chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Forgotten Tomb - Songs To Leave

Chronique

Forgotten Tomb Songs To Leave
J'ai toujours eu un malaise énorme en écoutant cet album, mais je ne peux jamais me passer de l'écouter de temps à autres. Je ne sais pas quelle est la raison qui me pousse à agir ainsi... peut-être que je me complais dans ma propre déprime? Ou peut-être que la musique de Forgotten Tomb est d'une qualitée telle qu'il serait stupide de ma part de ne pas ressombrer dans l'univers sombre du désépoir une fois de temps en temps... c'est à dire de me laisser manipuler? Je pense que les deux raisons sont adéquates, même si elles forment de toutes façons un cercle vicieux.

Ce qu'on nous propose ici est le fruit d'un esprit torturé répondant au pseudonyme de Herr Morbid. Fondateur de Forgotten Tomb, il est le cerveau de son groupe et c'est à lui que l'on doit l'excellent mélange Dark/Black dépressif qu'il nous prodigue encore aujourd'hui. « Songs To Leave » fut son premier méfait.

« Entombed By Winter »: l'atmosphère est aussi désagréable qu'une pluie battante en pleine procédures de funerailles et au moins tout aussi terne et lente. Dès le départ on y perçois quelques influences Doom (de par la lenteur de la chanson) et Burzumesque (la voix distordu), les guitares sont lentes ce qui donne une ambiance on ne peu plus lourde à porter sur nos épaule. La Négativité que Herr Morbide prône sans cèsse est belle et bien palpable ici. Pas de compromis, l'oeil de la tempête haineuse vient de passer sur nous, reste plus qu'attendre la tempête elle même...

Mais voici le titre qui résume le mieux, selon moi, ce que « Songs To Leave » a à offrir: « Steal My Corpse ». Déjà, le titre en dit assez long sur la folie du monsieur morbide. Ensuite l'atmosphère qui s'est immiscée dans cette chanson est littéralement impossible à supporter pour nos épaules frêles, on a seulement envie de s'écrouler tout le long du titre: on résiste longtemps... on croit qu'on va y arriver mais le fardeau est trop lourd: le titre, de par ses neuf longues minutes, rend la chose difficile à gérer... puis on s'écroule de désespoir... et à ce moment même, quelques arpèges retentissent dans notre tête pour laisser place au solo le plus mélancolique jamais produit... on pleure litteralement devant cette mélodie qui nous rend si nostalgique... mais de quoi? D'une vie qu'il fut bon autrefois de vivre? mais on se rend compte avec regret qu'il est impossible de retrouver cette sois-disante « vie aggréable »... il ne nous reste seulement qu'a se laisser agoniser...

« No Way Out » est un titre très frappant, et sa musique l'est tout autant. Sûrement la pièce la plus rapide. Les riffs de guitares sont accrocheurs et la voix est haineuse comme il faut. On se croirait pris entre deux tourments: celui de l'urgence d'un suicide, ou de l'accrochage à la vie. Lequel choisir? Le monde noir des limbes ou le monde noir de la terre? La paix envers sois-même ou la guerre envers les autres? Tout est dit...

Et voici pour finir la pièce incontournable de cet album, une chanson désormais culte et monumentale au sein de la scène du metal suicidaire: « Disheartenment ». Douze minutes de pure mélancolie suicidaire. La voix de Herr Morbid est plus tourmentée et torturée que jamais. Les mélodies que produisent les guitares sont tristes au possible, créant une ambiance malsaine nous projetant directement dans la folie d'une personne dont l'intérieur est mutilé autant que l'extérieur.

Comme je l'ai dit, je ressens un profond malaise à l'écoute de cet album, mais aussi déprimant soit-il, il reste que c'est tout de même un des album qui m'a le plus marqué au cours des dernières années. Ce que j'aime énormement de la musique qu'il contient sont les profonds sentiments criants de vérités. Les paroles nous prodiguent un désagréable pincement au coeur lorsqu'on les lis tout en écoutant la musique sombre et malsaine de ce « Songs To Leave ». Que nous reste-t'il après un album comme celui-ci? Rien...si ce n'est la satisfaction d'une complaisance à la déprime.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

citer
Seb'
15/07/2008 00:03
C'est vraiment très "particulier" ce genre de style.
Je n'aime pas, je ne déteste pas non plus.
Mais, c'est vraiment pas pour moi. J'trouve ça trop "monotone" :/ et surtout LENT (Mais bon, c'sûrement le style qui doit vouloir ça.
DarkLord citer
DarkLord
08/02/2006 21:00
note: 9.5/10
Je suis d'accord avec Holy, il s'agit de leur meilleur album.Une tristesse profonde et malsaine, à hisser au côté de Xasthur !
Holy citer
Holy
21/05/2005 5:59
note: 9/10
Hein???
Jester citer
Jester
18/04/2005 21:25
moi j'comprends pas pourquoi y'a un canard sur la pochette....
narog citer
narog
12/10/2004
Très bonne chronique! Ca sent la conviction.

... sinon ben excellent album, en effet... Malheureusement bien souvent dénigré au profit de ses prédécésseurs (hahaha) et qualifié de plagiat des premiers Katatonia et Dolorian (les influences sont en effet présentes mais bien digérées).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Forgotten Tomb
Dark/Black dépressif
2002 - Selbstmord Services
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  8.6/10
Webzines : (13)  7.91/10

plus d'infos sur
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Black / doom - 1999 - Italie
  

tracklist
01.   Entombed By Winter
02.   Solitude Ways
03.   Steal My Corpse
04.   No Way Out
05.   Disheartenment

line up
voir aussi
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing

2017 - Agonia Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Springtime Depression

2003 - Adipocere Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Obscura Arcana Mortis (MCD)

2000 - Treblinka Productions
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
...And Don't Deliver Us From Evil

2012 - Agonia Records
  
Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Love's Burial Ground

2004 - Adipocere Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique