chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Woods Of Desolation - Torn Beyond Reason

Chronique

Woods Of Desolation Torn Beyond Reason
Plus que quelques semaines avant de vous faire découvrir le prochain bijou de Woods Of Desolation, As The Stars. Pour compléter sa riche discographie (splits, EP, compilation) et introduire ma future chronique, le deuxième opus Torn Beyond Reason, ou l’album jalon qui fit connaître le groupe à un plus large public (moi compris). Après l’EP Sorh, Woods Of Desolation se sépare de nouveau de son chanteur (Desolate d’Austere). Ce chassé-croisé avec Austere (D. a été bassiste de session sur To Lay like Old Ashes), séparé en 2010, se conclura par l’arrivée de son autre frontman, Sorrow (Tim Yatras). Le groupe australien signe alors chez Northern Silence Productions pour pleinement exprimer sa musique cathartique.

Woods Of Desolation n’est plus le même. Le black metal atmosphérique à la fois misanthropique et cru laisse place à une musique accrocheuse et des plus imposantes. Un metal extrêmement proche d’un Totalselfthatred (la comparaison est inéluctable) mais surtout des cendres d’Austere laissées par Tim. Première surprise, une musique ainsi « chaude » de part sa production, à des années lumières des précédents travaux. L’inaudible Sorh (au mixage insolite) sorti deux ans avant semble avoir été conçu par un tout autre groupe. Le son est cette fois écrasant, la faute en grande partie à la batterie. Instrument autrefois utilisé comme simple accompagnement, il surélève maintenant la musique de D.. Les frappes viriles sans concession de Tim collent littéralement au siège. Pourtant, la subtilité est toujours bien présente. Le rock sombre et mélancolique d’un Anathema/Katatonia (« Somehow… ») et les réminiscences lumineuses post-rock (« November ») font de discrètes apparitions, comme des indices pour la prochaine œuvre. L’artère principale elle demeure. D. aiguise ses riffs mélodiques simples et hypnotiques, répétés tout le long du morceau pour gratter à chaque seconde un peu plus votre barrière émotive. Les breaks du titre éponyme (2:40) et « Somehow » (3:32), les mélodies lumineuses de « Darker Days » et « Somehow » (introduction magnifique) ou l’introduction assommante de « The Inevitable End » sont saisissants. Quel talent.

Le chant de Tim n’a par contre rien des aspects psychotiques d’Austere ni des lamentations « effacées » des précédents vocalistes, des hurlements puissants sobres et particulièrement déchirants désormais mis en avant. Couplé aux riffs crucificateurs de D., le résultat est sans appel (« Torn Beyond Reason » : « Life's touch has faded, all meaning lost / I stride into death's open arms / The wind will carry no farewell » et « The Inevitable End » : « I drown in the sadness of your eyes / Behind them the knowing / My every touch turns to ash / My every word fades to silence »). Bouleversant. Ses virées dans les lignes claires enfonceront le clou, la touchante « Somehow… » vous hantera pendant quelques temps. Mais si l’on gagne en efficacité, l’on perd aussi en ambiance. L’atmosphère dépressive unique de Toward The Depths, celle qui vous transportait isolé et perdu dans ces forêts et ce froid glacial d’Europe du Nord a disparu. Une véritable thérapie pour transposer sa solitude et ses blessures intérieures. Quant aux imperfections passées, elles ne sont pas entièrement gommées. Certains morceaux perdent en intensité. Typiquement « The Inevitable End » débutant frontalement pour s’affaiblir peu à peu ou bien un « An Unbroken Moment » trop commun.

Continuité de To Lay like Old Ashes, Woods Of Desolation reprend en partie le black metal dépressif laissé par Austere. Il l’associera à son socle musical ainsi qu’à un aspect d’avantage « accessible ». Les premiers adeptes critiqueront pour la plupart ce black metal « easy-listening » (sur les terres de Totalselfhatred), bien loin de la musique « raw » et « underground » des débuts. Peut-être auraient-ils apprécié une transition entre ces deux époques ? Woods Of Desolation gomme pourtant les défauts antérieurs (compositions confuses), mais perd l’atmosphère frissonnante de Toward The Depths, paraissant presque « synthétique » ici. Malgré tout, une étape est franchie. Torn Beyond Reason ravira les amateurs de black metal accrocheur, imposant et gorgé d’émotions. Poignant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
02/01/2014 22:14
Superbe, merci pour la déccouverte !
Dark Nico citer
Dark Nico
02/01/2014 20:27
note: 8/10
Un très bon album qui tient bien la route même dans le temps.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Woods Of Desolation
Black Metal dépressif
2011 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.86/10
Webzines : (15)  8.19/10

plus d'infos sur
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Black Metal dépressif - 2005 - Australie
  

tracklist
01.   Torn Beyond Reason
02.   Darker Days
03.   An Unbroken Moment
04.   The Inevitable End
05.   November
06.   Somehow...

Durée : 37:43

line up
  • D. / Guitare, Basse
  • Tim / Chant, Batterie

parution
1 Mars 2011

voir aussi
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
As The Stars

2014 - Northern Silence Productions
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Toward The Depths

2008 - Hammer Of Damnation
  

Essayez aussi
Nihill
Nihill
Krach

2007 - Monumentum Records
  
Vardan
Vardan
Unholy Lightless Summer

2018 - Moribund Records
  
Suicide Forest
Suicide Forest
Suicide Forest

2019 - Avantgarde Music
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  
Ebola
Ebola
II

2017 - Autoproduction
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique