chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Furia - Nocel

Chronique

Furia Nocel
Notre lectorat amateur de Métal noir sait à quel point l'Europe de l'Est est un véritable vivier de formations exceptionnelles. Loin du strass et des paillettes de Behemoth, la Pologne est une terre marquée par le sigile du pentacle, des blast-beats et du tremolo picking. Si la scène "classique" est bien représentée par des groupes comme Mgla, Infernal War ou Cultes des Ghoules, elle cache également des groupes plus "confidentiels", désireux de renouveler le genre à leur manière. Le fer de lance de cette nouvelle garde, le mâle alpha de cette meute de loups, c'est sans aucun doute Furia.

Peu de groupes peuvent se targuer de compter une discographie sans aucun écueil, aucune déception majeure, et le groupe dont nous parlons aujourd'hui fait partie de cette petite élite qui n'a jamais réellement déçu ses auditeurs. Parvenant chaque fois à faire varier sa recette, à apporter toujours plus à son Black Metal, la bande à Nihil, en dix ans d'existence, n'est jamais tombé dans le piège de la facilité. Tour à tour atmosphérique, expérimentale, mélancolique, chancelante, l'entité Furia possède de multiples facettes et réussit à apporter une dimension toujours plus personnelle à un genre de plus en plus stagnant, entre pépites d'agressivité véloce ("Grudzień za grudniem"), concentrés de spleen ("Marzannie, królowej Polski") ou expérimentations pures et simples ("Halny"), Furia n'est jamais là ou on l'attend - tout en pondant ses créations avec la régularité d'un coucou Suisse. Poule aux oeufs d'or de l'écurie Pagan Records, le quintet récidive avec "Nocel", la plus longue et intense de leurs offrandes. Création exigeante qui nécessitera attention soutenue et multiples écoutes pour révéler ses secrets.

"Nocel" sonne comme la synthèse de tout ce qui fait de Furia un groupe unique. Mixé par Nihil lui-même, chaque instrument y est à sa place, jouissant d'un son massif sans pour autant dénaturer le côté "organique" des fûts et des cordes - les lignes de basse de Sars, comme à l'accoutumée, font mouche à chaque note. Artwork volontairement simpliste, friche industrielle à dominante rouille, le groupe offre à "Nocel" une pochette qui colle merveilleusement bien à son contenu - et par la même, reste raccord avec les thèmes abordés par le groupe : de la difficulté de vivre en Pologne, de la nécessité de maintenir une tradition intacte dans un univers qui voudrait l'étouffer. En huit titres pour près d'une heure, Furia ballotte l'auditeur entre Black Metal, Punk, titres plus expérimentaux et ambiances hantées, une randonnée sauvage en Silésie, dans ces carcasses d'usines hantées par les spectres du folklore.

"Nocel" déborde d'une rage toute mélancolique. Furia l'administre avec parcimonie, préférant la répandre de façon diffuse plutôt que de la concentrer en un seul et douloureux impact. La morsure froide des riffs de "Opętaniec", ouverture de la danse, ne viendra pas me contredire. Solide base rythmique, guitare mélodique à peine en retrait, le groupe prend le temps de planter le décor, avant de faire entrer le chant grave (dans tous les sens du terme) de Nihil, habité par son art. Résolument Black Metal jusqu'à l'accélération finale, Furia prend une tournure bien plus Punk sur l'ouverture de "Ptaki idą", jusqu'à l'arrivée de ces arpèges lointains, fantomatiques, véritable marque de fabrique de la formation. Autant les premiers pas dans l'univers de "Nocel" rappellent les plus belles heures de ""Marzannie, królowej Polski", autant Furia tient à convoquer à notre mémoire les chimères curieuses qu'étaient "Halny" ou "W melancholii". "Niezwykła nieludzka nieprzyzwoitość " pourrait passer pour un enregistrement improvisé, tant l'ensemble est en décalage avec ce qui a été entendu précédemment, tant le chant semble sorti de la gorge d'un pauvre erre complètement ivre. "Nocel" est dôté d'une production exemplaire, et si le son est homogène, son contenu en est à l'opposé. Ce qui est loin d'être un défaut, à l'heure ou chaque album du genre comporte plus de maquillage que de bonnes idées. Si les expérimentations de l'album pourraient apparaître bancales, sans réelle cohésion, elle sont pourtant ce qui font la force du quintet, et lui évitent de se noyer dans la masse. "Nigdy i nigdzie", invoquant presque l'esprit du Shining suédois, reste symptomatique de ce que je viens d'évoquer : un titre long, qui rend hommage à ses racines purement classiques tout en les transformant, en cherchant à y incorporer des éléments nouveaux. Une complexité du fond plus que de la forme, des nappes bruitistes et du jeu décalé plutôt que du riffing véloce et des plans de batterie impossibles à suivre. Si "W melancholii" avait dérouté, Si "Halny" avait pu lasser par sa longueur et ses interludes presque Jazz, "Nocel" réussit à stabiliser le contenu instable de ces deux composés, en en raccourcissant la longueur, en en structurant la moëlle par des rythmiques à part entière plutôt que par des explosions éparses.

Un sans-faute ? Presque, mes amis, presque. "Nocel" est la réalisation la plus longue de Furia, une heure au compteur. Et, malheureusement, elle manque un petit peu d'accélérations épiques qui faisaient toute la saveur de "Grudzień za grudniem". Si l'ensemble reste très poignant, toujours très touchant, quelques agressions primaires, quelques attaques un peu plus violentes n'auraient pas été de refus. Furia a voulu synthétiser expérimentations et classicisme, et l'alchimie fonctionne. Néanmoins, "Nocel", malgré son excellence qui le classe dans le haut du panier des sorties de l'année dernière, manque de mordant. Raccourcir le très long "Niezwykła nieludzka nieprzyzwoitość" aurait permis de retrouver la superbe des riffs classiques de "-" ou le poids de l'écrasant "Są to koła" (tous deux figurant sur l'album "Marzannie, królowej Polski"). Quoiqu'il en soit, le Furia cuvée 2014 reste un album d'une indéniable qualité, qui supporte le poids des écoutes successives et nécessitera un déshabillage attentif pour en capter toutes les teintes, en palper toutes les textures. Le léger manque de punch est bien vite rattrapé par les nombreux moments forts que comporte le disque.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

anto09 citer
anto09
11/12/2015 17:45
Je me le réécoute avec grand plaisir, bien atmosphérique et ambient,, belle production qui porte bien les compos longues et mélancoliques, joli groupe .....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Furia
Black Metal
2014 - Pagan Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (5)  7.39/10

plus d'infos sur
Furia
Furia
Free Black Metal - 2003 - Pologne
  

tracklist
01.   Opętaniec  (05:38)
02.   Ptaki idą  (06:42)
03.   Zamawianie drugie  (03:50)
04.   Niezwykła nieludzka nieprzyzwoitość  (13:19)
05.   Nigdy i nigdzie  (08:12)
06.   My bełkoczą  (09:50)
07.   Beze mnie  (04:32)
08.   Ogromna noc  (07:49)

Durée : 59:52

line up
parution
16 Octobre 2014

voir aussi
Furia
Furia
Księżyc milczy luty

2016 - Pagan Records
  
Furia
Furia
Grudzień za grudniem

2009 - Pagan Records
  
Furia
Furia
Marzannie, królowej Polski

2012 - Pagan Records
  
Furia
Furia
Guido (EP)

2016 - Pagan Records
  

Essayez aussi
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Spectres Over Transylvania (EP)

2011 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Regarde Les Hommes Tomber
Regarde Les Hommes Tomber
Exile

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Bethlehem
Bethlehem
Bethlehem

2016 - Prophecy Productions
  
Whoredom Rife
Whoredom Rife
The Worship Of Idols Instead Of God; Idolatry (EP)

2016 - Terratur Possessions
  
Odraza
Odraza
Esperalem tkane

2014 - Arachnophobia Records
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique