chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thou - Heathen

Chronique

Thou Heathen
Ne jamais dire... J'en avais, des certitudes sur comment j'aimais mon sludge, ce qu'il devait être ou non, les questions de pureté, authenticité, A.O.C. et compagnie et à quel point Thou, avec son mélange fait de sludge, post-rock, post-hardcore et black metal bon teint n'était qu'un argument servant à (me) prouver l'absurdité qu'il y a aujourd'hui dans l’extrémisme forcené à prétendre au sale pour donner au final l'impression plate et pseudo-poétique type « grâce rime avec crasse ». Une formule dont le fameux « sludge atmosphérique » s'est notamment fait la personnification musicale. Inutile de rappeler ce que ce libellé possédait de contradictoire pour moi il y a encore peu de temps !

Pourtant, comme pour toutes les certitudes, il a suffi d'un contre-exemple pour que ces idées vacillent. Et celui-ci n'est pas n'importe lequel : Thou qui sort son disque qui « fonctionne » (n'ayant pas encore (ré)écouté la masse de splits, albums, Eps et compilations portant son nom, on se contentera de cette affirmation pour le moment) revient à se confronter à une harmonie des contraires, où la splendeur ne fait pas que côtoyer l'ordure mais s'y mêle avec tant de naturel que l'exercice laisse hébété, forcément muet. Le groupe de Bâton-Rouge paraît avoir atteint ici ce que ses écarts visaient jusque-là : rendre le sludge « beau » sans déranger la nocivité qui le définit.

Ce qui revient à faire un voyage des plus étranges, à dos d'oiseau parcourant les paysages écrasés de Louisiane. Heathen donne constamment l'impression de surplomber les mangroves, circulant au milieu des étoiles. Aucun doute sur la toxicité de la chose devant la prestation vocale de Bryan Funck, pile-poil entre le cri congestionné hérité du black metal et l'obsession naissant de l'addiction du sludge. C'est cependant dans une nuit fraîche, merveilleuse, que sont prises ses éructations de déjà-mort, dans le cristallin d'arpèges enveloppants et désespérés où se contemple une nature sauvage et pourrissante, dont les couleurs ternies par la lueur de la lune semblent à deux doigts de s'éteindre à jamais.

Sans avoir fait une étude approfondie des textes présents dans le livret de ce quatrième album (une fois n'est pas coutume, leur lecture est ici conseillée), Heathen fait imaginer une terre condamnée dont se révèle une dernière fois la beauté, sa mort prochaine se cachant dans sa paix de surface. Un sentiment doux-amer que Thou transmet par des guitares surfant sur le sol, toujours au bord de l'envolée, ainsi qu'un batteur donnant une signification commune aux mots « aérien » et « fatigué ». Impossible de ne pas féliciter une nouvelle fois Bryan Funck, sa voix parvenant, derrière son apparente agressivité, à insuffler une dose supplémentaire d'onirisme à l'ensemble. Il suffit d'écouter le morceau « Immorality Dictates » où intervient le chant maternelle et éplorée d'Emily McWilliams pour voir ce que le bonhomme, sous ses airs de bourrin formé à l'école Fistula, est capable de transporter d'épique et magique dans sa coulée de bave, sans dépareiller avec la majesté de sa conjointe dix minutes durant.

Un morceau imposant, qui révèle à la fois toute la finesse de Heathen et ce qu'il a de maladroit. Les dix compositions (dont quelques interludes, parfaitement placées) le constituant s'écoulent avec une fluidité que le côté âpre de la production ne laisse pas deviner mais le tout se termine en une queue de poisson qui, sans frustrer, laisse à croire qu'un dernier titre aurait dû succéder à « Ode To Physical Pain ». Difficile pourtant d'imaginer fin plus punitive que celle-ci, rappelant que ces minutes dépassant l'heure, bien que remplies de moments magnifiques, restent avant toutes choses une sanction. Du sludge, mais vécu dans l'atmosphère, ainsi qu'une belle oraison à cette Louisiane mutilée à maintes reprises et dont le sol semblable à une dentelle au milieu des eaux menace de disparaître à long terme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
16/10/2014 10:53
note: 7.5/10
Je connote pas forcément l'aspect "intellectuel" de leur musique comme un gros mot ou un terme négatif personnellement, je trouve ça bien que ce soit construit. Mais je vois où a débuté le quiproquo du coup.
Invité citer
Aguirre
15/10/2014 21:13
mmh... c'est pas spontané, ça c'est sûr, mais c'est le cas de la plus part des compos... de la plupart des groupes. De là à dire que c'est "intellectualisé"... C'est précis et bien articulé, ils ont une idée claire de ce qu'il veulent faire à-priori, sans doute. Mais le résultat à la forme d'une tempête brûlante ce qui contredit toute idée d' intellectualisme; enfin, pour moi, le terme à une connotation mortifère or la musique de Thou est gorgée d'émotions.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
14/10/2014 18:37
note: 7.5/10
La première partie de mon commentaire = aspect réfléchi. Je trouve que l'ambiance est particulièrement intellectualisée et poussée, d'ailleurs les textes aussi. Y'a un côté quasi-scientifique à la façon dont ils agencent les parties plus posées ou les guitares de fond.

Le deuxième partie = en colère. Parce que quand même, l'arrivée de la voix sur Free Will, si c'est pas la pure colère ça...

Je vois le tout ça comme une évolution de personne, réfléchissant puis après se laissant aller au final, dans des sentiments primaires au final. Au final le cocktail des deux forment l'aboutissement du truc.
Et je trouve ça très bien. Au cas ou j'aurais pas été clair sur mon appréciation. Même si j'ai pas encore assez écouté pour mettre une (bonne) note.
Invité citer
Aguirre
14/10/2014 18:27
tu trouves que c'est artificiel, que ça sonne faux ou que c'est immature?
Je ne suis pas ton raisonnement; je ne comprends pas ta référence à un supposé "intellectuel"... Tu m'expliques?
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
14/10/2014 18:03
note: 7.5/10
Ouais, ça donne effectivement l'envie d'être intello, d'être au premier rang et de lever le doigt à chaque question.

Après, d'avoir une crise existentielle sur sa propre victimisation vers 15 ans. D'être colérique en somme.

Et de finir par sortir un album comme ça. En synthèse finale.
lkea citer
lkea
20/09/2014 16:50
note: 8.5/10
... Et donc, il gagne un demi-point supplémentaire car il le mérite bien.
Kedran citer
Kedran
27/07/2014 00:24
note: 8/10
Je me posais justement la question.
Merci
Invité citer
Aguirre
26/07/2014 12:38
d'ailleurs, il faut un "ez", à "remerciez".
C'est mon imperfection qui me rend séduisant.
gulo gulo citer
gulo gulo
26/07/2014 11:43
note: 9/10
Merci, Professeur Rollin !
Invité citer
Aguirre
26/07/2014 11:01
Pour l’anecdote: l'image de la cover est une photographie d'une des premières femmes photographes de l'histoire, Julia Margaret Cameron.
Ne me remercier pas.
lkea citer
lkea
26/07/2014 10:22
note: 8.5/10
Kedran a écrit : Reçu aujourd'hui et effectivement il fait très mal.

Merci Ikea Clin d'oeil


De rien Clin d'oeil
Kedran citer
Kedran
25/07/2014 21:16
note: 8/10
Reçu aujourd'hui et effectivement il fait très mal.

Merci Ikea Clin d'oeil
lkea citer
lkea
23/07/2014 07:10
note: 8.5/10
Kedran a écrit :
Mais ou peut on se procurer une copie physique de ce monstre ?


Tu peux voir du côté de Gilead Media mais les frais de port sont assez élevés. Le mieux, à mon avis, est de voir du côté de l'Europe, par exemple là-bas : http://www.debemur-morti.com/en/thou/421-thou-heathen-digipack-cd.html.

@But : J'ai oublié de le préciser mais j'ai hésité sur la note à mettre. Elle montera peut-être avec le temps Sourire
Kedran citer
Kedran
22/07/2014 23:05
note: 8/10
Putain mais c'est quoi ce truc ?

C'est proprement génial, moi qui est en pleine découverte du "sludge" je me dis...
Mais ou peut on se procurer une copie physique de ce monstre ?
But citer
But
22/07/2014 20:40
note: 9.5/10
Je pense que ça sera mon album de l'année.

T'aurais pas du le noter Gros sourire
Invité citer
Cathedrale
22/07/2014 13:28
Cet album est génial!
Invité citer
Aguirre
22/07/2014 08:49
10/10. Un énorme album. Plein de petits trucs qui étonnent et émerveillent. Leur chef-doeuvre, jusqu'au suivant bine sûr.
gulo gulo citer
gulo gulo
22/07/2014 07:24
note: 9/10
Celui-ci et Summit m'évoquent plutôt le rivage du Pacifique - le bout du monde, donc ça revient un peu au même...
lkea citer
lkea
22/07/2014 06:51
note: 8.5/10
Se télécharge à prix libre sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thou
Sludge atmosphérique
2014 - Gilead Media
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (13)  8.35/10
Webzines : (10)  8.57/10

plus d'infos sur
Thou
Thou
Sludge atmosphérique - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Free Will
02.   Dawn
03.   Feral Faun
04.   Into The Marshland
05.   Clarity
06.   At The Foot of Mt. Driskill
07.   In Defiance of The Sages
08.   Take off Your Skin and Dance in Your Bones
09.   Immorality Dictates
10.   Ode To Physical Pain

Durée : 74 minutes 36 minutes

line up
parution
25 Mars 2014

voir aussi
Thou / The Body
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)

2014 - Vinyl Rites
  
Thou
Thou
The House Primordial (EP)

2018 - Robotic empire
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  
Thou
Thou
Ceremonies of Humiliation (Compil.)

2015 - Gilead Media
  
Thou
Thou
Magus

2018 - Sacred Bones Records
  

Essayez aussi
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast