chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rings Of Saturn - Lugal Ki En

Chronique

Rings Of Saturn Lugal Ki En
"Lugal Ki En", une recette proposée par Rings of Saturn et Unique Leader Records

Ingrédients nécessaires :


- Quatre jeunes musiciens
- Un bouillon de Deathcore
- Une production clinique
- Quelques louches de culture geek
- Une machine à sous
- Une borne d'arcade
- Des solis à rallonge
- Une demi-douzaine de triggers


Difficulté : Expert
Budget : Libre

Réalisation

- Commencez par faire se réunir quatre jeunes musiciens, faites leur subir un entraînement quasi-militaire de façon à ce qu'ils atteignent un niveau technique absolument indécent sur leurs instruments respectifs - notre recette ne prend pas en considération les réglementations sur le travail relatives à la Convention des Droits de l'Enfance. Veillez, durant l'entraînement, à les nourrir de Brain Drill, Necrophagist, et autres formations de Death Metal technique passés en lecture rapide.

- Une fois que les guitaristes sont capables d'enchaîner des solis véloces de plusieurs minutes tout en actionnant les différentes pédales d'effets que vous leur avez fournies, que le batteur enchaîne des gravity-blast à 240 à la noire sans perdre une seule goutte de sueur, faites les infuser dans un bouillon de Deathcore. Note importante pour le bon déroulement de la suite de notre recette : ce bouillon se doit d'être rance et indigeste, goût amer dû à la fermentation de breakdowns interminables, de vocaux porcins et de copie-conforme de 90% de ce qui s'entend dans cette scène actuellement. Laissez reposer.

- Afin que "Lugal Ki En" surpasse les précédentes réalisations de Rings of Saturn, suivant plus ou moins la même recette depuis 2010, le tempo se doit d'être toujours plus soutenu, le niveau technique toujours à la hausse. Pour ce faire, congédiez les maillons faibles du line-up sans ménagement, alimentez la polémique via les réseaux sociaux et consolidez votre base de fans de façon à préparer l'accueil de votre futur disque. Engagez de nouveaux musiciens et répétez la première opération. Vous êtes maintenant prêt pour l'étape suivante.

- Faites entrer votre groupe de musiciens en studio d'enregistrement. N'hésitez pas à répéter à l'ingénieur son que vous voulez la meilleure et la plus grosse production possible, quitte à perdre tout côté organique ou toute âme. Sonner comme la moitié des groupes du genre n'est pas un écueil mais bel et bien un point nécessaire au bon déroulement de la suite des opérations. Vérifiez que la batterie étouffe le reste des instruments, que l'on retrouve le classique duet "vocaux graves/cris hystériques" inhérent au genre et que les guitares se répandent en notes à mi-chemin entre le cosmonaute sous acide et la borne d'arcade de fond de bar. Supervisez l'enregistrement.

- Lors de ce dernier, "Lugal Ki En" doit prendre forme comme la copie quasi-conforme de "Embryonic Anomaly" et "Dingir", ce qui suppose de sonner comme une machine à sous de casino qu'on aurait cadencée avec une boîte à rythme suralimentée ("Natural Selection") ou un jeu vidéo futuriste qui irait trop vite pour qu'on comprenne quelque chose à ce qui se passe à l'écran ("Beckon"). Afin de ne pas perdre de parts de marché, le disque doit comporter quelques passages extrêmement génériques afin de ne pas dérouter les amateurs de Deathcore classique : composez entre breakdowns interminables ("Desolate Paradise") et parties plus véloces, sans oublier de noyer l'ensemble sous des envolées guitaristiques incompréhensibles ("Eviscerate"). Le rythme ne doit jamais ralentir, devenant insoutenable pour un humain normalement compréhensible - n'hésitez pas à trigger votre équipement pour un résultat toujours plus massif et sans âme ("Senseless Massacre'). Vous pouvez également, si l'envie vous prend, faire varier un peu les choses en incorporant des introductions aux différents morceaux, qu'elles soient surréalistes ("Lalassu Xul") ou tirées du "Best-of 2014 des musiques d'ascenseur" ("Unsympathetic Intellect"). Clôturez l'album par un morceau instrumental qui viendra sauver un peu les meubles, même si l'overdose technique aura fini de dégoûter les consommateurs du produit fini. Enfin, à supposer qu'un de vos amis musiciens ait tragiquement disparu au cours de l'enregistrement, n'hésitez pas à incorporer une reprise de son groupe, que vous prendrez soin de ne pas trop dénaturer.

- En parallèle au pressage du disque, entretenez une promotion boulimique de ce dernier, évitez les vulgaires pirates qui n'attendraient que de pouvoir le ripper pour vous voler le produit fini et faites quelques clichés promotionnels. Dotez "Lugal Ki En" d'un artwork superbe, fourmillant de détails - ce dernier devra d'ailleurs être tout aussi foutraque que le produit fini. Mélangez le tout, proposez l'album à la vente, et attendez le retour sur investissement.

- Admirez le fruit de vos efforts : "Lugal Ki En", si vous avez bien suivi notre recette, doit jouir d'un niveau technique objectivement impressionnant : le test de "l'auditeur musicien" vous sera d'une grande aide. Si à l'écoute de l'album, un musicien lambda devient livide ou s'évanouit, nous avons répondu à toutes les attentes de notre cahier des charges. L'album ainsi réalisé devra également être dénaturé par des compositions répétitives au possible et lassantes par leur étalage de solis, de rapidité, bref, répondre à la stratégie du "toujours plus" que l'on applique lorsqu'on est trop frileux pour l'originalité - ou trop paresseux pour tenter d'insuffler une âme à sa musique. Les quelques bonnes idées qui pointeraient le bout de leur nez doivent, si vous avez correctement suivi les différentes étapes de réalisation, être étouffées par l'obsession du niveau d'exécution. Vous lasserez beaucoup d'auditeurs, mais consoliderez votre base de fans en leur donnant exactement ce qu'ils attendent.

- Vous pouvez enfin déguster (dans tous les sens du terme) ou faire déguster le "Lugal Ki En" ainsi préparé pour ce qu'il est : un disque impressionnant, mais sans âme, qui s’essoufflera dès la deuxième écoute. Cette recette s'adresse bien entendu plus à un public de musiciens que de véritables mélomanes, le résultat s'en ressent donc : l'album que nous avons concocté sonne plus comme une bête de concours de vitesse que comme un disque réellement consistant et élaboré.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
04/05/2021 13:09
note: 3/10
alkemist a écrit : en gros des musiciens qui se la pète c'est bien pire que des gros fachos néonazis, après tout seule la zic compte, enfin un truc du genre mais à l'envers ?

alkemist citer
alkemist
04/05/2021 12:01
note: 7.5/10
en gros des musiciens qui se la pète c'est bien pire que des gros fachos néonazis, après tout seule la zic compte, enfin un truc du genre mais à l'envers ?
MoM citer
MoM
08/03/2017 18:14
Eliosaur a écrit :
Plutôt d'accord avec toi sur l'attitude seulement personnellment j'écoute la musique des types pour leurs musiques et pas pour leurs personnalités...
Dans ce cas j'écoute bien KPN est pourtant les mecs sont des saloperies finis ( à mon humble avis ).
Ou encore AC/DC, Burzum ou bien As i Lay dying Sourire

Tout ça pour dire que heureusement que l'ont ne doit pas aimer personnellement chaque mec qui joue dans un groupe sinon les fans serait bien moins nombreux


C'est la dialectique posée par Proust : l'oeuvre est-elle liée à son auteur ou indépendante de lui ?
Vous avez 4 heures.

Pour moi, ça m'est impossible de dissocier. Si les gusses d'un groupe sont de parfaits connards, j'aurais du mal à passer outre. En revanche, s'ils sont cools et adorables, j'aurais cash un capital sympathie pour eux et serait plus bienveillant.
Quand quelqu'un joue l'enculé de service, faut pas s'attendre à ce que je le reçoive avec des roses, en gros Gros sourire
Eliosaur citer
Eliosaur
05/03/2017 15:14
note: 7/10
MoM a écrit : "Donc moi je dit oui ( pour un maximum de 10 minutes d'affilé faut pas déconné )"

Pas plus de 10 minutes parce que ces sont les DragonForce du Deathcore. Je comprends qu'on apprécie (j'ai moi-même été à fond sur DragonForce au lycée mais 6 mois après ça ma saoulé comme jamais) mais il reste que l'attitude du groupe est très prétentieuse également, convaincus de faire la musique le plus folle qui soit. Et je suis difficile avec ce genre d'attitude.


Plutôt d'accord avec toi sur l'attitude seulement personnellment j'écoute la musique des types pour leurs musiques et pas pour leurs personnalités...
Dans ce cas j'écoute bien KPN est pourtant les mecs sont des saloperies finis ( à mon humble avis ).
Ou encore AC/DC, Burzum ou bien As i Lay dying Sourire

Tout ça pour dire que heureusement que l'ont ne doit pas aimer personnellement chaque mec qui joue dans un groupe sinon les fans serait bien moins nombreux
MoM citer
MoM
05/03/2017 09:17
"Donc moi je dit oui ( pour un maximum de 10 minutes d'affilé faut pas déconné )"

Pas plus de 10 minutes parce que ces sont les DragonForce du Deathcore. Je comprends qu'on apprécie (j'ai moi-même été à fond sur DragonForce au lycée mais 6 mois après ça ma saoulé comme jamais) mais il reste que l'attitude du groupe est très prétentieuse également, convaincus de faire la musique le plus folle qui soit. Et je suis difficile avec ce genre d'attitude.
Eliosaur citer
Eliosaur
04/03/2017 23:15
note: 7/10
Moi je vais donner un avis positif ( parce qu'il en faut aussi ) comme ça on a les 2 facettes de cette album controversé...

Moi je pense que cette album c'est un peu comme la Marmite... Vous savez le " You either love it or hate it " " Soit tu l'adore soit tu le déteste "
Bah la c'est pareil... Enfaite les gars on un délire : c'est de créer la musique la moins " humaine " possible... D'où les mélodies qui sonnent faux et les triggers, pour donner à leur musique un goùt d'extraterrestre... C'est claire que c'est pas ce à quoi on pense quand on parle de " Musique ".
Et c'est sa qui me plaît... Le simple fait que quand tu écoute l'intro de Lalasu Xul tu ais comme une nausée tellement c'est inhumain et en même temps beau.
Je vois souvent le " cette musique n'a pas d'âme" et bah moi je dit qu'elle en à une, mais qui vient d'une planète inconnue...

Au final, leur musique n'est pas révolutionnaire mais elle colle bien a leurs délire sci-fi du turfu des extraterrestres...
Donc moi je dit oui ( pour un maximum de 10 minutes d'affilé faut pas déconné )

Au passage "Heaven as fallen" est une tuerie et prouve que les types sont capable de pondre de la douce mélodie planante.
Ander citer
Ander
28/01/2015 15:03
Groupe abominable. La pire chose que ma chaîne hi-fi a bouffé jusque là.

Faudrait que je pense à changer de twin...
Sagamore citer
Sagamore
28/01/2015 14:08
note: 3/10
Ant'oïn a écrit : Non je parlais surtout du Deathcore technique et autre Djent bullshit. Genre Archspire et consore...

Conducting From The Grave ça défonce par exemple et c'est technique sans pour autant en foutre en permanence dans les morceaux. ROS ça va trop loin dans le n'importe quoi (je le répète) jusqu’à sonner complètement faux...

En ce qui concerne le batteur il est excellent cela dit et à mon avis il joue toutes les parties correctement, c'est sur qu'en studio c'est tout le temps retouché avec les triggers et le midi, mais il sait super bien utiliser le Heel toe.

Une preuve la avec une vidéo pas retouché (enfin on dirait en tout cas)

https://www.youtube.com/watch?v=tC_nJDlS2Gk


Il est excellent, effectivement, et j'avais déjà vu cette vidéo - justement parce que je voulais voir le phénomène. Mais le résultat est moins "carré" (même si ça reste dingue) que sur disque. Donc, triggers et travail en studio sur le son, d'autant qu'il joue l'un des titres les plus "simples" de l'album.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
28/01/2015 14:00
Non je parlais surtout du Deathcore technique et autre Djent bullshit. Genre Archspire et consore...

Conducting From The Grave ça défonce par exemple et c'est technique sans pour autant en foutre en permanence dans les morceaux. ROS ça va trop loin dans le n'importe quoi (je le répète) jusqu’à sonner complètement faux...

En ce qui concerne le batteur il est excellent cela dit et à mon avis il joue toutes les parties correctement, c'est sur qu'en studio c'est tout le temps retouché avec les triggers et le midi, mais il sait super bien utiliser le Heel toe.

Une preuve la avec une vidéo pas retouché (enfin on dirait en tout cas)

https://www.youtube.com/watch?v=tC_nJDlS2Gk
Sagamore citer
Sagamore
28/01/2015 13:47
note: 3/10
Ant'oïn a écrit : Il manque quand même un ingrédient essentiel dans la recette: Sonner faux.

L'un des pires groupes et des pires genre du moment.

Je salue la prouesse technique.


Je mitigerai un peu ton propos si par "Genre", tu entends "Deathcore" : il y a quelques exceptions qui restent très appréciables (Suicide Silence, Veil of Maya). Après, entièrement d'accord avec toi, "Lugal Ki En" comme le reste de la discographie du groupe est inaudible. Passé le moment ou tu restes sur le cul devant l'étalage de technique (en tant que batteur, je persiste et signe, certaines parties ont du être accélérées en post-prod OU le batteur était triggé jusqu'aux gencives), il ne reste qu'une coquille vide.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
28/01/2015 13:44
Il manque quand même un ingrédient essentiel dans la recette: Sonner faux.

L'un des pires groupes et des pires genre du moment.

Je salue la prouesse technique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rings Of Saturn
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (14)  7.09/10

plus d'infos sur
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Technical Deathcore - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Senseless Massacre  (03:34)
02.   Desolate Paradise  (03:25)
03.   Lalassu Xul  (03:39)
04.   Infused  (03:21)
05.   Fractal Intake  (00:40)
06.   Natural Selection  (03:53)
07.   Beckon  (03:28)
08.   Godless Times  (03:32)
09.   Unsympathetic Intellect  (04:06)
10.   Eviscerate  (04:27)
11.   The Heavens Have Fallen  (06:51)
12.   No Pity for a Coward (Suicide Silence cover)  (03:31)

Durée : 44:26

line up
parution
17 Octobre 2014

voir aussi
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Gidim

2019 - Nuclear Blast Records
  
Rings Of Saturn
Rings Of Saturn
Ultu Ulla

2017 - Nuclear Blast Records
  

Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique
Angrrsth
Donikąd
Lire la chronique
Vaamatar
Evil Witching Black Metal (...
Lire la chronique
Obvurt
The Beginning (EP)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Invultation
Unconquerable Death
Lire la chronique
Crypts Of Despair
All Light Swallowed
Lire la chronique
Aria
Baptizing with Fire
Lire la chronique
Mork
Katedralen
Lire la chronique
Tsatthoggua
Hallelujah Messiah (Compil.)
Lire la chronique
King Diamond
Abigail
Lire la chronique