chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tsjuder - Antiliv

Chronique

Tsjuder Antiliv
Quatre ans après un Legion Helvete ayant marqué le grand retour du trio norvégien sur le devant de la scène Black Metal, Tsjuder signe cette année son cinquième album avec la sortie en septembre dernier d’Antiliv. Le groupe a fait une fois de plus équipe avec le label français Season Of Mist pour un disque évidemment très attendu, notamment après ce qui a été considéré par certains comme un retour en demi-teinte. Pour ma part, même si je garde une préférence pour l’excellent Desert Northern Hell j’avais largement apprécié ce Legion Helvete sur lequel on retrouvait un Tsjuder toujours particulièrement véloce malgré une très légère baisse de régime. Baisse se faisant au profit de quelques séquences thrashisantes toujours très bien amenées.

Le titre particulièrement nihiliste de ce cinquième album que l’on peut vraisemblablement traduire par "contre la vie" ne laisse que très peu de doute quant à son contenu. Tsjuder semble en effet passablement remonté et cela s’entend dès les toutes premières secondes du bien nommé "Kaos". Une entrée en matière extrêmement intense et virulente où les blasts d’AntiChristian se mêlent d’emblée aux riffs froids et vicieux de Draugluin. Là-dessus vient très vite se poser la voix arrachée et haineuse d’un Nag frondeur et conquérant. Bref, du Tsjuder 100% Satan, vide de toute surprise mais à l’efficacité redoutable.
Parti la bave aux lèvres et le couteau entre les dents, le trio norvégien ne va pas lever le pied un seul instant, insufflant un rythme d’enfer à chacune de ses compositions malgré quelques variations de régime pouvant laisser supposer le contraire. Je pense par exemple à un titre comme "Krater" où le premier tiers, notamment en succédant à la déferlante livrée sur "Kaos", pourrait laisser croire que tout cela n’était que de l’esbroufe. Rassurez-vous, il n’en est rien puisque passé les 2:12, Tsjuder reprend ces assauts harassants qui ont fait sa renommée. Même constat sur le début de "Norge", titre à la gloire de leur Mère patrie, se faisant plus posé et épique ou bien encore sur la première moitié d’« Antiliv », qui du haut de ses huit minutes vient conclure ce cinquième chapitre. Bref, quelques séquences toujours bienvenues durant lesquelles l’auditeur aura notamment la possibilité de reprendre son souffle. Dans le même ordre d’idée, on trouve également quelques passages moins soutenus durant lesquelles Tsjuder va privilégier d’autres influences/sonorités comme le Thrash sur le très bon "Demonic Supremacy" et même le Black’n’Roll sur "Krater" et la première moitié d’"Antiliv".
Le reste, comme évoqué plus haut, n’est qu’une punition dans les règles de l’art par l’un des groupes de Black Metal les plus intenses et véhéments qui soit. Des séquences galvanisantes de haine et de violence qui sont le reflet d’un niveau de jeu assez hallucinant, notamment en ce qui concerne les frappes d’un AntiChristian particulièrement impressionnant. Si vous tendez l’oreille, vous serez alors en mesure de voir à quel point le Norvégien a étoffé son jeu afin de le rendre moins monotone que par le passé. Un travail sur les cymbales et les toms qui en plus d’apporter un soupçon de variété à l’ensemble, insuffle beaucoup d’énergie à ces nouvelles compositions. Quant à la production largement décriée sur son prédécesseur, elle conserve aujourd’hui cette puissance et cette précision que l’on est en droit d’attendre d’un groupe de première division comme peut l’être Tsjuder. Toutefois elle semble vouloir s’acoquiner des fantômes du passé avec un léger grain sur l’ensemble et une saturation presque exagérée sur la voix froide et arrachée de Nag. Evidemment, on reste loin des productions d’antan mais pour le coup, les titres de Tsjuder reprennent un peu de ce cachet qui faisait quelque peu défaut à Legion Helvete.

Le seul véritable problème avec ce nouvel album ne concerne pas vraiment sa qualité intrinsèque qui n’est plus à démontrer après ces quelques paragraphes mais plutôt ce sentiment d’avoir fait le tour de ce qu’il y avait à dire (ça encore, beaucoup pourront s’en accommoder, moi le premier) sans réussir à atteindre le niveau d’autrefois, à cette époque où Desert Northenr Hell s’était rapidement imposé comme le maître-étalon de toute une génération de groupes de Black Metal. Entendons-nous bien, Antiliv a absolument tout pour plaire: des compositions redoutables, brutales, intenses et pourtant variées, un riffing extrêmement solide agrémenté par quelques leads et soli toujours aussi incisifs et démoniaques, un batteur véloce qui continue de faire évoluer son jeu, des vocaux gorgés de haine et une atmosphère générale puant le souffre et le blasphème à plein nez. Bref, un cocktail molotof qui ne demande qu’à exploser. Et c’est d’ailleurs ce qu’il fait très bien durant plus de quarante-cinq minutes. Pourtant, je ne peux m’empêcher de ressentir une légère gêne avec le sentiment qu’il manque un petit quelque chose pour faire une vraie différence. Un sentiment difficile à expliquer tant il n’est question ici que de ressenti mais c’est bien ce que j’éprouve à l’écoute de ce Antiliv efficace mais peut-être trop "facile" pour espérer pouvoir se hisser parmi les albums à retenir cette année.

Amateur du trio norvégien, il y a peu de chance pour que vous soyez véritablement déçu par ce nouvel album. Par contre, comme moi, il est possible que vous ressentiez une légère frustration tant je reste convaincu que Tsjuder pourrait faire davantage, que ce soit en matière d’atmosphère qui, de part ce choix de production, tend à s’étioler quelque peu ou que ce soit en matière d’impact puisque malgré un ressenti globalement positif vous penserez comme moi qu’il manque un je ne sais quoi pour placer ce groupe sur ce piédestal qu’il a autrefois occupé fièrement. Bref, une bonne cuvée qui ravira les amateurs de Black Metal brutal et intense mais dont l’efficacité et surtout la portée réelle reste à mon avis modérée. Allez, on en reparle dans une dizaine d’années. Bisous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
27/11/2015 11:51
note: 7.5/10
C'est vrai que Kampfar fait les choses particulièrement bien. Je n'ai que deux écoutes de "Profan" mais ça semble très bien parti.
Jotun35 citer
Jotun35
27/11/2015 11:51
FleshOvSatan a écrit :
Pourtant, les groupes qui refont leur style à la vie, à la mort ça peut le faire, mais il faut quand même qu'il y ai une micro-évolution, comme celle d'Archgoat sur la prod' par exemple... Et là, rien du tout. C'est pas mauvais, mais inoffensif quoi.


Tout à fait d'accord. Ou même Kampfar qui change (en bien) petit à petit album après album.

Pour moi ce Tsjuder c'est un peu un Legion Helvete bis qui n'apporte pas grand chose (pourtant j'avais bien aimé LG que je réécoute de temps à autre). Enfin, ça apportera un peu de variation à leur set lists.
AxGxB citer
AxGxB
26/11/2015 22:12
note: 7.5/10
Je comprends tout à fait ta frustration et je n'étais pas loin de penser la même chose après ma première écoute. Ceci étant, je lui ai redonné sa chance et je ne peux lui enlever son efficacité vraiment redoutable. Marquera t'il l'année 2015, non, je ne pense pas. Ceci étant, ça reste un bon album pour se mettre la tête au carré.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
26/11/2015 16:50
note: 6/10
Le doigt en plein là où ça fait mal pour Tsjuder, Greg' et je suis cent pour cent d'accord avec toi. Sauf que je le prends un peu moins bien parce que cet album m'a lassé à une vitesse assez ahurissante. Je trouve que Tsjuder n'a plus rien à dire depuis son come-back (et par extension depuis Desert Northern Hell, Legion Helvete a fait plaisir aussi, mais probablement plus nostalgie et par quelques riffs tronconneuses qui ont fait le job), alors oui, du coup, ce disque tombe à l'eau malgré le fait qu'il soit énergique, rageur, punchy, efficace en apparence et techniquement imparable (grâce à Antichristian, comme tu le soulignes).

Seulement, voilà, le disque est un remake des précédents. De ceux qui reprennent tellement leurs propres codes qu'ils en deviennent obsolètes et n'apportent rien.
Pourtant, les groupes qui refont leur style à la vie, à la mort ça peut le faire, mais il faut quand même qu'il y ai une micro-évolution, comme celle d'Archgoat sur la prod' par exemple... Et là, rien du tout. C'est pas mauvais, mais inoffensif quoi.
AxGxB citer
AxGxB
26/11/2015 16:28
note: 7.5/10
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tsjuder
Black Metal
2015 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  7/10
Webzines : (18)  7.88/10

plus d'infos sur
Tsjuder
Tsjuder
Black Metal - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Kaos  (03:32)
02.   Krater  (07:19)
03.   Norge  (04:56)
04.   Djevelens Mesterverk  (04:28)
05.   Demonic Supremacy  (06:29)
06.   Slumber With The Worm  (05:57)
07.   Ved Ferdens Ende  (05:35)
08.   Antiliv  (08:03)

Durée : 46:19

line up
parution
18 Septembre 2015

voir aussi
Tsjuder
Tsjuder
Desert Northern Hell

2004 - Season Of Mist
  
Tsjuder
Tsjuder
Legion Helvete

2011 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Ifrinn
Ifrinn
Ifrinn (EP)

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Marduk
Marduk
Serpent Sermon

2012 - Century Media Records
  
Uškumgallu
Uškumgallu
Rotten Limbs in Dreams of Blood

2016 - Vrasubatlat
  
Nécropole
Nécropole
Solarité

2018 - Northern Heritage
  
Angantyr
Angantyr
Hævn

2007 - Det Germanske Folket
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique