chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Electric Wizard - Come my fanatics....

Chronique

Electric Wizard Come my fanatics....
Electric Wizard est un ponte. Si Electric Wizard était dans GTA Vice City, il serait Ricardo Diaz. Et s'il était dans GTA San Andreas, il serait Big Smoke. Il accompagne nombre de soirées entre amateurs de Metal quand l'heure se fait plus proche de l'aube que de l'apogée nocturne. Non, en fait, il accompagne de nombreuses soirées tout court. Quoiqu'il en soit, le Stoner/Doom des anglais est une synthèse de ce qu'on pourrait appeler « la musique qui passe bien ». Et pour l'avoir vécu, je peux vous dire que le groupe en a assez sous le panard pour faire vibrer la camionnette de livraison que je conduisais au travail l'été dernier, tout ça sous les yeux ébahis de mes collègues. Si « Dopethrone » est très représentatif de l’œuvre de la bande à Jus Osborn, il ne faudrait néanmoins pas oublier de passer poser une oreille sur l'opus précédent : « Come my fanatics ». Et que viennent les fanatiques donc, ceux dont le médaillon touche à leur pénis, comme des Fuckdown.

Maintenant que le quota de références est placé, balançons la sauce de Wimborne Minster. Certes, le Electric Wizard qui a explosé aux yeux du public seulement quelques temps plus tard et déjà très proche. Les principaux aspects du groupe sont bel et bien présents, autant dans les thématiques (drogue, films d'horreur et culte des sorcières...) que dans ce fameux son vintage-moderne, patte reconnaissable entre milles. « Come my fanatics... » apporte déjà un son, un style de composition et une ambiance que l'on retrouvera dès lors dans chacun des albums suivants. Et même si la basse ne vrombit pas encore à en faire décoller le papier-peint, elle se fait tout de même déjà remarquer de part sa distorsion si unique.

Au programme donc, ces riffs complètement autistes très caractéristiques qui noieront vos tympans tout le long des cinquante minutes à venir. Abusivement simplistes comme à l'accoutumé, on imagine cependant très bien l'enthousiasme qu'ils ont suscité lorsque leurs auteurs les ont pondus, complètement à l'ouest vers quatre heure trente du matin. Aimer Electric Wizard, c'est d'abord aimer se projeter dans une ambiance. Et c'est précisément ce que ces quelques notes toujours trimbalées entre fébrilité bancale et puissance font à merveille : créer un film souvent mal cadré entre horreur presque ridicule et déformations mentales. Même si tonton Jus est guitariste, on ne peut s'empêcher de penser à l'écoute d'un « Doom-mantia » qu'il écrit ses titres comme autant d'hymnes à la « grosse guitare qui a quatre cordes » selon les dires de ma grand-mère. Tout semble difficilement calé sur une basse elle même un peu bancale et enregistrée à la cave (alors que le groupe lui, joue dans le salon...).

Et si « Dopethrone » pue la rage adulescente, « Come, my fanatics... » s'oriente plus vers quelque chose d'effrayant et d'oppressant. Là où on a toujours pu se sentir apaisé à l'écoute d'un disque des anglais, ce second opus profite de sa production un poil plus timide pour la détourner en théâtre de frayeurs. Un premier morceau en forme de trip de retour qui pose directement les bases d'une ambiance qui se voudra confinée, gluante et parsemée de ritournelles pour le moins angoissantes. Si j'exagère sûrement un peu sur l'ambiance (le disque ne fait sursauter personne, soyons clairs...), c'est parce que c'est pour moi le point clé qui définit cette production. « Ivixor B/Phase Inducer » par exemple, illustre ce côté badant, avec ce sample de voix tournant et boucle et entraînant facilement le décrochage avec la réalité. Quand à la suite de la chanson plus bruitiste, on approuvera clairement son titre, puisque « Phase Inducer » fait salement... phaser.

Le cannabis provoque isolement, dépendance, euphorie, méta-cognition et introspection, Electric Wizard aussi. Quelle meilleure preuve de sa qualité pourrait-on trouver si ce n'est de provoquer les symptômes de ce que l'on cherche à imiter musicalement ? En cela, on pourrait – je pense - trouver une explication convenable au fait que les anglais soient toujours assis 20 ans après leur formation sur le trône européen du Stoner-Doom. Toujours est-il qu'en laissant de côté cet aspect carriériste, on ne peut qu'apprécier la précision avec laquelle cette ambiance enfumée et pourrie par cette perception au combien troublée est décrite. « Come my fanatics » s'écoute sans faim, sauf peut-être celle qui vous tiraille après que vous ayez senti cette bouche pâteuse et cette sécheresse sur votre langue. Coulant comme un camembert made-in-Normandie de chez Stone(d) & Charden, la disque se révélera être un précieux compagnon pour profiter de la nuit sur un banc lorsque l'air est encore chaud. Comme ça, juste pour ne pas rentrer. L'avantage se trouve aussi dans le fait que cet opus me paraît plus accessible que d'autres et propose une accroche plus facile malgré le fait qu'il ne s'en trouve pas non plus dénué d'un fort potentiel de ré-écoute.

C'est bien simple, à son écoute, on ne peut que se sentir enseveli par le côté main-de-fer-dans-un-gant-de-velours de cette musicalité. On nous verse sur la tête, quelque de chose d'assez dégoûtant mais pourtant relativement confortable et doux. Et si c'était ce qu'on appelle communément la purée ? « Wizard In Black » ronronnera ainsi doucement tout en nous arrosant de ses voix graves et déformées. Comme trois ados, aimant les ambiances des films qu'ils ont adorés, fumer dans leur chambre, voir des filles nues et faire de la musique, Tim Bagshaw, Mark Greening et Jus Osborn donnent libre court à leurs envies décidément remplies de tourbillons et de spirales sans fin. Les trois ados les plus gras du monde, sans aucun doute.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
15/09/2014 02:15
note: 10/10
Mon préféré, j'aime tous les albums du sorcier en fonction de mon humeur. Mais celui là, c'est tout le temps. Moins crasseux que Dopethrone, oui plus cosmique, plus aérien (pour du doom quoi...).
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
23/03/2014 04:25
note: 7.5/10
Hé ben, aujourd'hui Trasho lit dans mes pensées, entre ça et Sleep, tout ce que j'écoute en ce moment.
lkea citer
lkea
22/03/2014 22:48
note: 9/10
Lovecraftien, un peu comme tous les autres, mais plus axé terreur cosmique que tous les autres. Chouette chronique !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Electric Wizard
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (15)  8.97/10
Webzines : (5)  9.15/10

plus d'infos sur
Electric Wizard
Electric Wizard
Psychedelic Doom / Rock - 1993 - Royaume-Uni
  

écoutez
tracklist
01.   Return Trip
02.   Wizard in Black
03.   Doom-Mantia
04.   Ivixor B/Phase Inducer
05.   Son of Nothing
06.   Solarian 13

Durée : 50.48 min.

line up
voir aussi
Electric Wizard
Electric Wizard
Dopethrone

2000 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Time to Die

2014 - Spinefarm Records / Witchfinder Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Let Us Prey

2002 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Witchcult Today

2007 - Rise Above Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
We Live

2004 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
Eibon / Hangman's Chair
Eibon / Hangman's Chair
Split-CD (Split-CD)

2007 - Bones Brigade Records
  
SubRosa
SubRosa
No Help For The Mighty Ones

2011 - Profound Lore Records
  
Om
Om
Advaitic Songs

2012 - Drag City
  
King Bee
King Bee
All Seing Eye (EP)

2017 - Autoproduction
  
Sleep
Sleep
The Sciences

2018 - Third Man Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique