chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

House Of Atreus - The Spear And The Ichor That Follows

Chronique

House Of Atreus The Spear And The Ichor That Follows
Arghoslent fait des émules! On connaissait déjà les Australiens de Sacriphyx chez Nuclear War Now! Productions, voilà que Dark Descent Records s'y met avec House Of Atreus qui a sorti il y a deux mois son premier full-length The Spear And The Ichor That Follows. Une aubaine pour moi qui n'avais encore jamais entendu parler de ces Américains originaires de Minneapolis malgré une démo en 2011 (dont les titres "Throne Of Chariots" et "The River Black" sont repris ici) et l'EP Into The Brazen Bull fin 2013. Toujours dans les bons coups, Dark Descent met dans le mille encore une fois avec ce qui s'impose aisément comme une des meilleures révélations de l'année.

Ne vous fiez pas à la pochette minimaliste qui ne rend pas justice à la musique de House Of Atreus. Car ce The Spear And The Ichor That Follows transpire le travail bien fait, de la production adéquate aux riffs inspirés en passant par des leads soignées et des paroles minutieuses. Le quatuor a en plus le mérite de s'adonner à un style de death metal peu répandu, loin des modes old-school Swedish, Incantation-like ou black/death occulte. Je n'ai pas mentionné Arghoslent par hasard. En effet, le style des Américains s'avère très proche de celui de leurs compatriotes controversés. Si vous connaissez, vous savez déjà comment sonne House Of Atreus et vous pouvez aller tout de suite acheter l'album. Pour les autres malheureux, sachez qu'on est en présence de death mélodique. Mais pas de mélodeath tantouze comme en chient encore Göteborg et ses followers. Non, du death metal de bonhomme aux fortes inspirations heavy metal. Du death metal viril, épique et prenant qui donne envie de serrer le poing et de bomber le torse. La recette du succès pour ce groupe prometteur? Un riffing de niveau mondial à la fois classe et efficace avant tout, gorgé de mélodies et d'harmonies. On ne le répétera jamais assez, le metal est une question de riffs. Pas de grosse production, de BPM ou de quotient riff/morceau élevé. Les riffs doivent toujours être au centre de la musique. Les groupes qui l'ont compris partent déjà avec une longueur d'avance. Après, encore faut-il savoir composer de bons riffs. House Of Atreus est non seulement une machine à riffer mais elle riffe aussi foutrement bien! C'est efficace, ça groove, c'est varié, c'est inspiré et ça dégage du charisme, de la prestance avec par dessus le marché un gros feeling mélodique et épique qui n'hésite pas à s'assombrir quand il le faut. Qu'est-ce que c'est agréable à écouter, sans que ce soit gentillet ou mollasson pour un sou! Ne vous attendez pas non plus à du death qui envoie à mort toutefois. Plutôt à du death subtil ici (oui c'est possible!). On est plus souvent en mode mid-tempo (même si ça reste souvent burné et dans le "up" du "mid") et même sur les accélérations les plus véloces à base de petites blastouilles, ça ne va jamais très loin. Il ne faut pas non plus avoir peur des breaks plus posés qui font la part belle à la mélodie et l'atmosphère. Le mélange death et heavy fonctionne en tout cas à merveille et évolue régulièrement vers des sonorités thrashies ou black metal ("Trenches Of Fortune" à 2'56, "Messenger Of A Shaken Host" à 2'13 et 3'05, "Oresteia - The Unforgotten Scorns" à 1'13...). Les influences black metal trouvent leur apogée sur le dernier morceau, l'excellent "The River Black", que ce soit au niveau des guitares plus froides ou du chant plus écorché. De quoi finir l'opus en beauté!

The Spear And The Ichor That Follows n'avait pas besoin de ça de toute façon tant la qualité y est homogène et de haut niveau. Si les riffs sont la grande force de House Of Atreus, ce n'est pas la seule. Le groupe possède en effet un feeling mélodique très poussé. Dans les riffs bien sûr mais aussi dans les nombreux solos et leads (souvent en tremolo) qui subliment les compositions tout au long de l'œuvre, nous présentant un duo de guitaristes talentueux très complémentaires. Des mélodies heavy plutôt épiques et belliqueuses que joyeuses. Certaines se font même assez tristes ("Throne Of Chariots" à 3'48, le début doomy de "Oresteia - The Unforgotten Scorns", les leads à 0'19 et 2'25 sur "Veiled In Dignities Of Wrath"), collant avec les thématiques de la formation. Un point important qui démarque House Of Atreus de son mentor Arghoslent qui ne plaît pas à tout le monde. Pas de vision élitiste et racialiste de l'Histoire ici. House Of Atreus, comme son nom l'indique, préfère la Grèce et la Rome Antiques, les tragédies et autres thèmes shakespeariens. On retrouve d'ailleurs un extrait de Titus Andronicus à la fin de "Heir To The Crown Of Sodom" et de "Beasts Of Antiquity". Des paroles élaborées, très bien écrites (ça change du gore et de Satan, même si j'adore ça!) et rendues intelligibles par le growl bien articulé et dynamique du frontman bassiste Anxietous Nero qui impressionne parfois par un débit vocal assez rapide. Seul petit reproche, le chant se fait un poil trop présent. Certaines séquences auraient en effet mérité de rester instrumentales, le quatuor américain ayant suffisamment de talent pour laisser conter ses histoires uniquement par ses riffs prenants et ses mélodies évocatrices.

Voilà bien un des rares défauts de ce premier album de House Of Atreus. Et encore, défaut est un bien grand mot! Car des vrais défauts, il n'y en a pas vraiment ici. L'influence Arghoslent trop flagrante? Peut-être, sans doute même, mais ce genre de death metal restant rare, ça ne choque pas. Non décidément, il est difficile de trouver à redire sur ce The Spear And The Ichor That Follows, pour moi une des meilleures surprises de 2015. Comment ne pas tomber sous le charme de ce death metal heavisant à l'ambiance épique et guerrière, aux mélodies racées et au groove efficace, véritable démonstration de riffing exquis? Ceux qui se sentent coupables ou refusent d'écouter Arghoslent à cause des paroles peuvent désormais choisir la solution House Of Atreus, excellente alternative quasiment aussi bonne que le combo polémique de Virginie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
17/07/2015 09:31
Je suppose que je peux me sentir concerné par la conclusion :P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
House Of Atreus
Death Metal
2015 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (8)  7.11/10

plus d'infos sur
House Of Atreus
House Of Atreus
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Trenches Of Fortune
02.   Messenger Of A Shaken Host
03.   Throne Of Chariots
04.   Oresteia - The Unforgotten Scorns
05.   Heir To The Crown Of Sodom
06.   Beasts Of Antiquity
07.   Veiled In Dignities Of Wrath
08.   The River Black

Durée : 43'51

line up
parution
5 Mai 2015

voir aussi
House Of Atreus
House Of Atreus
From the Madness of Ixion

2018 - Iron Bonehead Productions
  

Essayez aussi
Sinister
Sinister
The Post-Apocalyptic Servant

2014 - Massacre Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated

1992 - Metal Blade Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Virus

2005 - Nuclear Blast Records
  
Nile
Nile
Vile Nilotic Rites

2019 - Nuclear Blast Records
  
Pestilence
Pestilence
Testimony Of The Ancients

1991 - Roadrunner Records
  

Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique