chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
167 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amestigon - Thier

Chronique

Amestigon Thier
Comptant les jours pour un éventuel retour de Dargaard, les adeptes du clavier éthéré et du talent de composition de Tharen (géniteur d’Abigor) pourront peut-être repousser cette attente interminable et se délecter de son projet d’un genre diamétralement opposé, Amestigon. Après plus de cinq années de silence, les discrets et peu prolifiques (un album en 15 ans d’existence) Autrichiens reviennent sous l’étendard teuton World Terror Committee (W.T.C.) afin de dévoiler un deuxième album, Thier. Le line-up du surprenant Sun Of All Suns reste lui identique (depuis 1998), ceux vénérant Abigor et Summoning seront donc ravis de retrouver en tant qu’invité au chant, maître Silenius. Robes, crânes et bougies sortis du coffre, entrons dans la cave. Le rituel peut enfin débuter.

Un rituel qui ne se base aucunement sur le « true black » mélodique des prémices, Amestigon continue sur son black metal expérimental peu facile d’accès initié en 2010 (virage complet). Les bases de Sun Of All Suns demeurent mais l’atmosphère pesante mue. Les seringues sont mises de côté ainsi que les délires hallucinogènes pour revenir à une ambiance sobre d’avantage occulte et mystique. Le trio lui-même l’annonce, « l’aspect métaphysique monte d’un niveau » et le démontre visuellement par ses photos masquées. Pas forcément dans mes cases musicales, j’avais déjà eu beaucoup de mal à m’imprégner de Sun Of All Suns à l’époque, pour ce Thier Amestigon monte d’un cran son pavé sonore brut… Quatre morceaux (« quatre clés pour l’au-delà ») pour une heure de black metal claustrophobique aux émanations post voire sludge (un son de basse toujours aussi vrombissant). Les difficultés d’écoute se feront sentir dès les deux premiers morceaux, non pas par leur complexité mais plutôt face à une composition et ambiance mélancolique assez moyennes. Même avec un nombre conséquent de « replay » et les hurlements déchirés de Tharen ainsi que de rares passages prenants, rien n’y fait, ce début d’album ne me convint pas, je ne retrouve pas l’essence de Amestigon… Je décroche.

Puis le morceau éponyme jette un pavé dans la mare. La présence de Silenius peut-être ? 20 minutes ô combien versatiles touchant l’excellence, tout y est. Mélodique, noir, torturé, planant, violent… Les breaks s’enchaînent pour porter un premier coup critique à la dixième minute : une partie ambient hypnotique (écoute au casque indispensable : arrangements et chuchotements en fond) reprise à la volée par un black furieux... La fiche du label ne pouvait pas mieux définir ce sentiment : les notes d’Amestigon sont comme des sortilèges aspirant l’auditeur et le noyant dans des couches de décibels d’un autre monde. Rien que ça. « Hochpolung » suit, bien que de haute qualité, n’arrivera pas à égaler son prédécesseur mais confirmera une musique nettement plus touchante. Les discrètes nappes de Tharen, quasi-absentes jusqu’ici, refont surface mais on aurait apprécié plus de son instrument fétiche… Thier est frustrant sur bien des points, on reste très clairement sur sa faim après ces deux morceaux poignants, aspirés dans leur univers.

A l’instar de son ainé, Thier nécessitera un effort plus conséquent (voire double) afin d’être apprivoisé et de ne pas arrêter l'écoute. La faute à ce bloc musical plus homogène certes mais aussi plus inégal que Sun Of All Suns (défaut déjà présent). De fait on regrettera une première partie bien en deçà du reste, littéralement éclipsée par le morceau éponyme (quel titre je me répète) puis par le titre final. Plutôt irritant et difficile pour moi de juger dans sa globalité car le black metal sociopathe (élitiste ?) d’Amestigon commençait à faire son effet fascinant en milieu de parcours, soit 25 minutes plus tard... Espérons ne pas à devoir patienté jusqu'en 2020 pour la suite des invocations.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amestigon
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (10)  8.49/10

plus d'infos sur
Amestigon
Amestigon
Black Metal - 1995 - Autriche
  

écoutez
vidéos
358
358
Amestigon

Extrait de "Thier"
  

tracklist
01.   Demiurg  (13:02)
02.   358  (10:55)
03.   Thier  (20:01)
04.   Hochpolung  (14:17)

Durée : 58:15

line up
parution
28 Mai 2015

voir aussi
Amestigon
Amestigon
Sun Of All Suns

2010 - Hau Ruck!
  

Essayez aussi
Beherit
Beherit
Drawing Down The Moon

1993 - Spinefarm Records
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
EOD: A Tale Of Dark Legacy

2017 - Season Of Mist
  
Precambrian
Precambrian
Tectonics

2020 - Primitive Reaction
  
Wyrms
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarchie purificatrice

2018 - Ossuaire Records
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  

Swarmageddon
Lire l'interview
Cultum Interitum
Poison Of Being
Lire la chronique
Behemoth
Demigod
Lire la chronique
Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview