chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drowning The Light - An Alignment Of Dead Stars

Chronique

Drowning The Light An Alignment Of Dead Stars
En ces temps de crise économique, il faut se recentrer sur les choses simples de la vie, les valeurs sûres... Si si, c'est TF1 qui l'a dit et moi, je crois tout ce que dit Jean-Pierre Pernaut surtout quand il me dit que la Tarte aux mirabelles de Jean-Jacques est bonne parce que le fait qu'elle est souvent bonne. Ce qui prouve que TF1 a souvent raison. CQFD.
Alors je me suis dit « Recentre-toi mon grand ». C'est bien les programmations, les samples, les narcotiques, les basses technos mais parfois il faut avouer que j'adore aussi me replonger dans mes amours du Black Metal simple, trve et bêtement raw. Alors du coup, vu qu'il faut se recentrer sur les soit-disant valeurs sûres, j'ai choisi de parler de Drowning The Light.

Drowning The Light ou le paradigme via la production sans fin. Soixante sorties en dix ans, toutes plus Trve les unes que les autres, et une foule de splits, EP, tapes sortis sur des labels que même l'underground Black ne connaît pas forcément. Azgorh est un productif par essence et si certains se brident pour ne pas sortir la totalité de ce qu'ils font, notre australien s'en fout mal et sort tout ce qu'il peut sortir... Être un die-hard de Drowning The Light, c'est très compliqué, notamment pour une question de budget mais pas uniquement... Même si vous êtes multimillionnaire, il vous faudra dénicher des copies LP tirées à 100 exemplaires, ce qui vous promet de nombreuses heures de zone sur Discogs. De même, suivre l'actualité de la formation est complexe... On achète le dernier et il y en a déjà un nouveau qui est sorti...

Ainsi, « An Alignment of Dead Stars » est le dixième album de la formation australienne, sorti au cours de l'année 2009, soit une des années les plus riches en terme de production pour Azgohr et sa petite bande. Pourquoi « An Alignment of Dead Stars » plutôt qu'un autre, allez vous me dire... Tout simplement parce que chroniquer l'intégralité de Drowning The Light est impossible et que si je dois vous en conseiller un, c'est bel et bien celui-là qui représente pour moi une sorte de quintessence de l'art noir produit par le combo. Ici tout sera affilié à la recette pure d'un Trve-Black excessivement mélancolique. La voix éraillée succédera aux guitares hurlantes et à la réverbération impénétrable d'une caverne obscure. Oui, oui, c'est cliché au possible mais c'est vrai.

Le plus important quand on fait du Trve-Black, c'est de respecter une certaine intégrité et de le faire ressentir dans sa musique. À n'en point douter, Drowning The Light réussi ici le pari : que ce soit dans les interludes qui sentent bon la tristesse et la nostalgie ou dans certains titres plus classiques qui respirent une haine plombée. « The Cult Of Shadows », l'excellent premier titre du disque, représente une parfaite synthèse entre cette mélancolie à base de riffs larmoyants et cette brutalité dans la simplicité non taillée du son de ce disque. Ainsi, « A Call to Arms » vous donnera des envies furieuses et « Vampyre (The Broken Dirge of Aristocracy) » vous permettra de contempler une noirceur nyctalope et enveloppée de brume. Azgohr ne joue pas avec des ambiances : il joue avec une seule et unique ambiance qu'il décline finement tout au long de cet opus généreusement doté de quatorze titres.

Ainsi, la sensation et le sentiment d'être au plus près du groupe nous livrant sa musique dans une atmosphère intimiste se retrouve au cœur de l'écoute. C'est presque un partage en direct que nous propose le quatuor tellement l'impulsion et l'immersion semblent être la noyau dur de ce disque. C'est là toute la force dont fait preuve « An Alignment of Dead Stars » : ce sentiment d'irréfléchi et de pulsion qui lui donne toute la sincérité nécessaire à une œuvre de ce genre. « Gone... » ou le titre éponyme seront d'ailleurs d'intenses instants garnis d'une inspiration mélodique à toute épreuve qui fera chavirer votre fort intérieur. Oui, cet album est un disque au plus près du sentiment nostalgique.

Indubitablement, voici une production qui bénéficie d'un impact émotionnel très fort et qui devrait séduire les adeptes du Trve-Black flirtant parfois avec le dépressif mais sans jamais verser dans la surenchère... Néanmoins, la longueur conséquente du disque pourra en freiner quelque uns. Si vous vous sentez visés, je vous conseille de passer l'obstacle de la durée : vous en serez largement récompensés par la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
07/03/2013 14:54
note: 8/10
Je pense que c'est le plus connu. Après, je trouve que ses EPs sont presque meilleurs que ses albums, étant donné qu'ils ne sont pas handicapés par la longueur. Par exemple, j'aime beaucoup l'Ep "The Fading Rays of The Sun".
Pour ma part, 2009 reste son année de gloire, tous les travaux de cette année sont de bons niveau...
Dark Nico citer
Dark Nico
06/03/2013 18:56
Par curiosité je suis aller voir le Metal Archives du groupe, wouah y a autant de lignes que pour Metallica ou Iron Maiden ! 4 albums en 2007 et effectivement 10 sorties en 2009 dont 3 albums.
Momos citer
Momos
06/03/2013 16:33
C'est son album le plus réputé, je me dois de l'écouter (j'ai «Of Celtic Blood...» et «Through the Noose...», pour préciser), étant fan de la nuance et de l'univers sonore du gars.
À peu près le dernier truc de trve black qui me botte, ou presque.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/03/2013 15:06
note: 8.5/10
Oui, c'est aussi un de ceux que j'ai le plus écouté.
Ses autres projets aussi sont pas mal. Très actifs les bibis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drowning The Light
True Black Mélancolique
2009 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (5)  6.56/10

plus d'infos sur
Drowning The Light
Drowning The Light
Trve & Epic Black - 2003 - Australie
  

tracklist
01.   Distant Autumn Rain
02.   The Cult of Shadows
03.   An Alignment of Dead Stars
04.   The Flame
05.   Sound the Battle Horn
06.   Drinking the Sacrament of Eternity (Revenge of the Impaler)
07.   A Call to Arms
08.   Dragged to an Ocean Grave
09.   Crippled Lies and a Fallen Prophet
10.   Gone...
11.   Drifting Away in a Sea of Sorrow
12.   In a Time of Honour
13.   Vampyre (The Broken Dirge of Aristocracy)
14.   Nocturne Batracien

Durée : 69.10 min.

line up
  • Azgohr / Guitares, Basse, Chant
  • Blackheart / Batterie, Guitares, Basse
  • S / Guitares, Basse
  • Wraith / Guitares, Basse, Claviers

parution
10 Décembre 2009

voir aussi
Drowning The Light
Drowning The Light
From the Abyss

2015 - Dark Adversary Productions
  

Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique