chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Caverne - Sentiers d'Avant

Chronique

Caverne Sentiers d'Avant (Compil.)
[ A propos de cette chronique ]

La confidentialité d'une formation est-elle un gage de qualité ? Si l'on en croit le bilan de cette année, la réponse est oui. 2016 a été riche en surprises, dominée dans le genre qui nous intéresse aujourd'hui par des groupes et projets sortis brutalement de l'ombre, survolant le Black-jeu par leur inspiration et leur talent. Caverne, en son temps, aura joui du même succès qu'un Ustalost ou qu'un Iskandr cette année, ses deux premières démos, "Des tréfonds du haut-bois" (2012) et "Chants des héros oubliés" (2013), s'étant écoulées plutôt rapidement. Format cassette, layout obscur, inspirations allant de la scène Toulonnaise jusqu'à Akitsa (qu'on ne vienne pas me dire que le dépouillement des riffs d'un titre comme "Caverne" n'emprunte pas au duo Canadien), le bébé d'Amertume s'est plus fait remarquer par sa sincérité et son dépouillement que par son originalité.

Si le fond idéologique qui imprègne les compositions de ces deux démos ne trompera personne, on aurait pu craindre que le one-man band soit aussi formellement radical que Nécropole, l'autre projet du bonhomme. Les textes, rassemblés dans un livret dépouillé, font de Caverne un projet bien plus romantique, au sens artistique du terme, que nauséabond. Des tréfonds du haut-bois jusqu'aux héros oubliés, Amertume donne l'image du guerrier seul contre tous, tour à tour épée en main ou surplombant une mer de nuages, presque sujet d'une saga nordique à lui seul (ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la pochette de "Aux Frontières du Monde" a été empruntée à August Malmström). Si le seul maître à bord veut se faire passer pour chien féroce (en témoigne la mention "Tous droits réservés et protégés avec lames et poings" [sic] floquée sur le disque), sa voix arrachée, qui se brise régulièrement au fil des compositions, donne plutôt à imaginer un écorché vif en proie à la tristesse et l'errance.

La compilation, éditée par Résilience, tombe à point-nommé pour ceux qui auraient, comme moi, découvert le projet sur le tard ou n'auraient simplement pas été suffisamment rapides pour mettre la main sur les cassettes originelles - avec, en prime, une version démo du titre "Le Glaive", que l'on retrouvera sur le full-length. La durée affichée risque d'en rebuter certains, pour autant, les deux premières démonstrations de Caverne sont d'une qualité qui force le respect. Le choix d'avoir regroupé certains titres sur une seule et même piste peut paraître étrange (surtout lorsqu'ils sont, de base, assez longs), mais de cette façon, l'on peut s'apercevoir du travail fourni derrière les compositions qui s'enchaînent à merveille.

"Des tréfonds du haut-bois" et "Chants des héros oubliés" bénéficient toutes deux d'un son impeccable pour le genre, juste milieu entre la rugosité d'un enregistrement effectué au fin fond d'un caveau et les tonalités naturelles d'une batterie dépouillée, qui se fond parfaitement à l'ensemble. Chacun est à sa place, aucun ne marche sur l'autre - contrairement à la production de "Aux Frontières du Monde", beaucoup plus lointaine et étouffée, que je continue de considérer comme une vraie régression. Les parties acoustiques sont délicieusement organiques, et l'orgue bien poussiéreux, loin de desservir l'ensemble par ses pouet-pouet outrageusement kitsch (du moins sur la première démo et son "Nuit et Brouillard"), apporte une petite touche atmosphérique non négligeable, tout comme ces touches de chœurs masculins que l'on retrouve éparpillés sur les huit titres de la compilation. Sur le fond comme sur la forme, Caverne reste strictement classique, mais parvient à s'affranchir de l'étiquette d'énième one-man band païen en jouant son Black Metal avec le coeur. Le ton est tour à tour martial, torse bombé et tête bien droite en brandissant des guitares rageuses ("Caverne", le groove impitoyable de "Terre Souillée"), et mélancolique, solitude face à la meute et une nature qui le dépasse traduite par des arpèges dissonants ("Songe d'une Lune Morbide") et un chant proprement habité (les hurlements déchirants de l'ouverture "Sermeot Ar Huelgoat"). Le riffing est racé (sans mauvais jeu de mot), sa puissante simplicité faisant mouche à chaque reprise. Du rock'n'roll irrésistible d'un "Caverne" jusqu'aux tremolos plus orthodoxe d'un "Ma Race", passant par la hargne qui grandit en l'auditeur à l'écoute du fantastique "Ni le Lieu, Ni l'Heure", les titres prennent leur temps, distillant leurs atmosphères sur la durée plutôt que de foncer tête baissée.

L'ensemble est tellement convaincant qu'on pardonnera les quelques fautes que comportent les deux démos, qu'elles soient formelles (la batterie a parfois un peu de mal à suivre les ponts et transitions) ou bien de goût (l'ouverture-Groland de "Ni le Lieu Ni l'Heure" prête franchement à sourire). Finalement, ces petits points noirs sont cohérents, puisque les titres rassemblés dans ce "Sentiers d'Avant" ont été enregistrés avec les moyens du bord, n'ayant pour eux qu'un ardent désir de mettre en notes et en mots (d'ailleurs fort bien écrits) les thèmes chers à Amertume, qui vit d'ailleurs purement et simplement ses textes. "Des tréfonds du haut-bois" et "Chants des héros oubliés", bien qu'à prendre avec des pincettes vu le fond qu'elles exploitent, sont deux œuvres qui méritent clairement qu'on s'y attarde : dans une scène où pullulent les galettes et formations sans âme, où s'empilent blasphème de façade et clichés éculés, des disques aussi authentiques sont réellement rafraîchissants.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Sunn0)) citer
Sunn0))
27/02/2017 18:13
note: 4.5/5
Je n'ai vraiment pas accroché aux premières écoutes, je trouvais l'album assez plat, je devais l'écouter d'une oreille trop distraite. Au bout de la troisième écoute (j'ai persisté comme le chroniqueur encensait la galette), j'ai vraiment eu un tilt sur la deuxième piste. Plutôt que d'écouter tout l'album, je l'ai écoutée maintes fois. J'ai quand même fini par réécouter l'ensemble et oui, l'album et vraiment très bon. Le petit côté mélancolique (pas si appuyé que ça - peut-être parce que j'en ai rien à foutre des paroles) couplé aux mélodies (et un chant monocorde mais cohérent avec l'ambiance) sont la vraie force du bouzin.
Ber Val citer
Ber Val
21/11/2016 10:30
note: 4/5
Sagamore a écrit : J'ai même pas fait gaffe, j'ai donc payé plus cher... Mais bon, si les mecs de Résilience sont aussi réactifs que chez Ancient Records, c'est pas cher payé pour un service plus rapide Mr Green

En l'occurrence, je crois que c'est le mec de Nécropole/Caverne qui gère lui-même le truc, et perso moi il m'a répondu sous 24h après l'envoi de mon mail, donc pas trop de soucis à se faire Sourire
Sagamore citer
Sagamore
20/11/2016 09:46
note: 4/5
J'ai même pas fait gaffe, j'ai donc payé plus cher... Mais bon, si les mecs de Résilience sont aussi réactifs que chez Ancient Records, c'est pas cher payé pour un service plus rapide Mr Green
AxGxB citer
AxGxB
20/11/2016 09:41
note: 4/5
Sagamore a écrit : Hass Weg en a également de disponible sur son e-shop pour ceux que les mails rebutent Sourire

Mais ils sont deux euros plus cher (album/compilation) /pinaille Mr Green
Sagamore citer
Sagamore
20/11/2016 08:39
note: 4/5
Hass Weg en a également de disponible sur son e-shop pour ceux que les mails rebutent Sourire
AxGxB citer
AxGxB
19/11/2016 20:39
note: 4/5
http://sanctuaire-resilience.fr/
Il faut envoyé un e-mail pour passer commande (paiement par Paypal, chèque, virement bancaire...).
asghaard666 citer
asghaard666
19/11/2016 20:19
si il y avait un lien pour ce le procuré cet album cela aurai été le bienvenue!
Raziel citer
Raziel
19/11/2016 19:55
Indispensable aux amateurs de BM UG de très haute qualité.

La réponse à ta première question semble être positive, comme tu le soulignes.

Vivre caché, dans l'obscurité, sans influence, sans perversion, semble être un gage de qualité en BM.

Un projet en effet romantique, dans un style différent d'un groupe comme Celestia, mais romantique quand même. Et la démonstration qu'une ambiance prenante, déchirante, aérienne et sublime, peut être apportée sans clavier, sans pouet pouet.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Caverne
Black Metal
2016 - Résilience
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (6)  4.33/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Caverne
Caverne
Black Metal - 2011 - France
  

tracklist
01.   Sermeot Ar Huelgoat - Des Tréfonds du Haut Bois  (10:12)
02.   Caverne  (13:42)
03.   Songe d'une Lune Morbide  (06:45)
04.   Nuit et Brouillard  (04:21)
05.   Clarté Lunaire - Terre Souillée  (11:19)
06.   Ma Race  (07:35)
07.   Ni le Lieu ni l'Heure - Procession  (18:08)
08.   Le Glaive (Démo MMXIV)  (06:01)

Durée : 01:18:03

line up
  • Amertume / Chant, Guitare, Basse, Batterie
  • Brume / Batterie, Chant

parution
21 Octobre 2016

voir aussi
Caverne
Caverne
Omphalos

2020 - Résilience
  
Caverne
Caverne
Aux Frontières Du Monde

2015 - Résilience
  

Essayez aussi
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy

2018 - Deviant Records
  
Obskuritatem
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka

2020 - Black Gangrene Productions
  
Whoredom Rife
Whoredom Rife
Nid - Hymner Av hat

2018 - Terratur Possessions
  
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
New Golgotha Rising

2015 - Northern Heritage
  
Abyssal Vacuum
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)

2019 - Egregor Records
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique