chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

House Of Atreus - The Spear And The Ichor That Follows

Chronique

House Of Atreus The Spear And The Ichor That Follows
Arghoslent fait des émules! On connaissait déjà les Australiens de Sacriphyx chez Nuclear War Now! Productions, voilà que Dark Descent Records s'y met avec House Of Atreus qui a sorti il y a deux mois son premier full-length The Spear And The Ichor That Follows. Une aubaine pour moi qui n'avais encore jamais entendu parler de ces Américains originaires de Minneapolis malgré une démo en 2011 (dont les titres "Throne Of Chariots" et "The River Black" sont repris ici) et l'EP Into The Brazen Bull fin 2013. Toujours dans les bons coups, Dark Descent met dans le mille encore une fois avec ce qui s'impose aisément comme une des meilleures révélations de l'année.

Ne vous fiez pas à la pochette minimaliste qui ne rend pas justice à la musique de House Of Atreus. Car ce The Spear And The Ichor That Follows transpire le travail bien fait, de la production adéquate aux riffs inspirés en passant par des leads soignées et des paroles minutieuses. Le quatuor a en plus le mérite de s'adonner à un style de death metal peu répandu, loin des modes old-school Swedish, Incantation-like ou black/death occulte. Je n'ai pas mentionné Arghoslent par hasard. En effet, le style des Américains s'avère très proche de celui de leurs compatriotes controversés. Si vous connaissez, vous savez déjà comment sonne House Of Atreus et vous pouvez aller tout de suite acheter l'album. Pour les autres malheureux, sachez qu'on est en présence de death mélodique. Mais pas de mélodeath tantouze comme en chient encore Göteborg et ses followers. Non, du death metal de bonhomme aux fortes inspirations heavy metal. Du death metal viril, épique et prenant qui donne envie de serrer le poing et de bomber le torse. La recette du succès pour ce groupe prometteur? Un riffing de niveau mondial à la fois classe et efficace avant tout, gorgé de mélodies et d'harmonies. On ne le répétera jamais assez, le metal est une question de riffs. Pas de grosse production, de BPM ou de quotient riff/morceau élevé. Les riffs doivent toujours être au centre de la musique. Les groupes qui l'ont compris partent déjà avec une longueur d'avance. Après, encore faut-il savoir composer de bons riffs. House Of Atreus est non seulement une machine à riffer mais elle riffe aussi foutrement bien! C'est efficace, ça groove, c'est varié, c'est inspiré et ça dégage du charisme, de la prestance avec par dessus le marché un gros feeling mélodique et épique qui n'hésite pas à s'assombrir quand il le faut. Qu'est-ce que c'est agréable à écouter, sans que ce soit gentillet ou mollasson pour un sou! Ne vous attendez pas non plus à du death qui envoie à mort toutefois. Plutôt à du death subtil ici (oui c'est possible!). On est plus souvent en mode mid-tempo (même si ça reste souvent burné et dans le "up" du "mid") et même sur les accélérations les plus véloces à base de petites blastouilles, ça ne va jamais très loin. Il ne faut pas non plus avoir peur des breaks plus posés qui font la part belle à la mélodie et l'atmosphère. Le mélange death et heavy fonctionne en tout cas à merveille et évolue régulièrement vers des sonorités thrashies ou black metal ("Trenches Of Fortune" à 2'56, "Messenger Of A Shaken Host" à 2'13 et 3'05, "Oresteia - The Unforgotten Scorns" à 1'13...). Les influences black metal trouvent leur apogée sur le dernier morceau, l'excellent "The River Black", que ce soit au niveau des guitares plus froides ou du chant plus écorché. De quoi finir l'opus en beauté!

The Spear And The Ichor That Follows n'avait pas besoin de ça de toute façon tant la qualité y est homogène et de haut niveau. Si les riffs sont la grande force de House Of Atreus, ce n'est pas la seule. Le groupe possède en effet un feeling mélodique très poussé. Dans les riffs bien sûr mais aussi dans les nombreux solos et leads (souvent en tremolo) qui subliment les compositions tout au long de l'œuvre, nous présentant un duo de guitaristes talentueux très complémentaires. Des mélodies heavy plutôt épiques et belliqueuses que joyeuses. Certaines se font même assez tristes ("Throne Of Chariots" à 3'48, le début doomy de "Oresteia - The Unforgotten Scorns", les leads à 0'19 et 2'25 sur "Veiled In Dignities Of Wrath"), collant avec les thématiques de la formation. Un point important qui démarque House Of Atreus de son mentor Arghoslent qui ne plaît pas à tout le monde. Pas de vision élitiste et racialiste de l'Histoire ici. House Of Atreus, comme son nom l'indique, préfère la Grèce et la Rome Antiques, les tragédies et autres thèmes shakespeariens. On retrouve d'ailleurs un extrait de Titus Andronicus à la fin de "Heir To The Crown Of Sodom" et de "Beasts Of Antiquity". Des paroles élaborées, très bien écrites (ça change du gore et de Satan, même si j'adore ça!) et rendues intelligibles par le growl bien articulé et dynamique du frontman bassiste Anxietous Nero qui impressionne parfois par un débit vocal assez rapide. Seul petit reproche, le chant se fait un poil trop présent. Certaines séquences auraient en effet mérité de rester instrumentales, le quatuor américain ayant suffisamment de talent pour laisser conter ses histoires uniquement par ses riffs prenants et ses mélodies évocatrices.

Voilà bien un des rares défauts de ce premier album de House Of Atreus. Et encore, défaut est un bien grand mot! Car des vrais défauts, il n'y en a pas vraiment ici. L'influence Arghoslent trop flagrante? Peut-être, sans doute même, mais ce genre de death metal restant rare, ça ne choque pas. Non décidément, il est difficile de trouver à redire sur ce The Spear And The Ichor That Follows, pour moi une des meilleures surprises de 2015. Comment ne pas tomber sous le charme de ce death metal heavisant à l'ambiance épique et guerrière, aux mélodies racées et au groove efficace, véritable démonstration de riffing exquis? Ceux qui se sentent coupables ou refusent d'écouter Arghoslent à cause des paroles peuvent désormais choisir la solution House Of Atreus, excellente alternative quasiment aussi bonne que le combo polémique de Virginie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
17/07/2015 09:31
Je suppose que je peux me sentir concerné par la conclusion :P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
House Of Atreus
Death Metal
2015 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (8)  7.11/10

plus d'infos sur
House Of Atreus
House Of Atreus
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Trenches Of Fortune
02.   Messenger Of A Shaken Host
03.   Throne Of Chariots
04.   Oresteia - The Unforgotten Scorns
05.   Heir To The Crown Of Sodom
06.   Beasts Of Antiquity
07.   Veiled In Dignities Of Wrath
08.   The River Black

Durée : 43'51

line up
parution
5 Mai 2015

voir aussi
House Of Atreus
House Of Atreus
From the Madness of Ixion

2018 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Cemetary
Cemetary
An Evil Shade Of Grey

1992 - Black Mark Productions
  
Death
Death
Leprosy

1988 - Combat Records
  
Incantation
Incantation
Vanquish In Vengeance

2012 - Listenable Records
  
Bölzer
Bölzer
Roman Acupuncture (Démo)

2012 - Autoproduction
  
Tomb Mold
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / The Moulting (Compil.)

2017 - Blood Harvest Records
  

Helloween
Helloween (EP)
Lire la chronique
Deathspell Omega
The Furnaces of Palingenesia
Lire la chronique
Krallice
Krallice
Lire la chronique
Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast