chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hate Eternal - Infernus

Chronique

Hate Eternal Infernus
Comment ça?! Le dernier Hate Eternal a débarqué en août et n'a toujours pas été chroniqué sur Thrasho?! Qu'est-ce que c'est que ce bordel?! Mea culpa, c'est ma faute! Trop de fests, trop de flemme! Mais il fallait bien s'y atteler un jour et ce jour est arrivé. Qui ça intéresse vraiment aujourd'hui de toute façon, un nouvel album de Hate Eternal? Il y a quelques années, j'aurais été tout émoustillé par un nouveau disque de la bande d'Erik Rutan et m'en serais occupé dès sa sortie, attendue la bave aux lèvres et la bite à la main. Mais Fury & Flames et Phoenix Amongst The Ashes sont passés par là. Pas mauvais les bougres mais pas à la hauteur de ce que la Haine Éternelle nous proposait sur le fantastique Conquering The Throne (mon préféré!) ou l'ultra radical King Of All Kings. Déjà sur I, Monarch, meilleur que ses deux successeurs, on avait senti une légère baisse de régime quoique la qualité restait très élevée. Entre ça, les énièmes changements de line-up (exit cette fois le batteur Jade Simonetto, remplacé par Chason Westmoreland, ancien cogneur live pour The Faceless, Fallujah, Burning The Masses ou encore Aegaeon, bref, 'voyez le genre...) ainsi que le laps de temps à rallonge entre deux sorties (Phoenix Amongst The Ashes remonte toute de même à 2011), difficile de s'enflammer pour une nouvelle production de l'ex-Morbid Angel. Et ce n'est pas cette pochette du pourtant talentueux Eliran Kantor (plutôt pas mal s'il n'y avait pas ce personnage principal semblant sorti tout droit d'un jeu vidéo avec son sac à dos et qui fait tâche malgré une ressemblance amusante avec Laurent Blanc!) qui a pu piquer ma curiosité. Peut-être davantage quand Hate Eternal a signé sur le label français Season Of Mist, et encore!

Finalement, malgré mon manque flagrant d'enthousiasme, ce Infernus se révèle une bonne surprise. Pas de quoi rivaliser avec les deux premiers opus de la formation floridienne ou se caler une bonne place dans le bilan 2015 mais, plus homogène, il arrive au moins à faire mieux qu'un Phoenix Amongst The Ashes en dents de scie ou que le mal produit Fury & Flames. Stylistiquement, Hate Eternal continue sur la lancée de Phoenix Amongst The Ashes et l'approfondit même. À savoir un brutal death intense et nerveux qui ne lésine pas sur les blasts, la double ou la superposition de vocaux growlés/arrachés pour davantage de puissance mais qui laisse aussi de plus en plus de place à la mélodie et aux atmosphères par le biais de solos/leads inspirés (celle à 2'37 sur "Locust Swarm" presque triste sur les paroles Why have you forsaken us?, la fin de "Infernus", du chaotico-mélodique sur "The Stygian Deep" à 1'08 et "The Chosen One" à 1'23 sur du tchouka-tchouka thrashy bien jouissif, le début ou le passage à partir de 2'20 de l'imposant "Zealot, Crusader Of War", un des meilleurs morceaux, "Chaos Theory" sur sa première moitié, "O' Majestic Being, Hear My Call" à 4'14, lumineux! etc.) ainsi que quelques séquences carrément plus calmes (la transition entre "Locust Swarm" et "The Stygian Deep", l'ouverture du très bon titre de clôture "O' Majestic Being, Hear My Call"...). Le choix d'"Infernus" comme titre de l'album n'est ainsi pas anodin puisqu'il s'agit de la piste la plus mid-tempo et la plus longue de l'opus, inconcevable pour le Hate Eternal des débuts mais logique si l'on suit sa progression. De la haine et du blast mais pas que en somme. Du coup, Infernus se place comme l'album le plus varié de la discographie du combo américain dont on reconnait quand même tout de suite la patte, ce qui demeure une qualité rare et l'apanage des grands dont fait toujours partie Hate Eternal malgré ses récents déboires. On est déjà content d'entendre une production relativement claire ce qui n'a pas toujours été le cas avec les choix de productions peu judicieux du père Rutan qui semble toutefois s'améliorer depuis Phoenix Amongst The Ashes. Vu le style bouillonnant du groupe néanmoins, on note encore certains passages blastés aux grattes difficilement compréhensibles, limite bordéliques. Mais cela fait partie de l'identité sonore d'une formation souvent au bord de la rupture. L'autre motif de satisfaction, c'est le batteur Chason Westmoreland. Si Jade Simonetto ne m'avait pas vraiment impressionné, le petit nouveau (enfin ex petit nouveau puisqu'il a déjà quitté le navire...) s'impose d'emblée. J'ai éprouvé quelques doutes sur les premiers morceaux, trouvant les blast-beats pas assez rapides, mais le bougre m'a fait changer d'avis sur le début apocalyptique de "La Tempestad", titre qui porte bien son nom. Le plus brutal de l'œuvre d'ailleurs avec "Order Of The Arcane Scripture" (mon Satan les blasts et ce riff colérique à 2'30!) qui ne fait pas non plus dans la dentelle. Mais plus que la vitesse des blasts, ce sont la variété du jeu proposé, le feeling sur les fills, l'agilité des descentes, la maîtrise et l'aisance technique ou même le groove dégagé (oui il y a du groove, écoutez l'instrumental "Chaos Theory" entre autres!) qui m'ont convaincu du talent du bonhomme. Seul petit bémol dont il n'est pas responsable, le son de batterie encore un peu trop synthétique à mon goût. L'effet mitraillette/rouleau compresseur est bien là mais j'aurais aimé plus de nuances. L'amélioration par rapport à Phoenix Amongst The Ashes est cependant nette. Également en progrès, la basse de J.J. Hrubovcak, que l'on n'entendait pas du tout sur le disque précédent. Ici, elle frétille tout du long pour notre plus grand plaisir.

Pas mal de satisfactions sur ce Infernus, clairement! Cela dit, si j'ai mis autant de temps à le chroniquer, c'est qu'on ne tenait pas non plus là l'album de l'année. La première déception, même si elle s'efface au fil du temps, concerne le chant de Rutan. Autrefois un des plus impressionnants du circuit, le timbre de l'ancien Ange Morbide se fait désormais moins grave et imposant, même s'il reste suffisamment burné. Une petite perte de puissance dommageable qui va cela dit de paire avec un style plus diversifié. Le plus gros reproche est toutefois à mettre au crédit des riffs. Ah qu'il est loin le temps où Hate Eternal enchaînait les riffs jubilatoires comme sur Conquering The Throne! Si Rutan se montre inspiré niveau leads, il se fait bien plus timide sur ce point. Rien d'horrible bien sûr mais aucun motif ne marque réellement, l'ambiance, le rendu global prenant le pas sur les plans de guitares en eux-mêmes. "Pathogenic Apathy", la piste la plus faible de l'album, en est un bon exemple. Des motifs banals voire brouillons faisant perdre de l'intérêt à ce Infernus qui fait son petit effet sur l'instant mais dont on ne retient au final pas grand chose. Mon grand optimisme sur le disque s'est ainsi quelque peu étiolé au fur et à mesure et l'écouter depuis le mois d'août puis le ressortir plusieurs semaines après l'avoir laissé de côté ne lui a pas été favorable.

Favorable, mon opinion le reste tout de même. Oui, les riffs sont bien moins marquants que sur Conquering The Throne et l'intensité bien moindre que sur King Of All Kings. Cependant, Infernus offre d'autres qualités qui font remonter Hate Eternal dans mon estime et font de cet album une réussite alors que l'on ne s'y attendait pas forcément. Les Floridiens ont appris à faire passer un panel d'émotions plus large en levant un peu le pied et en laissant plus de place à la mélodie et à l'ambiance. Une évolution qui permet au combo de se renouveler suffisamment pour continuer à susciter de l'intérêt. Et puis, ce n'est pas comme si ça ne bourrait jamais, loin de là! Je suis ainsi toujours soufflé par l'ouverture dingue de "La Tempestad"! En dépit des dernières sorties de moindre qualité après un commencement en trombe fin des années 1990 début des années 2000 dans un contexte de brutal death en pleine ébullition, malgré les changements de line-up qui égratignent la crédibilité du groupe, Hate Eternal a encore des choses à dire. Le groupe ne les dit peut-être pas toujours de la meilleure des façons mais le message est clair. Il va encore falloir compter sur ce bon vieux Rutan pour nous en mettre plein les oreilles!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
29/01/2016 09:56
note: 8/10
Autant "Phoenix..." m'avait laissé de marbre, mais ici ça le fait carrément ! Un temps d'adaptation est certes nécessaire pour la prod' mais l'album dépoussière bien les amplis comme il faut ! Une bonne surprise.
cmtex citer
cmtex
28/01/2016 10:17
note: 8.5/10
Je l'écoute encore bien depuis sa sortie, clairement un des albums de l'année 2015 pour moi. La voix était surprenante au début mais on s'y fait très vite je trouve et l'ambiance générale de l'album, c'est clairement cette nouvelle approche qui m'a séduit. Tu cites souvent "Conquering The Throne", auquel j'ai pas accroché à sa sortie, mais tu m'as donné envie de tester à nouveau la bête, on sait jamais.
AxGxB citer
AxGxB
28/01/2016 08:53
note: 7.5/10
C'est marrant, c'est la production qui m'a un peu gêné au début, notamment concernant la batterie.
Et effectivement, les riffs n'ont pas cette emprunte qu'ils pouvaient avoir auparavant. C'est en effet davantage une question d'atmosphère.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
27/01/2016 23:09
note: 7.5/10
D'accord avec l'opinion comme avec la notation Clin d'oeil
Batu citer
Batu
27/01/2016 22:44
note: 8.5/10
Le seul Hate Eternal que j'ai réussi à me bouffer en entier, il mérite une belle note en guise de récompense de ma part. Sourire
Ander citer
Ander
27/01/2016 22:07
note: 8.5/10
La voilà enfin cette chronique tant réclamée! Et comme d'hab' on est à peu près raccord sur tous les points, même si mon plaisir s'est pas vraiment étiolé au fur et à mesure des écoutes (pas comme le Cattle, même si j'adore aussi!)

Tu résumes bien la chose quand tu dis qu'on retient plus une ambiance que de véritables riffs (La Tempestad même si j'aime bien son côté bourrin jusqu’au boutiste, ça blast quand pas mal dans le vent) et ça manque clairement de soli (4 songs en sont totalement dépourvues il me semble) comme nous en servait Rutan sur les anciens opus, ils sont souvent trop succins et servent le plus souvent de pont, seul celui du dernier titre rappel qu'Erik était un des meilleurs dans cet exercice!

Et ça faisait longtemps que j'avais pas entendu un album de BDM aussi bien produit, très Morrisoundien avec ce qu'il faut de clarté sans tomber dans les prod's trop clean (grattes assez sous mixées) comme y en a tant today.

Sinon je vois pas Laurent Blanc sur la pochette mais plutôt Ben Affleck, haha.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hate Eternal
Brutal Death
2015 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (13)  8.19/10
Webzines : (26)  8.11/10

plus d'infos sur
Hate Eternal
Hate Eternal
Brutal Death - 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Locust Swarm  (03:39)
02.   The Stygian Deep  (04:30)
03.   Pathogenic Apathy  (04:55)
04.   La Tempestad  (03:52)
05.   Infernus  (06:18)
06.   The Chosen One  (03:19)
07.   Zealot, Crusader Of War  (04:39)
08.   Order Of The Arcane Scripture  (04:18)
09.   Chaos Theory  (03:40)
10.   O' Majestic Being, Hear My Call  (05:55)

Durée : 45:05

line up
parution
21 Août 2015

voir aussi
Hate Eternal
Hate Eternal
Conquering The Throne

1999 - Wicked World Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
King Of All Kings

2002 - Earache Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
The Perilous Fight (DVD)

2006 - Earache Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
Upon Desolate Sands

2018 - Season Of Mist
  
Hate Eternal
Hate Eternal
Fury & Flames

2008 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season Of Mist
  
Aborted
Aborted
Goremageddon
(The Saw and the Carnage Done)

2003 - Listenable Records
  
Nile
Nile
What Should Not Be Unearthed

2015 - Nuclear Blast Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
And Then You'll Beg

2000 - Century Media Records
  
Augury
Augury
Concealed

2004 - Galy Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique