chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Netherbird - The Grander Voyage

Chronique

Netherbird The Grander Voyage
Plus les années passent et plus le combo Suédois reste une énigme, car bien qu’ayant vu des noms prestigieux s’y succéder (notamment derrière les fûts) on ne peut pas dire que la notoriété, ainsi que qualité de ces trois albums et innombrables EP aient été au rendez-vous. Après avoir vu passer Adrian Erlandsson (AT THE GATES, THE HAUNTED, CRADLE OF FILTH, PARADISE LOST etc…) et Nils Fjellström (DARK FUNERAL) c’est désormais l’ancien AMON AMARTH Fredrik Andersson qui occupe le poste de batteur à plein temps, devancé par l’actuel matraqueur de MARDUK Fredrik Widigs (qui a officié sur ce quatrième opus en tant que membre de session). Autant dire qu’on finit par s’y perdre, mais s’il y’a bien des choses à reprocher au groupe ça n’est pas à cause de ses frappeurs (qui font le job correctement mais sans folie) mais plutôt au duo fondateur Johan Fridell et Pontus Andersson qui n’ont jamais réussi à exploiter totalement leur potentiel et celui de leurs acolytes. Car si « Monument Black Colossal » contenait de très bons moments, on avait l’impression que la bande se retenait et avait peur de se lâcher complètement, ce qui du coup donnait un résultat décevant où l’on sentait qu’elle ne se donnait pas totalement les moyens de ses ambitions (qui alors paraissaient grandes). Mais voilà qu’ensuite arrivait « The Ferocious Tides Of Fate » qui allait être un vrai ratage à cause de morceaux peu inspirés et surtout étirés jusqu’à plus soif, tout en ayant également un vrai manque de cohésion et de construction globale. Aujourd’hui « The Grander Voyage » semble être véritablement leur dernière chance de percer et de grimper enfin d’un étage dans la hiérarchie, mais s’il y’a du mieux et que l’ensemble est bien plus agréable que son prédécesseur il reste encore trop balisé et manque toujours d’une accroche de la première à la dernière seconde (dû notamment à des titres qui oscillent tous aux alentours des sept minutes). Ce qui ne change pas également chez les Scandinaves (mais qui est un bon point en revanche) c’est la qualité des pochettes, après les tons bleus de Necrolord et leur compatriote Marcus Larson, c’est encore un peintre célèbre qui est mis en avant puisqu’ici ça n’est ni plus ni moins que le Britannique William Turner qui est à l’honneur, dont le style brumeux sied à merveille leur musique.

D’ailleurs dès l’introduction on se retrouve plongé dans les conditions météo favorites du « Maître de la lumière » (comme on le surnommait à l’époque) avec cet orage qui retentit et le son des cloches qui semble nous dire que la mort rôde dans les environs et qui est parfait pour débuter, avant que ça n’enchaîne sur « Hinterlands » pêchu et assez épique où les mecs lâchent un peu les chevaux pour donner un résultat ultra-classique mais qui pense t’on à ce moment-là met les gars sur orbite. Après un petit interlude acoustique « Windwards » continue de nous faire sourire en allant à l’essentiel et joignant intelligemment un début furieux et en blast avec une suite plus lente et technique, qui sait rester calme tout en offrant de la mélancolie et de la mélodie typique du genre, et agréable à l’oreille. Cependant ces bonnes dispositions vont s’estomper par la suite, d’abord avec « Pillars Of The Sky » plus ambitieux mais aussi plus ennuyeux, notamment à cause d’un début très calme et qui met trop de temps à démarrer, tout en laisse une part trop importante aux claviers. On retrouve ici toute la palette de son compositeur de guitariste qui a hélas tendance à vouloir en faire un peu trop et en privilégiant trop souvent un tempo assez lent et lourd, à l’instar de « Silvan Shrine ». Celui-ci partait pourtant sur de bonnes bases avec ses parties de double et ses riffs entraînants, mais là-encore l’abus de piano et de guitare plaintive peut être assez agaçant, malgré les tentatives et passages plus rentre-dedans pour tenter de sortir l’auditeur de sa torpeur. Très bien en place et exécuté avec brio, on peut regretter la place trop importante laissée aux instants calmes au détriment du reste trop peu représenté. Mais heureusement « Emerald Crossroads » permet d’en terminer en retrouvant de l’intérêt grâce à deux parties distinctes, la première étant posée et douce (avec une voix susurrée) avant que l’électricité ne fasse son retour et nous entraîne sur du mid-tempo excellent et simple où l’ensemble des instruments se montre à l’unisson sans en faire trop et nous emmenant vers un grand voyage à travers l’infini et plus loin encore, notamment avec cette fin où l’on entend le bruit des vagues.

Une fois l’écoute terminée on se retrouve avec un ressenti mitigé où le moyen côtoie le très bon, car si ça débute et finit fort l’ensemble est légèrement plombé par un second tiers de disque moins réussi mais qui évite quand même en partie les erreurs entendue sur le précédent album. Du coup même si techniquement il n’y a rien à dire et si la production n’est pas trop pompeuse il y’a quand même peu de chances que la formation gagne en visibilité dans le futur car bien que redressant la barre et signant une de ses œuvres les plus abouties, il n’est pas certain que l’on revienne régulièrement l’écouter même si on appréciera de le mettre dans la platine de temps en temps.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
13/12/2016 09:44
note: 6.5/10
Pas mieux.

Des artworks magnifiques mais une musique toujours aussi anecdotique...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Netherbird
Black Mélodique
2016 - Black Lodge Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (9)  7.67/10

plus d'infos sur
Netherbird
Netherbird
Black Mélodique - 2004 - Suède
  

tracklist
01.   Pale Flames on the Horizon
02.   Hinterlands
03.   Dance of the Eternals
04.   Windwards
05.   Pillars of the Sky
06.   The Silvan Shrine
07.   Emerald Crossroads

Durée : 42 minutes

line up
parution
28 Octobre 2016

voir aussi
Netherbird
Netherbird
Monument Black Colossal

2010 - Scarecrow Recordings
  
Netherbird
Netherbird
Into The Vast Uncharted

2019 - Eisenwald Tonschmiede
  
Netherbird
Netherbird
The Ferocious Tides Of Fate

2013 - Scarecrow Recordings
  

Essayez plutôt
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  
Plaga
Plaga
Trąby Zagłady / Pożeracze Słońc (Compil.)

2014 - Hellfire Records
  
Ishtar
Ishtar
From The Gates (EP)

2013 - Autoproduction
  
Catacombes
Catacombes
Accueille le Diable (EP)

2018 - Hass Weg Productions
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Death (EP)

2000 - Spinefarm Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique