chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Osculum Infame - Dor-Nu-Fauglith

Chronique

Osculum Infame Dor-Nu-Fauglith
L'occasion fait le larron, comme on dit. Et cette fois, l'occasion est vraiment trop belle. Vous êtes probablement déjà au courant si vous êtes aficionados du combo de la sortie imminente du deuxième album d'Osculum Infame. Formation culte en ce qui concerne le Black Metal Français, le trio devenu quintet revient dans nos contrées avec « The Axis Of Blood ». Le prétexte était donc tout trouvé pour parler sur Thrashocore de « Dor-Nu-Fauglith », monumental premier disque qui aura marqué au fer rouge les mémoires des amateurs de Black Metal à la fin des années quatre-vingt-dix. C'est le testament d'une époque devant lequel nous nous retrouvons aujourd'hui. Un temps où faire du Black Metal en dehors de la Norvège était encore marginal. Ne voyez pas dans ce discours celui d'un passéiste blasé par l'évolution de son style favori, il est plutôt question d'un regard historique, d'une ambiance immortalisée comme un ancien long-métrage retrouvé dans une quelconque crypte perdue.

« A Prelude To Dor-Nu-Faughlith » ouvre l'album et avec lui s'ouvre un monde magique, inspiré visiblement de Tolkien et des larges plaines enneigées, celle-là même ayant inspirés une quantité faramineuse de groupes. Malgré la voix à la peine ou encore l'élocution en anglais pas loin du ridicule, Osculum Infame arrive tout de même à poser une ambiance sincère, prenante et mystérieuse. Impression confirmée par le deuxième piste « Under The Sign Of The Beast » magnifiée par des claviers aériens et par des riffs absolument splendides. Nous sommes bel et bien dans cette fameuse zone désertique décrite par le titre de l'album.

Il n'y a pas d’artifices dans « Dor-Nu-Fauglith » : tout y est franc, sincère, direct et sans surplus. Nous sommes devant un disque qui prend soin de canaliser l'essentiel, de se l'approprier et de le ressortir devant l'auditeur. C'est à mon sens en grande partie ce qui explique le succès retentissant de ces neuf titres auprès des amateurs du style. On décèle très facilement une fluidité palpable et une envie de toucher directement dans le cœur qui s'explique entre autres par des riffs très différents mais enchaînés avec une facilité ahurissante. Par exemple, les changements dans « Vampiric Warmaster (Part II) » sont abrupts, mais exécutés avec un feeling et une sensation de simplicité qui prend le pas sur la cohérence pourtant un poil absurde de certains passages. Alors qu'on aurait pu se trouver devant un amas de riffs collés entre-eux sans grand liant, c'est l'authenticité du jeu des musiciens qui fait passer la pilule. Et qui permet accessoirement à cet album de toucher au génie.

Osculum Infame est également ici la quintessence d'un style et d'un son à l'ancienne, inspiré par les grésillements de la vague norvégienne, les mélodies des vieux groupes hexagonaux mais aussi par des choix plus atmosphériques et symphoniques qu'on rapprocherait finalement des premiers travaux d'Emperor ou de Dimmu Borgir. Sans toutefois omettre certains choix carrément haineux (comme ce « Dark Wickedness » franchement rentre-dans-le-tas, malgré quelques subtilités guitaristiques présentes) qui offrent à « Dor-Nu-Faugtlith » un surplus de violence lui évitant de rentrer dans la case du Black Atmo/Mignon-tout-plein.

Il est vraiment complexe de trouver un quelconque défaut à cette première sortie. Même si la production est loin d'être parfaite, elle est tellement ancrée dans son genre qu'il s'en dégage au final un rendu emprunt de nostalgie et de froideur. On dirait exactement la même chose de la voix qui semble parfois un peu juste mais qui rend totalement justice à l'album, grâce à la pureté et la spontanéité qui s'en dégage tout au long des titres. Il est également de même pour les interludes à la guitare sèche qui auraient pu me refroidir (« When Iron Has Been Blended With Blood ») mais qui sonnent vraiment comme des odes profondes et riches de sens à un temps révolu, voire imaginaire.

Loin du tape à l’œil d'un Temnozor ou de la vulgarité d'un Peste Noire, Osculum Infame offre son monde médiéval et païen avec sobriété, simplicité et authenticité. Parfois très mature (« Kein Entkommen » ne donne pas envie de rire...) mais également très enfantin par moments (« The Nine Ghosts Of The Ring Of Power », récitation musicale somme toute touchante de quelques péripéties imaginaires d'adolescents fans du Seigneur des Anneaux...), « Dor-Nu-Faughlith » reste et restera un album majeur. Tour à tour nostalgique, haineux, mélancolique, occulte, aérien ou épique, il saura remuer en vous les sentiments les plus enfouis et faire revivre les fantômes du passé, ceux qui vous hantaient à l'époque ou vous découvriez le genre. Qu'on se le dise.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
16/11/2019 11:09
note: 9/10
Sagamore a écrit : Il va bénéficier d'un repress officiel chez Impure Wedding cette fin d'année !
Ah oui effectivement. Bonne nouvelle alors. Il était quand même temps !
Sagamore citer
Sagamore
16/11/2019 10:26
Solarian a écrit : Un classique !
Le son, les mélodies, l'ambiance si particulière symbole d'une époque révolue, ce côté touchant et presque naïf dans l'utilisation du clavier, c'est un un sans faute sur toute la ligne.

J'ai eu la chance de le choper à sa sortie mais je constate en effet que le bougre est quasi introuvable aujourd'hui.
Il est d'ailleurs depuis peu interdit à la vente sur Discogs pour des raisons qui m'échappent...


Il va bénéficier d'un repress officiel chez Impure Wedding cette fin d'année !
Solarian citer
Solarian
16/11/2019 10:13
note: 9/10
Un classique !
Le son, les mélodies, l'ambiance si particulière symbole d'une époque révolue, ce côté touchant et presque naïf dans l'utilisation du clavier, c'est un un sans faute sur toute la ligne.

J'ai eu la chance de le choper à sa sortie mais je constate en effet que le bougre est quasi introuvable aujourd'hui.
Il est d'ailleurs depuis peu interdit à la vente sur Discogs pour des raisons qui m'échappent...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
23/05/2015 12:19
note: 9/10
asghaard666 a écrit : si un exemplaire en CD de « Dor-Nu-Faughlith » est a vendre je suis preneur!

Pareil.

D'ailleurs, messieurs de chez Necrocosm / Battles'krs, si vous voyez cette chronique, une ré-édition serait la bienvenue !

Écoutable et téléchargeable légalement sur le Bandcamp de Mordgrimm. Mais en version physique, ce serait mieux.
asghaard666 citer
asghaard666
22/05/2015 21:02
si un exemplaire en CD de « Dor-Nu-Faughlith » est a vendre je suis preneur!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Osculum Infame
Black Metal
1997 - Mordgrimm Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.75/10
Webzines : (3)  8.33/10

plus d'infos sur
Osculum Infame
Osculum Infame
Black Metal - 1993 - France
  

tracklist
01.   A Prelude to Dor-Nu-Fauglith  (00:56)
02.   Under the Sign of the Beast  (10:56)
03.   Vampiric Warmaster (Part 2)  (07:46)
04.   Dark Wickedness  (04:59)
05.   When Iron Has Been Blended with Blood  (03:40)
06.   The Nine Ghosts of the Ring of Power  (10:34)
07.   Kein Entkommen  (05:27)
08.   Whisper of the Witch  (06:07)
09.   Among Mist and Shadows...  (07:50)

Durée : 58.15 min.

line up
voir aussi
Osculum Infame
Osculum Infame
The Axis Of Blood

2015 - Battlesk'rs Productions
  

Essayez aussi
Darvaza
Darvaza
Darkness In Turmoil (EP)

2018 - Terratur Possessions
  
Arizmenda
Arizmenda
Within the Vacuum of Infinity

2009 - Crepusculo Negro
  
Mgla
Mgla
Exercises in Futility

2015 - No Solace
  
Mortuus
Mortuus
De contemplanda Morte; De Reverencie laboribus ac Adorationis

2007 - The Ajna Offensive
  
Sheidim
Sheidim
Shrines Of The Void

2016 - Dark Descent Records
  

Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique
Gruzja
Jeszcze Nie Mamy Na Was Pom...
Lire la chronique
Mortiferum
Disgorged From Psychotic De...
Lire la chronique
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report