chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goatmoon - Voitto tai Valhalla

Chronique

Goatmoon Voitto tai Valhalla
[ A propos de cette chronique ]

Si je vous dis "slava pouet-pouet", "Finlande", "quatorze-quatre-vingt-huit" et "rouquin", vous me répondez ? Goatmoon, bien entendu !

Passé le goût douteux de cette introduction, reconnaissez-lui au moins le mérite de démontrer que le Black Metal n'est définitivement que clichés. Même si le phénomène tend de plus en plus à s'inverser ces dernières années, par l'émergence de formations n'ayant pas peur de sortir des sentiers battus tant musicalement que thématiquement, d'autres restent fidèles à une ligne de conduite, une imagerie complètement hermétiques et sectaires. Intolérant au changement comme idéologiquement, le joyeux luron derrière Goatmoon sème depuis 2004 et la sortie de "Death Before Dishonour" des disques d'un Black Metal aux tournures folkloriques mélangeant riffing simple mais efficace et passages plus contemplatifs, et ce sans jamais faire varier sa recette de base. Même si, depuis "Varjot", BlackGoat Gravedesecrator (à vos souhaits) infuse de plus en plus de "tradition" à sa musique par l'incursion, à chaque fois plus importante, d'éléments folkloriques dans ses compositions.

Non pas que le côté "classique" du Black Metal me dérange, loin de là. Seulement, comme beaucoup ici, j'ai de plus en plus de mal à prendre au sérieux des bonshommes qui me parlent de supériorité raciale et de haine en jouant du biniou. Je ne vais donc pas m’appesantir sur l'objet en lui-même tant il aligne les quines au loto des clichés. Déguisements, forêt enneigée, mimiques colériques, maquillage et pot-pourri de runes... Ne reste que cet artwork, assez magnifique (surtout comparativement au reste de la discographie de Goatmoon), dont l'auteur reste à saluer. Autre chose, anecdotique pour certains, mais agaçante pour d'autres, l'utilisation quasi-névrotique d'une typographie gothique en majuscules qui rend les crédits et remerciements illisibles. Dommage, quand on voit que la tête pensante du combo s'est entouré de plusieurs musiciens pour l'enregistrement de ce "Voitto Tai Valhalla". Et d'autant plus dommage quand le résultat tient aussi bien la route.

Pourtant, Dieu sait que c'était mal parti. Déjà las de l'imagerie et des poses clownesques du combo, la courte introduction m'aura conforté dans l'idée que "Voitto Tai Valhalla" allait lamentablement se noyer dans le ridicule : ce pauvre petit synthétiseur aux chuintements plaintifs, pâle croisement entre un Carpenter sous Prozac et un Goblin très fatigué, tentant vainement de poser une ambiance incertaine m'aura plus fait ressentir de la peine que le souffle épique que nous vendait Werewolf Records. Gardez vous bien des jugements hâtifs à l'avenir, le reste de la galette est étonnant de puissance et d'émotion. Après deux minutes de purge, comme au théâtre, les trois coups de caisse claire sont donnés en véritable introduction de quarante minutes d'un Black Metal aussi sincère que poignant. Jouissant d'un son exemplaire pour le genre, les compositions laissent respirer chaque instrument, chacun bénéficiant d'un son très organique qui vient grandement participer à l'atmosphère véhiculée par l'opus. Seul bémol, peut-être, cette batterie parfois un peu trop présente lors des parties blastées - d'autant que le batteur a tendance à ne pas tenir le tempo "rapide", en témoignent les dernières secondes de l'introduction de "And The Tears Of Our Fatherland Fell" ou la fatigue des avants-bras perceptible sur "Descent, Ascent And Conquer". Ceux qui, de toutes façons, cherchaient sur "Voitto Tai Valhalla" leur dose de croches et de pédalage intensifs peuvent aller chercher ailleurs : c'est dans les rythmiques quasi "dansantes" et le mid-tempo que Goatmoon parvient véritablement à tirer son épingle du jeu.

Des vielles/violons/que-sais-je de "Voitto tai Valhalla Part II: Valkoinen maa" et leurs gémissements plaintifs entrecoupées par ces patterns plombées et les hurlements reconnaissables entre milles du frontman jusqu'aux claviers diffus et glaciaux de "Way Of The Holocaust Winds", agrémentés de coups de boutoir qui viennent rythmer cette marche au coeur du blizzard, "Voitto Tai Valhalla" brille par une belle variété d'ambiances. Sans oublier, bien entendu, les passages typiquement pouet-pouet empruntés aux ténors du genre (Temnozor et consors) incarnés dans ces choeurs guerriers et faussement "graves" de "Vaaraoppisen Tuhovarssy". Mais le point culminant de cet album reste sans aucun doute son final, "Race of Heroes", déjà présent sur "Tahdon Riemuvoitto" sous une forme plus folklorique que réellement violente. Ici, le morceau que l'on connaissait presque reposant devient un monolithe lent et majestueux ou BlackGoat s'époumone sur des riffs enivrants soulignés par une basse qui n'hésite pas à s'émanciper du pattern classique en de belles envolées. L'utilisation des claviers sur la fin du titre rappellerait presque les cassures de rythme de "Noontide" de Fanisk, et croyez-moi, c'est un gage de qualité certain.

Véritable redécouverte pour moi, et très probablement confirmation du talent de la formation pour ses aficionados, Goatmoon signe avec "Voitto Tai Valhalla" un disque épique, enlevé et terriblement prenant, qui ne perd rien de sa force au fil des écoutes. Malgré quelques passages un peu "niais" et des titres qui auraient mérité quelques raccourcis ("Way of the Holocaust Winds" en tête), l'album garde suffisamment de moments forts et de riffs mémorables (le groove irrésistible de "Voitto tai Valhalla Part I") pour se bonifier avec le temps. Ceux qui, comme moi, n'avaient pas retenu grand chose de la discographie des finlandais devraient leur laisser une seconde chance : "Voitto Tai Valhalla" est fait du bois dont on fait les albums qui résistent au temps.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

17 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
03/04/2019 21:45
note: 8/10
On pense ce qu'on veut des idées du groupe, faut admettre que la musique défonce. La première "vraie" piste donne des envies de course à poil dans la forêt comme rarement. On enlevait les deux pistes qui se veulent un peu punk et on a album quasi parfait. C'est pas du pagan de grande qualité comme NM ou d'autres peuvent l'être, mais c'est vraiment bien foutu.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
27/11/2014 14:41
note: 7/10
Je l'ai écouté deux fois hier.

J'y vois un tribute à Wolfnacht personnellement, avec les claviers de fêtes foraines rappelant au bon souvenir de tous le fameux et cultissime " Ein Daemonischer Winter...".

L'art et la manière de faire de la musique si ridicule, si niaiseuse et si cucul-la-praloche qu'elle en devient magique.

Un bon skeud, finalement...
Invité citer
CROM
22/10/2014 13:04
Moi et l'éthologie des fans de BM... et oui le terme est bien choisi.
But citer
But
22/10/2014 11:48
Bah je dirais comme PM, si l'album est plus que "bon" (comme Purity), il mérite d'être écouté/apprécié/communiqué.

Et de toutes façons on peut le voir dans la pratique, les bons albums de NS sont surtout écoutés par des auditeurs aux convictions probablement pas très éloignés de l'album en question, alors que les albums vraiment excellents (ceux qui marquent une communauté), comme certains de Drudkh ou de Hate Forest sont écoutés par des auditeurs plus nombreux dont certains aux idées totalement contraires.

La question de la complaisance est intéressante aussi
Invité citer
CROM
22/10/2014 10:54
@Momos : "Ferait-on preuve -malgré nous- de complaisance à force ?"

Dix secondes suffiront amplement pour répondre : oui

Et puis se réfugier derrière le paganisme pour prôner des trucs qui puent est toujours une belle preuve d'inculture.


LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
22/10/2014 01:55
Un album "juste bon" ou "sans plus", nazi ou pas, ne vaut pas vraiment la peine d'être cité. Sourire
KPM citer
KPM
22/10/2014 01:22
Momos a écrit : La question est : est-ce qu'un album juste « bon » voire moins (et non considéré comme « indispensable » à l'instar d'un Purity) et que l'on considère comme éthiquement douteux vaut-il vraiment l'effort d'être cité ? Ferait-on preuve -malgré nous- de complaisance à force ?

Pour moi la réponse repose principalement sur la qualité de l'oeuvre. Donc je dirais évidemment "non" pour Goatmoon ou que sais-je, et un grand OUI pour Purity. Mais au final, que le disque soit indispensable ou juste bon voire moins, il traite des mêmes thèmes faisant débat, donc si l'on pousse la logique partisane jusqu'au bout, même Purity ne vaudrait pas une écoute. Enfin, je vois la chose comme ça. A vous l'antenne.
Momos citer
Momos
22/10/2014 01:03
KPM a écrit : Je ne parle pas de celui-là = Goatmoon, en particulier. Mais bien de celui-là = l'album "qui parle de supériorité raciale" que l'on nomme X, que j'écoute à un instant T quel qu'il soit, et qui est meilleur que Y c'est à dire la somme des autres bons albums qui "ne parlent pas de supériorité raciale".

Au pif, celui-là = Purity. Après, ça m'arrive pratiquement jamais d'écouter les styles favorisant des disques comme celui-là (X toujours), alors je vous laisse vous débrouiller avec ce dilemme.

Peut-être n'en parlais-tu pas, sauf que « nous » si, vu que c'est l'objet d'incrimination ici.
La question est : est-ce qu'un album juste « bon » voire moins (et non considéré comme « indispensable » à l'instar d'un Purity) et que l'on considère comme éthiquement douteux vaut-il vraiment l'effort d'être cité ? Ferait-on preuve -malgré nous- de complaisance à force ?

Vous avez 4h.

(protip et plus sérieusement : je suis ici assez partagé en fait, bien que clairement orienté tavu)

LANGOUSTE a écrit : De toutes façons c'est chiant Purity.
Non.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
22/10/2014 00:33
De toutes façons c'est chiant Purity.
Invité citer
SUPERIORITE RACIALE
22/10/2014 00:32
Foutez moi la paix!
KPM citer
KPM
22/10/2014 00:39
Je ne parle pas de celui-là = Goatmoon, en particulier. Mais bien de celui-là = l'album "qui parle de supériorité raciale" que l'on nomme X, que j'écoute à un instant T quel qu'il soit, et qui est meilleur que Y c'est à dire la somme des autres bons albums qui "ne parlent pas de supériorité raciale".

Au pif, celui-là = Purity. Après, ça m'arrive pratiquement jamais d'écouter les styles favorisant des disques comme celui-là (X toujours), alors je vous laisse vous débrouiller avec ce dilemme.
Momos citer
Momos
22/10/2014 00:24
si le meilleur vaut 7.5, craignons pour l'avenir
KPM citer
KPM
21/10/2014 23:56
Mais si celui-là est meilleur que les autres bons albums, comment fait-on professeur ?
But citer
But
21/10/2014 21:08
c'est pas comme si ça manquait les bons albums... et ça coûte plus cher que de s'acheter une éthique
Sagamore citer
Sagamore
21/10/2014 14:22
note: 7.5/10
CROM a écrit :
Facile : suffit de ne pas écouter et de ne pas chroniquer.


Et c'est comme ça, les enfants, qu'on passe à côté de très bons disques.
Invité citer
CROM
21/10/2014 13:16
"Seulement, comme beaucoup ici, j'ai de plus en plus de mal à prendre au sérieux des bonshommes qui me parlent de supériorité raciale et de haine en jouant du biniou."

Facile : suffit de ne pas écouter et de ne pas chroniquer. Et puis des Finlandais se prenant pour des Vikings...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
21/10/2014 11:49
note: 7/10
Pas encore écouté, mais Varjot avait de bons moments. Même si trop slava-slava dans l'ensemble.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatmoon
Folk/Black Metal
2014 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (2)  7.59/10

plus d'infos sur
Goatmoon
Goatmoon
Folk/Black Metal - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   Intro  (02:21)
02.   Voitto tai Valhalla Part I  (02:56)
03.   Voitto tai Valhalla Part II: Valkoinen maa  (04:07)
04.   Desecration  (03:28)
05.   Way of the Holocaust Winds  (08:00)
06.   And the Tears of Our Fatherland Fell  (03:53)
07.   October's Blood  (04:23)
08.   Vääräoppisen tuhovärssy  (03:50)
09.   Descent, Ascent and Conquer  (04:05)
10.   Race of Heroes  (07:54)

Durée : 44:57

line up
parution
7 Septembre 2014

voir aussi
Goatmoon
Goatmoon
Stella Polaris

2017 - Hells Headbangers Records / Werewolf Records
  
Goatmoon
Goatmoon
Tahdon Riemuvoitto (Compil.)

2013 - Werewolf Records
  

Essayez aussi
Primordial
Primordial
Redemption At The Puritan's Hand

2011 - Metal Blade Records
  
October Falls
October Falls
The Womb Of Primordial Nature

2008 - Debemur Morti Productions
  
Falkenbach
Falkenbach
Ok Nefna Tysvar Ty

2003 - Napalm Records
  
Borknagar
Borknagar
Borknagar

1996 - Century Media Records / Malicious Records
  
Windir
Windir
Likferd

2003 - Head Not Found
  

Arna
Dragged to a Lunar Grave
Lire la chronique
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon
Lire la chronique
Krallice
Demonic Wealth
Lire la chronique
Meth Leppard / Infanticide
Meth Leppard / Infanticide ...
Lire la chronique
Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique