chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lugubrum - Herval

Chronique

Lugubrum Herval
Souvenez-vous de Het aalschuim der natie, le split que les Flamands avaient partagé avec Urfaust cet été 2015, chroniqué dans nos pages et signant le glorieux retour de Lugubrum, 4 ans après l'album Face Lion Face Oignon. C'est que la formation s'active depuis ce début d'année entre concerts (bien souvent en Belgique ou aux Pays-Bas...), release party et réédition afin de célébrer au mieux les 20 ans de leur premier album (sold-out) Winterstones paru en 1995 – déjà disponible en vinyle chez Aphelion Productions et bientôt en CD (décembre) via Those Opposed Records. Et oui, ils en ont fait du chemin mine de rien ! Et malgré l'absence de publications sur notre site... Traînant leurs guêtres dans la scène black metal depuis 1992, le groupe répond toujours présent, toujours à la marge, et ce malgré le départ en 2014 de leur chanteur emblématique Barditus – auquel leur dernier album est dédicacé. Long-format dont il est question ici et dont le titre « Kapitaalschuim » – datant d'août – mettait déjà la puce à l'oreille quant aux nouvelles incursions et orientations prises par les musiciens.


Lugubrum récidive une nouvelle fois avec un album conceptuel se situant aux confins du grotesque, jouant sur les mots (Herval/Orval, notamment), tout en humour, malgré la gravité sous-jacente ainsi qu'une construction des plus intelligentes. Un propos qui est toutefois difficile à saisir à cause de son aspect plutôt abstrait et de la barrière de la langue. Néanmoins le trio, par ce mélange hétéroclite regroupant religion, alcool et histoire ancienne de la Belgique – particulièrement sur le titre introductif « Aalschuimix » –, rend un hommage tant vibrant que poétique au doux breuvage houblonné faisant la renommée de leur pays. Entre métaphores ou encore détournement d'image (le fameux poisson) et de citation célèbre, la formation se montre à la fois grivoise et excessive. La voix, très naturelle et sans retenue, de Midgaars – passant aisément du chant éructé à des parties davantage théâtrales – apporte d'ailleurs une aura encore plus sincère et enfiévrée à l'ensemble. Tels des arapèdes accrochés à leur comptoir, aussi pathétiques que beaux et glorieux dans leur addiction, les musiciens vous renvoient aux bouges jouxtant le port d'Amsterdam ou encore les bars insalubres de la Louisiane – fin XIXe, début XXe.


Dans sa propre vision et retranscription du brown metal, la formation paraît avoir atteint son but sur Herval. En alchimistes éclairés les Flamands arrivent à créer un univers particulier grâce à une musique toujours plus riches mêlant black metal old school aux relents punk (« Uri Noir »), folk consanguine (l'instrumental « Dorstige Vis »), parties psychédéliques (« Comata »), influences ragtime ou encore ce swing habitant une grande partie de l’œuvre. Et si, sur papier, ces étiquettes accolées les une aux autres peuvent effrayer, la magie opère tout au long de ces huit titres. Un fait qui est dû à une grande variété alternant, au sein même d'un morceau, passages black très rugueux, ambiances feutrées aux tonalités chaudes vous faisant gentiment dodeliner de la tête mais encore parties dansantes à donner la bougeotte. Que ce soit sur « Aalschuimix » ou bien « Vergeeldetruidrager », Lugubrum vous perd dans cette fumée opaque et les conversations de bistrots, une forte odeur de tabac froid vous attaquant les narines. Cependant, le groupe reste sur le fil ne sombrant pas dans le spleen ambiant ainsi que le misérabilisme grâce aux nombreuses cassures, les nombreux arrangements effectués par Midgaars et les lignes de basse assez folles au son très ronflant. Les sonorités sont plus à la fête ici, voire déjantées, vous invitant à lever votre verre d'Orval, Chimay, Westmalle et j'en passe ! Ce ne sont pas les bonnes bières belges qui manquent !


Ce dernier album de Lugubrum est un véritable hymne à l'ivresse, prenant un tour davantage tourbillonnant et grandiloquent en seconde partie avec l'apparition de cuivres ainsi que le chant en espagnol tant clair que théâtral (« Comata »). Le trio semble baisser d'un cran la cadence montrant une facette plus psychédélique, entêtante et hallucinée au gré des minutes. « Herval Herval » se pose d'ailleurs là comme illustration de fin de soirée trop alcoolisée tel un kaléidoscope de couleurs troubles, prémisse d'une monstrueuse gueule de bois à venir. Le groupe se lâche totalement sur Herval, se foutant des conventions, des modes ou encore des critiques, comme il l'a toujours fait. Cependant si la folie douce et le côté très spontané des compositions ressortent au premier abord, les nombreuses écoutes vous donnent rapidement tort. En effet, tout est méticuleusement calculé avec des morceaux taillés pour la version vinyle, quatre sur chaque côté, ainsi qu'une durée relativement courte n'excédant pas les 35 minutes. L'album est très homogène, ne laissant aucun réel temps mort même durant le changement de face, « Dorstige Vis  » – titre clôturant la face A – étant un instrumental et « Aldi Iacta Est » – premier titre de la face B – débutant par une longue introduction.


Déçu(e)s de Lugubrum ? Vous le serez toujours après avoir écouté Herval. Le trio continue ses expérimentations, délaissant un peu plus leur style premier, les nombreuses influences prenant davantage le pas sur cet album. De même, le chant éructé de Midgaars pourra en rebuter plus d'un(e) sur la longueur. Et certains points qui auraient pu être négatifs, comme la courte durée de ce long-format ou encore les riffs quelques fois répétitifs, ne le sont pas vraiment. Car ces derniers participent clairement à ces ambiances souvent lourdes et moites instaurées par le groupe et allonger l'opus de quelques minutes le rendraient indigeste. Non, le seul petit bémol est le fait qu'aucun titre ne sorte véritablement du lot. Après, tout est question de ressenti et me concernant : c'est du bon ! Santé !


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
16/03/2020 21:07
J'avais réussi à prendre le vinyle et un beau patch à la sortie Sourire
Et, oui, j'aime beaucoup les albums que tu cites et aussi De Totem. Wakar Cartel m'avait pas mal emballée également (pas chroniqué...hum…).
the gloth citer
the gloth
16/03/2020 16:11
Ouuh, le beau vinyle, j'ai raté ça (sûrement épuisé depuis), mais j'ai le T-shirt avec le détournement du verre à Orval et "deep meditation" écrit en-dessous ! J'ai eu la chance rare de les voir en live et il me FALLAIT ce tee-shirt en hommage à ma bière favorite !

Pas mon Lugubrum préféré par contre, mais il est pas mal tout de même. Mes favoris étant la triplette "Heilige Dwazen", "De Ware Hond" et "Albino de Congo".
Dysthymie citer
Dysthymie
21/12/2015 17:00
L'album s'écoute en intégralité sur Bandcamp : http://thoseopposedrecords.bandcamp.com/album/herval
Dysthymie citer
Dysthymie
30/11/2015 21:00
Le vinyle posté en fin de chronique sera bientôt disponible via Aphelion Records.
Sinon, deux autres versions existent avec l'artwork figurant en haut à droite :
- la version régulière avec le vinyle noir, limitée à 400 exemplaires
- la version colorée (marron) avec patch, limitée à 100 exemplaires
Le format CD est prévu pour décembre via Those Opposed Records.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lugubrum
"Brown" Metal
2015 - Those Opposed Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Lugubrum
Lugubrum
"Brown" Metal - 1992 - Belgique
  

formats
  • Vinyl / 2015 - Aphelion Productions
  • CD, Digital / 2015 - Those Opposed Records

écoutez
tracklist
Aalschuimix
Vergeeldetruidrager
Herval
Dorstige Vis

Aldi Iacta Est
Uri Noir
Comata
Herval Herva

Durée : 34 minutes

line up
parution
3 Septembre 2015

voir aussi
Lugubrum / Urfaust
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Split 7")

2015 - Ván Records
  

Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique
Withering Surface
Meet Your Maker
Lire la chronique