chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Death Fetishist - Clandestine Sacrament

Chronique

Death Fetishist Clandestine Sacrament
On s'inquiétait presque pour Matron Thorn, qui n'avait sorti qu'un split cette année en compagnie de Blut Aus Nord – presque, car on ne va pas non plus trop penser à un mufle qui n'a pas répondu à nos questions à l'occasion de Codex Obscura Nomina hein, ho. C'est que ce boulimique nous avait habitué à produire davantage que ces derniers temps, privilégiant les annonces des réalisations à venir plutôt que d'offrir des choses neuves à se mettre sous la dent. Mais, encore et toujours, on se trompait sur l'état de sa créativité, l'homme aux multiples projets ayant créé une nouvelle entité où se repaître : Death Fetishist, en compagnie de G. Nefarious (Panzergod), qui a sorti deux Eps cette année (Whorifice ; Lucifer Descending) et se lance désormais dans l'épreuve du longue-durée, toujours sous la bannière chérie de Debemur Morti. Difficile à suivre, vous dites ? Attendez un peu qu'on vous parle de ce disque, plein à craquer de guests et réflexions sur une œuvre qui, jamais, ne parvient à échapper à la comparaison avec le vaisseau-mère Ævangelist !

Entre les vocaux spectraux féminins de Julia Black, les ambiances d'outre-espace, les parties black dévastatrices ou encore les riffs dissonants, tous les ingrédients vous renvoient à la formation citée plus haut. Néanmoins l'aspect ésotérique prend davantage le pas ici, renforcé par les lignes de guitares entêtantes fleurant l'orthodoxie ainsi que le chant de D.G. (Misþyrming, Naðra, Martröð) sur « Voidtripper ». Clandestine Sacrament semble taillé pour réussir, variant le propos par de nombreux changements de rythmes, des titres (« Verbrannt im altem Morast »), des introductions et des outros ambients mais aussi l'apport de Doug Moore (Pyrrhon) sur « Netherrealm » et « Wreckage of the Flesh ». La première écoute m'a d'ailleurs soufflée, avec notamment la paire « The Gifted Medium  »/« Astral Darkness » ouvrant les hostilités, les morceaux défilant sans véritable temps mort. Mais en dépit des invités de marque et de l'efficacité des compositions, l'enthousiasme va rapidement retomber au fil du temps. La faute, avant tout, a un manque de folie et d'originalité – difficile de reconnaître la patte de Jürgen Bartsch (Bethlehem) et de Mories (Gnaw Their Tongues) tant tous paraissent suivre une même ligne de conduite sans prendre le risque de sortir des clous.

Et pourtant, il y a tout ce qu'il faut pour s'extasier sur le papier : un black metal à la fois moderne et protéiforme (miam, les relents punk de certains riffs sur « Upturneth the Chalice » !) où l'amateur des créations de Matron Thorn sera à la fois en terrain connu et pourra constater ses capacités d'orfèvre, nettement plus présentes ici que dans ses autres projets, autant dire que l'envie d'adorer Clandestine Sacrament n'est pas ce qui manque (la belle pochette, signée Andrzej Masianis, n'y est pas pour rien non plus). Mais non, avec le temps, l'impression d'écouter un patchwork à l'ambiance pas assez aventureuse prend la place de la fascination que l'on a pour ce stakhanoviste du vice. Totalement de son temps, inscrit dans une mouvance faite d'occulte, espace, orthodoxie et morbide, Death Fetishist ne parvient que rarement à donner la sensation d'être autre chose qu'une pièce montée, évoquant des fragrances de ce qui la compose sans jamais posséder une saveur particulière. Heureusement, l’exécution « pedal to the metal » ainsi que des vocaux délicieusement baveux et criards permettent de laisser filer les cinquante minutes que dure l'album sans s'ennuyer outre-mesure. Mais étant donné les personnes composant cette entité, c'est décidément bien peu.

Clandestine Sacrament offre des talents réunis au service d'une même cause mais quittant rarement leur zone de confort. En résulte un album rythmé, savamment construit avec comme objectif constant d'aller droit au but par son côté percutant – Matron Thorn démontrant une nouvelle fois toute son aisance dans la construction d'ambiances aussi claustrophobiques que nauséeuses. Les déçus des derniers Ævangelist et les fans de black metal atmosphérique typé trouveront à n'en point douter leur compte. Mais pour les autres, qui s'attendaient à quelque chose de plus personnel et singulier, le sentiment de frustration se fera sentir au fil des écoutes. Des écoutes qui se feront certes sans accrocs mais également sans surprises.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
01/11/2016 14:09
Ho, il est pas si mal ce disque si tu aimes les choses bien faites. Mais j'attendais clairement mieux, c'est sûr.
Sagamore citer
Sagamore
01/11/2016 13:19
note: 5/10
Pas mieux que Gulo. Mélange un peu raté de tous les projets musicaux du gonze. Dommage.
gulo gulo citer
gulo gulo
01/11/2016 13:11
note: 5/10
Burp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death Fetishist
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  6.25/10
Webzines : (9)  7.89/10

plus d'infos sur
Death Fetishist
Death Fetishist
Black Metal - 2015 - Etats-Unis
  

formats
  • CD, Digital / 2016 - Debemur Morti Productions
  • Vinyl / 2016 - Debemur Morti Productions

tracklist
I. The Gifted Medium
II. Astral Darkness
III. Voidtripper
IV. Netherrealm
V. Beauty From Wretchedness
VI. Verbrannt im altem Morast
VII. Wreckage Of The Flesh
VIII. Upturneth The Chalice

Durée : 50 minutes

line up
parution
28 Octobre 2016

Essayez plutôt
Marduk
Marduk
Serpent Sermon

2012 - Century Media Records
  
Corpus Christii
Corpus Christii
Rising

2007 - Nightmare Productions
  
Cryfemal
Cryfemal
D6s6nti6rro

2016 - Osmose Productions
  
Swarþ
Swarþ
Omines Pestilentiae (Compil.)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Enthroned
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire

1995 - Blackend
  

Déception de l'année
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique