Faren Vild
02.   Capitel II: Soelen Gaaer Bag Aase Need
03.   Capitel III: Graablick Blev Hun Vaer
04.   Capitel IV: Een Stemme Locker
05.   Capitel V: Bergtatt - Ind I Fjeldkamrene

Durée : 34:17

line up
voir aussi
Ulver
Ulver
Nattens Madrigal
(Aatte Hymne Til Ulven I Manden)

1997 - Century Media Records
  
Ulver
Ulver
The Assassination of Julius Caesar

2017 - House of Mythology
  
Ulver
Ulver
Lyckantropen Themes

2002 - Jester Records
  
Ulver
Ulver
Kveldssanger

1996 - Head Not Found
  

Essayez aussi
Panopticon
Panopticon
The Scars of Man on the Once Nameless Wilderness

2018 - Bindrune Recordings
  
Alda
Alda
Passage

2015 - Bindrune Recordings
  
Empyrium
Empyrium
Songs Of Moors And Misty Fields

1997 - Prophecy Productions
  
Wędrujący Wiatr
Wędrujący Wiatr
O turniach, jeziorach i nocnych szlakach

2016 - Werewolf Promotion
  
Latitude Egress
Latitude Egress
To Take Up The Cross

2014 - Art Of Propaganda
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique