chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Absentia Lunae - Historia Nobis Assentietvr

Chronique

Absentia Lunae Historia Nobis Assentietvr
"Arme ton âme. Notre grande guerre est spirituelle."

Les groupes de Black Metal moderne ne puisent plus (uniquement) leurs inspirations dans le folklore sataniste, le houblon, le Reich ou les longues balades dans les forêts enneigées. De plus en plus de formations tentent de s'affirmer dans un univers à part entière, empruntant des références plus artistiques que grotesques ou caricaturales, à la fois pour attirer le chaland en mal de nouvelles sensations, et pour apporter une bouffée d'air frais à un genre définitivement trop stagnant pour être réellement transcendant. La formation dont je m'apprête à parler puise ses inspirations dans la beauté martiale, l'art par la désolation, le sublime par la mort. Le futurisme, courant pictural italien, glorifiait dans ses oeuvres la vitesse et la guerre, deux composantes essentielles de l'univers d'Absentia Lunae. Trop souvent, et injustement résumé à un all-star band, le combo est composé de membres d'Arcana Coelestia (MZ), Melencolia Estatica (Climaxia) ou encore Tenebrae in Perpetuum (Ildanach), un bagage musical conséquent qui ne peut que rassurer le néophyte sur la qualité du produit fini. Et en ayant pris connaissance de la présence de Blastphemer (Belphegor) derrière les fûts, on ne peut que plisser les yeux, serrer les fesses en attendant son châtiment.

Auteurs d'un assez bon "In Vmbrarvm Imperii Gloria", sorti en 2006, qui proposait un Black Metal aussi véloce que mélancolique avec quelques incursions dans des terres plus "surprenantes" (le titre "Memneso On", presque jazzy), les italiens remirent le couvert au cours de l'année 2009 avec "Historia Nobis Assentietvr", toujours chez ATMF, écurie italienne dont les poulains n'ont plus grand chose à prouver aux amateurs - entre autres, peut-on citer Janus et Disiplin parmi les plus prestigieux.

Absentia Lunae, c'est un peu la rencontre improbable, mais Ô combien efficace, d'Infernal War et d'Arditi. Comme si Boccioni et Marinetti s'étaient mis au solfège plutôt qu'à la peinture et aux manifestes. Infernal War, car "Historia Nobis Assentietvr" (ne me demandez pas la traduction, j'ai abandonné depuis longtemps l'envie de m'attaquer au latin de cuisine), c'est avant tout une machine de guerre bien huilée, un Ariete implacable qui écrase l'auditeur sous des rafales de blast-beats complètement hallucinants, sans faiblir tout au long des sept titres de l'album. Au détriment du reste des instruments, malheureusement : "Historia Nobis Assentietvr" a été enregistré et mixé avec des moufles. Le son est parfois cacophonique, l'auditeur se perd dans un brouillard de guerre (flagrant sur "Sentenza al Criterio"), étouffant jusqu'aux (trop) discrètes instrumentations ambiantes de MZ, qui aurait définitivement mérité une place plus importante dans les compositions d'Absentia Lunae. Le claviériste nous gratifie d'envolées absolument superbes, notes cristallines qui viennent rythmer un break dantesque sur "L'immutabile Richiamo ed il suo Cruento Incontro" ou pures parties martiales comme sur l'introduction "Neuropa Calling". Quel dommage d'avoir relégué ce qui donne tout le sel de la musique du combo à un rôle de figuration...

Du reste, cette production approximative ne masque pas l'organe du véritable chef-d'orchestre du combo italien, Ildanach, en première ligne. Ce dernier débite des phases vocales d'une haine inouïe, tantôt petit Mussolini, tantôt plus religieux lorsqu'il s'aventure dans les chants clairs. Le jeu de guitare ne cherche pas à réinventer l'eau chaude, ni à proposer le riff ultime sur lequel les nuques se déboîtent, Climaxia se contentant d'ajouter encore plus de poids aux compositions déjà pachydermiques d'Absentia Lunae. La demoiselle, derrière ses six cordes, se permet bien plus d'envolées atmosphériques dans son side-project Melencolia Estatica, dont je reparlerai sous peu. Sephrenel, musicien de session gérant la basse, s'autorise déjà plus de "fantaisie", son instrument résonne délicieusement et se pose comme atout mélodique plutôt que rythmique, suffisamment rare pour mériter d'être souligné. L'ambiance déployée par le groupe est impressionnante. Toujours dans la violence, en ajoutant des plans mélancoliques et martiaux (les roulements de caisse claire, véritables marches militaires), Absentia Lunae transporte l'auditeur sur le champ de bataille, l'invite à marcher sur Rome au milieu des chemises noires et à distribuer les pruneaux à la cantonnade.

"Historia Nobis Assentietvr" m'avait proprement soufflé à sa sortie, et son effet ne s'est pas amoindri au fil du temps. Handicapé par un son faiblard, quelques longueurs dispensables et une batterie omniprésente, qui l'empêchent d'accéder au statut de "disque ultime", il n'en est pas moi un brûlot assez essentiel pour les amateurs qui aiment leur Black Metal aussi véloce que froid. J'attends avec impatience la sortie de "Vorwärts !", prévue pour ce mois-ci.

(Je me dois par contre d'ajouter un bémol, anecdotique pour certains, mais déstabilisant de mon côté : est-il normal que l'introduction de " L'Urlo ed il suo Illuminante Eco" soit exactement la même que celle de "Hell's Ambassador" de Belphegor, sur leur excellent "Pestapokalypse IV" ? Partager les musiciens est communément admis, mais pousser le concept jusqu'à partager les schémas rythmiques et les riffs me laisse un peu sceptique.)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Absentia Lunae
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (10)  6.87/10

plus d'infos sur
Absentia Lunae
Absentia Lunae
Black Metal - 2002 - Italie
  

tracklist
01.   Neuropa Calling  (06:00)
02.   Sentenza al Criterio  (07:40)
03.   Nel Gelido Sentore di Un'eterno Addio (nel Solco della mai Sopita Via)  (08:42)
04.   L'Urlo ed il suo Illuminante Eco  (05:39)
05.   L'immutabile Richiamo ed il suo Cruento Incontro  (05:59)
06.   Nel Segno dell'Ariete la Storia ci darà Ragione  (08:06)
07.   Il Sole Ritrovato degli Iperborei  (04:19)

Durée : 46:25

line up
parution
26 Mai 2009

voir aussi
Absentia Lunae
Absentia Lunae
Vorwärts

2014 - Aeternitas Tenebrarum Musicae Fundamentum
  

Essayez aussi
Faruln
Faruln
The Black Hole Of The Soul (EP)

2019 - Necrocosm / Battlesk'rs Productions
  
Tsjuder
Tsjuder
Antiliv

2015 - Season Of Mist
  
Adherent
Adherent
Demo MMXVII (Démo)

2017 - Solar Asceticists Productions
  
Vananidr
Vananidr
Vananidr

2019 - Purity Through Fire
  
Ehlder
Ehlder
Nordabetraktelse

2019 - Nordvis Produktion
  

Black Spirit
In A Vortex To The Infinite...
Lire la chronique
Malokarpatan
Krupinské ohne
Lire la chronique
Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique