chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devourment - Conceived In Sewage

Chronique

Devourment Conceived In Sewage
"On espère que les bouchers texans seront un peu plus inspirés pour leur prochaine réalisation."

Telle était la conclusion de ma chronique de Unleash The Carnivore en 2009. Un album qui en avait déçu plus d'un. Pas Relapse Records apparemment puisque Devourment a depuis rejoint la célèbre écurie. Un signature impensable à l'époque de Molesting The Decapitated quand le combo texan sévissait dans l'underground le plus putride. Surprenant également, c'est Erik Rutan qui s'est chargé de la production. Qu'on se le dise, Devourment évolue désormais dans la cour des grands! Oui, les choses ont changé, ça on le sait depuis un moment. Le Devourment reformé en 2005 n'est plus le même que celui de la fin des années 1990. Un constat qui prend encore plus de sens avec ce nouvel album, Conceived In Sewage, tout juste extirpé des égouts et dont les cadavres putréfiés flottant dans la mélasse de la pochette, signée Toshihiro Egawa et immonde comme d'habitude chez les Américains (quoique le gros tout nu sans tête du premier full-length garde toute ma sympathie), rappelle la cover d'un certain Purulent Decomposition de Sepsism sorti la même année que... Molesting The Decapitated!

Un signe trompeur puisque ce nouvel opus, le quatrième pour le quatuor de Dallas, est sans conteste le plus propre et réfléchi de sa discographie. Et donc, le plus différent. Le choc est terrible lors des premières écoutes, à tel point qu'on se demande s'il s'agit bien du même groupe! C'est que Devourment a décidé de s'écarter de ce qu'on appelle le slam death et de se faire plus old-school, plus classique, plus brutal death tout court en somme voire carrément death encore plus court. Cannibal Corpse vient ainsi régulièrement en tête par exemple. L'intro sombre et lente de "Conceived In Sewage" fait même penser à du Immolation! Une évolution encore plus flagrante au niveau du chant puisque Mike Majewski a élargi son spectre vocal. Moins gutturales, plus distinctes, ces intonations étonnent pour un groupe qui s'adonnait jadis sans retenue aux gargouillis les plus inaudibles. Quant à la production de Rutan, plus léchée, puissante et propre, elle suit la même direction. Pas étonnant, avec tous ces bouleversements, que ce Conceived In Sewage fasse débat! En ce qui me concerne, l'évolution du groupe prend certes de court au premier abord, mais celle-ci me semble tout à fait légitime. La scène slam death se mord la queue depuis des années, pourquoi en rajouter une couche alors que Devourment a non seulement aidé à populariser un genre hérité du death metal new-yorkais mais a surtout sorti son album ultime? Dès lors, on peut comprendre l'envie d'évasion des Texans.

Mais qu'en est-il de la valeur réelle de l'opus? Si les premières écoutes déçoivent clairement, les suivantes se font plus appréciables. Alors c'est sûr, Conceived In Sewage n'est pas l'album de l'année. Les riffs, notamment, restent très basiques et ont tendance à se répéter trop longtemps. Molesting The Decapitated restera à jamais le chef-d'œuvre du groupe. Mais ce nouveau Devourment n'est pas non plus dénué d'intérêt. Les compositions se font plus matures, les musiciens plus à l'aise techniquement. Ruben Rosas, ancien frontman reconverti en guitariste, tenait à faire savoir qu'il pouvait faire autre chose. Et Mike Majewski, le membre qui m'a le plus impressionné, nous livre sa meilleure performance en alternant growls intelligibles et intonations glaireuses avec même un peu de screams. Honnêtement, je ne l'attendais pas à un tel niveau après la prestation monotone de Unleash The Carnivore. À l'inverse, Erik Park, qui m'avait fait plus forte impression sur Butcher The Weak, et Chris Andrews, dont on peine à entendre la basse alors que le bougre est toujours le plus actif sur scène, se font plus discrets. Quoiqu'il en soit, Conceived In Sewage est le disque le plus varié de la formation et nul doute que ceux qui n'accrochent pas au slam death pourront désormais écouter Devourment sans vomir à l'idée de devoir porter baggy et casquette. D'autant que la brutalité n'a pas non plus été oubliée. Les morceaux manquent certes de folie en se limitant souvent à du mid-tempo mais on croisera tout de même quelques blastouilles et séquences plus chaotiques comme sur "Legalize Homicide" (slogan célèbre du groupe enfin mis en musique) à 1'08, "Conceived in Sewage" à 2'39 (petit feeling grind pas déplaisant), le début de "Fucked With Rats" et "Parasitic Eruption", "Today We Die, Tomorrow We Kill" à 0'50 ou encore "Heaving Acid" à 1'03 (un peu grindy là-aussi). Quelques traces de gravity-blasts aussi sur "Fifty Ton War Machine" et "Today We Die, Tomorrow We Kill". Non, Devourment n'a pas encore perdu ses couilles!

D'ailleurs, il n'a pas non plus perdu son groove ni complètement son caractère putride (la fin de "Fifty Ton War Machine", blurp!). Difficile désormais de classer le combo dans le slam death UG dégoulinant mais ce n'est pas pour autant que les Américains renient leurs racines. Car des riffs bulldozer grassouillets et des slam parts bien heavy et neuneux qui donnent envie de piter, il y en a encore un bon paquet! Le titre de clôture "Parasitic Eruption", assez jouissif, en est une belle preuve puisqu'il s'agit de la piste la plus slammie et old-Devo! Avec le chant de Majewski, c'est l'aspect de l'album qui m'a le plus séduit et qui permet à Conceived In Sewage de convaincre un peu plus que Unleash The Carnivore même si j'ai mis la même note aux deux (je suis plus exigeant aujourd'hui).

Pour l'instant cependant, c'est encore un peu juste. Un peu trop répétitif et banal, pas assez marquant niveau riffs. Des morceaux comme "Fucked With Rats" ou "Carved Into Ecstasy" (malgré une deuxième moitié bien meilleure), entre autres, ne me font ni chaud ni froid. Et puis c'est vrai, on ne s'attendait pas à une évolution aussi significative. Ceux qui souhaitaient un retour à Molesting The Decapitated en seront pour leurs frais et se tourneront plutôt vers Meshiha (le nouveau projet de Brain et autres ex-membres) ou la pléthore de formations qui le repompent (Sick par exemple). Mais qu'un groupe comme Devourment nous surprenne, sans changer complètement de registre, comme sur l'interlude fort sympathique "March To Megiddo" à l'ambiance sombre et oppressante et à la batterie martiale, voilà qui fait plaisir. Et ça, même si le résultat n'est pas tout à fait à la hauteur de la réputation du groupe, ça me donne envie de l'encourager à continuer dans cette voie!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

max.scxxxd citer
max.scxxxd
20/12/2014 04:32
note: 8/10
Je préfère cet album aux précédents :P
Keyser citer
Keyser
04/03/2013 19:12
note: 6.5/10
Backstaber a écrit : Dans ta kro, tu cites Meshiha et Sick, ça vaut le coup si on adore les premiers Devourment ? C'est pas trop insipide ?

Leurs cds respectifs sont pas très chers sur le site du label

sinon, j'écoute le dit album pour la première fois et ça va encore ; c'est même plutôt positif pour moi qu'ils aient changé un peu, tout en gardant une certaine qualité dans la composition


Meshiha c'est vraiment pas terrible le peu que j'ai écouté. Sick c'est du copier coller de MTD, à toi de voir si l'absence totale de personnalité ne te gêne pas.
Backstaber citer
Backstaber
04/03/2013 19:10
Dans ta kro, tu cites Meshiha et Sick, ça vaut le coup si on adore les premiers Devourment ? C'est pas trop insipide ?

Leurs cds respectifs sont pas très chers sur le site du label

sinon, j'écoute le dit album pour la première fois et ça va encore ; c'est même plutôt positif pour moi qu'ils aient changé un peu, tout en gardant une certaine qualité dans la composition
Ander citer
Ander
03/03/2013 16:34
Quand il dit banal, c'est plus pour la musique, qui l'est, incontestablement. Devourment ne prétend rien inventer et n'a fait au final que repousser dans ces derniers retranchements des éléments existants (ce qui est déjà pas mal en soit), mais sur cet album j'ai l'impression qu'ils ont voulus faire une musique plus conforme, plus accessible pour attirer peut-être un public qui restait sur la touche avec leurs précédentes réalisations... Grand bien leur en fasse si ils y arrivent mais ça sera sans moi pour le coup même si c'est loin d'être une grosse daube indéfendable ou un changement radical de style raté comme on a pu en voir ces derniers temps...
Porncore citer
Porncore
03/03/2013 15:07
Bonne chronique. La note devrait être plus à la hausse mais comme tu dis tu es devenu plus "sévère".

Par contre banal ... Pas vraiment, la voix du chanteur est trop personnelle.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devourment
Brutal Death
2013 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  7.13/10
Webzines : (28)  6.83/10

plus d'infos sur
Devourment
Devourment
Brutal Slam Death Metal - 1995 - Etats-Unis
  

vidéos
Parasitic Eruption
Parasitic Eruption
Devourment

Extrait de "Conceived In Sewage"
  

tracklist
01.   Legalize Homicide
02.   Fifty Ton War Machine
03.   Conceived In Sewage
04.   Fucked With Rats
05.   March To Megiddo
06.   Today We Die, Tomorrow We Kill
07.   Heaving Acid
08.   Carved Into Ecstasy
09.   Parasitic Eruption

Durée : 33'26

line up
parution
19 Février 2013

Essayez plutôt
Necrotorture
Necrotorture
Blood Feast (EP)

2006 - Extreme Underground
  
Visceral Disgorge
Visceral Disgorge
Ingesting Putridity

2011 - Amputated Vein Records
  
Iconic Vivisect
Iconic Vivisect
Monument Of Depravity

2014 - Inherited Suffering Records
  
Darkall Slaves
Darkall Slaves
Abysses Of Seclusion (Single)

2013 - Kaotoxin Records
  
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Casketless

2010 - Sevared Records
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique