chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Enslaved - In Times

Chronique

Enslaved In Times
Réglé comme du papier à musique avec la sortie d’un album tous les deux ans (plus/moins quelques mois) depuis Isa, les Norvégiens d’Enslaved reviennent aujourd’hui aux affaires avec un le bien nommé In Times. De prime abord, pas de grands bouleversements, l’artwork ayant été une fois de plus confié à Truls Espedal dont le travail d’illustration accompagne Enslaved depuis 2001 et la sortie de Monumension. Si elle ne figure pas parmi mes préférées, cette pochette colle néanmoins parfaitement avec cette idée d’espace et de transcendance du corps et de l’esprit qui caractérise la musique des Norvégiens.
Alors que Riitiir s’étirait sur plus de soixante-sept minutes, Enslaved semble vouloir revenir à un format moins effrayant en redescendant cette fois-ci sous la barre des cinquante-cinq minutes. Pour ce faire, le groupe n’a pas choisi de raccourcir ses compositions mais plutôt d’alléger le nombre de titres sur l’album. In Times offre donc six nouveaux morceaux contre huit pour Riitiir. Soit, en considérant la longueur moyenne d’un titre d’Enslaved, un bon quart d’heure en moins.

Doit-on y voir en parallèle le signe d’un quelconque retour en arrière? Et bien oui, presque... Car loin de marcher dans les pas de son prédécesseur, Enslaved a choisi avec In Times de prendre à contre-pieds tous ces auditeurs bourrés de certitudes. Le groupe semble ainsi vouloir rebrousser chemin pour revenir quelques années en arrière vers des titres plus directs et agressifs mais aussi paradoxalement plus accrocheurs. Des titres rappelant ainsi ceux des excellents Isa et Ruun. L’aspect plus progressif et alambiqué de son prédécesseur laisse ainsi place à des morceaux bien plus catchy où l’équilibre entre les séquences Black Metal et les passages plus mélodiques et progressifs se fait dorénavant dans des proportions bien plus équitables. En cela "Thurisaz Dreaming", titre d’ouverture, est assez éloquent, renouant ainsi avec un visage d’Enslaved qui depuis la sortie de Ruun en 2006 avait plutôt tendance à passer au second plan. Loin d’être un cas isolé, on retrouve ainsi tout au long de ce treizième album plusieurs passages où le growl arraché de Grutle se fait beaucoup plus présent que par le passé et où le reste d’Enslaved semble suivre ses pas à coup de séquences beaucoup plus soutenues. Un équilibre retrouvé qui fait ainsi d’In Times un album particulièrement dynamique que l’on ne voit pas passer malgré des titres dont la durée dépasse systématiquement les huit minutes. Ainsi, ceux qui ont éprouvé à l’égard d’Axioma Ethica Odini et Riitiir un certain ennui ou bien quelques pertes de l’attention devraient a priori adhérer beaucoup plus facilement au nouvel album des Norvégiens. Certains lui reprocheront probablement encore quelques longueurs ("Building With Fire", "In Times") mais c’est vraiment histoire de chipoter car In Times est un album bien plus direct que ses deux prédécesseurs.

Mais si la musique d’Enslaved a retrouvé une certaine immédiateté, le groupe n’en oublie pas pour autant son amour pour la musique progressive et mélodique. En la matière, l’un des plus gros atouts des Norvégiens est assurément Herbrand Larsen dont la voix est devenue au fil des années l’une des principales richesses d’Enslaved. Ainsi cohabitent la force et la pureté d’un chant parfaitement posé, capable de transporter l’auditeur dans ces sphères lointaines et vaporeuses évoquées ici à travers les mots et la musique. Herbrand Larsen vient alors compléter la voix de Grutle Kjellson en y apportant finesse, subtilité, douceur ainsi que ce petit côté accrocheur qui fait bien souvent toute la différence. On ne parlera pas de tubes pour évoquer les morceaux d’In Times mais il faut néanmoins leur reconnaitre cette capacité à accrocher l’oreille et à s’insinuer au plus profond de notre cortex (notamment sur "Building With Fire", titre le plus mélodique de l’album). Et même lorsqu’il s’agit simplement d’épauler Grutle, restant alors en arrière-plan, il est facile de mesurer l’impact d’une telle voix (en atteste les excellents "One Thousand Years Of Rain" ou"Nauthir Bleeding" (ce superbe pont à partir de 3:44)). Mais Herbrand Larsen a plus d’une corde à son arc et se montre tout aussi capable d’accompagner de son chant mélodieux des passages beaucoup plus sombres comme par exemple sur "One Thousand Years Of Rain" à 4:34. Bref, une belle diversité dans la voix qui apporte ainsi énormément à la musique d’Enslaved.

En dehors du chant d’Herbrand Larsen, et malgré l’immédiateté retrouvée d’In Times, les séquences progressives/mélodiques continuent toujours de trouver grâce aux yeux d’Enslaved. On évoque souvent les Anglais de Pink Floyd pour qualifier la musique des Norvégiens, notamment depuis la sortie d’Isa. Pour ma part, et bien que je le comprenne, ce parallèle n’est pas aussi évident qu’il l’est pour certains (peut-être aussi parce qu’à l’exception de Dark Side Of The Moon, The Wall et Meddle, je connais mal le reste de leur discographie). Malgré tout, il faut bien reconnaître à Enslaved cette même vision à la fois grandiose et lumineuse ainsi que ce profond désir d’explorer toutes les possibilités qui lui sont offertes. Perceptible dès les prémices de l’album (le pont sur "Building With Fire" avec en renfort un chouette solo), ce lien de parenté se manifeste surtout à partir de la seconde moitié (en dehors du fait qu’on retrouve l’apport du clavier/mellotron sur l’ensemble de l’album) avec les titres plus fouillés et complexes tels que "Nauthir Bleeding", "In Times" et "Daylight". Outre une introduction aux sonorités pour le moins exotiques grâce à ce steel pan qui devrait rappeler pas mal de bons souvenirs à tous ceux qui ont usé Mario Kart et les circuits Koopa Troopa Beach, "Nauthir Bleeding" reflète très justement cette vision d’un Pagan Black Metal progressif à laquelle est attaché Enslaved. Le groupe y apporte une impression de simplicité mêlé à quelque chose d’imperceptiblement plus aérien et contemplatif. A l’inverse, le titre "In Times", en véritable composition à tiroirs, semble fourmiller d’idées en juxtaposant des séquences progressives (le point d’orgue étant ce break à 5:25 où les voix et les instruments se mêlent pour un résultat qui sent bon la fraîcheur et l’exploration musicale des années 70) et d’autres passages beaucoup plus nerveux. Quant à "Daylight", il semble vouloir faire le pont entre les deux titres précédents avec tout d’abord ce chant clair d’Herbrand Larsen en arrière-plan alors que de son côté Grutle éructe avec puissance, mais surtout lors de ce break incroyable entre 2:59 à 6:25. Si celui-ci renvoi tout d’abord au Post-Hardcore US des années 90, il prend ensuite un autre chemin avec l’arrivée de la voix aérienne et ubiquiste d’un Herbrand Larsen majestueux suivi pour conclure d’un long solo épique. Une belle conclusion à cet album qui risque donc d’en surprendre plus d’un.

Moins exigeant que Riitiir ou Axioma Ethica Odini, In Times s’aborde avec davantage de facilités. Bien qu’il risque à coup sûr de décevoir (c’est d’ailleurs pour cette raison que la chronique m’a échu il y a quelques semaines), il est pour ma part un coup de cœur immédiat tant il accroche l’oreille et invite au voyage. Attention, Enslaved n’a pas pour autant cédé à la simplicité avec ce nouvel album qui montre que le groupe, malgré ses vingt-quatre ans de carrière, continue encore aujourd’hui de nous surprendre. Une belle leçon de la part de ces Norvégiens que je n’attendais pas forcément avec un album de cette trempe qui d’ailleurs se place d’ors et déjà en lice pour le bilan de fin d’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Neuro citer
Neuro
12/07/2015 10:53
Partageant le même avis que Gothenburg concernant l'immense RIITIIR, pour moi aussi la comparaison avec cette nouvelle sortie était inévitable, et forcément désavantageuse.

Mais une fois que l'on fait abstraction de ça, et bien en fait il est tout de même très réussi ce In Times ! L'ambiance y est cette fois plus mystique que paysagiste, et on ne déplore pas vraiment de titres faibles.

Pas un chef-d'oeuvre pour Enslaved, c'est certain, mais les qualités du groupe s'imposent toujours.
Gothenburg citer
Gothenburg
04/04/2015 00:01
note: 8/10
Un album soigné, moins profond néanmoins que Riitiir (impossible de ne pas comparer désolé). On a toujours l'habitude avec Enslaved d'entendre/ ressortir un file conducteur dans la sonorité, vertebrae, l'aspect doux des équalisations, le manque volontaire de punch dans les attaques, Odini avec ce son très linéaire mais propre, froid, clinique, Riitiir ce son qui annonce un groupe au sommet de son art, tout est bien équilibré, on ressort un style harmonique de tout ça la tête pleine de structures Pharaoniques. Maintenant ce In Times.

Donc, un son propre, des instruments qui ressortent, des leitmotiv complètement ouf du - genre le riff de basse sur le passage mid tempo du premier titre où l'on imagine aisément une flopée de vikings sur leurs Drakkars qui de l'horizon attendent patiemment de joindre les côtes pour tout défourailler sur leurs passages -.

Des riffs mémorables comme sur One thousand years of rain dont la rythmique est un témoin de l'émancipation affichée du groupe à tous codes musicaux qui pourraient cloisonner le style pourtant opéré, appuyé par cette exceptionnelle réussite dans l'exercice quand Herbrand brasse le chaud par le froid avec ses lignes vocales épiques telle une bourrasque scandinave qui vient vous fouetter le visage.

Maintenant sur la longueur, effectivement l'immédiateté dont tu parles pourra sembler rédhibitoire dans le temps, assez vite assimilé, vite mis de côté pour certaines titres (In Times et Nauthir Bleeding, les deux titres faibles de l'album à mon sens qui n'offrent finalement rien d'agréable malgré les heures d'écoutes passées dessus à part de l'admiration pour Nauthir pour les variations).

C'est surtout le manque d'identité dont je parle dans mon premier paragraphe qui est gênant à mon sens, car si l'aspect bien ficelé de Riitiir fera ses lettres de noblesses, ici on a un peut l'impression d'écouter une compilation d'idées de trip de musiciens assemblés dans un CD et mixés de la même manière, c'est ça qui est finalement dommageable à mon sens même si ça ne m'affecte pas plus que ça puisque j'adore l'album. Je reprocherais néanmoins la durée de l'ensemble, il manque clairement au moins deux morceaux supplémentaires qui auraient pu booster un peu la durée de vie de l'album, car un mois après la sortie de celui-ci, j'ai déjà l'impression d'avoir digéré l'ensemble, un peu plus de longueur aurait été apprécié.

Bon vivement le Concert du 10 Avril au Roadburn, d'ailleurs ils joueront avec Wardruna le soir avec "Skuggsja" (zik traditionnel Norvégienne revisitée, on va voir ce que ça va donner), au final c'est ce qui est bien avec cet album, de très bons titres apportés pour leur setlist de concert. lml
tasserholf citer
tasserholf
01/04/2015 11:38
AxGxB a écrit : Ça doit donc faire bien longtemps que tu n'écoutes plus Enslaved, non?
Oui je n'ai gardé que "blodhemn", chaque fosi je réessaye, surtout devant vos chros élogieuses, mais rien n'y fait.
AxGxB citer
AxGxB
01/04/2015 11:30
note: 8/10
Ça doit donc faire bien longtemps que tu n'écoutes plus Enslaved, non?
tasserholf citer
tasserholf
01/04/2015 11:26
FleshOvSatan a écrit : Ikea a écrit : Un peu de mal avec celui-ci. Pas mauvais mais en raison d'une discographie déjà bien fournie en pépites, je préfère faire l'impasse. Chronique très complète et agréable à lire, comme d'habitude !

Pas mieux.

Pire, j'ai du arrêter les morceaux chaque fois qu'il y avait la voix claire bien kitch :/
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
01/04/2015 10:17
note: 6/10
Ikea a écrit : Un peu de mal avec celui-ci. Pas mauvais mais en raison d'une discographie déjà bien fournie en pépites, je préfère faire l'impasse. Chronique très complète et agréable à lire, comme d'habitude !

Pas mieux.
lkea citer
lkea
01/04/2015 10:05
Un peu de mal avec celui-ci. Pas mauvais mais en raison d'une discographie déjà bien fournie en pépites, je préfère faire l'impasse. Chronique très complète et agréable à lire, comme d'habitude !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Enslaved
Black Metal Progressif
2015 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.89/10
Webzines : (46)  8.34/10

plus d'infos sur
Enslaved
Enslaved
Black Metal Progressif - 1991 - Norvège
  

tracklist
01.   Thurisaz Dreaming  (08:13)
02.   Building With Fire  (08:49)
03.   One Thousand Years Of Rain  (08:13)
04.   Nauthir Bleeding  (08:10)
05.   In Times  (10:44)
06.   Daylight  (08:56)

Durée : 53:05

line up
parution
6 Mars 2015

voir aussi
Enslaved
Enslaved
Monumension

2001 - Osmose Productions
  
Enslaved
Enslaved
E

2017 - Nuclear Blast Records
  
Enslaved
Enslaved
Isa

2004 - Tabu Recordings
  
Enslaved
Enslaved
Ruun

2006 - Tabu Recordings
  
Enslaved
Enslaved
RIITIIR

2012 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Stargazer
Stargazer
The Scream That Tore The Sky

2005 - Agonia Records
  
Borknagar
Borknagar
Urd

2012 - Century Media Records
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
A Umbra Omega

2015 - Peaceville Records
  
Shabti
Shabti
Trembling And Shorn

2019 - Autoproduction
  
In Human Form
In Human Form
Opening of the Eye by the Death of the I

2017 - I, Voidhanger Records
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique