chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mercyless - Unholy Black Splendor

Chronique

Mercyless Unholy Black Splendor
Mercredi 19 février 2012, les Combustibles, Paris. Première fois que je vois en live Mercyless, un des fleurons du death metal made in France dans les années 1990 et reformé l'année précédente pour refaire parler la poudre. Tuerie. Le chanteur/guitariste Max Otero m'annonce que l'album comeback du groupe devrait sortir à la rentrée. J'accueille cette nouvelle avec une grande joie, d'autant que l'opus marquerait un retour aux sonorités âpres de Abject Offerings. Mais ce que Max avait omis de préciser, c'est la rentrée de quelle année. Ce n'est ainsi que fin octobre 2013 que Unholy Black Splendor verra le jour sur Trendkill Recordings après d'incessants reports. Qu'est-ce que ça doit être frustrant pour des artistes de voir leur nouvelle œuvre exposée au public plus d'un an après son enregistrement! Même chose pour les fans. À force d'attendre ce nouveau disque, on aurait presque fini par oublier qu'il devait sortir! Mais la voilà enfin la bête, emballée dans un digipack noir sobre mais classe et orné d'une jolie pochette anti-cléricale qui promet une bonne partie de religion bashing. Alors, l'attente en valait-elle le coup? Mercyless a-t-il eu raison de se reformer? Vous le saurez en lisant le prochain paragraphe.

Oui. Trois fois oui! Mercyless avait annoncé vouloir rejouer du death à l'ancienne, comme il avait su si bien le faire sur ses deux premiers albums Abject Offerings (1992) et Coloured Funeral (1993) et on l'a bien vu en concert puisque les Alsaciens, désormais composés du duo originel Max Otero (chant/guitare) et Stéphane Viard (guitare) épaulé des nouveaux venus Matthieu Merklen (Obszön Geschöpf) à la basse et Laurent Michalak (Hollow Corp, Jizzlobber) derrière les fûts, ne jouent que des morceaux issus de cette période, voire plus vieux, ainsi que des nouveaux titres se fondant parfaitement aux classiques. Encore fallait-il confirmer tout ça sur la galette entière. Les Français n'ont effectivement pas menti sur la marchandise. Unholy Black Splendor aurait ainsi tout à fait pu sortir entre Abject Offerings et Coloured Funeral. Seul la production cristalline, un peu trop propre pour le style d'ailleurs (mix et mastering realisés par Dan Swanö en passant), trahit la date de sortie. Pour le reste, ça transpire la sincérité old-school. Mercyless ne s'est certes pas embêté avec des morceaux courts allant droit au but pour un album dépassant de peu la demi-heure mais la qualité est au rendez-vous. Au-delà d'une efficacité imparable résultant de cette simplicité relative, c'est une belle leçon de death metal que nous enseigne le combo de Mulhouse. Pas besoin de se la jouer méga occulte, de singer la vieille scène de Stockholm, de blaster à tout va ou de balancer 20 notes à la seconde pour faire du bon death metal comme voudrait nous le faire croire la plupart des groupes d'aujourd'hui. Ce qu'il faut, c'est jouer avec ses couilles et son cœur. Et avoir un minimum de talent. Au risque de me répéter, la base du metal, extrême ou non, ce sont les riffs. En tant que vétéran de la scène, Mercyless le sait très bien. La qualité du riffing sur Unholy Black Splendor fait, une nouvelle fois, toute la différence. Chaque morceau est introduit par un riff label noir qui accroche de suite, souvent grâce à une légère mélodie ("God Is Dreaming", "Swallow My Soul"...) et donne envie de continuer l'écoute. En commençant par le furieux "I Vomit This World", qui, après la courte introduction "At The Coming Of Dawn" et ses chants d'Église, démarre en trombe sur des blast-beats et les growls virils de Max qui n'a pas trop perdu de son timbre puissant et rageur entre le old-Schuldiner et Mameli (le refrain de "Absent Belief", moins guttural, surprend un peu toutefois). On sent déjà que ça va être bon! La suite ne sera qu'enchaînement de bombes DM brutales, sombres et variés, des vrais morceaux composés intelligemment et naviguant entre mid-tempo groovy, tchouka-tchouka thrashy, partie plus pesante et quelques blasts, avec des solos chaotico-mélodiques réguliers. Rien de révolutionnaire, que du classique rappelant l'époque dorée du débuts des années 1990 (Morbid Angel, Death, Pestilence, Morgoth...), mais c'est fait avec un talent et une maturité indéniables!

Aussi bien fait que Abject Offerings et Coloured Funeral? Non. Unholy Black Splendor reste un petit cran en-dessous de ces deux classiques du death metal français. Les compositions, malgré des qualités certaines, ne peuvent se hisser à la hauteur des "A Message for All Those Who Died", "Without Christ", "Burned At The Stake" et autres "Mirrors Of Melancholy" entrés au panthéon. Outre un son trop soigné, Unholy Black Splendor manque peut-être également d'un soupçon de folie. Mais, honnêtement, je n'attendais pas du tout de Mercyless qu'il nous sorte une nouvelle référence. Le contexte n'est plus le même. Ce que j'attendais vraiment par contre, c'est que la formation nous ponde du vrai bon death metal histoire de faire oublier une deuxième partie de carrière moins glorieuse et de nous rappeler plutôt au bon souvenir des deux premiers full-length. Et ça, Mercyless y est arrivé haut la main. Je n'aurais pas pensé prendre autant mon pied sur des titres tels que "I Vomit This World", "God Is Dreaming", "Goat Of Mendes", "Infamy", "Probably Impure" (solo d'entrée de jeu, ça c'est old-school!), "Absent Belief" ou "Bless Me Father". Toute la tracklist en fait! Simple, efficace et avec plein de bons riffs, Unholy Black Splendor marque donc un retour réussi pour Mercyless qui fait plaisir à entendre. Comme quoi ce n'est pas si compliqué de faire du bon death, putain de merde!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Deathrash
12/01/2014 18:06
Du bon Death fait par des vétérans toujours passionnés du genre, respect ! Et oui en live ça abîme bien.
Sagamore citer
Sagamore
12/01/2014 16:23
Je vais les voir à Saint-Etienne en Février prochain, je découvrirai la chose à ce moment-là ! Mais les extraits que j'ai entendus me donnent déjà bien envie. Merci.
AxGxB citer
AxGxB
06/01/2014 11:09
note: 7.5/10
Pas encore écouté mais leur prestation à Paris en compagnie d'Incantation m'avait bien botté.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/01/2014 16:33
note: 7/10
A peu près tout pareil.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mercyless
Death Metal
2013 - Trendkill Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.17/10
Webzines : (8)  7.81/10

plus d'infos sur
Mercyless
Mercyless
Death metal - 1987 - France
  

écoutez
vidéos
Trailer
Trailer
Mercyless

Extrait de "Unholy Black Splendor"
  

tracklist
01.   At The Coming Of Dawn
02.   I Vomit This World
03.   Unholy Black Splendor
04.   God Is Dreaming
05.   Goat Of Mendes
06.   Infamy
07.   Probably Impure
08.   Absent Belief
09.   Bless Me Father
10.   Swallow My Soul

Durée : 33'02

line up
parution
18 Octobre 2013

voir aussi
Mercyless
Mercyless
Abject Offerings

1992 - Restless Records
  
Mercyless
Mercyless
Pathetic Divinity

2016 - Kaotoxin Records
  

Essayez aussi
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  
Necrocurse
Necrocurse
Grip Of The Dead

2013 - Pulverised Records
  
Requiem
Requiem
Infiltrate... Obliterate... Dominate...

2009 - Twilight-Vertrieb
  
Necrowretch
Necrowretch
Putrefactive Infestation (EP)

2011 - Detest Records
  
As You Drown
As You Drown
Reflection

2009 - Metal Blade Records
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique