chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Murmuüre - Murmuüre

Chronique

Murmuüre Murmuüre
Il arrive parfois d’être un peu lassée à l’écoute trop répétée de musique extrême avec cette sensation de suffocation parmi ces myriades de sorties et les éclosions toujours plus nombreuses de nouvelles entités. Mais au milieu de cette masse surgit toujours un obscur groupe ou one-man band – c’est le cas ici – qui va agir telle une douce brise portant en son souffle renouveau et fraîcheur, tel Murmuüre, dont le nom provient de l’ « Ars Goetia », avec son intemporel album éponyme sorti en 2010 via le label Cold Void Emanations.


Sans même une demo ou un EP cette formation Française, dont le seul maître à bord est F., fait son entrée en scène avec ce premier long format basé sur une improvisation d’une heure à la guitare. Ce touche à tout va donc sélectionner les parties les plus intéressantes et tisser tout un univers autour de cette ossature par l’ajout de batterie programmée et live mais aussi de nombreux samples, sons électroniques ainsi que les vocaux enregistrés à l’aide d’un mini disque enregistreur lors d’une transe cathartique en pleine forêt. Le résultat : une musique très personnelle, racée, spontanée qui offre au lectorat un voyage unique vers de très lointaines contrées à commencer par la poignante « Primo Vere » faisant référence à la fois au Printemps et à la section du même nom des Carmina Burana de Carl Orff avec notamment le sample faisant office d’ouverture tiré de « Veris Leta Facies ».
Ce titre qui débute de façon lumineuse avec des sonorités très exotiques nous renvoie aux prémices du printemps avec ces couleurs chaudes, rutilantes et chatoyantes. Mais cette vision onirique va rapidement se troubler pour s’estomper complètement par l’apparition de sons plus modernes, froids et dissonants qui vont s’intensifier au fil de ces 4 :58 minutes couplés à des cris inhumains.


Des cris qui se feront rares durant tout le reste de l’opus, les ambiances étant la pierre angulaire de cette œuvre comme en témoigne le morceau suivant « Reincarnate » aux accents très droniens. Murmuüre est un OVNI dans cette scène Black Metal et il est difficile, voire impossible, de les ranger ou comparer à d’autres formations. Peut-être discernerez-vous un soupçon d’Agalloch pour le côté nature très présent dans cet album, ainsi qu’une bonne pincée de Deathspell Omega et Blut Aus Nord pour la dissonance avec, pour finir, une cuillerée de Menace Ruine. Toutefois, d’autres influences se font sentir tel le truculent groupe Anglais de Nawak Music Coil de plus, à l’écoute de ce « Reincarnate » il est difficile de ne pas penser à Sunn O))).


Concernant les thèmes abordés le cycle des saisons ainsi que plus globalement le cycle de la vie reviendront très souvent au même titre que la Mort. Toutefois F. évite les clichés ne versant pas dans le pathos et offrant une musique variée mais aussi complexe, traversée par moult émotions avec un côté très organique et ritualiste. On ne pourra que saluer le sample issu de la bande originale de ce chef d’œuvre qu’est The Wicker Man sur la cristalline et mystérieuse « Torch Bearer », un titre tout en finesse qui vous bercera et vous transportera loin, très loin vers l’au-delà.
Et « Amethyst » viendra enfoncer le clou avec une montée en puissance qui fera parcourir votre échine de délicieux frissons avant le déferlement de fureur, accompagné de hurlements, qui reste toutefois amoindri par le mid-tempo ainsi que les petites touches électroniques qui viennent adoucir l’ensemble.


Cet opus file à vive allure et vous ne cessez de vous y raccrocher tout comme Alice courant après le lapin blanc, vous espérez saisir les moindres subtilités et connaître le fin mot de l’histoire, mais 29 :03 minutes c’est court, bien trop court même. Vous êtes comme des enfants hébétés et désappointés le regard perdu et suppliant demandant une suite, autre chose. Car vous ne pourrez sortir indemne après l’écoute des deux derniers morceaux de l’album et notamment la pièce maîtresse qu’est « L’Adieu Au Soleil ». La musique est toujours minimaliste mais dense et torturée avec ces petits tintements toujours présents qui vous renvoient à des gouttes d’eau coulant une à une des stalactites et que l’on retrouve aussi sur « Disincarnate ». F. offre ici une palette d’émotions plus large avec ce son de guitare dissonant au possible, tout en fureur ainsi que frustration contenue, un tempo qui va monter crescendo atteignant son apogée vers la deuxième minute avec l’apparition de la batterie qui donnera un semblant de rythme, avant de s’éclipser et laisser de nouveau place aux sonorités électroniques et à la confusion.


Après avoir célébré « L’Adieu Au Soleil » avec un dernier tintement de cloches vient la plus « roots » et féérique « Disincarnate » toujours accompagnée par les bourdonnements d’insectes. Un dernier morceau à la fois éthéré et sibyllin qui agit sur vous tel un enchantement dès les premières notes et ce malgré le côté angoissant qui s’insinue sournoisement au fil du titre. Une belle conclusion pour un fabuleux premier album très homogène, fluide, avant-gardiste et d’une grande classe qui étonne par sa maturité et ce travail d’orfèvre effectué tant sur la forme que sur le fond.
Que peut-on attendre de F. après une telle pépite ? Une suite est-elle envisageable ? Murmuüre sera-t-il le groupe d’un seul album ? Autant de questions qui restent en suspens…


Et inutile de vous dire qu’avec seulement 100 cassettes, 500 CDs ainsi que 500 vinyles en circulation, et vu l’engouement suscité par la formation à la sortie de cet opus, ils sont tous épuisés ou à des prix exorbitants sur la toile ! Pour l’heure, il ne vous reste plus qu’à aller à cette adresse : http://murmuure.bandcamp.com/.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

northstar citer
northstar
12/08/2018 16:31
note: 9/10
On en voit rarement des disques comme ça , vraiment superbe et parfait pour un mois d'août .
Dysthymie citer
Dysthymie
12/09/2013 12:42
note: 9/10
Bien, j'aime ce groupe (avec une préférence pour les deux "Musick to Play in the Dark" ). Après je ne savais pas trop quoi mettre comme étiquette ou descriptif, je me suis dit que ce serait trop long (pas terrible) et j'ai repensé à Cglaume et son Nawak Metal : "Nawak....nawak....mais oui !".
J'aurai peut-être mieux fait de ne rien ajouter au final, mais bon, c'est là, ça reste et restera ! Tant pis si mécontent(e)s il y a.

Et au fait, petit oubli : merci Crom !
gulo gulo citer
gulo gulo
11/09/2013 21:42
Non non mais ce serait l'ambulance qui se fout de la charité, hein, mais... Quand je pense à la tête d'un fan de Coil qui lirait ça ...
C'est aussi la présence rémanente de cglaume, ici, qui donne un relief savoureusement incongru à l'expression.
Dysthymie citer
Dysthymie
11/09/2013 19:27
note: 9/10
@ Tasserholf : oui non il ne faut pas s'attendre à quelque chose de "brutal" !

@ AxGxB : Cool, tant mieux ! :-)

@ Crom : Non ! Non ! Cette musique n'est pas faite pour toi !

@ Gulo : ......Ce n'est pas terrible de les avoir catégorisés ainsi ? Bien, leur musique est tellement étrange, inclassable et le nom de Coil accolé à tellement de styles musicaux divers que le seul mot qui m'est venu en tête lorsque j'ai écrit la chronique était celui-ci.........
tasserholf citer
tasserholf
11/09/2013 18:41
Les extraits que j'avais entendu sur le tube étaient bien trop atmosphériques et dronisants pour moi.
Je cherche toujours un morceau qui s'énerve un peu...
AxGxB citer
AxGxB
11/09/2013 18:30
Cette pochette m'a toujours attiré sans que je franchisse le pas pour autant. Cette chronique va ne être l'occasion Clin d'oeil
citer
(ancien membre)
11/09/2013 17:50
Aucune chance que je pose une oreille sur ce "truc" mais ta chro est très bien écrite donc très plaisante à lire.
gulo gulo citer
gulo gulo
11/09/2013 17:38
Ahem, même moi qui suis irréductiblement réfractaire à Leurs Saintetés Coil, j'aurais pas osé leur faire le coup de la nawak musique, chapeau.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Murmuüre
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (7)  9.36/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Murmuüre
Murmuüre
Black Metal Avant-gardiste - 2006 - France
  

formats
  • K7 / 2010 - Cold Void Emanations
  • CD / 2010 - Paradigms Recordings
  • Vinyl / 2011 - Cold Void Emanations, Aurora Borealis Records

tracklist
01.   Primo Vere
02.   Reincarnate
03.   Torch Bearer
04.   Amethyst
05.   L' Adieu Au Soleil
06.   Disincarnate

Durée : 29 : 03

line up
  • F. / Tous les Instruments et Chant

parution
15 Mars 2010

Essayez aussi
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  

Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique