chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mercyless - Abject Offerings

Chronique

Mercyless Abject Offerings
Comme évoqué lors de ma chronique du deuxième album de Loudblast (Disincarnate), on ne peut pas dire que Thrashocore soit particulièrement à la page en matière de Death Metal hexagonal. En effet, votre webzine préféré compte malheureusement quelques lacunes lorsqu’il s’agit d’aborder les débuts de ce genre qui pourtant nous est cher. Alors que la chronique de Sublime Dementia ne devrait plus trop tarder, profitons de cette réédition providentielle proposée par le label Great Dane pour revenir sur le premier album de Mercyless.

Une réédition providentielle étant donné les prix pratiqués jusqu’ici sur des sites comme Discogs ou Ebay mais une réédition un peu chiche à en juger par le contenu et le contenant. En effet, on ne peut pas dire que Great Dane se soit donné beaucoup de peine pour faire de ce disque un objet indispensable. Car au-delà de la qualité même de ce premier album, cette réédition ferait presque peine à voir… Tout d’abord l’artwork original a malheureusement dû être modifié pour des raisons probablement légales (voir la deuxième image disponible). Le "Christ de Saint Jean de la Croix" de Salvador Dali laisse donc sa place à une œuvre dans le même esprit mais naturellement moins marquante que l’originale. Toutefois ce n’est pas vraiment le problème. Non, ce qui est bien dommage c’est l’absence de livret, de paroles, de photos, de commentaires, de titres bonus... Rien, aucune valeur ajoutée si ce n’est quelques lignes dispensées par Olivier Badin et un remastering devenu incontournable afin d’apporter un peu plus de coffre à cet album vieux de vingt-trois ans. La question que je me pose est pourquoi ne pas avoir profité de cette réédition pour y inclure une ou deux démos, quelques interviews ou même des photos d’époque? Bref, ce qui est fait est fait (ou plutôt pas fait) mais cette réédition d’Abject Offerings aurait certainement mérité d’être mieux détaillée, d’autant qu’il s’agit de la première réédition de cet album depuis sa sortie en 1992. Malgré ce premier constat assez négatif, n’allez pas croire que je crache dans la soupe car je suis tout de même bien content de pouvoir enfin mettre mes mains sur ce premier album des Mulhousiens.

Formé en 1987, le groupe officie durant ses premières années sous le patronyme de Merciless. Néanmoins les Français décident quatre ans plus tard de remplacer le "i" par un "y" afin d’éviter tout quiproquo avec le groupe suédois du même nom. Si vous vous posiez ainsi la question du pourquoi de cette fameuse faute d’orthographe sans jamais avoir osé la poser, et bien voilà "problem solved". Aussi, après avoir sorti trois démos, le groupe se décide enfin à passer à l’étape supérieure en enregistrant courant 1991 son premier album. Comme tous ses compatriotes de l’époque, Mercyless souhaite se donner les moyens de réussir. Pour cela il fera appel aux services du producteur anglais Colin Richardson (Bolt Thrower, Carcass, Napalm Death...) afin de donner à Abject Offerings la visibilité qu’il mérite et un son digne de ce nom. Un pari plus ou moins réussi puisque cela offrira tout de même l’opportunité à Mercyless de signer plus tard sur Century Media pour la sortie de Coloured Funeral sans pour autant lui apporter le succès ou la visibilité qu’il aurait mérité. D’autant que le groupe devra faire face à un imprévu de taille suite à la cessation d’activité du label français Jungle Hop. Heureusement, Mercyless sera pris en charge par World In Flames (sous-division du label Vinyl Solution) et Restless Records qui sortiront Abject Offerings avec tout de même plusieurs mois de retard en juin 1992.

Présentés depuis toujours comme deux titres bien distincts, la courte introduction que constitue "Nyarlathotep (Intro)" se voit désormais greffée au morceau qui a donné son nom à l’album (et cela malgré ce qu’annonce le tracklisting de cette réédition). Un petit détail sans importance qui porte à huit le nombre de titres de cet album contre neuf sur la version originale. Pour le reste, Abject Offerings est l’un de ces disques qui au même titres que Disincarnate de Loublast ou Enjoy The Violence de Massacra, prouvent que la scène française du début des années 90 était l’une des plus réjouissantes et n’avait en aucun cas à rougir face à la concurrence, qu’elle soit suédoise, américaine, anglaise et même allemande. Si l’Histoire ne retiendra pourtant qu’une majeure partie de ces groupes étrangers, cela ne doit pas pour autant faire oublier que ces quelques groupes français ont sortis des albums incroyables qui ne doivent pas (plus) être ignorés.
Pour autant, on ne peut pas dire que Mercyless ait inventé quoi que ce soit. En fait, celui qui a débuté sa carrière comme un groupe de Thrash puise à l’aube des années 90 ses influences chez trois groupes déjà bien connus des amateurs du genre : Morbid Angel, Obituary et Pestilence. La patte du premier se ressent essentiellement au niveau du riffing incisif et impétueux et de l’atmosphère blasphématoire alors que celles d’Obituary et de Pestilence concernent surtout le chant de Max Otero et ses intonations rappelant les voix éraillées, rugueuses et si particulières de John Tardy et Martin Van Drunen. Mercyless partage néanmoins avec Pestilence un autre point commun à savoir cet attrait pour les solos d’une netteté et d’une maitrise sans faille. Un sens aigu de la mélodie qui confère parfois à Abject Offerings un côté cosmique que l’on peut également retrouver dans la musique des Hollandais et ses artworks signés Dan Seagrave (Testimony Of The Ancients et Spheres).
De ses origines Thrash, Mercyless a ainsi conservé ce sens de l’attaque frontale via une rythmique franche et appuyée que ce soit grâce à quelques séquences de tchouka-tchouka toujours aussi redoutables d’efficacité (comme par exemple sur "Unformed Tumours") mais aussi et surtout grâce à ces nombreux passages à base de blasts véloces. Une réelle dynamique qui confère à Abject Offerings un niveau d’intensité particulièrement réjouissant, surtout pour l’époque.
Bien loin d’avoir une vision étriquée sur ce que doit être le Death Metal, Mercyless n’hésite pas à rompre avec cette dynamique pour proposer des passages également plus modérés. Cela se fait généralement à l’occasion d’introductions ou de breaks salvateurs grâce à des mid-tempo franchement rafraichissants qui donnent lieu notamment à l’exécution de ces fameux solos évoqués un peu plus haut. A l’image de Loudblast, le groupe use également ici et là de quelques nappes synthétiques afin de renforcer l’atmosphère sans pour autant l’encombrer. Une discrétion bienvenue qui permet à ces séquences, vingt-trois ans plus tard, de ne pas paraître obsolète.
Enfin, la force de Mercyless réside surtout dans sa capacité à composer des titres d’une extrême efficacité qui même après un quart de siècle ne semblent pas avoir pris une seule ride. C’est probablement l’un des signes qui permet le mieux de repérer un bon disque et à ce petit jeu-là le groupe originaire de Mulhouse s’en tire haut la main tant Abject Offerings continue aujourd’hui de botter des culs en bonne et due forme. Tout y est savamment dosé : les riffs sont d’une rare efficacité ("A Message For All Those Who Died", "Flesh Divine", "Uformed Tumours", "Burned At The Stake"...) à la fois vicieux et résolument "evil", les solos brillent par leur lisibilité et surtout les émotions qu’ils transmettent, tout est parfaitement équilibré entre séquences punitives menées d’une main de fer et passages plus modérés venues apporter du relief et enfin la voix de Max Otero qui sans être la plus originale qui soit, apporte malgré tout beaucoup de charme à la musique de Mercyless grâce à ce timbre rugueux si atypique.

Un poil au-dessus d’un Agressor, d’un No Return ou même d’un Crusher, Mercyless constitue avec Loudblast et Massacra ce que la France a clairement fait de mieux en matière de Death Metal au début des années 90, chacun dans des styles pourtant légèrement différents (plus technique et alambiqué pour Loudblast, plus Thrashy pour Massacra). Ainsi Abject Offerings est encore aujourd’hui le reflet d’une autre époque, celle où le Death Metal était encore en pleine construction avec une scène française à peine en retard de quelques mois et surtout déjà capable de rivaliser avec les plus grands noms du genre. Pourquoi ces groupes n’ont-ils pas eu le succès qu’ils auraient mérité d’avoir dans leur propre pays? Difficile à expliquer même encore aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, ce premier album de Mercyless constitue l’un des quelques incontournables que tout amateur de Death Metal se doit de posséder dans sa propre discothèque. Déjà parce qu’en tant que groupe français pionner du genre, Abject Offerings offre un regard sur la scène hexagonale du début des années 90, ensuite par qu’il est tout simplement un disque solide et particulièrement addictif avec en sus un goût de reviens-y. Malgré les quelques faiblesses de cette réédition, il serait donc bien dommage de passer à côté de celle-ci.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
20/08/2015 19:23
note: 8.5/10
Ikea a écrit : Chronique très complète et agréable à lire, comme toujours avec Greg.

Merci pour ces gentils mots.

Et non, la remasterisation n'est pas que de la poudre aux yeux. Elle redonne un peu de gonflant à l'ensemble sans paraître exagérée et en conservant un son tout de même estampillé 90's.
lkea citer
lkea
20/08/2015 19:19
note: 8/10
C'est vrai qu'il est très bien, ce dossier ! Zoltar à l'écriture si je me rappelle bien.

Sinon, la remasterisation ne m'a pas choqué dans le mauvais sens personnellement !
Emptyrior citer
Emptyrior
20/08/2015 18:45
Très bon album effectivement.

Thrashocore étant sur une lancée d'écriture de chroniques de vieux Death Metal français, je vous conseillerais un dossier paru dans la revue musicale New Noise, revue que j'apprécie particulièrement, qui traite de la scène Thrash/Death hexagonale fin 80/début 90 (numéro 23, Septembre/octobre 2014, avec Godflesh en couverture).
Le dossier est plutôt intéressant, avec des commentaires des musiciens de la scène à l'époque sur les albums les plus cultes (split" Licensed to Thrash" de Loudblast et Agressor, "Contamination Rises" de No Return, ce disque de Mercyless...).
Les points de vus sont très intéressant et donnent une bonne vision de l'évolution de la scène à l'époque, comme l'influence des studios américains par exemple.

Sinon, une question relative à la réédition: la remilitarisation du son est elle satisfaisante?
Souvent, c'est plus de gros son et d’efficacité au dépend du reste, donc je pose la question.
lkea citer
lkea
20/08/2015 15:54
note: 8/10
Très bon oui ! Mais je garde tout de même une préférence pour le suivant, plus dans mes goûts. Enfin, ça reste un excellent album. Chronique très complète et agréable à lire, comme toujours avec Greg.
Keyser citer
Keyser
20/08/2015 15:16
note: 8.5/10
Clairement un des top albums de death metal français!
AxGxB citer
AxGxB
20/08/2015 14:34
note: 8.5/10
En écoute partielle sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mercyless
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.83/10
Webzines : (7)  8.62/10

plus d'infos sur
Mercyless
Mercyless
Death Metal - 1987 - France
  

formats
  • CD / 1992 - Restless Records
  • CD / 2014 - Great Dane Records

tracklist
01.   Nyarlathotep (Intro)  (00:47)
02.   Abject Offerings  (03:50)
03.   A Message For All Those Who Died  (04:16)
04.   Substance Of Purity  (04:22)
05.   Flesh Divine  (03:38)
06.   Without Christ  (04:08)
07.   Unformed Tumors  (03:20)
08.   Burned At The Stake  (04:13)
09.   Selected Resurrection  (05:10)

Durée : 33:44

line up
parution
2 Juin 1992

voir aussi
Mercyless
Mercyless
Unholy Black Splendor

2013 - Trendkill Recordings
  
Mercyless
Mercyless
Pathetic Divinity

2016 - Kaotoxin Records
  

Essayez aussi
Demonical
Demonical
Darkness Unbound

2013 - Cyclone Empire Records
  
Seance
Seance
Fornever Laid To Rest

1992 - Black Mark Productions
  
Behemoth
Behemoth
Satanica

1999 - Avantgarde Music
  
Disincarnate
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind

1993 - Roadrunner Records
  
Escarnium
Escarnium
Interitus

2016 - Testimony Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique