chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

La Dispute - Wildlife

Chronique

La Dispute Wildlife
Il en manquait un, le voilà. Difficile de parler de « Wildlife », de sa consistance aussi dense que la pierre brute, de sa résistance aux écoutes, à notre esprit et au temps. Si ce deuxième opus du combo de Grand Rapids aura connu une renommée publique et un succès d'estime important, il est pourtant très difficile à aborder. Là où « Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair » envahissait le cerveau sans sommation, là où « Rooms Of The House » était catchy et délicat, « Wildlife » est plus subtil. Si subtil qu'il est tout d'abord déstabilisant tant on n'arrive pas à s'y accrocher. Pas de « Such Small Hands » aguicheur ou de « Hudsonville Mi-1956 » entraînant ici, tout juste un « a Departure » au premier abord nonchalant puis enfin tendu au possible, comme stressé par une urgence palpable.

« To Scratched Out, For Everything » déclame Jordan Dreyer en guise de phrase d'accroche pour ces quatorze titres, comme s'il effaçait de la pointe de son crayon le premier effort des Américains, un détail d'ailleurs observable à l'intérieur du digipack. La Dispute tente ici de faire table rase de son passé musical agressif pour s'orienter dans un genre plus clair, plus distant, plus doucereux et plus froid. Pour autant, le quintet ne perd pas sa rigidité, sa dureté palpable dès les premières notes d'un « Harder Harmonies » combinant l'intensité et l’efficacité. On est d'ailleurs plongés dans le vif du sujet au même moment que l'on est achevés par ce riff mélodique d'une émotion incroyable sur le final de ce second titre ô combien réussi.

Si la vie sauvage est quelque part tristounette, elle est également une déclaration d'amour dense et mûrement réfléchie aux origines géographiques évidentes (« Love Song For Poor Michigan »). « Wildlife » est à la fois le plus campagnard, le plus forestier (en témoigne des interludes bluesy comme « a Broken Jar » ou « a Letter ») des disques de La Dispute et paradoxalement le plus urbain puisque l'âpreté de la production renvoie constamment aux briques rouges des anciennes habitations américaines. « Edit Your Hometown » par exemple nous rappelle immédiatement à ce sentiment de dualité présent entre villes bétonnées et abandonnées et élancement mélodique façon « Nature et découvertes », avec ce tambourin en support qui trouve ici une place prédominante dans les compositions.

Néanmoins, ce serait faire une erreur de limiter cet album à une simple somme d'émotions enchaînées et parfois empilées les unes sur les autres. Une erreur que j'ai cela dit longtemps commise en me contentant de laisser défiler l'album sans trop y prêter attention. Or, la réussite la plus importante de « Wildlife » est d'aller fédérer dans les détails les plus inattendus. Certaines intonations de voix, certains micro-riffs de transition, certaines phrases ou même certains patterns de batterie (« The Most Beautiful Bitterfruit ») arrivent, avec du temps, à créer l'urgence, la passion et l'attrait pour ces titres décidément bien complexes à appréhender. La Dispute est toujours techniquement au top (le duo Adam Vass / Brad Vander Lugt impressionnant de précision) mais la différence c'est qu'il utilise cette faculté musicale pour créer des ambiances touchantes et surtout, atypiques (le deuxième couplet sur « The Most Beautiful Bitterfruit » ou le groupe arrive à transformer un groove basse/batterie basique en un riffing clean instable et chargé d'émotions).

En ce qui concerne les paroles et le visuel, on approche toujours la perfection, avec ces photos de graffitis en plein forêt (encore ce fameux paradoxe humain VS nature) et une direction artistique fouillée, détaillée et complète dans le livret. Textuellement, Jordan Dreyer écrit encore ses textes avec la science littéraire qu'on lui connaît. Intimiste, imbriquant figures de styles et phrases clefs, il dépeint encore une fois un univers des plus réalistes mais construit comme une ode au rêve et aux fantasmes. « King Park » est exemplaire à ce niveau et fiche clairement les larmes aux yeux, avec cette construction narrative proche de la nouvelle exemplaire et sublimée par ce final musical rempli de tension.

En fin de parcours, on ne peut pas vraiment classifier « Wildlife ». Assagi par rapport aux autres disques du groupe (même le dernier), plus ambigu dans son propos, moins évident musicalement et probablement plus axé sur une conceptualisation et une narration accrue, cet album reste d'une qualité qu'il est difficile de renier. À titre personnel, il s'agit de l'album du groupe que j'apprécie le moins mais au final je l'ai sûrement écouté plus de trois-cents fois. « Wildlife » reste un très grand disque qui séduira ou pas l'auditeur selon son affinité avec le combo, en prenant soin cependant de ne pas tomber dans la redite de leurs autres sorties. En quelque sorte, une autre vision du monument construit par les américains et qui semble continuer à grandir pour s'élever toujours plus haut.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
18/06/2015 13:46
note: 9/10
FleshOvSatan a écrit : Ah ouais, à ce point là, étrange j'arrive à trouver les émotions dedans moi. M'enfin, soit, les goûts, les couleurs, tout ça.

Mode Fanboy ON :

Mais, même quand il dit "I remember those nights
I couldn’t get through to you when quiet storms came rattled the window panes" sur Hudsonville Mi-1956 ?

Mode Fanboy OFF Mr Green

Après, c'est disque ou l'émotion est contenue dans des sortes de Punchlines musicales pour moi. C'est vraiment par bribes que je le trouve intense (les Trust Me ! sur Firsts Reactions... par exemple, ce qui est en fin de compte frustrant, mais j'aime bien qu'ils me frustrent je crois. Ah ah !


Si mais c'est trop peu sur l'ensemble de l'album par rapport aux 2 précédents.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
18/06/2015 12:00
note: 9/10
Ah ouais, à ce point là, étrange j'arrive à trouver les émotions dedans moi. M'enfin, soit, les goûts, les couleurs, tout ça.

Mode Fanboy ON :

Mais, même quand il dit "I remember those nights
I couldn’t get through to you when quiet storms came rattled the window panes" sur Hudsonville Mi-1956 ?

Mode Fanboy OFF Mr Green

Après, c'est disque ou l'émotion est contenue dans des sortes de Punchlines musicales pour moi. C'est vraiment par bribes que je le trouve intense (les Trust Me ! sur Firsts Reactions... par exemple, ce qui est en fin de compte frustrant, mais j'aime bien qu'ils me frustrent je crois. Ah ah !

Streker citer
Streker
18/06/2015 09:12
note: 9/10
FleshOvSatan a écrit : Ce que je peux comprendre effectivement. J'adore les trois, mais "Rooms" n'est plus vraiment un prolongement comme pouvait l'être "Wildlife".

"Wildlife" adoucit le style de SATBOTRBVAA, alors que Rooms change carrément toutes les émotions, selon moi. Après, j'adore aussi leur nouvelle orientation, même si je comprend que d'autres accrochent moins.


Pour moi il n'y a plus d'émotion sur le dernier, gros pb, après ça joue toujours bien, le chant est tjrs bon, mais pour moi c'est plus La Dispute
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
17/06/2015 11:49
note: 9/10
Ce que je peux comprendre effectivement. J'adore les trois, mais "Rooms" n'est plus vraiment un prolongement comme pouvait l'être "Wildlife".

"Wildlife" adoucit le style de SATBOTRBVAA, alors que Rooms change carrément toutes les émotions, selon moi. Après, j'adore aussi leur nouvelle orientation, même si je comprend que d'autres accrochent moins.
Streker citer
Streker
16/06/2015 14:22
note: 9/10
Celui que je préfère après SATBOTRBVAA.

C'est avec Rooms Of The House que j'ai du mal moi...il me donne pas de frissons contrairement aux 2 précédents.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
La Dispute
Indie-Emo / Post-Hardcore / Screamo
2011 - No Sleep Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (8)  8.49/10

plus d'infos sur
La Dispute
La Dispute
Screamo / Post-Hardcore / Indie Spoken Word - 2004 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   a Departure  (3:32)
02.   Harder Harmonies  (3:35)
03.   St. Paul Missionary Baptist Church Blues  (3:47)
04.   Edit Your Hometown  (2:55)
05.   a Letter  (3:49)
06.   Safer In The Forest - Love Song For Poor Michigan  (4:36)
07.   The Most Beautiful Bitter Fruit  (3:55)
08.   a Poem  (3:00)
09.   King Park  (6:55)
10.   Edward Benz, 27 Times  (5:44)
11.   I See Everything  (3:38)
12.   a Broken Jar  (2:19)
13.   all our bruised bodies and the whole heart shrinks  (5:04)
14.   You And I In Unison  (4:57)

Durée : 57.50 min.

line up
parution
4 Octobre 2011

voir aussi
La Dispute
La Dispute
Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair

2008 - No Sleep Records
  
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  

Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique