chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mysticum - In The Streams of Inferno

Chronique

Mysticum In The Streams of Inferno
Finalement, ce n'est pas si facile.

Moi qui ai mangé du « In The Streams Of Inferno » au petit-déjeuner quasiment tous les jours, il y a déjà un bout de temps, je pensais ne pas me retrouver face à la page blanche. Enfin, pas ce coup-ci tout du moins. Merde, fais un effort, Mysticum, le seul groupe de Black à dreadlocks (Black Metal hein, soyons clairs...), celui qui a fondu l'industrie dans un Black Metal qui jusque la se montrait finalement assez frileux en terme d'innovations. Que l'on soit clair, en ce qui concerne le Black Industriel, tout le monde a écouté/plagié/sucé/repris/été influencé par Mysticum. Pour faire simple, le trio norvégien est à l'origine de toute cette frange du genre. Et finalement, ce qu'on pourra en retenir c'est qu'en presque vingt ans personne n'a véritablement égalé le monstre qu'est cet unique opus (même si toutefois, on pourrait accorder la palme à « 666 International »). Un monument du Metal extrême en provenance -une fois de plus- de Norvège qui semble planer comme une ombre emblématique, noyée dans les années quatre-vingt-dix.

Copains de toute la prolifération norvégienne de l'époque, le trio formé de Dr. Best, Cerastes et Prime Evil était prédestiné à être culte. Et s'il ne fait aucun doute du rayonnement musical qu'aura acquis la formation en un seul album, elle reste néanmoins un poil en retrait vis-à-vis des pontes norvégiens que n'importe quel adolescent client chez Goéland connaît au moins de nom. « In the Streams of Inferno » est donc dans les classiques norvégiens mais si l'on résumait la scène a une photo, Mysticum serait le petit timide dont on ne voit qu'un bout de la tête, dépassant à peine entre le crâne proéminent de Burzum et la grosse tignasse mal-coiffée d'Immortal. Si vous trouvez que j’exagère un peu, je ne peux pas dire que vous ayez tort puisque si Mysticum était un peu moins écouté c'était sûrement également à cause de l'impossibilité à trouver l'album en format physique. Il y a encore quelques temps, l'acte de se procurer l'album dans n'importe quelle version était à ranger auprès d'autres actions, telles qu'acheter une maison, une voiture ou économiser sur un livret A. pour les enfants. Heureusement, tonton Peaceville est passé par là et nous a pondu une ré-édition CD + DVD des grands jours, dotée d'une pochette que je trouve moyenne mais qui se laisse regarder. Un poil trop comics peut-être, même si je ne préfère pas vraiment la pochette originale. Enfin, gageons qu'il est toujours complexe d'illustrer un genre musical si spécifique... Si mentalement, je me sens comme un millionnaire, sachez tout de même que Thrashocore ne me paye pas à ce point-là (enfin, pas du tout en fait...) et que cette chronique concernera donc la ré-édition.

Le jour de l'an de grâce ou Mysticum annonçait enfin le nouveau pressage son chef d’œuvre a pourtant été synonyme chez moi de convulsions, angoisses et autres nausées. Comment ? Un « remaster » ? Effrayé, terrorisé, je ne vous cache pas que cette annonce résonnait chez moi comme un souvenir émaillé de tragédies sonores (« From the depths of Darkness » de Burzum, « Under the sign of hell 2011 » de Gorgoroth...). Alors certes, un re-mastering n'est pas un ré-enregistrement mais c'est quand-même avec la mimine tremblotante que j'avais inséré ce jour-là le disque dans ma chaîne. Fort heureusement, Mysticum s'est contenté de clarifier un peu le beurre et de pousser un peu la sauce. Grand bien leur a pris de conserver ce son parfaitement ré-égalisé qui sert à merveille la fébrilité des boîtes à rythmes et les amplis abrasifs et grouillants de ces guitares tout ce qu'il y a de plus norvégiennes. Avec ce nouveau mixage, je n'ai pour une fois rien à dire puisque les mythiques « The Rest » ou « Crypt of Fear » sont parfaitement respectés et regagnent presque un petit coup de jeune. Les puristes seront donc rassurés.

Pour ce qui est des compositions, Mysticum est bien évidemment ce qu'il a toujours été, c'est à dire intemporel. « In the Streams of Inferno » est un enchaînement d'hymnes tous plus massifs les uns que les autres. Que ce soit cet énorme « Kingdom Comes » à l'hystérie psycho-active ou le plus intimiste, minimaliste et lugubre « In the Last of the Ruins, We Search for a New Planet », les compositions transpirent la violence, la folie et l'inspiration. Rien n'est simulé sur ce disque et c'est pour ça qu'il propose une telle ambiance, véritablement imbattable. On notera la bonne idée du label qui a incorporé sur cette édition deux bonus tout bonnement superbes (et déjà disponibles sur « Lost Masters of the Universe », la compilation...). « Eriaminell » sûrement un des titres les plus fous du combo, alternant sirènes infernales et envolées de violons et le mythique, brutal et fédérateur « Black Magic Mushrooms ». Deux titres que tout le monde sera à coup sûr ravi de retrouver sur ce disque. Pour ceux qui ne le sauraient donc pas encore, la musique proposée ici est issue du tonneau dont on fait les meilleures vinasses. Je ne sauras que trop vous conseiller de vous procurer l'album sans vous spoiler sur le net auparavant, tant la claque distribuée à la première écoute est magnifique...

Que dire de plus sur cette perfection musicale absolument respectée de A à Z ? Tout ce que l'on peut conseiller est de laisser emporter par la puissance développée dans un titre comme « Wintermass », aussi incisif que cosmologique. Si Mysticum sonne incontestablement old school, il n'en reste pas moins dans ses arrangements plus modernes que beaucoup de groupes actuels, qu'on se le dise. Messieurs, merci pour le classique et rendez-vous prochainement, pour l'hypothétique sortie de « Planet Satan ».

Quelques mots tout de même sur le DVD. Bien que relativement dispensable, on notera tout de même la sympathie ambiante qui règne dans ces concerts du groupe, filmés au caméscope En Norvège et en Angleterre. Plus que de véritables shows filmés, ils s'axent sur la dimension underground du combo et sont de plutôt bonne facture sous réserve d'aimer cette ambiance certes à l'arrache mais qui sied tellement bien à Mysticum.

Ci-dessous, la pochette de la version originale :


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Utferd citer
Utferd
25/07/2020 01:51
Chronique parfaite !
Ai découvert le groupe live pendant la tournée Heaven de Marduk et j'ai pris une de ces mandales !
J'ai tout attrapé les concernant sans deconner, tellement les sorties étaient rares et c'est un euphémisme pour le coup, mon groupe culte !
Je pense toujours au fait que Euronymous ait entendu leur démo, c'est dire l'antériorité (ça se dit? Je sais pas il est tard) et l'avance sur tout le monde sans conteste qu'ils avaient.
Putain ça bastonne au possible et cette BAR qui te cloue au mur.
"The rest", "Kingdom comes" et "where the ravens fly' sont pour moi de véritables hymnes BM.
Et découvrir le groupe live avec le Cerastes et son regard de fou, tu te dis que le BM, ben des fois, attendre presque 20 ans pour le deuxième album, c'est true, ouais Planet Satan ne m'aura pas déçu.
Kasteel citer
Kasteel
30/08/2017 13:44
Merci pour la chro précise et bien fichue !
Je ne possédais que la compil " Lost Masters..." et le digipack de " Planet Satan ", mais ma factrice vient de combler un grand vide en me livrant ce matin le vinyl d'" In The Streams...." !!!
L'achat d'une toile du groupe m'aura réveillé ce manque...aussitôt comblé !
Funky Globe citer
Funky Globe
16/04/2014 19:55
note: 10/10
Complétement d'accord avec la chro. J'ai beau posséder l'original, j'ai pas résisté à l'achat de la reed. Groupe culte. C'est tout.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
16/04/2014 18:25
note: 10/10
DHG c'est le cran.
Et Mysticum, le cran d'arrêt.

Mr Green
Krokodil citer
Krokodil
16/04/2014 18:23
note: 3.5/10
Il en faut du cran pour comparer les Scooter du beumeu à DHG !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mysticum
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (8)  8.56/10
Webzines : (13)  7.55/10

plus d'infos sur
Mysticum
Mysticum
Black Indus (trop) à l'ancienne - 1993 - Norvège
  

écoutez
tracklist
01.   Industries of Inferno
02.   The Rest
03.   Let the Kingdom Come
04.   Wintermass
05.   Crypt of Fear
06.   Where the Raven Flies
07.   In Your Grave
08.   In the Last of the Ruins We Search for a New Planet
09.   Eriaminell
10.   Black Magic Mushrooms

Durée : 44.28 min.

line up
voir aussi
Mysticum
Mysticum
Planet Satan

2014 - Peaceville Records
  
Mysticum
Mysticum
Lost Masters Of The Universe (Compil.)

2004 - Planet Satan Revolution
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique