chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ne Obliviscaris - Citadel

Chronique

Ne Obliviscaris Citadel
Apparue de nulle part, elle vous a surpris, immédiatement séduit, vous l'avez aimée et avez pensé pouvoir l'épuiser jusqu'à son dernier souffle. Immortelle, chaque petite mort n'était que le début d'une nouvelle renaissance, ne cessant de se dévoiler un peu plus à chaque cycle. "Portal of I" fait partie de ces découvertes qu'on ne rencontre pas tous les quatre matins, incroyablement accessible, incroyablement riche, incroyablement audacieuse, incroyablement touchante, incroyablement puissante, incroyablement tout en fait. Code666 peut être aussi fier de sa découverte que le groupe de ce premier essai qui n'est pas près d'être oublié. Un talent pareil ne passe évidemment pas inaperçu et ouvre des portes, notamment celles de nos incontournables compatriotes de Season of Mist qui épinglent une autre forte personnalité à leur catalogue. Après une telle entrée en matière, on attendait évidemment les Australiens au tournant ; leur réponse tient en un petit mot et un concept album en guise de confirmation. La surprise en moins.

Des chroniques de cet album vous en avez déjà lues, n'est-ce pas ? Ou du moins vous avez déjà votre avis sur la question. Sorti il y a environ un mois, je me doute bien que vous n'avez pas attendu Thrasho pour rompre l'attente de ce suspense interminable. S'il m'a fallu du temps pour coucher cette bafouille, c'est que j'ai hésité et même douté de mon discernement face à l'engouement suscité par ce second opus. Fidèle à sa réputation, Ne Obliviscaris n'a pas fait les choses à moitié : "Citadel" est un voyage, une expérience à saisir dans son ensemble. Ce que "Portal of I" pouvait avoir de bordélique et maladroit, elle le rassemble, elle l'harmonise autour d'une atmosphère qui guide ces 50 minutes du début à la fin et dont les couleurs évoquent tantôt l'architecture chaotique des ténèbres, tantôt les paysages désertiques d'un royaume oublié. On y retrouve cet équilibre subtil entre puissance et mélodie, infiniment extrême mais étrangement dénué d'un quelconque sentiment de haine ou de violence. Une manière de composer singulière immédiatement reconnaissable par les images de cet univers onirique qui accompagnent chaque instant, beau et majestueux.

Dans sa structure, "Citadel" tranche radicalement avec son prédécesseur. Près de 25 minutes plus court, il ne contient que trois morceaux fleuve séparés par des instrumentales entre violon, claviers et guitares acoustiques. Pour le reste, pas de changements majeurs. Ne Obliviscaris demeure cette entité capricieuse et imprévisible dont on avait fait la connaissance il y a 2 ans, n'obéissant qu'à ses propres règles auxquelles il faudra vous soumettre pour en extraire l'essence. Morceaux interminables, structures à tiroirs, rythmiques complexes (voire jazzy)... aucun compromis n'a été fait pour vous épargner. Ainsi les atmosphères tournoient au gré des oscillations des compositions menées d'une main de fer par des guitares omniprésentes, le chant démoniaque d'un Xenoyr habité et les lamentations de Tim. Sans être démonstratif, leur musique conserve également cet aspect très technique : de la batterie à la basse et au violon, en passant évidemment par les guitares et leurs leads fantastiques, cette dimension savemment dosée apparaît comme une nécessité dans l'expression des ambiances véhiculées. Seul petit bémol : les solos ne sont malheureusement pas à la hauteur de ceux de "Portal of I"...

"Citadel" est à n'en point douter une oeuvre aboutie à l'ambition démesurée ; son principal problème est d'avoir vu le jour après "Portal of I". Quant à ce qui fait l'identité du groupe sur la forme, plus je l'écoute, plus je trouve que les éléments *exotiques* n'apportent que peu de choses. Souvent utilisé comme une troisième guitare, le violon ne s'illustre finalement que lorsqu'il ne fait qu'accompagner la mélodie, manquant parfois de corps pour soutenir ses lignes. L'utilisation du chant clair qui m'avait ravie sur le précédent album me fait ici rejoindre l'avis de notre référence du mélodeath Mitch : trop mielleux, trop maniéré, il finit par irriter. Pour moi, leur style gagnerait vraiment à être plus *classique* car ce qui fait sa force, ce sont ses guitares, son chant hurlé et son côté prog dont les quelques ralentissements servent l'intensité des passages les plus violents.

Mais ne vous méprenez pas sur ces quelques remarques : Ne Obliviscaris épingle un second chef-d'oeuvre à sa courte discographie, un travail de titan dont le résultat transpire la grâce et la beauté. Incroyablement hétérogène et pourtant parfaitement harmonieux, il ne devrait pas décevoir les personnes conquis par leur premier album. Pari réussi donc pour nos Australien qui auraient pu se prendre les pieds dans le tapis après la quasi-perfection de "Portal of I". Il n'y a plus qu'à espérer les voir tenir le rythme encore longtemps.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
29/10/2016 18:13
note: 7/10
Ce soir en live !
Momos citer
Momos
31/12/2014 01:39
Toujours pas fini de digérer le précédent (colossal !).
On verra si j'aurai le temps d'y jeter une oreille prochainement malgré mon emploi du temps chargé.
Johnjohn citer
Johnjohn
30/12/2014 23:57
note: 8/10
Ouais, ben une bonne critique, attendue, et à laquelle j’abonde.
Il me semble que c’est le parti pris par le groupe de faire un album dont la structure est plus lisible que celle du précédent: intro piano + violon feutrée, puis première grosse mandale death-black, puis interlude, puis deuxième mandale, etc. jusqu'à l'outro...
Au final, pour moi, cette "cohérence" dans le propos m'a rendu l'album plus immédiatement lisible que Portal of I. Malgré l’incroyable richesse musicale déployée, il passe d'une traite alors que mon attention s'épuise un peu du côté patchwork du précédent.
L'ennui, c'est que du coup, l'effet du surprise joue moins (d’autant que c’est le 2ème), et qu'on a un peu perdu en diversité (de structure, de riffs, d'arrangements)... bref, ça, plus une durée un peu courte, ben ça fait une (toute) petite déception, pour un très bon album. Je me serai bien repris 2-3 mandales de plus…
Streker citer
Streker
30/12/2014 16:18
note: 7/10
Kedran a écrit : Donc si je suis bien. Moi qui découvre vraiment le groupe avec cet album que je trouve franchement très bon, je devrais encore plus apprécié le précédent ?

Carrément !
Dead citer
Dead
30/12/2014 12:35
note: 8.5/10
Kedran a écrit : Donc si je suis bien. Moi qui découvre vraiment le groupe avec cet album que je trouve franchement très bon, je devrais encore plus apprécié le précédent ?

Pour moi le premier album est meilleur oui. Rien que pour Xenoflux et son final dantesque Headbang
Kedran citer
Kedran
30/12/2014 12:16
note: 9/10
Donc si je suis bien. Moi qui découvre vraiment le groupe avec cet album que je trouve franchement très bon, je devrais encore plus apprécié le précédent ?
Ant'oïn citer
Ant'oïn
29/12/2014 16:42
note: 8.5/10
Tout pareil que la chro. J'ai juste pas forcément relevé un chant clair si différent, enfin pas assez pour le critiquer en tout cas.
Streker citer
Streker
29/12/2014 16:10
note: 7/10
Moi bcp de mal avec le chant clair...comme Mitch assez déçu. J'en attendais peut être beaucoup trop ! (il vaut quand même un bon 7 !).
Dead citer
Dead
29/12/2014 10:07
note: 8.5/10
Tiens c'est marrant que tu apprécies le chant clair sur cet album : je le trouve moins prenant que sur le précédent.
Mitch citer
Mitch
29/12/2014 10:11
note: 7.5/10
Plus fluide et un chant clair quasi-sans faute désormais (ce final de "Triptych Lux" !), de facto la musique gagne en émotion mais perd aussi en richesse (exit le "pavé" précédent) et en personnalité (des passages "trop communs" éparpillés). Les interludes au violon (horripilant pour ma part) de côté, trois morceaux uniquement... Je reste sur ma faim.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ne Obliviscaris
Metal extrême progressif
2014 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  7.92/10
Webzines : (28)  8.54/10

plus d'infos sur
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Metal extrême progressif - 2003 - Australie
  

tracklist
Painters of the Tempest
01.   Part I: Wyrmholes  (03:08)
02.   Part II: Triptych Lux (Movement I: Creator / Movement II: Cynosure / Movement III: Curator)  (16:35)
03.   Part III: Reveries from the Stained Glass Womb  (03:34)

04.   Pyrrhic  (09:50)

Devour Me, Colossus
05.   Part I: Blackholes  (12:37)
06.   Part II: Contortions  (02:27)

Durée : 49 min.

line up
parution
7 Novembre 2014

voir aussi
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Portal of I

2012 - Code666
  
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Urn

2017 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Great Misdirect

2009 - Victory Records
  
Anciients
Anciients
Heart of Oak

2013 - Season Of Mist
  
Ihsahn
Ihsahn
Eremita

2012 - Candlelight Records
  
Akercocke
Akercocke
Renaissance in Extremis

2017 - Peaceville Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Alaska

2005 - Victory Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique