chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
142 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lutomysl - Overcoming Babel

Chronique

Lutomysl Overcoming Babel
Après un album éponyme tout en maîtrise et en finesse, auquel on aura pu reprocher à raison un certain manque de spontanéité au profit d'un aspect plus démonstratif et « clinique » au niveau des guitares, LUTOMYSL est de retour, toujours sur Nihilward Productions, avec un opus magnifiquement orné d'un bel hommage à la tour de Babel, faite ici de corps rampants et pourrissants qui cherchent, dans toute la médiocrité qui les animent, à atteindre un ciel illusoire. Le désespoir, la punition, voilà des sentiments qui règnent en maître sur ce récent monument de mélancolie enregistré par le sempiternel Pavel Shishkovskiy et sa touche reconnaissable entre mille. Alors, le meilleur objet jamais sorti pour un LUTOMYSL, comme annoncé par le groupe lui-même ? Sans aucun doute, le digibook est magnifique et les illustrations qui l'ornent sont totalement réussies. Tout est réuni pour faire de ce nouveau disque un grand millésime, tant son enrobage est chiadé et classe. Et de même, alors que le précédent opus était un poil trop long (durant une bonne heure), ici LUTOMYSL va à l'essentiel avec son Overcoming Babel qui se limite à quarante-cinq minutes de titres habilement variés.

Le son de ce nouvel opus à la couleur grisâtre prédominante est également plus adapté à l'ossature du one man band que ne l'était celui du précédent album, peut-être un poil trop tendre pour de telles émotions. Certains plans guitares / batterie avaient tendance à diluer la densité des émotions qui s'en voyaient légèrement affectées. Ici, il est agressif et mordant, implacable comme il se doit d'être pour catalyser la fougue nostalgique du projet solo. La batterie est plus limpide, à l'image d'une caisse claire bien claquante et de cymbales fort bien articulées : l'équilibre entre les salves mélodiques de la guitare de Pavel et la batterie est fort bien maintenu et porte l'intensité à son zénith sur certains passages très réussis, notamment les passages lents de « Confession », montagne de tristesse qui s'abat sur les oreilles du pauvre auditeur livré à ce torrent de peine et de fureur. C'est avec ce troisième morceau que l'on retrouve un LUTOMYSL sachant être à la fois rageur et émouvant, tout en étant toujours juste et précis. Une précision qui se ressent dans l'évolution des riffs, toujours méticuleuse et maîtrisée de manière à ce que l'on ne se repose jamais sur une mélodie obsédante, à l'image de l'alternance excellence entre tempo binaire ultra efficace et tempo plus lent sur « In Millstones Of Time » conclu par un final totalement grandiose, tout en subtils mid-tempos.

Mais après cet autre grand moment intimiste, Overcoming Babel se voit immédiatement relancé par un « With The Bursting Freedom » qui propose une décharge de riffs totalement jouissifs pour l'amateur de ces mélodies alambiquées et lumineuses que l'on connaît à l'Ukrainien. Des riffs animés par la voix d'un Pavel porté par davantage d'assurance sur cet opus, une voix dans laquelle on décerne moins de fragilité et de failles, même si elles pouvaient en faire la force dans un album comme De Profundis, monument intégral de fragilité vocale. Ici, elle est plus régulière dans le déchirement et exprime une rage uniforme, assassine, ressentie dès les première éructions lancée dans « Behind The Mask », premier titre très dynamique d'un album sincère et assommant de tristesse. Ici, plus d'essoufflement, plus de râles d'agonie pour Pavel qui gère mieux sa respiration pour offrir le meilleur de son organe en permanence. Ouverture salvatrice à laquelle succède le non moins intense « Don't Put Out ! » qui nous avait mis l'eau à la bouche quelques mois avant la sortie définitive de cet album et qui s'impose ici comme un de ses morceaux phares de cette offrande.

La force de cet album réside réellement dans la tangente entre passages plus lents et la fulgurance des passages plus véhéments, à l'image d'un morceau comme « To Ashes », belle montée en puissance qui commence par une lente danse tortueuse pour évoluer vers un torrent de double pédale et de blast surplombé par des riffs éthérés bien connus des forces de police inspectant le travail tout frais de l'Ukrainien, consistant en des accords contemplatifs et des transitions aux harmonies totalement ancrées dans cette patte LUTOMYSL que l'on connaît : des trémolos dynamiques aux sonorités uniques amorcent une succession de riffs souvent très cohérents. Un changement permanent de rythme contribue à renforcer cette grande variété qui se dégage à l'écoute de cet opus très réussi. Le feu crépite dans tous les sens et se voit sans cesse ravivé par le souffle énergique de l'inspiration qui règne à nouveau en maître sur Overcoming Babel.

Ce qui n'empêche pas cet album de s'éparpiller parfois dans la facilité, à l'image de « Slave » et de ses plans basse / batterie assez délicats à appréhender, voyant la figure de l'auditeur enthousiaste jusqu'alors se décomposer dans un premier temps. « Mais... mais... qu'est-ce que c'est que ça ? ». La surprise de la première écoute est assez désagréable, ces passages n'étant pas vraiment réussis... pourtant la réussite finale de ce morceau moins marquant est à chercher dans l'apparition fantomatique de moments plus posés et lents, libérant cette nostalgie à partir de 0:44 et lui redonnant une vraie étoffe jusque là trop noyée dans ce début assez approximatif. Cette tentative d'agressivité pure est bien trop neutre pour un groupe si transcendant d'habitude et va bien mal à ce LUTOMYSL plus moderne... même si il serait dommage de ne pas saluer les lignes de basse fort bien réalisées de ce « Slave » qui porte pourtant en lui une vraie souffrance à aller chercher en profondeur. Paradoxalement, le morceau le moins marquant du disque est celui dans lequel se distingue le mieux la quatre cordes, trop rarement séparée des guitares dans l'ensemble. L'émotion brut y est pourtant trop rare, d'autant plus qu'il est situé après le temps fort qu'est « To Ashes ».

Et d'une manière générale, c'est peut-être ce manque de spontanéité qui fait défaut à ce LUTOMYSL cuvée 2012, comme il avait tendance à le faire sur le précédent opus. Les défauts du disque constituaient vraiment un amas de détails insignifiants à l'échelle d'un disque « normal ». Le seul problème de LUTOMYSL, la tare majeure de ce one man band est qu'il a déjà tutoyé l'excellence par le passé avec des disques comme Decadence, suintant la réussite par tous les pores ou encore De Profundis, ode monumentale à la densité, tant est si bien qu'on en devient terriblement exigeant lorsqu'on se confronte à ce groupe. Si Overcoming Babel n'est pas le chef-d’œuvre qu'attendaient les fans comme moi, il nous prouve cependant que LUTOMYSL n'a pas encore épuisé son talent, ses moments forts étant là pour rappeler à la mémoire des auditeurs la Grâce qui plane sur chaque élément que touche le créateur de ce projet solo à la discographie quasiment sans faux-pas. Ce n'est toujours pas Overcoming Babel qui me fera dire le contraire même si une certaine appréhension pointe le bout de son nez pour les réalisations futures du one man band qui j'espère ne tombera pas dans les facilités aperçues ici et là pour ce disque qui reste une franche réussite de « Jet Black Metal Art » et encore plus de Black Metal tout court, LUTOMYSL restant, quoi qu'il fasse, une entité noble planant au-dessus de la populace grouillante de l'Art Noir comme sa bannière flotte au-dessus du fatras d'humains hantant cette classieuse pochette.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
19/05/2014 23:58
note: 10/10
Je viens de commander sur Discogs le Lutomysl - Catharsis - De Profundis & Decadence...j'espère tout recevoir en bon état c'est la première fois que je commande sur ce site là.
J'suis impatient.
Streker citer
Streker
15/05/2014 14:19
note: 10/10
Sakrifiss a écrit : Je l'ai personnellement découvert en 2004 avec son album "I(')MQUI(nt)ESs/cENCE" qui était très personnel déjà, surtout il y a 10 ans. Et puis surtout il a été enorme avec les trois albums suivants :
Decadence, Catharsis et De Profundis.
Ensuite, les deux derniers ont tendance à mettre un peu trop les guitares en avant, avec des vocaux un peu moins torturés du coup. Mais j'imagine que si j'avais découvert le groupe avec cet album je l'aurais trouvé énorme. Je lui mets tout de même 8.5... c'est dire combien je trouve les autres excellents !


Oui j'imagine, j'ai écouté quelques extraits des précédents albums sur le net, le problème c'est la qualité du son...j'espère vraiment arriver à mettre la main sur tous ces albums surtout le De Profundis, la Chro me donne vraiment envie.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
15/05/2014 14:16
note: 8.5/10
Je l'ai personnellement découvert en 2004 avec son album "I(')MQUI(nt)ESs/cENCE" qui était très personnel déjà, surtout il y a 10 ans. Et puis surtout il a été enorme avec les trois albums suivants :
Decadence, Catharsis et De Profundis.
Ensuite, les deux derniers ont tendance à mettre un peu trop les guitares en avant, avec des vocaux un peu moins torturés du coup.
Mais j'imagine que si j'avais découvert le groupe avec cet album je l'aurais trouvé énorme. Je lui mets tout de même 8.5... c'est dire combien je trouve les autres excellents !
Streker citer
Streker
15/05/2014 09:50
note: 10/10
Evil Ash a écrit : Découverte pour ma part avec cet Overcoming Babel... Et grosse claque! Rarement un album aussi haineux ne m'a paru aussi émouvant... Va falloir que je me penche d'urgence sur le reste de la disco. Sont forts ces ukrainiens...

Idem pour moi. Grosse surprise.
Encore merci Thrashocore !
Je suis déjà à la recherche des précédents opus, mais pas évident d'y mettre la main dessus...peut être sur discogs.
Evil Ash citer
Evil Ash
24/04/2014 13:21
note: 9/10
Découverte pour ma part avec cet Overcoming Babel... Et grosse claque! Rarement un album aussi haineux ne m'a paru aussi émouvant... Va falloir que je me penche d'urgence sur le reste de la disco. Sont forts ces ukrainiens...
lkea citer
lkea
18/01/2013 10:02
note: 9/10
Malheureusement écouté trop tard pour le faire figurer dans mon bilan annuel...

Un chouette album de screamo Mr Green
Invité citer
Crash
09/01/2013 19:24
En bm "traditionnel" je n'écoute plus que drudkh et les trucs techniques indus du style dso, spektr,abigor,ect...
C'est super quand les groupes de bm comme Drudkh ralentissent le tempo parce que dès que ça part en blast c'est fatiguant et chiant .Et la langue ukrainienne donne un charme a la musique,c'est vraiment poignant .
gulo gulo citer
gulo gulo
09/01/2013 18:00
note: 9/10
.. voire plus.
gulo gulo citer
gulo gulo
07/01/2013 22:23
note: 9/10
Très bon et poignant, en effet.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
07/01/2013 00:01
Ecoute prévue pour ma part, la chro donne vraiment envie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lutomysl
Jet Black Metal Art
2012 - Nihilward Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (10)  8.3/10
Webzines : (2)  8.09/10

plus d'infos sur
Lutomysl
Lutomysl
Black Metal Mélodique - 2001 - Ukraine
  

tracklist
01.   Behind the Mask
02.   Don’t Put Out!
03.   Confession
04.   To Ashes
05.   Slave
06.   In Millstones of Time
07.   With the Bursting Freedom
08.   Babel

Durée : 45:02

line up
parution
12 Décembre 2012

voir aussi
Lutomysl
Lutomysl
Firmament (EP)

2014 - Nihilward Productions
  
Lutomysl
Lutomysl
De Profundis

2008 - Supernal Music
  
Lutomysl
Lutomysl
Ecce Homo

2018 - Drakkar Productions
  
Lutomysl
Lutomysl
Decadence

2005 - Mercenary Musik
  

Essayez aussi
Sigh
Sigh
Hail Horror Hail

1997 - Cacophonous Records
  
Maïeutiste
Maïeutiste
Veritas

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Zgard
Zgard
Totem

2015 - Svarga Music
  
Infirmity
Infirmity
Descendants of Sodom

2019 - Lost Apparitions Records
  
Blodorn
Blodorn
Absolu (EP)

2015 - Antinomie Productions
  

Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique