chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Meshuggah - The Violent Sleep of Reason

Chronique

Meshuggah The Violent Sleep of Reason
La zone de confort existe-t-elle en musique ? Quand on connait Meshuggah et ses récentes sorties discographiques, on est tenté de répondre par l’affirmative. En effet, après un obZen qui présentait déjà une brillante synthèse de leur œuvre, les Suédois semblaient faire du sur-place avec son successeur, un Koloss plutôt efficace mais fade en comparaison des précédents exploits du groupe. La parenthèse expérimentale de l’EP I et de Catch 33 a-t-elle permis aux Suédois d’assouvir leurs ambitions créatrices les plus folles ? Peut-être. Le nouvel album, intitulé The Violent Sleep of Reason, vient pourtant bousculer un peu leur organisation habituelle, car c’est le premier voyant le bassiste Dick Lovgren apporter sa contribution à la composition. Sa participation n’est de plus clairement pas minime, le tandem qu’il forme avec son compère Tomas Haake signant six morceaux sur les dix du disque ! L’autre nouveauté est l’enregistrement du tout par des prises live, une volonté du groupe, en réaction à ses précédents essais, d’aller vers un son plus naturel, gagnant en espace et en dynamique. Sur les thématiques abordées, pas de grand changement à l’horizon, Tomas Haake est toujours inspiré par les religions organisées et leur nuisance, notamment les actes terroristes qui ont malheureusement marqué notre actualité récente. Le nom de ce nouvel opus provient à ce titre du tableau de Francisco Goya, « The Sleep Of Reason Brings Forth Monsters ». Et pourtant, si le sommeil de la raison engendre bel et bien des monstres, Meshuggah est un monstre qui n’est pas près de s’endormir.

Preuve en est faite avec la confrontation au premier titre de l’album, l’atomique « Clockworks ». Car oui, ce morceau est un numéro d’équilibriste phénoménal sur plus de sept minutes que l’on ne voit pas passer. D’emblée, une batterie sidérante de technique, les riffs serrés et écrasants typiques des fous d’Umeá commencent un effrayant travail de sape, alors que les ambiances futuristes et oppressantes de Fredrik Thordendal ferment les issues, avant que ne survienne enfin un refrain enlevé porté par une trame mélodique pleine d’emphase. Proposer un tout aussi ambitieux et rester terriblement percutant est un tour de force que bien peu de groupes de la scène metal pourraient réussir. Assurément l’une des meilleures tueries du groupe. Seulement, après une telle claque, on redescend sur terre. Car en dépit de la qualité générale de l’ensemble, aucune chanson ne viendra par la suite recoller au niveau de cette première composition. On comprend vite que, a contrario de ce contact initial, l’orientation du disque est assez directe et tend encore une fois globalement vers le groove. La vilaine impression d’avoir à faire à un « Koloss amélioré » gagne du terrain, surtout quand le chant de Jens Kidman confirme l’inquiétant souvenir qu’il avait laissé. A cinquante ans, le hurleur confirmé semble avoir les cordes vocales usées et ayant perdues leur tranchant, tout juste si sa prestation gagne en relief ce qu’elle perd trois fois en puissance. Mais cela n’empêche pas ses collègues de dérouler leur science du riff polyrythmique et terrassant avec facilité, en témoigne un « Born in Dissonance » qui confirme un gain d’efficacité non négligeable. Et c’est encore plus le cas sur le très groovy « MonstroCity », sans doute le plus entrainant du lot. La poursuite de l’écoute d’une traite dévoile une très bonne dynamique d’ensemble (chose importante aux yeux du groupe), les morceaux s’enchainent avec une certaine fluidité. Une fluidité que l’on retrouve sans encombres du côté des soli, ces derniers se révélant souvent être assez convenus pour Thordendal, même s’ils donnent toujours la sensation d’être l’œuvre d’un extraterrestre (ceux de « Nostrum » ou « MonstroCity », supersoniques). On regrettera quelques compositions un peu dispensables, un « By the Ton » qui traîne trop en longueur malgré des sonorités intéressantes et son accordage au ras du sol, ou encore « Our Rage Won’t Die » dont l’entame très thrash ne suffira pas à sauver totalement. Evidemment, tout cela donne le sentiment d’être face à une sortie bien banale pour Meshuggah, surtout quand les compositions les plus classiques se concentrent essentiellement sur le début de l’album.

Et pourtant quelques surprises viennent réveiller notre attention… The Violent Sleep of Reason marque un certain retour à des ambiances paradoxalement plus présentes. Le groupe maintient alors un dosage fragile et souvent inégal il est vrai, entre efficacité et atmosphère, comme sur les très convaincant « Ivory Tower », imperturbable même avec ses lead quasi-tragiques, et « Stifled », qui comporte une superbe outro incroyablement planante, épurée et apaisante, assurant une transition parfaite avec la track suivante. C’est dans ces rares moments que Meshuggah, cette machine à tuer surpuissante et sur-intelligente, parvient à nous émouvoir. Le pont mélodique sur fond d’ultra-grave de « MonstroCity » est d’ailleurs l’un des plus beaux passages du disque, « beau » dans le sens premier du terme. Le titre éponyme, avec ses rythmiques étouffantes s’acharnant froidement sur l’auditeur (Chaosphere n’est pas bien loin ici), se paye même le luxe de présenter les ambiances les plus angoissantes et dérangeantes du groupe depuis une décennie. Si l’interprétation de chaque musicien, même en condition live, semble sans faille, celle d’un Tomas Haake tout particulièrement actif en fera baver plus d’un. Sa prestation, bien mise en valeur par la production de Tue Madsen, est juste hallucinante, multipliant les patterns d’une complexité furieuse, comme sur le très progressif « Nostrum », où sa pauvre caisse claire doit se demander ce qui lui arrive. Ou comment donner une leçon de virtuosité et apporter une dimension supplémentaire aux compostions. Le jeu se calmera drastiquement sur un « Into Decay » concluant le parcours sur une note des plus pesante et pessimiste.

Supérieur à son prédécesseur, The Violent Sleep of Reason souffre comme Koloss d’un certain manque de profondeur et d’originalité quand on met en perspective ce nouvel essai avec l’impressionnant passif de Meshuggah. L’expérience que propose le groupe est intellectuellement moins stimulante et excitante que celle proposée par les opus des deux décennies antérieures. Le choix d’un son plus organique est à saluer, même si bien sûr les amateurs de la facette froide et chirurgicale propre aux Suédois risquent d’être déçus, pendant que les autres apprécieront d’autant plus cet effort pour sonner plus humain. Si l’album est assez varié, ressemble à une collection de chansons, il montre une chose : Meshuggah n’est jamais meilleur que lorsqu’il se tient à un concept musical fort et original sur l’intégralité d’une œuvre. The Violent Sleep of Reason n’en est pas moins dans l’absolu un très bon album de metal progressif, moderne mais racé, et Meshuggah ne semble pas près de voir son règne arriver à son terme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
14/03/2017 08:33
Qu'est-ce qu'il faut pas lire des fois!....
Goodnacht citer
Goodnacht
13/03/2017 22:16
Bof, c'est juste du neo metal compliqué...
thrashmania citer
thrashmania
12/11/2016 21:01
note: 8.5/10
Un album tout simplement génial ! Venant de Meshuggah, ce n'est pas surprenant de toute façon.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
26/10/2016 08:55
Après le léger faux-pas de "Koloss" les suédois nous montrent qu'ils sont encore bien au-dessus de la concurrence, avec encore un niveau technique et d'inspiration toujours incroyable.

Si "Obzen" était une tuerie plus immédiate et accessible que leurs précédentes sorties, celle-ci demandera plus de temps d'adaptation mais sera du même tonneau !
|Raspoutine| citer
|Raspoutine|
25/10/2016 22:54
note: 8.5/10
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour moi le dernier tiers (grosso modo de Stifled jusqu'à la fin) est ahurissant, ça s'arrête pas niveau efficacité, tout s'enchaine à la quasi perfection je me suis même surpris quand je ne connaissais pas encore assez l'album à ne même pas remarquer les changements de morceau !

Entendons-nous bien je ne boude pas mon plaisir sur le début surtout avec Monstro, mais ça reste à mes oreilles du Meshuggah classique donc du très bon qui devient un peu routinier. Et puis Stifled arrive, et j'ai l'impression de me retrouver à l'époque où Nothing ou I est sorti ! Incroyable...

Bravo Meshuggah !

Neuro citer
Neuro
25/10/2016 21:26
note: 7.5/10
@Rapha3l : Merci camarade ! Mais pour le style vocal de Kidman s'il reste toujours sur le même ton sans jamais varier, c'est pour garder de la cohérence et de l'efficacité, valoriser la dynamique de l'instrumentation, et donner cette ambiance mécanique au tout.
Emptyrior citer
Emptyrior
25/10/2016 21:02
Oui je suis a peu près d'accord avec cette chronique.

En revanche, le truc avec Meshuggah c'est que c'est tellement complexe que, pour ma part, ça va jusqu'à plusieurs années pour les digérer. Il n'y a pas que le nombre d'écoute qui joue, il y a aussi le temps de digestion et la prise de recul. J'ai finis par beaucoup aimé Koloss avec le temps et je vous invite vraiment à y revenir.
J'ai le même effet sur ce disque, pour l'instant je n'ai d'oreilles que pour Clockwork, je ne suis pas très près pour la suite encore.

Enfin, je voudrais terminer en disant que je trouve très injuste les critique envers Meshuggah par rapport à leur supposé stagnation artistique.

Meshuggah est un groupe absolu.

C'est un monolithe noir hermétique pour qui n'aura pas su les apprivoiser.

Réduire ce groupe à l'effet de surprise dont ils ont bénéficié en apportant la révolution dont ils sont les géniteurs serait mal les écouter.

Je crois que Meshuggah fait partis de ses groupes qui demandent autant d'exigence à l'auditeur que ses musiciens semblent s'en donner pour composer et jouer.

Rapha3l citer
Rapha3l
25/10/2016 19:31
Ouaiiii !! Enfin une chronique où l'on est a peu près d'accord Gros sourire

Je suis assez friand des sons développés par Thordendal sur MonstroCity par exemple : ambiant, angoissant et tout juste posés sur une rythmique schyzo.

Après, je te rejoins. C'est bien, mais pas la révolution. Le fait d'avoir enregistré live n'est pour moi qu'un gadget car... on ne sent pas la différence.

Et puis le chanteur gueule toujours pareil.

Je réécoutais Catch 33 récemment et je me suis rendu compte qu'ils avaient perdu quelque chose. Ce truc en plus, ce petit plus qui fait la différence, l'originalité. j'ai l'impression qu'ils ne cherchent plus, mais qu'ils ressassent.

Mais bon ça reste un bon album ;p

Ta chro est top en tt cas camarade !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Meshuggah
Metal progressif
2016 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (9)  8.5/10
Webzines : (40)  8.46/10

plus d'infos sur
Meshuggah
Meshuggah
Metal progressif - 1987 - Suède
  

vidéos
Nostrum
Nostrum
Meshuggah

Extrait de "The Violent Sleep of Reason"
  
Born in Dissonance
Born in Dissonance
Meshuggah

Extrait de "The Violent Sleep of Reason"
  
Clockworks
Clockworks
Meshuggah

Extrait de "The Violent Sleep of Reason"
  

tracklist
01.   Clockworks  (7:15)
02.   Born in Dissonance  (4:34)
03.   MonstroCity  (6:13)
04.   By the Ton  (6:04)
05.   Violent Sleep of Reason  (6:51)
06.   Ivory Tower  (4:59)
07.   Stifled  (6:31)
08.   Nostrum  (5:15)
09.   Our Rage Won't Die  (4:41)
10.   Into Decay  (6:32)

Durée : 58:55 minutes

line up
parution
7 Octobre 2016

voir aussi
Meshuggah
Meshuggah
Rare Trax (Compil.)

2001 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Catch 33

2005 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Destroy / Erase / Improve

1995 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Chaosphere

1998 - Nuclear Blast Records
  
Meshuggah
Meshuggah
Nothing

2002 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Foscor
Foscor
Those Horrors Wither

2014 - Alone Records
  
TesseracT
TesseracT
Polaris

2015 - Kscope Music
  
Wolverine
Wolverine
Still

2006 - Candlelight Records
  
Klone
Klone
Here Come The Sun

2015 - Klonosphère
  
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Accelerated Evolution

2003 - HevyDevy Records
  

Helloween
Helloween (EP)
Lire la chronique
Deathspell Omega
The Furnaces of Palingenesia
Lire la chronique
Krallice
Krallice
Lire la chronique
Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast