chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Secrets Of The Moon - Sun

Chronique

Secrets Of The Moon Sun
Expression : Grincer des dents. Signification : Être en colère, gémir bruyamment. Origine : Expression française qui puise ses origines dans la bible pour montrer à la fois la douleur et la colère. L'évocation biblique rappelle la notion de pleurs et de grincements de dents.
Nul doute que nombreux sont ceux qui ont dû grincer des dents à la découverte de Sun, sixième album des Allemands de Secrets Of The Moon sorti le mois dernier chez Lupus Lounge. Pourtant, il fallait avoir le nez sacrément enfariné pour ne pas avoir flairé cette transformation qui, finalement, ne s’avère pas si surprenante que ça. Car il est clair, au moins depuis la sortie de Privilegivm et surtout de Seven Bells, que le groupe souhaitait explorer de nouveaux horizons, quitte à perdre évidement au passage une (grosse) partie de sa fanbase. Un parti pris risqué mais tout ce qu’il y a de plus compréhensible quand on sait que Secrets Of The Moon existe quand même depuis 1995. En tant qu’artiste, voudriez-vous faire la même musique pendant plus de vingt ans ? (Merci aux fans d’AC/DC de ne pas répondre à cette question). Bref, difficile de reprocher à sG et à sa (nouvelle) bande de ne pas se contenter d’offrir à son public ce à quoi il pouvait bêtement s’attendre. Car ce nouvel album s’inscrit dans une démarche artistique bien plus personnelle ayant pour but de se remettre en question voir même en difficulté. Une chose pas si facile, surtout pour un groupe de cette trempe. Un pari osé mais digne d’intérêt pour peu que l’on soit prêt à laisser tomber ses œillères.

Comme d’habitude avec Lupus Louge/Prophecy Records, ce nouvel album est disponible dans deux versions. Celle chroniquée ici-même et la version "deluxe" hors de prix (39€) comprenant six titres supplémentaires (cinq remixes et un inédit), un artwork revisité selon le format "artbook", une interview ainsi que quelques bonus complémentaires. Du bel ouvrage destiné essentiellement aux die-hard fans, ceux qui malgré le changement de cap resteront fidèles à l’entité germanique. J’évoquais également un peu plus haut un remaniement du personnel. Secrets Of The Moon a en effet vu l’arrivée dans ses rangs courant 2014 d’une nouvelle bassiste (Naamah Ash) et d’un nouveau batteur (Erebor - Thulcandra, ex-Nargaroth...). Rien de bien significatif malgré ce sang neuf puisque de toute façon, sG demeure l’le principal compositeur à ce jour (avec le soutient d'Ar.).

Que reste-t-il alors aujourd’hui du Black Metal de Secrets Of The Moon, celui de Carved In Stigmata Wounds ou Antithesis ? Et bien pour être tout à fait honnête avec vous, plus grand-chose d’un point de vue strictement musical. Le groupe a en effet abandonné l’essentiel de ce qui le caractérisait jusque-là pour revêtir de nouveaux atours, assumant ainsi complètement la tournure beaucoup plus Rock amorcée sur ses deux précédents albums. Quelques vestiges de ce passé subsistent néanmoins à l’image de ces courtes et très sporadiques séquences de batterie relativement plus soutenues ("No More Colours", "Dirty Black", "Mark Of Cain") ou bien encore de cette voix parfois plus rugueuse qu’emprunte Philipp Jonas ("No More Colours", "Mark Of Cain"). De même, malgré ce changement de cap, Secrets Of The Moon reste fidèle à ces atmosphères sombres et occultes qu’il a toujours développées avec énormément de réussite. Sun n’échappe pas à cette règle et propose à l’auditeur un nouveau voyage dans les méandres de la pensée thélémite et occulte si chères à sG. Car malgré son intitulé (Sun), ce nouvel album n’a rien d’un disque lumineux. D’ailleurs chaque titre nous ramène à cette obscurité aveuglante : "No More Colours", "Dirty Black", "Man Behind The Sun", "Hole", "Here Lies The Sun", "I Took The Sky Away". Une musique sombre et personnelle marquée, comme toujours, par un concept fort. Concept développé avec grand soin par un Philip Jonas dévoué et assidu.

Ce qui frappe ainsi d’emblée à l’écoute de Sun, c’est la voix désormais beaucoup plus mélodique et "chantée" de sG. Comme je le mentionnais un peu plus haut, rares sont maintenant les passages où Philip Jonas opte pour un chant rugueux et écorché rappelant les origines Black Metal de la formation germanique. Ce changement vocal plutôt réussi et maîtrisé s’accompagne d’une musique toujours très sombre mais surtout beaucoup plus Rock, rappelant alors tour à tour des groupes tels que Tiamat (dans a période la plus récente), The Cure, Paradise Lost (post-Draconian Times), Marylin Manson (oui, j’ose l’écrire), Fields Of The Nephilim ou bien encore Alice In Chains (très succinctement). Dark Rock, Dark Metal, Death Rock... ? Très honnêtement, je ne sais pas comment qualifier d’un attribut cette musique (d’ailleurs le faut-il vraiment ?). Toujours est-il qu’elle reste baignée d’une atmosphère occulte et gothique élégante et donc fatalement attirante en dépit de ces sonorités qui aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec la scène "Metal".
Car entre le choix de titres aux rythmes muselés (très peu d’accélérations), la place accrue accordée à cette guitare acoustique, ces nappes de synthétiseurs venues habiller de leurs voiles énigmatiques presque chacune de ces sept nouvelles compositions, ces mélodies envoûtantes et rugueuses, ces passages pop faisant presque taper du pied et cette voix faites d’envolées mélodiques on se rapproche très nettement avec Sun de ces sonorités partagées par quelques-uns des groupes cités dans le paragraphe précédent. Difficile en effet de ne pas faire un parallèle avec la musique de Brian Hugh Warner lorsque l’on écoute un titre comme "Dirty Black", de ne pas penser au plus sombre de The Cure avec "Man Behind The Sun", de ne pas retrouver cette esthétique gothique propre aux Anglais de Paradise Lost sur des titres tels que "Man Behind The Sun" et surtout "Hole" ou encore de ne pas entendre un soupçon d’Alice In Chains sur ce refrain entêtant de l’excellent "I Took The Sky Away" et du solo qui en découle.
Un mélange d’influences et/ou de références pouvant paraître extrêmement bancale et indigeste mais naturellement servi de manière cohérente grâce à un talent d’écriture indiscutable. Car même si aujourd’hui Secrets Of The Moon va probablement devoir convaincre un nouveau public en même temps que reconquérir une partie de sa fanbase que l’on imagine aisément déçue par le chemin emprunté par Philip Jonas et ses acolytes, une chose demeure certaine : c’est la capacité du groupe à composer des titres solides et extrêmement riches, que ce soit lorsque le groupe faisait du Black Metal ou bien aujourd’hui, dans cette vision plus Rock et "accessible".

L’audace, si elle ne paie pas toujours, a néanmoins le mérite de bousculer ceux qui doivent y faire face. Nul doute que nombreux sont ceux qui ne s’attendaient pas à un tel résultat de la part des Allemands de Secrets Of The Moon et cela malgré ces quelques graines que le groupe avait déjà semé ici et là sur ses deux précédents albums. Nombreux seront ceux qui critiqueront cette démarche tout à fait personnelle mais sG n’en a que faire et vient nous rappeler au passage que ni Secrets Of The Moon ni aucun autre groupe d’ailleurs n’est la propriété de ses fans. Les nombreux déçus pourront ainsi passer leur chemin et laisser la place aux esprits plus ouverts ou tout simplement plus à même d’apprécier ce genre de Rock sombre et esthétique biberonné d’influences 80’s et 90’s en tout genre. Une franche réussite de la part d’un groupe capable de se réinventer sans craindre de s’exposer ouvertement aux plus vives critiques. Chose plutôt rare aujourd’hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

MrBlack12 citer
MrBlack12
08/01/2016 09:41
note: 9/10
Je suis d'accord, changement de cap annoncé auparavant et bien plus sur Seven Bells. Et curieusement je n'ai pas trouvé ça tant déroutant, mis à part la voix. Ça faisait assez longtemps que le groupe ne faisait plus de blast dans chaque morceau et qu'il avait ralenti le tempo pour se concentrer sur l'espace et l'harmonie.
Super album pour ma part, ce groupe ne m'a jamais déçu.
Petit regret : peut-être que l'alternance chant black/chant clair aurait été mieux plutôt que de passer uniquement en chant clair.
Enfin le chant de sG est meilleur que la tentative de chant d'Erik dans le dernier Watain.. (Je n'ai rien contre Watain)
gulo gulo citer
gulo gulo
07/01/2016 21:33
"ni Secrets Of The Moon ni aucun autre groupe d’ailleurs n’est la propriété de ses fans"

Voilà.
A part ça, des moments très chouette, et d'autres... très allemands. Je vais le laisser reposer encore un peu.
AxGxB citer
AxGxB
07/01/2016 14:36
note: 8/10
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Secrets Of The Moon
Dark Rock
2015 - Lupus Lounge
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.08/10
Webzines : (15)  7.96/10

plus d'infos sur
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Dark Rock - 1995 - Allemagne
  

vidéos
Man Behind The Sun
Man Behind The Sun
Secrets Of The Moon

Extrait de "Sun"
  

tracklist
01.   No More Colours  (08:31)
02.   Dirty Black  (07:01)
03.   Man Behind The Sun  (06:30)
04.   Hole  (06:45)
05.   Here Lies The Sun  (06:59)
06.   I Took The Sky Away  (07:59)
07.   Mark Of Cain  (08:58)

Durée : 52:43

line up
parution
4 Décembre 2015

voir aussi
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
The Exhibitions (EP)

2005 - Lupus Lounge
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Stronghold Of The Inviolables

2001 - Lupus Lounge
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Privilegivm

2009 - Lupus Lounge
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
Antithesis

2006 - Lupus Lounge
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
The Ambience Of A Dead Star (MCD)

2004 - Lupus Lounge
  

Surprise de l'année
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique