chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hail Spirit Noir - Oi Magoi

Chronique

Hail Spirit Noir Oi Magoi
Situez-vous l'âge d'or du cinéma d'horreur italien ? Celui-là même, qui mélangeait avec brio gore décomplexé, esthétique inégalée, beautés dénudées et ambiances de sorcellerie. Situez-vous leur bande-son qui apparaît aujourd'hui gentiment kitsch, à base de synthétiseurs et d'instrumentations quasi-cosmiques ? Mixez les deux, passez le résultat au cirage le plus noir et brûlez un cierge en écoutant un album des génies de Goblin, vous aurez une idée assez précise de ce qui vous attend avec "Oi Magoi". "Les magiciens". Un titre plus qu'évocateur pour ce second opus d'Hail Spirit Noir, trio grec composé de membres de Transcending Bizarre?, autre combo proposant une musique haute-perchée. Leur premier opus, "Pneuma", au demeurant très réussi (et qui aura fait parler de lui tant sur la toile que dans la presse spécialisée), proposait déjà une recette très particulière, mélange bâtard d'éléments Black Metal, voix criarde et chants clairs caricaturaux, expérimentations mélodiques à base de claviers et d'autres instruments plus improbables (dont un xylophone du plus bel effet), et d'un groove enivrant directement emprunté au Rock'n'Roll. Son principal problème, résidant dans une certaine absence de cohérence au sein même des compositions, un peu trop bordéliques à mon goût, m'aura toujours empêché de m'y immerger complètement. Les grecs ont corrigé le tir et proposent sur ce "Oi Magoi" un Black toujours aussi personnel, mais un peu plus posé et uniforme. Ce qui, croyez-moi, place la barre très haut, et devient une véritable invitation au voyage.

"Oi Magoi" est un package, un ensemble ou tout a été travaillé. L'objet en lui-même est superbe, l'artwork énigmatique, réalisé par RA Design (Notamment responsables de merch pour Ulver et Rotting Christ), pose les jalons du paysage esquissé par Hail Spirit Noir, un sabbat au rythme irrésistible, ou l'on danse à moitié nu autour d'un feu. Tout est fort bien travaillé, et garde une certaine sobriété qui tranche radicalement avec les compositions de la galette, qui partent réellement dans tous les sens - autant d'animaux fantasques qu'Hail Spirit Noir réussit malgré tout à tenir en laisse. "Pneuma" souffrait d'un son parfois un peu approximatif qui nuisait réellement à l'ensemble (notamment lors des accélérations rythmiques ou la batterie était étouffée). "Oi Magoi" a bénéficié d'un travail sonore aux petits oignons, réalisé conjointement par Dim Douvras (bassiste du groupe) et Jens Bogren (The Ocean, Devin Townsend pour ne citer qu'eux). Le résultat est d'une personnalité impressionnante, à l'heure ou la plupart des galettes jouissent soit d'un son d'une propreté clinique mais sans aucune saveur, soit d'une production de fond de garage à mi-chemin entre le magnétophone de la petite nièce et l'enregistreur numérique de téléphone portable, où l'auditeur ne comprend rien à ce qui se passe.

"Oi Magoi" sonne de façon très organique, un véritable retour aux sources, au son des années 70/80. On y retrouve une vibration que l'on pensait éteinte, en témoigne cette batterie et ces cymbales, presque feutrées (même lors des rares blast-beats), ce grain de guitare très doux même lors des leads, cette basse que l'on entend (!) et ces claviers tantôt volontairement kitschs (l'ouverture de "The Mermaid"), tantôt presque religieux. La voix a gagné en intensité, notamment sur les passages en chants clair ("Satan is Time" pour ne citer que lui) : sur "Pneuma", elle était caricaturale au possible (ce qui était probablement volontaire), sonnant parfois comme une parodie de Simone Salvatori (Spiritual Front). Les parties grognées restent toujours aussi efficaces, Theoharis possédant un organe fort profond et agréable, possédé sans pour autant en étaler partout. Une production qui contribue grandement au feeling ésotérique, parfois grotesque, de l'opus. Bref, l'écoute de ce "Oi Magoi" est véritablement plaisante, d'un point de vue purement sonore.

Je l'ai évoqué plus haut, les compositions se font également un peu plus construites, "Oi Magoi" sonnant moins comme un gros patchwork musical que son prédécesseur. Le côté progressif se fait diablement pesant et pressant, en témoigne le titre "The Mermaid", qui alterne parties frénétiques ponctuées de solis discrets, et passages mid-tempos couronnés par ce clavier emprunté à Goblin, donnant une teinte presque surréaliste à l'ensemble. Globalement, ce morceau est d'ailleurs une bonne synthèse de l'opus pour celui qui ne saura par quel morceau l'attaquer, et l'un de ses meilleurs. Possédé, "Oi Magoi" l'est sans aucun doute : les choeurs de "Satan is Time", alternance de montées en puissance et de reprises de rythme plus posées, porté par le chant clair beaucoup plus "sérieux" de Theoharis, ces voix féminines presque sinistres sorties d'on-ne-sait-quel couvent et la basse proprement orgasmique de Dim, qui apporte une superbe coloration à l'ensemble du titre. L'aisance guitaristique de Theoharis lui permet également de sortir des riffs qui feraient tortiller du bassin n'importe quel moine orthodoxe, le titre d'ouverture "Blood Guru" étant l'un des meilleurs exemples. Hail Spirit Noir ne renie pas pour autant ses racines Black Metal en proposant un côté ritualiste très prenant tout au long de ses morceaux, la messe atteignant son climax sur le titre éponyme de l'album, hurlé en grec et ponctué de roulements qui font systématiquement mouche.

"Oi Magoi", c'est l'exemple type du disque que l'on écoute plusieurs fois sans lassitude et vers lequel on revient sans faire de manières. L'amateur de rock'n'roll sera séduit par le riffing, celui cherchant l'obscurité du Black Metal trouvera sans mal un prétexte pour ressortir son chandelier, et le psychonaute sera purement et simplement porté par les compositions progressives qui sont autant de marches (en montée comme en descente, à vous de voir) vers son fort intérieur. Certes, "Oi Magoi" n'est pas taillé pour le bourrin lambda qui recherche sa dose de blast, mais que voulez-vous, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Hommage à une race de musiciens férus de synthétiseurs - et rares sont les groupes se réclamant du Black Metal ayant poussé le jeu ausi loin, kitsch et volontairement rétro sans jamais sombrer dans le ridicule complet, Hail Spirit Noir propose un disque proprement excellent, personnel, riche et varié, qui nécessitera plusieurs écoutes pour révéler toutes ses surprises. Jamais prétentieux ni boursouflé, "Oi Magoi" propose un voyage à mi-chemin entre horreur et érotisme, comme les films des maîtres que sont Lucio Fulci et Dario Argento (pour ne citer qu'eux, bien entendu). Une galette plus accessible que "Pneuma" pour les non-initiés, certes, mais qui ne remise pas au placard ce grain de folie si particulier. Mieux, "Oi Magoi" est véritablement rafraîchissant, se situant presque entre un Ghost pour ses côtés théâtraux et un Goblin pour l'ambiance véhiculée. Rafraîchissant, car vraie parenthèse fort bienvenue dans une scène statique qui s'embourbe dans les mêmes clichés et gimmicks depuis des années. "Oi Magoi" n'aurait pas dépareillé en guise de bande-originale de certains Giallos.

Une seule chose à faire pour prendre conscience du phénomène : l'écouter. Indispensable sortie de ce début d'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Poutrelle citer
Poutrelle
31/08/2018 17:14
note: 9/10
Autant celui ci et Pneuma sont des petits bijoux autant le dernier est insipide comme pas permis
Sagamore citer
Sagamore
16/10/2016 10:24
note: 8.5/10
Pas chez moi, en tout cas. Je l'ai écouté et je suis extrêmement déçu.
Streker citer
Streker
15/10/2016 22:27
note: 10/10
La chronique du dernier est prévu ?
Streker citer
Streker
14/01/2015 11:54
note: 10/10
Numéro 2 cet album dans mon top de l'année.
Toujours le pied même après un impressionant nombre d'écoutes.
Streker citer
Streker
31/12/2014 09:36
note: 10/10
Pour moi il est juste parfait de bout en bout, j'ai mis plus de temps pour me l'approprier que Pneuma.

Un grand Album. Que des hits !
gulo gulo citer
gulo gulo
23/03/2014 10:08
note: 6/10
Plus travaillé sans doute, oui ; mais pour un résultat plus plat (voire insipide) à tous les niveaux, de mon côté Clin d'oeil
Sagamore citer
Sagamore
23/03/2014 10:02
note: 8.5/10
Moins naturel, oui, car beaucoup plus travaillé. C'est certes moins spontané mais plus audible, plus construit, malgré les détours on comprend où les grecs veulent nous emmener. Supérieur à Pneuma pour moi, donc.

Ma phrase était pas super bien tournée, ce que j'entendais par là, c'est que trouver ce genre d'hommage dans un disque qui se réclame du Black Metal reste rarissime (pour le moment, j'ai pas trouvé un seul groupe du style ayant poussé la chose aussi loin). Je vais éditer ça.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/03/2014 09:52
note: 6/10
Beaucoup moins naturel et... inspiré, forcément, que Pneuma.
Eu... ahem, je ne pense pas que les musiciens fanatiques du synthétiseur aient disparu, loin de là, Carpenter et Goblin ont rarement été autant cité que ces dernières années - là ça commence à se tasser un peu et ça fait du bien, d'ailleurs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hail Spirit Noir
Black Psychédélique
2014 - Code666
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.28/10
Webzines : (16)  7.93/10

plus d'infos sur
Hail Spirit Noir
Hail Spirit Noir
Black Psychédélique - 2010 - Grèce
  

tracklist
01.   Blood Guru
02.   Demon for a Day
03.   Satan Is Time
04.   Satyriko Orgio (Satyr's Orgy)
05.   The Mermaid
06.   Hunters
07.   Oi Magoi

Durée : 49 : 22

line up
parution
21 Janvier 2014

Essayez aussi
Nachtmystium
Nachtmystium
Instinct : Decay

2006 - Battle Kommand Records
  
Horseback
Horseback
Half Blood

2012 - Relapse Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Silencing Machine

2012 - Century Media Records
  
Borknagar
Borknagar
Quintessence

2000 - Century Media Records
  
Sigh
Sigh
Imaginary Sonicscape

2001 - Century Media Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique