chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opium Warlords - Taste My Sword Of Understanding

Chronique

Opium Warlords Taste My Sword Of Understanding
Somme toute, l'exercice de poser des mots sur une musique est un peu vain. Fatras d'adjectifs, anecdotes, analyses, métaphores et autres outils de l'écrit ne sont que circonvolutions quand il s'agit d'aborder une œuvre s'adressant à nous dans un autre langage.

…Sauf quand il s'agit de doom et plus particulièrement de cet album d'Opium Warlords. Ce troisième jet de Sami Albert Hynninen, ex-Reverend Bizarre (entre beaucoup d'autres), s'aborde en effet comme de la littérature mise en musique plutôt qu'une succession de mélodies à placer sur l'échiquier. Taste My Sword Of Understanding est si déroutant dans sa forme qu'il rend ridicule l'habituel exercice de catégorisation – Doom traditionnel expérimental ? Doom avant-gardiste old school ? Allons, allons... – pour finalement laisser le regard se déporter de ses étagères à disques vers celles à livres.

Ce qui fait que, le concernant, je ne pense rapidement plus à un Reverend Bizarre rêveur où l'austérité s'appliquerait à d'autres sous-genres tels que le drone/doom, folk/doom et doom atmosphérique (tout en gardant une cohérence que la récurrence laisse deviner), qu'à mes exemplaires de J.K. Huysmans et Knut Hamsun, deux écrivains dont le premier est connu pour ses labiles essais de conversion et le second pour sa description d'une vie au milieu d'une nature sauvage où s'accepte le temps long, son ascèse et les maigres récompenses qu'offrent les saisons.

Deux bibliographies qui sont liées par le mot « pastoral », ses deux sens agraire et religieux, égale clef de voûte de Taste My Sword Of Understanding. Qu'il se fasse doux sur les tranquilles « The Solar Burial » et « In Melancholy Moonless Acheron », acrimonieux sur « The God In Ruins » ou victorieux sur « Mount Meru » et « The Self-Made Man » (seules compositions à rappeler pleinement le glorieux passé du Révérend), Hynninen imagine constamment son chemin de croix perdu au milieu d'un jardin anglais où les paysages luxuriants de végétations et ruines ne sont que les figurations de sa quête intérieure. Taste My Sword Of Understanding est sans conteste ce que le projet a sorti de plus accessible, l'expérience n'en est pas moins rude comme une traversée cherchant à faire naître l'illumination de la mortification. Si vous pensez à des élucubrations de ma part, je vous laisse lire cet entretien avec l'intéressé où se font des ponts entre sexualité et culpabilité ou mieux, écouter ces quelques soixante-douze minutes – durée qui est une preuve supplémentaire qu'il ne s'agit pas ici d'une partie de plaisir, ni même d'une chose à prendre « à la légère ».

Pourtant, lorsque s'accepte son parti-pris de forcer sa victime à écouter, réécouter, croire en la beauté de l'ensemble avant de la contempler, le tout dans un exercice religieux que la boulimie de nouvelles sorties avait presque fait oublier, Taste My Sword Of Understanding finit par s'inscrire comme un grand album de doom dans ce que celui-ci peut offrir de méticuleux, inaltérable et ardent. L'épique est certes laissé aux formats des morceaux donnant souvent dans le gargantuesque, quelques moments de grâce surgissent : « The God In Ruins » et ses paroles contant le malheur d'une divinité laissée seule par l'extinction de l'humanité, « The Self-Made Man » où se retrouve l'atmosphère d'un In The Rectory Of The Bizarre Reverend dans une version tout aussi sentencieuse mais lavée de toute chevalerie pour mieux embrasser la bure ou encore « This Place Has Been Passed » et sa paix douloureuse, fatiguée comme un mystique laissant ses nerfs à vif embrasser les ressacs d'un cours d'eau en bord de prairie... Autant de petits instants, payés chers, accentuant le sentiment d'effectuer un voyage âpre où naît le spirituel, ses apparitions se faisant plus fortes par contraste.

Je me sens tout de même obligé de préciser que Taste My Sword Of Understanding paraîtra pour quelques-uns maladroit, voire inconstant. J'ai moi-même quelques reproches à faire ici ou là, comme cette entame drone/doom mal placée qu'est « The Sadness Of Vultures ». Seulement, ceux préférant la recherche de la perfection à son accomplissement, ceux acceptant aisément les défauts d'un disque en raison de ce qu'il est capable d'apporter en retour ou simplement ceux appréciant leur doom minimaliste et fervent mais n'étant pas contre un peu de lumière auront tort de passer à côté de cette splendeur mal fagotée. Clairement, une œuvre dont le mystère continu interrogera certains. Un indice : il est question de Dieu et de l'homme, et de la relation compliquée entre les deux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Aguirre
20/06/2014 12:23
Oui, ce gars et un génie et son statut de gourou et absolument justifié. J'ai peine à imaginer où en serait la scène trad sans Rev Biz... du Candlemass à pédales à tout les étages ou plus vraisemblablement morne plaine...?
lkea citer
lkea
20/06/2014 12:08
note: 8.5/10
Pas sourd du tout pour moi, il y a effectivement des moments qui peuvent prétendre au funeral sur ce disque. Mais il y a aussi d'autres choses, touchant à la folk et au drone par exemple. Après, ce n'est pas tant une question de nouveauté pour moi (Hynninen a une tendance à transformer la moindre escapade en quelque chose sonnant traditionnel) mais de personnalité. Ce qui transparaît de ce disque est assez rare, je trouve !
Invité citer
Aguirre
20/06/2014 10:59
C'est étonnant, mais il y a dans ce disque beaucoup de moments qui me ramènent quasi 10 ans en arrière, quand j'ai découvert les combos Amaranthine Trampler et Maiden Voyage. Comme quoi...
Rien de nouveau
Je vieillis
Il faut être passé par Reverend Bizarre pour...
C'est du funeral doom cet album
Je suis sourd
Momos citer
Momos
04/06/2014 18:53
Le titre de l'album est auto-suffisant.
gulo gulo citer
gulo gulo
04/06/2014 18:04
note: 8.5/10
Raaaah mais qu'il arrive donc enfin !
lkea citer
lkea
04/06/2014 14:48
note: 8.5/10

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opium Warlords
Doom Metal
2014 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (12)  7.45/10

plus d'infos sur
Opium Warlords
Opium Warlords
Drone / Doom / Folk - 2004 - Finlande
  

tracklist
01.   The Sadness of Vultures
02.   The Self-Made Man
03.   The God In Ruins
04.   The Solar Burial
05.   The Land Beyond The Pole
06.   Mont Meru
07.   This Place Has Been Passed
08.   Manisola From Misandria
09.   In Melancholy Moonless Acheron

Durée : 72 minutes 38 secondes

line up
parution
30 Mai 2014

voir aussi
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Droner

2017 - Svart Records
  

Essayez aussi
Lord Vicar
Lord Vicar
The Black Powder

2019 - The Church Within Records
  
Pentagram
Pentagram
First Daze Here (The Vintage Collection) (Compil.)

2002 - Relapse Records
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Reverend Bizarre
Reverend Bizarre
III - So Long Suckers

2007 - Spikefarm Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  

Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique