chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cattle Decapitation - The Anthropocene Extinction

Chronique

Cattle Decapitation The Anthropocene Extinction
Alors que tout le monde s'était pignolé sur Monolith Of Inhumanity (2012), le dernier album des Californiens, j'avais pour ma part été quelque peu déçu après deux albums excellents, Karma.Bloody.Karma (2006) et The Harvest Floor (2009), qui avaient imposé Cattle Decapitation parmi les formations qui comptent. Pas que l'opus était mauvais, loin de là, mais une propension trop grande à la modernité, notamment au niveau de la production, ainsi que des riffs moins inspirés m'avaient convaincu du petit coup d'arrêt des Américains. Le fait d'être un des rares à penser de la sorte alors que je suis ce groupe qui m'est cher depuis plus de 10 ans et un Humanure (2004) certes encore un peu léger niveau personnalité mais porteur de belles promesses m'avait fortement contrarié. J'espérais donc que ce nouveau disque, sorti en août toujours chez Metal Blade qui accompagne le combo depuis To Serve Man (2002), allait me réconcilier avec Cattle Decapitation. Mission accomplie mon capitaine!

The Anthropocene Extinction marque déjà des points rien que par sa superbe pochette qui rappelle ces photos d'oiseaux morts sur les littoraux, l'estomac rempli de bouchons de bouteille et autres plastiques rejetés à la mer par une humanité toujours plus je-m'en-foutiste. Sauf qu'ici ce sont des humains échoués sur une plage polluée par les rejets d'une usine à l'arrière-plan. Le titre de l'album est aussi bien trouvé. L'anthropocène fait ainsi référence à cette époque géologique non officielle marquée par l'influence de l'Homme sur son environnement et que certains scientifiques font démarrer à la révolution industrielle. Le message est clair. En détruisant la planète à petit feu par ses activités, l'homme court à sa propre perte. Une thématique d'actualité à l'aube de la COP21 et typique de Cattle Decapitation, groupe végétarien et misanthrope depuis le début. Des raisons qui m'ont toujours rendu le combo sympathique, au-delà d'une musique intéressante.

Si tout cela démarrait bien, encore fallait-il justement que la musique suive. Une première écoute m'a poussé à positiver quand les dizaines d'autres qui ont suivi l'ont confirmé. Oui, ce The Anthropocene Extinction est meilleur que Monolith Of Inhumanity même si je sens que la majorité restera en désaccord. Car en fait, The Anthropocene Extinction n'est pas très différent de son prédécesseur. Il pourrait même sembler au début une version recyclée moins inspirée. Clairement, Cattle Decapitation a trouvé son créneau, son propre son et il n'y a plus de réelle surprise à attendre du quatuor de San Diego. On reste alors dans une sorte de metal extrême moderne, principalement axé sur du brutal death auréolé d'une folie grind et assombri d'influences black metal plus ou moins présentes. Contrairement à Monolith Of Inhumanity qui contenait son lot de tueries ("Forced Gender Reassignment", "Lifestalker", "Kingdom Of Tyrants"...) , aucun titre de The Anthropocene Extinction ne se démarque vraiment. Si l'opus précédent proposait donc un niveau de plaisir maximal supérieur, la moyenne se fait ainsi plus élevée sur le petit nouveau. Moins de tueries mais un ensemble global plus homogène de meilleure qualité avec uniquement des bons titres ("Mutual Assured Destruction", le morceau le plus court, se révèle un peu en deçà toutefois). Voilà pourquoi The Anthropocene Extinction me fait plus d'effet et me réconcilie avec Cattle Decapitation, bien que notre mésentente restait légère. Pour ce qui est du côté trop moderne que j'avais reproché au groupe sur son méfait précédent par contre, celui-ci est toujours présent. Le son de batterie, en particulier, s'avère beaucoup trop synthétique. Heureusement, on finit par s'y habituer grâce à la qualité des compositions et au jeu monstrueux du batteur qui enchaîne à une vitesse folle blast-beats jouissifs, accélérations supersoniques à la double dont il raffole, gravity foudroyants (moins utilisés toutefois) et séquences plus techniques que physiques. Mais le son de batterie reste un défaut majeur jusqu'à en être désagréable sur les semi-blasts, par chance peu fréquents. Et ces riffs saccadés sans grande imagination que les Américains nous balancent de temps en temps ne sont toujours pas de mon goût, mais on arrive à nouveau à s'en accommoder car ils ne durent pas longtemps et se retrouvent noyés dans un ensemble plaisant.

C'est que ce The Anthropocene Extinction se pose comme un album dense. Beaucoup de changements de rythme, de riffs différents, d'ambiances diverses et variées au menu. Le style schizophrénique et frénétique de Cattle Decapitation est désormais bien identifiable. Malgré ce pavé de trois quarts d'heure, l'album reste efficace dès la première rencontre. Plusieurs choses y sont pour beaucoup dans cette appréciation rapide. Le groove dégagé, souvent sur ces accélérations sur fond de double ultra rapide ou sur des passages plombés un peu slammisants (moins utilisés que sur le précédent néanmoins), sans oublier la basse bien audible. Les mid-tempos headbangants. L'ambiance prenante instaurée, comme sur le premier morceau "Manufactured Extinct" ouvert par des bruits de vagues qui viennent mourir sur une plage (lien direct avec l'artwork, c'est cool les concepts!) puis par un beau riff plombé mélodique, l'intro indus de "Plagueborne" programmée par Tristan Shone de Author & Punisher, l'interlude ultra dark et oppressante de "The Burden Of Seven Billion" qui glace le sang ou encore le poignant et tragique "Ave Exitium" où apparaît de la guitare acoustique et qui marque le retour du bruit des vagues. La folie contagieuse qui accompagne chaque sortie du groupe et liée à la brutalité de l'opus qui ne lésine pas sur les blasts et autres jeux pressés. Ou encore les quelques solos chaotico-mélodiques inspirés (ça sweepe même un peu!). L'opus se laisse ensuite découvrir au fur et à mesure des écoutes, devenant vite addictif. Bref, les signes d'un très bon album qui fait de l'effet tout de suite sans faiblir au bout de deux-trois lectures. Deux aspects me semblent primordiaux ici, des atouts que l'on retrouvait déjà sur Monolith Of Inhumanity et qui se trouvent encore améliorés sur The Anthropocene Extinction. D'abord, les influences black metal, toujours plus présentes, surtout sur des riffs blastés assez jouissifs comme dès l'ouverture de l'excellent "The Prophets Of Loss" ou de "Apex Blasphemy" pas piqués des vers non plus, sur "Clandestine Ways (Krokodil Rot)" à 1'04, "Circo Inhumanitas" à 1'18, "Mutual Assured Destruction" à 1'31 ou encore "Not Suitable For Life" à 0'20. Mais aussi à la fin harmonisée plus calme de "Pacific Grim", superbe morceau de clôture. L'autre point fort de l'œuvre et qui démarque le plus Cattle Decapitation des autres formations de metal extrême est à trouver dans le chant du génial Travis Ryan. Sa versatilité impressionne, entre growls à l'intonation personnelle, vocaux glaireux dégoulinants, shrieks black metal reptiliens et surtout chant clair qu'il utilise de plus en plus. Cela devient peut-être un peu trop systématique sur chaque morceau mais il apporte vraiment quelque chose en imposant une réelle identité à Cattle Decapitation, d'autant qu'il ne s'agit pas de chant clair mielleux mais plutôt dans cet esprit "reptilien" trans-humain sauf sur ce fameux "Ave Exitium" qui propose un vrai chant clair triste et nostalgique. Le frontman a en plus invité deux personnalités pour l'accompagner sur le terrible "The Prophets Of Loss" (peut-être bien mon morceau préféré!) avec un Philip Anselmo en mode spoken words virils ainsi que sur "Pacific Grim" où Jürgen Bartsch de Bethlehem place quelques lignes.

Avec The Anthropocene Extinction, Cattle Decapitation continue non seulement son petit bonhomme de chemin mais il m'a aussi permis de retrouver foi en lui après un Monolith Of Inhumanity qui m'avait un peu déçu contrairement à beaucoup qui l'avaient encensé. Dans la même veine que son grand frère mais plus homogène, The Anthropocene Extinction nous montre un groupe épanoui, sûr de lui et qui a trouvé son identité musicale, pour le bonheur de fans de plus en plus nombreux. Toujours aussi fou et critique envers les humains et leur impact néfaste sur la biosphère, Cattle Decapitation a le grand mérite de se détacher sensiblement des autres groupes de brutal death moderne grâce à une personnalité affirmée dont le chant versatile d'un Travis Ryan en grande forme n'est pas étranger ainsi qu'à une musique variée, à la fois brutale, mélodique, groovy, ambiancée et technique qui n'hésite pas à chercher des influences ailleurs, notamment dans le black metal, pour un résultat détonnant des plus convaincants. Seul ce côté trop moderne incarné dans ce son synthétique ou certains riffs sans grand intérêt continuent de me chiffonner. Pour le reste, difficile de se plaindre. Rares en effet sont les groupes de brutal death à proposer autant de choses différentes et qui donnent même à réfléchir!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
16/11/2015 11:13
note: 8.5/10
Aaaah enfin la chronique sur Thrasho Sourire je l'attendais celle là!
Bien d'accord avec toi sur bien des points! Moi qui pensait que Anaal Nathrakh avait l'apanage d'utiliser de multiples styles sans en faire quelque chose d'imbitable, CD nous montre le contraire!
Sacrée maîtrise! Tant au niveau musique, composition et chant (Travis Ryan... quel monstre!) qui est un joyeux bordel mais avec une telle intelligence que cela en devient cohérent! Chapeau bas!
The Prophet of Loss est clairement THE morceau pour moi! Surement le morceau le plus black du skeud (influence que je trouve trop peu présente histoire de pinailler)! Ce panard!
Je trouve cet opus plus complet et d'une certaines manière plus ambiancé que son prédécesseur. Cela en fait un album avec une sacrée durée de vie!
InnerDam citer
InnerDam
15/11/2015 21:28
Je découvre l'album depuis peu. Il semble que Cattle Decapitation ait enfin trouvé son identité sur cet album. Depuis 2-3 albums le groupe commençait déjà a proposer des choses interessantes, notamment sur "Monolith of Inhumanity" qui marque une evolution majeure je trouve. Tant dans le chant qu'au niveau des compositions.
En tout cas cet album est une très bonne surprise. Il montre que le groupe évolue et s'améliore, bien loin de leur
death-goregrind des débuts commun à d'innombrables bouses du death moderne.


Ander citer
Ander
15/11/2015 15:23
note: 8/10
Encore une bonne synthèse de ce que je pense de l'album, un groupe qui évolue doucement entre ses offrandes sans brûler les étapes, donc pas ou peu de surprises pour qui les suit depuis Karma.Bloody.Karma, mais toujours content de les retrouver tous les 3 ans! Et je m'accommode bien de la prod' synthétique mais point trop n'en faut, et en effet Mutual Assured Destruction est un peu plus faible surtout dans son dernier tiers.

Concernant la version limitée, ils valent le coup les deux morceaux bonus? J'avais hésité à la prendre mais vu la longueur initiale j'avais peur d'un trop plein...
Rapha3l citer
Rapha3l
15/11/2015 13:54
Je ne suis pas encore un grand connaisseur de ce type de metal deathgrind. J'en étais pas trop friand, mais au fil des années, mes oreilles s'ouvrent (comme quoi la vie est bien faite).
J'avoue découvrir Cattle avec cet album... et découvrir avec plaisir !! C'est nerveux, violent et pourtant très riche en mélodie et musicalité. Du bon quoi !
Et ta chro est top Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cattle Decapitation
Anti-Human Vegan Extreme Metal
2015 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (16)  8.72/10
Webzines : (30)  8.38/10

plus d'infos sur
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Anti-Human Progressive Brutal Modern Death Metal - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Manufactured Extinct
02.   The Prophets Of Loss
03.   Plagueborne
04.   Clandestine Ways (Krokodil Rot)
05.   Circo Inhumanitas
06.   The Burden Of Seven Billion
07.   Mammals In Babylon
08.   Mutual Assured Destruction
09.   Not Suitable For Life
10.   Apex Blasphemy
11.   Ave Exitium
12.   Pacific Grim

Durée : 46'09

line up
parution
7 Août 2015

voir aussi
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Death Atlas

2019 - Metal Blade Records
  
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Monolith Of Inhumanity

2012 - Metal Blade Records
  
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Karma.Bloody.Karma

2006 - Metal Blade Records
  
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
The Harvest Floor

2009 - Metal Blade Records
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique