chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Panopticon - Autumn Eternal

Chronique

Panopticon Autumn Eternal
Il y a très longtemps que je ne suis pas tombé sur un album qui m'a aussitôt donné envie, à son écoute, de partir crapahuter dans les bois, grimper sur le plus haut point possible du relief Auvergnat (oui, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a sous la main) et me laisser porter par le panorama. Depuis le fabuleux "Autumn Aurora" de Drudkh, en fait, découvert sur le tard et qui m'aura accompagné dans d'innombrables randonnées. Puisque la saison s'y prête bien, c'est assez innocemment que j'ai posé l'oreille sur le dernier né de Panopticon, "Autumn Eternal". Si les qualités du one-man band du Kentucky étaient pour moi certaines, rien ne me préparait cependant à la baffe prise durant l'heure que dure ce disque. Puisque c'est la première fois que le groupe trouve une place sur Thrashocore, accordons nous un instant pour en faire la présentation.

Tirant son nom du fameux modèle de prison développé par les frères Bentham, Panopticon évolue dans un univers bien à lui. Austin Lunn, fier et barbu gaillard, manipule une imagerie que l'on avait plutôt l'habitude de voir chez les crampés du bras droit : salade de runes, décorum de symboles solaires et païens, le tout sur fond d'une nature aussi sauvage qu'impressionnante. Nous aurions pu nous retrouver face à une énième tentative de Black Metal à flûtiaux contant de glorieuses batailles imaginaires et autres parties fines à base d'elfes et d'orques, mais il n'en est rien. Là ou Panopticon est particulièrement intéressant, c'est qu'il s'inscrit dans la continuité du discours des groupes de Cascadian Black Metal, en étoffant son propos. Là ou un groupe comme Alda souhaite purement et simplement la disparition de l'espèce humaine pour que la nature reprenne ses droits, Austin Lunn adopte un discours beaucoup plus social et humaniste. Comme il le décrit lui-même :

"[...] Panopticon se concentre sur des idées politiques et philosophiques, telles l'anarchisme, l'objectivisme, le paganisme [...] J'ai créé ce projet car j'étais fatigué d'entendre partout de la musique commerciale, apolitique et ennuyeuse, fatigué du satanisme éventé et des conneries racistes qui gangrènent la scène Black Metal."

Si le postulat de départ est clair, Lunn devait encore faire ses preuves, ne pas passer pour une simple grande gueule- ou le type de personne que les Blackists appellent avec mépris les "crasseux". Qu'on se rassure, le barbu prouve que sortir un album par an n'est pas gage de médiocrité ou d'empilement de clichés, car chacune de ses oeuvres (même les moins convaincantes) comportent de sacrées pépites. Seul derrière la majeure partie des instruments, guitariste phénoménal et batteur plus qu'impressionnant, Austin Lunn vient clore, avec "Autumn Eternal", une trilogie d'albums amorcée par le très bon "Kentucky", brûlot social traitant de la condition des mineurs, et poursuivie par un "Road to the North", album personnel et multi-chromatique ou le folk se mêlait à merveille aux parties plus incisives.

"Autumn Eternal" est long, comme à l'habitude de Panopticon (chacune de ses productions dépasse les 50 minutes). S'attendre à un énième disque où le même riff est étiré sur un quart-d'heure serait mal connaître le combo. Austin Lunn s'est fait spécialiste du mélange d'instruments de natifs américains, de parties bluegrass empruntées aux fins-fonds des villages de rednecks, et d'un Black Metal tantôt féroce (c'est un excellent batteur), tantôt beaucoup plus posé et contemplatif. Si le mélange sonne un peu bâtard, voire casse-gueule, sur papier, il est plus que convaincant à l'écoute.

L'album débute ainsi sur une introduction folklorique efficace bien que classique, qui pose les bases du voyage qu'effectuera l'auditeur. S'étant entouré de John Becker et Nostarion (Dämmerfarben) respectivement au violon et violoncelle, Lunn réussit à donner à "Tamarack's Gold Returns" une teinte mélancolique et apaisante (et ce malgré un banjo qui, bien qu'assez discret, fait parfois sourire). Un repos de courte durée puisque l'album démarre réellement sur "Into the North Woods", riffing furieux porté par une double pédale carrée et efficace, qui s'enchaîne sur un enchaînement de mid-tempos ravageurs et de blast-beats affolants de précision. On retrouve toujours ces parties typiques du groupe, ou la guitare principale se perd dans des arpèges aux échos déchirants, soutenus par la voix, étouffée mais reconnaissable de Lunn, qui apporte un supplément d'âme à une composition déjà très efficace - et variée ! Le titre s'efface sur une caisse claire martiale et des claviers effacés, une cloche qui oscille entre la veillée funèbre et le perron d'une église un jour de mariage. "Autumn Eternal" est une perle d'atmosphères et d'ambiances. Le morceau titre, qui voit s'empiler plusieurs couches de guitares fantomatiques donnant de la consistance à la masse sonore, prouve la maîtrise technique d'Austin Lunn, jonglant avec ses baguettes sur les cymbales, se répandant en ghost-notes et en croches, pour terminer sur un blast et des tremolo pickings qui accompagnent un crescendo, un embrasement final qui met à genoux l'auditeur.

L'album entier est à l'image de ces trois premiers titres, une succession d'instants de grâce pure et simple et de passages plus "typiques" du genre, d'instants presque funèbres (la fin de "Oaks Ablaze" et ses roulements de toms recouverts par une basse qui gronde délicieusement), de parties presque expérimentales (ce blast seul, complètement nu, à peine porté par un clavier aquatique sur "Sleep to the Sound of the Waves Crashing) et de moments purement jouissifs pour ceux qui, comme moi, aiment quand ça joue simplement vite et bien ("Pale Ghosts" est une merveille de Black Metal habité). "Autumn Eternal" prend parfois des teintes très post-rock, dans cette façon qu'il a, au travers de quelques simples notes, de nous faire ressentir mélancolie et beauté ("A Superior Lament"). Dans son utilisation (meilleure que sur "Kentucky") des instruments folkloriques, qui ne viennent plus prendre toute la place dans le mixage, tout comme dans son recours aux claviers, utilisés moins comme instruments mélodiques que pour donner plus de solidité et de consistance aux titres de l'album. Déchirant jusqu'au bout, "Autumn Eternal" se clôt sur "The Winds Farewell", batterie lourde, cymbales abrasives, guitares presque dramatiques dans leurs teintes. Blast-beat simple mais efficace, larsen qui court sur les dernières secondes : Merci messieurs-dames, et à bientôt.

Le discours de Lunn m'est particulièrement sympathique. S'il s'est attiré les foudres d'une grande partie de la scène Black Metal pour celui-ci, il n'a eu aucun mal, par son imagination et son talent, à leur rabattre le caquet. Panopticon, avec ses positions gauchistes parfois un peu caricaturales, fait et fera toujours mieux que ces centaines de groupes qui peinent à aligner trois riffs et inondent les distros avec leurs torchons limités à 88 copies. Ce dernier album de Lunn est la preuve, en une heure et huit titres, que sortir un album par an n'est pas synonyme de travail mal fait. Merveille de rêverie, de créativité, d'influences bien digérées et de mélange des genres, "Autumn Eternal" est une ode à la nature, à la mélancolie et à la beauté du spleen, le développement d'un imaginaire déjà riche. Lunn catapulte son dernier-né au sommet.

Album de l'année. Ni plus, ni moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

TempleOfAsgaard citer
TempleOfAsgaard
14/11/2016 10:36
L'album partait bien et puis c'est un peu partit dans l'homogénéité totale à mon goût. Trop bordélique pour moi...
NightSoul citer
NightSoul
11/11/2016 12:55
Voilà, ça c'est bon !
Sagamore citer
Sagamore
12/11/2015 11:41
note: 8/10
Plus organique et contemplatif, je dirais.
Streker citer
Streker
12/11/2015 10:54
Le seul que j'ai écouté était roads to the north qui ne m'avait pas vraiment convaincu...celui-ci est dans la même veine ?
Sagamore citer
Sagamore
12/11/2015 08:41
note: 8/10
L'album précédent était plus folklorique que Bluegrass, ces parties là étaient surtout présentes sur "Kentucky". On en retrouve quelques rappels sur cet Autumn Eternal, mais plus au niveau des instruments que du chant.
Batu citer
Batu
11/11/2015 22:59
Alors je n'ai pas envie de dire de la merde, mais j'avais parcouru l'album un peu rapidement sur le bandcamp de Panopticon, et il me semble ne pas avoir entendu ces fameux passages bluegrass qui rajoutaient - à mon avis - énormément de charme à la précédente offrande du "groupe", je me trompe ? Si c'est bien le cas, je trouve ça un poil dommage, mais passons, cette chronique me donne bien envie de m'y plonger plus sérieusement. Sourire
AxGxB citer
AxGxB
11/11/2015 20:37
J'avais essayé "Kentucky" à l'époque de sa sortie sans être transporté. Mon intérêt relativement récent pour ce type de Black Metal et cette chouette chronique me donnent envie de réessayer en tout cas.
Dysthymie citer
Dysthymie
11/11/2015 13:55
note: 8.5/10
Très belle chronique pour un excellent album Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Panopticon
Atmospheric Black/Folk Metal
2015 - Bindrune Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  8.5/10
Webzines : (19)  8.24/10

plus d'infos sur
Panopticon
Panopticon
Black Metal - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Tamarack's Gold Returns  (04:33)
02.   Into the North Woods  (06:21)
03.   Autumn Eternal  (07:05)
04.   Oaks Ablaze  (08:38)
05.   Sleep to the Sound of the Waves Crashing  (08:41)
06.   Pale Ghosts  (08:14)
07.   A Superior Lament  (11:01)
08.   The Winds Farewell  (07:08)

Durée : 01:01:41

line up
parution
16 Octobre 2015

voir aussi
Panopticon
Panopticon
The Scars of Man on the Once Nameless Wilderness

2018 - Bindrune Recordings
  

Essayez aussi
Dordeduh
Dordeduh
Dar de Duh

2012 - Prophecy Productions
  

Album de l'année
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique