chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yob - Clearing the Path to Ascend

Chronique

Yob Clearing the Path to Ascend
« Quoi ? Aucune chronique de Yob sur Thrashocore, mon webzine préféré ? » Hé oui lecteur, je suis tout aussi étonné que toi. Certes le doom metal reste le parent pauvre du site (malgré l'application de Chris, notre chef vénéré, à me pousser à écrire sur le style un marteau et une anthologie des aventures de Den par Richard Corben dans chaque main), mais Yob a depuis longtemps charmé en dehors de son public-cible, devenant un incontournable. Inutile d'avoir rafraîchi mille fois la page de réservation du festival Roadburn dans l'espoir d'avoir une place (déjà prise, argh !) pour connaître le groupe mené par le charismatique Mike Scheidt, des disques comme Catharsis ou The Great Cessation ayant donné à la formation une visibilité importante. Des œuvres dont je reconnais la qualité, sans pour autant adhérer totalement aux félicitations qu'elles ont entraînées.

« Comment Ikea ? Veux-tu dire que tu n'aimes pas Yob, toi dont le goût assuré n'a d'égal que ta beauté ardente d'être au cœur pur, et doté d'une mission ? » Holà, c'est toi qui le dis, pas moi (mais merci) ! Et, pour être précis, je n'aime pas Yob... plus que ça. Il tient une place importante dans ma découverte du doom metal (comme c'est le cas pour pas mal de monde) mais, avec le recul, son style tout en longueur a entraîné trop souvent chez moi un ennui embarrassé pour rejoindre définitivement les conquis. J'avais d'ailleurs plus ou moins tiré un trait sur les Ricains après avoir écouté Atma, album par lequel ils se décidaient à rejoindre les hordes fans de Neurosis sans pour autant pouvoir prétendre au même talent. Il a fallu la vision d'un concert époustouflant pour que je me décide, après passage à la table de merchandising, à laisser une chance à ce nouvel essai.

« Aaaah, et alors ? Raconte-moi tout, je bois tant tes paroles ! » Hum, ok, mais je vais appeler la police si tu continues. Après un Atma plus que décevant, Clearing the Path to Ascend montre que Yob a encore des choses à déclarer et qu'il s'est décidé à les dire mieux que de coutume. Bien sûr, le groupe n'a pas changé du tout au tout mais les quelques évolutions présentes ici (à commencer par une belle pochette, une première chez eux) sont suffisantes pour relancer la machine-qui-rêve du trio. D'abord dans les titres classiques, où l'on retrouve ce style à cheval entre doom psychédélique, stoner et post hardcore ayant fait son succès : « In Our Blood » et « Unmask the Spectre » sonneront déjà entendus pour qui connaît bien la formation, leurs différentes montées en puissance et accalmies installant une ambiance spirituelle n'en font pas moins mouches par une retenue, une simplicité montrant un groupe attelé à la tâche. Il suffit d'écouter les moments pesants de « In Our Blood » pour constater que, des riffs destructeurs à une production rude, tout a été fait pour briser l'auditeur afin de mieux le modeler lors des moments enivrants où Mike Scheidt laisse parler son chant clair. On notera d'ailleurs que celui-ci choisit de se faire discret lors de ces deux titres, une preuve supplémentaire de la délicatesse avec laquelle la troupe de l'Oregon fait vibrer la corde sensible, cette décision n'ayant pas dû être facile à prendre quand on sait avec quelle facilité ce John Lennon punk sait faire pleurer les plus enhardis (cf. son album folk en solitaire).

« Ma-rrow ! Ma-rrow ! Ma-rrow ! » Un peu de patience, j'y arrive. Yob se fait à la fois plus ravageur et sensible sur Clearing the Path to Ascend, un jeu d'équilibriste qui apporte une patine neuve à son style personnel, le rendant moins rébarbatif qu'auparavant (malgré une baisse de régime sur « Unmask the Spectre »). Mais c'est lorsqu'il foule des terres plus aventureuses qu'il convainc particulièrement : « Nothing to Win », où les grondements neurosiens se dotent d'une force effleurant le black metal le plus imparable, à la fois sur les planches (ma nuque s'en rappelle encore) que sur platine et... « Marrow ». Je ne sais pas quoi dire sur ce titre à part que ceux ayant écouté en boucle et de trop nombreuses fois pour leur propre bien le morceau final de The Great Cessation seront aux anges. Transcendées par un Mike Scheidt qui déploie toute l'étendue de son chant à la fois radieux et rocailleux, ces dix-huit minutes sont pour moi celles où Yob se rapproche le plus de ce qui le rend unique : cette bonhomie touchante, entre blues de l'espace et doom impérial. Une beauté mélodique mêlée à une atmosphère en suspension, triste et réconfortante à la fois, d'une grande justesse. Pour la première fois depuis longtemps, les Ricains paraissent ne pas en faire trop, ne dépassent jamais la fine limite entre émotion pure et mièvrerie. Ils semblent guidés, comme nous à leur écoute, par une muse céleste, incroyablement aimante et incroyablement tragique dans le même temps, dont on ne sait si elle est là pour apaiser ou troubler tant on se trouve coincé entre ces deux sentiments. Émerveillé surtout. Pour longtemps.

« Ah, merci Ikea d'avoir parlé de ce titre (et avec quelle justesse mirobolante !). Je tiens d'ailleurs à te féliciter aussi pour tes goûts vestimentaires : ce t-shirt met parfaitement en valeur ton teint hâlé ! » Euh... Tu m'observes ? Bon... Yob a clairement réassis son statut de grand nom du doom avec Clearing the Path to Ascend. Si je ne suis pas aussi dithyrambique que d'autres (la faute à une construction d'album pouvant s'avérer pénible selon les occasions), il vaut vraiment le coup d'oreille, ne serait-ce que pour un dernier morceau d'anthologie. Désolé pour la conclusion expéditive mais je dois aller immédiatement déposer une main courante à la gendarmerie. On n'est jamais trop prudent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
27/10/2014 10:07
Je n'ai pas réécouté Yob depuis un moment. Mais cette pochette me donne envie de m'y replonger depuis déjà plusieurs semaines. Ta chronique m'en convainc encore davantage.
Ber Val citer
Ber Val
22/10/2014 11:51
note: 9/10
Très bonne chronique pour un groupe génial !

Cet album est en tout point parfait, de son ambiance à son atmosphère en passant par ses riffs ...

Par contre je garde et garderais sûrement toujours une préférence pour "The Illusion of Motion" véritable chef d'œuvre !

Vivement le prochain album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yob
Psychedelic Doom / Stoner / Post Hardcore
2014 - Neurot Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  8.29/10
Webzines : (26)  8.45/10

plus d'infos sur
Yob
Yob
Doom / Sludge - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   In Our Blood
02.   Nothing to Win
03.   Unmask the Spectre
04.   Marrow

Durée : 62 minutes 30 secondes

line up
parution
29 Août 2014

voir aussi
Yob
Yob
Our Raw Heart

2018 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
Obelyskkh
Obelyskkh
The Providence

2017 - Exil on Mainstream Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique