chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Non Opus Dei - Diabeł

Chronique

Non Opus Dei Diabeł
Non Opus Dei était plus ou moins passé sous mon radar depuis 2010. Cette année-là, les polonais sortaient "Eternal Circle", un disque aussi impressionnant techniquement qu'emmerdant musicalement : se contentant d'empiler les performances masturbatoires d'un batteur fou et les riffs d'une platitude peu commune, il était le cas clinique de l'album que l'on écoute deux fois avant de le ranger au fin fond de son étagère. Leur léger sursaut de 2013, marqué par leur split avec les excellents Morowe, n'avait pas suffi à faire remonter le groupe dans mes bonnes grâces - la faute à un son pas forcément à la hauteur et un manque de patate très, très handicapant. L'envie de bien faire était présente, mais elle ne suffit pas toujours. D'autant qu'en Pologne, terre noire en essence, la concurrence est rude et fait passer rapidement n'importe quel album moyen aux oubliettes.

Non Opus Dei semble avoir appris de ses erreurs passées. Si, jusqu'à présent, la formation semblait avoir du mal à exister en tant qu'entité à part entière, trop influencée par ses aînés, ce "Diabeł" tend à inverser la vapeur. Exit les longueurs insupportables d'un "Constant Flow", exit la vélocité sans épaisseur d'un "Eternal Circle". Compositions travaillées, répétitions hypnotiques, sursauts apocalyptiques, atmosphères malsaines et psychédéliques, Non Opus Dei veut invoquer le Diable en dix oraisons funèbres. Pari remporté, car "Diabeł" est la Bête.

L'album est d'autant plus surprenant qu'on ne s'attendait pas à ce qu'il soit composé par un groupe qui n'avait, jusqu'à présent, rien sorti de réellement intéressant. Si le format court est une constante chez Non Opus Dei, "Eternal Circle" et ses trente minutes paraissaient interminables après deux écoutes. "Diabeł" est autrement plus équilibré, délivrant des ambiances plus qu'une attaque directe. Il me rappelle en ce sens Mgla et "Exercises in Futility", plus dans la subtilité que son aîné. L'album est globalement lent, distillant des mid-tempos vénéneux qui viennent soutenir des riffs moins incisifs, mais beaucoup plus mystérieux. " Milk of Toads" est ses guitares tantôt massives, tantôt très effacées, "gold-finding Hen, kiss-finding Whore" et son riff entêtant au possible, "Trickster - Shapeshifter" et ses grognements perdus dans le lointain, sa guitare hallucinée, ses "breakdowns" appuyés par une basse qui gronde... L'album entier baigne dans une ambiance très ritualiste, aux relents d'encens et de substances plus ou moins licites.

On ne peut que saluer la performance des musiciens, et plus particulièrement du batteur. Plutôt que de se comporter comme une machine, il fait varier son jeu, utilise bien plus les différentes parties de ses cymbales, délivrant une palette de styles, de tessitures différentes qui ajoutent un supplément d'ambiance aux guitares déjà bien inspirées. Pour autant, le frappeur fou n'oublie pas d'ou il vient, et le groupe non plus. "Diabeł" réserve des sursauts chaotiques fort bienvenus au milieu de la séance d'hypnose. "The other side of the Mushroom", "In the Angles of Her Sigil", et leurs blast-beats toujours aussi impressionnants, ou encore le démentiel "Pustka Twoja we mnie" que tout batteur se creusera la tête à décortiquer, sont autant d'éléments qui évitent à "Diabeł" de s'encroûter dans ses ambiances certes efficaces, mais somme toute assez répétitives. Mieux, ces titres-uppercuts s'imprègnent du nouveau visage de Non Opus Dei - évitant ainsi de répéter les erreurs de parcours du combo. Quoique...

.... Non Opus Dei se cherche encore, en équilibre sur la corde raide séparant le neuf de l'ancien. Si les titres lents sont tous très efficaces, les rappels au très ennuyeux "Eternal Circle" (pour ne citer que lui) se font encore sentir ("Plony", titre plus que dispensable). L'on sent que les polonais ont encore un peu de mal avec leur "nouvelle identité" (il n'y a qu'à regarder le travail fourni sur le visuel, première fois que le groupe fournit de tels efforts) et se sentent obligés, pour contenter tout le monde (ou se rassurer eux-mêmes), de mettre de l'eau dans leur vin.

Si ceci reste un ressenti personnel, il n'en reste pas moins que "Diabeł" est une réussite. Réussite musicale, car l'album est globalement très bon, distillant des ambiances efficaces et réservant des parties plus frontales qui sauront contenter tout le monde. Et surtout, réussite pour la formation : Non Opus Dei dévoile enfin un soupçon de personnalité qui lui est propre. Salutaire venant d'un groupe qui tentait de se démarquer mais ne faisait que piocher à droite et à gauche quelques bonnes idées pour bien les exécuter avec efficacité, mais sans aucune âme. "Diabeł" n'est pas "l'album de la maturité" (d'autant que je déteste ce terme). "Diabeł" est le véritable point de départ d'un groupe qui aura pris 17 ans et six albums pour devenir réellement intéressant.

La persévérance finit toujours par payer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sangarn citer
Sangarn
07/10/2015 01:00
Merci pour cette (re)découverte.
J'arrive pas a lacher "gold-finding Hen, kiss-finding Whore"
super morceau !
Comme toi, je me dit que le prochain album pourra être une vraie tuerie !
Sagamore citer
Sagamore
25/09/2015 13:39
Il faut le faire tourner deux ou trois fois pour bien l'apprécier. Encore une fois, le groupe n'a pas inventé l'eau chaude mais il développe de vraies atmosphères et vu le reste de leur discographie, c'est vraiment réussi !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
25/09/2015 12:18
J'en ai un aussi. "Sem Al Diavol Va Porti Al Mal", qui est OK mais qui ne donne pas franchement l'envie d'y aller. Après, j'ai pas mal écouté "Constant Flow" / "Eternal Circle", c'était sympa sans plus encore une fois, même s'il y avait de bonnes idées et pas mal de groove, on se faisait quand même chier sur la longueur.

Du coup, ça me donne envie de tenter celui-ci histoire de voir ce qu'il en retourne.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
25/09/2015 12:02
Je me souviens du groupe, j'ai un album de 2006, The Quintessence. Effectivement je l'ai tellement peu écouté que je ne sais plus exactement à quoi il ressemblait.
Mais la pochette était moche. Cette fois-ci, ils sortent la pochette attire l'oeil !!!
J'ai aussi écouté quelques passages, je vais m'y remettre un peu, mais je n'ai pas été absorbé pour l'instant.
Sagamore citer
Sagamore
25/09/2015 11:12
Album écoutable intégralement sur le Bandcamp du groupe : https://nonopusdei.bandcamp.com/album/diabe

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Non Opus Dei
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Non Opus Dei
Non Opus Dei
Black Metal - 1997 - Pologne
  

tracklist
01.   Milk of Toads  (05:16)
02.   In the Angles of Her Sigil  (01:22)
03.   Władca Ropuch  (05:02)
04.   Gold-finding Hen, kiss-finding Whore  (04:25)
05.   The other side of the Mushroom  (02:41)
06.   Pustka Twoja we mnie  (04:35)
07.   Trickster - Shapeshifter  (04:39)
08.   Plony  (02:25)
09.   Oko kruka głowa anioła  (04:39)
10.   The Tenfold Gift  (00:47)

Durée : 35:52

line up
parution
18 Septembre 2015

voir aussi
Non Opus Dei
Non Opus Dei
Eternal Circle

2010 - Witching Hour Productions
  
Non Opus Dei
Non Opus Dei
Głód

2019 - Pagan Records
  

Essayez aussi
Cénotaphe
Cénotaphe
Empyrée (EP)

2019 - Nuclear War Now! Productions
  
Shrine of Insanabilis
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies

2019 - World Terror Committee Records
  
Suffering
Suffering
Chaosatanas (EP)

2014 - Mort Productions
  
Ritual Knife
Ritual Knife
Hate Invocation

2017 - Fallen Empire Records
  
Askeregn
Askeregn
Monumenter (EP)

2015 - Terratur Possessions
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique